La maison passive pour tous ?

Démocratiser la maison personnalisée, ultraperformante et même passive : c’est le défi qu’un nouveau constructeur entend relever. Pour atteindre cet objectif, il se base sur de nouvelles façons de bâtir et des outils numériques de dernière génération. Découverte.

Euromac 2 se lance dans la maison individuelle. Sous la marque Domindo, ce spécialiste du bloc coffrant devient un véritable constructeur. Les demeures proposées par cette société marient les qualités de son procédé avec l’expertise de Jean Luc Seguin, co-fondateur de Babeau-Seguin, troisième constructeur national qui a récemment racheté Euromac 2. Signes particuliers de ces villas de nouvelle génération : une performance très élevée (elles peuvent atteindre le standard du bâtiment passif), un prix abordable et des possibilités de personnalisation pratiquement équivalentes au sur-mesure.

Habitat personnalisé. Trois lignes de maisons sont proposées : Garden (plain-pied), Cottage (combles aménagés) et Condo (deux niveaux). Pour autant, pas question de proposer des pavillons standardisés. « Nous avons développé une méthode de configuration inédite sur le marché », explique le constructeur. « Dimensions, aménagements intérieurs, type de toiture, revêtement extérieur… Le particulier personnalise chaque élément de sa maison pour créer le projet de ses rêves. »

Jeu de construction. Comment ça marche ? L’acquéreur sélectionne un plan standard dans les gammes de Domindo. Grâce à des outils numériques, il module la surface, choisit ses extension (sous-sol, garage, etc.), l’agencement des pièces, le type de toiture (plate, à deux ou quatre pans, etc.), les revêtements extérieurs… La suite ? « Le bureau d’études intègre tous ces éléments dans un nouveau plan tout en conservant les qualités thermiques et techniques de la maison », répond le constructeur.

Performance décarbonée. Domindo propose trois niveaux de performances. L’entrée de gamme surperforme la réglementation actuelle (RT 2012) de 20 %. Le milieu de gamme passe à 30 %. Les maisons les plus performantes cadrent avec le label PassivHaus (certification officielle proposée en option). Le constructeur insiste sur l’aspect bas carbone du polystyrène (recyclable, il est composé à 98 % d’air). Le béton, à l’empreinte carbone plus forte, reste indispensable à la haute performance grâce à son inertie thermique.

Double isolation. Les performances techniques affichées par les maisons Domindo tiennent notamment au mode constructif mis au point par Euromac 2. « Il s’agit de panneaux de polystyrène expansé reliés par des entretoises métalliques, qui forment une double paroi à l’intérieur de laquelle du béton est coulé, formant ainsi une double enceinte isolée », précise le constructeur. En d'autres termes, l'alliance des blocs coffrants et du béton permet de créer une isolation de la maison par l'extérieur ET par l'intérieur.

Côté performances. Pour les férus de technique, les maisons Domindo affichent, pour leurs différents éléments, des coefficients de résistance thermique R qui varient de 4,2 à 10,2 m²/K/W pour des épaisseurs de 30 à 40 cm. De quoi leur garantir une température constante, quelle que soit la météo. Outre des besoins en chauffage ramenés à 15 kWh/m²/an, ces villas conservent de la fraîcheur en été, évitant le recours à la climatisation. Et elles protègent aussi leurs habitants des bruits extérieurs.

Combien ça coûte ? Côté prix, la ligne Garden (plain-pied démarre à 89.000 € pour des surfaces variant de 50 à 130 m². Cottage (combles aménagés), débute à 109.000 € avec des superficies de 65 à 150 m². Quant à Condo (deux niveaux), son prix commence à 119.000 € pour des surfaces de 75 à 165 m². Ces prix restent inférieurs à ceux de la construction passive classique, qui démarre le plus souvent au-dessus de 2.000 €/m². A noter : ces maisons sont bâties sous le régime du Contrat de construction-loi de 1990.

Maison passive, mode d’emploi
Une maison passive ? C’est une construction si performante qu’elle peut se passer de chauffage en hiver tout en assurant le confort de ses habitants. C’est le fruit du mariage entre conception bioclimatique poussée et efficacité du bâti. Ce type d’habitat mise aussi sur le confort et sur la qualité de l’air intérieur, avec notamment des ventilations double flux. Un dispositif qui récupère les calories de l’air sortant pour préchauffer l’air entrant tout en assurant un rôle de filtration.
Le prix de la performance. Ces maisons valent en moyenne 25 à 30 % de plus que les villas simplement conformes à la réglementation actuelle, la RT 2012. Alors que ces dernières se vendent en moyenne dans les 1.400 à 1.500 €/m² hors foncier et adaptation au terrain, le passif, dans les mêmes conditions, dépasse souvent les 2.000 €/m². Un niveau qui pénalise leur développement. Pour autant, elles devraient gagner du terrain à l’avenir. Avec leurs performances et de plus en plus leur empreinte carbone réduite, elles cadreront aisément avec la prochaine réglementation environnementale 2020.