La maison bioclimatique

Pas de demeure écologique sans architecture bioclimatique ! Ce procédé millénaire fait du soleil et de l’environnement des éléments indissociables de la conception de votre maison. Devenu incontournable dans les nouvelles réglementations, le bioclimatique rend notre habitat plus performant et confortable. Explications.

Vous allez bientôt faire construire votre maison ? Saviez-vous que vous alliez vivre dans une demeure bioclimatique ? Depuis une dizaine d’années, l’expression est revenue à la mode dans le milieu de la construction. Pourtant cette technique n’a rien de récent. Savoir profiter de la chaleur et de la lumière du soleil tout en s’en protégeant durant la belle saison est un art ancestral que les professionnels se sont réappropriés.

En termes simples, une maison bioclimatique compose avec le climat et la nature environnante pour offrir à ses habitants des performances énergétiques élevées. Ce type de construction est donc en phase avec les dernières exigences thermiques. Pour rappel, la RT 2012 a imposé aux nouveaux bâtiments une consommation énergétique inférieur à 50 kWh/m² et par an. Mais il faut également respecter le Bbio (ou besoin bioclimatique) qui mesure la qualité de votre habitation et de son isolation. Implantation, orientation, volume et positionnement des vitrages, isolation, zone tampon, tous ces éléments sont désormais indispensables à l’élaboration de votre future maison.

Les innovations technologiques (verre peu émissif, applications connectées…) et les connaissances actuelles sur les matériaux permettent en plus de renforcer l’efficacité de ce type de bâtiment. Enfin, grâce à certains détails architecturaux (brise-soleil, pergolas, bois, terre cuite…), ces maisons bioclimatiques très lumineuses possèdent également des qualités esthétiques indéniables.

Suivre la course du soleil

L'emplacement des grandes surfaces vitrées est réservé au sud. www.velux.fr

Vitrage au sud. Premier défi pour les constructions bioclimatiques : savoir capter pleinement l’énergie du soleil. Afin d’optimiser au maximum les apports solaires, l’implantation de votre maison devra suivre la course du soleil. Les ouvertures les plus grandes seront placées sur la façade sud. Larges baies vitrées, portes-fenêtres, bow-window… plus l’espace vitré est important et mieux vous profiterez pleinement de la chaleur. Mais aussi de la lumière naturelle offerte gratuitement par le soleil. La présence d’une véranda enclavée peut jouer un rôle bénéfique. En effet, ses parois de séparation avec les pièces habitées se transformeront en véritables murs capteurs accumulateurs.

A l’est et à l’ouest, on s’adapte. Les orientations sud/est ou sud/ouest restent également avantageuses. Il faudra simplement quelques précautions surtout si vous vivez en altitude. A l’ouest, le trop plein d’ouvertures risque d’entraîner une surchauffe en été. Le soleil tape fort l’après-midi et en fin de journée durant la belle saison. Pour éviter ce désagrément, il suffit de réduire la taille des fenêtres du côté sud. Veillez tout de même à opter pour une surface vitrée suffisante afin de profiter de la lumière du jour. D’une manière générale, les ouvertures se feront moins généreuses également sur votre façade est. En cause cette fois-ci, l’humidité liée à la brume matinale. Si vous avez la chance de vivre dans une région épargnée par ce phénomène, il sera possible de disposer de surfaces vitrées supplémentaires. Les rayons du soleil présents le matin vous apporteront un peu de chaleur agréable surtout durant les mois sombres de l’hiver.

La maison bioclimatique est capable d'utiliser l'environnement extérieur pour se protéger. www.maisonsclauderizzon.fr

Au nord, on se protège. C’est par le nord que le froid rentre dans votre maison. Le nombre d’ouverture et surtout leur taille sont limités. Toutefois, les derniers progrès en matière de vitrage autorisent désormais la présence de grandes fenêtres afin de capter tout de même la lumière naturelle. Il faudra simplement s’équiper de vitrages thermiques spécialement adaptés à ce type d’orientation. 

Bien choisir ses matériaux

Le bois s'accorde parfaitement avec le concept de la maison bioclimatique.

Forte inertie. La position du soleil n’est pas le seul élément à prendre en considération lorsqu’on décide de bâtir une maison bioclimatique. Les matériaux constitutifs de cette maison devront répondre à une logique de préservation de la chaleur. D’une manière générale, il faut utiliser des matériaux lourds, denses et opaques. Ces derniers ne laissent pas échapper la chaleur et surtout sont capables de la restituer au bon moment. On parle de matériaux à forte inertie.

Choix des couleurs. De préférence, les murs trombes (ce sont ceux qui captent l’énergie du soleil pour la diffuser par la suite) devront arborer des couleurs sombres. Les tons trop clairs se contentent de réfléchir la lumière sans la transformer en chaleur. Le noir est toutefois à utiliser avec parcimonie, car cette teinte peut entraîner une surchauffe de la maison à la belle saison. Il vaudra mieux opter pour des couleurs dans les bruns ou orangés.

Le choix des matériaux est crucial pour respecter la conception bioclimatique. Ils devront être performants et respectueux de l'environnement.

Bois et nature. Les matériaux naturels, type terre cuite ou crue, liège ou paille, sont à privilégier. Ils stockent très bien les rayons du soleil pour les transformer en chaleur. Mais ils présentent aussi un bilan carbone favorable. La majorité des constructeurs de bâtiments bioclimatiques plébiscitent également le bois, grâce à ses excellentes performances thermiques. Mais si vous souhaitez rester dans une vraie logique écocitoyenne, veillez à sélectionner des essences locales et pas exotiques. Leur bilan carbone est négatif à cause du transport...

Menuiseries. Pour les ouvertures, le recours aux profilés en aluminium particulièrement fins est adapté. Le cadre de la fenêtre prenant moins de place, il autorise une surface vitrée plus importante pour récupérer les rayons du soleil.

Ventilation naturelle

L'ajout de brise-soleil est indispensable pour éviter la surchauffe en été. www.technal.fr

Protection. La maison bioclimatique sait comment tirer pleinement parti de l’énergie naturelle du soleil. Une astuce qui lui permet de réduire sa consommation de chauffage annuelle. Mais dans les régions méditerranéennes, qui bénéficient de l’ensoleillement le plus important de l’Hexagone, ce type d’habitation ne risque-t-il pas d’entraîner une surchauffe ? Rassurez-vous, la réponse est non ! La maison bioclimatique se doit de vivre en parfaite harmonie avec le climat, elle sait donc aussi se protéger du soleil lors de la saison chaude. Volets, rideaux, brise-soleil, décrochés de façade, préaux ou encore avancées de toit… tout est prévu pour que vous ne profitiez que des aspects bénéfiques de l’astre solaire. Certains vitrages à contrôle solaire font aussi partie de l’arsenal recommandé. Les équipements connectés permettent aujourd’hui d’aller encore plus loin dans la gestion des ouvertures pour réguler au mieux votre température intérieure.

La conception bioclimatique reprend les grands principes de l'architecture solaire d'autrefois. velux.fr

Environnement. L’utilisation de la végétation fait totalement partie de la conception de la maison bioclimatique. La présence d’une colline ou d’une forêt à proximité de votre habitation agira comme un rempart naturel contre les intempéries. Les résineux se révéleront utiles pour lutter contre des vents trop forts. Les feuillus présentent eux le double avantage de vous protéger contre les rayons du soleil en été tout en vous laissant profiter de la lumière du soleil en hiver.

Dans le cadre de la conception bioclimatique, l'ajout d'une pergola est recommandé. Cette solution équipée de panneaux photovoltaïques est en plus capable d'assurer l’autoconsommation de la maison.

Pergola. Dans le sud, la mise en place d’une pergola avec des plantes grimpantes est une astuce efficace pour conserver un peu de fraîcheur. Mais aujourd’hui le mouvement a pris une dimension supplémentaire avec le développement des pergolas dites bioclimatiques. Avec leurs lames orientables et pilotables à distances, elles vous permettent de profiter toute l’année de votre terrasse.

Le bon plan

Dans le cadre d’une architecture bioclimatique, l’organisation intérieure des pièces ne devra rien au hasard.

Les chambres seront le mieux exposées à l'est. www.swao.fr

Les pièces à vivre seront disposées au sud afin de profiter pleinement de la lumière du soleil et des longues soirées estivales. Si vous voulez prendre votre petit déjeuner dans la cuisine en assistant au lever du soleil, optez pour une double exposition sud-est.

Les chambres trouveront leur place à l’est. Elles y bénéficient du soleil matinal tout en vous proposant un peu de fraîcheur en soirée.

Les pièces froides (garage, cellier, couloir…) se situent de préférence au nord. Il s’agit d’espaces dans lesquels vous n’avez pas besoin de rester longtemps et qui n’ont pas besoin d’être chauffés. Ils serviront en plus de zones tampons, puisqu’ils renforceront l’isolation thermique de votre maison en diminuant les déperditions de chaleur.

Cette demeure propose une performance bioclimatique 40 % supérieure à l'actuelle RT 2012 et devance même la future réglementation environnementale 2020. Bâti Activ de Haute Goulaine. www.maisonsdelavenir.com

 A quoi ressemble l’architecture solaire ?

 La conception bioclimatique de votre maison doit lui permettre de consommer moins d’énergie. Et surtout d’atteindre plus facilement les normes de la RT 2012. Les premières maisons issues de cette réflexion privilégiaient la simplicité des formes. Comprenez des lignes simples et des volumes compactes, sans décrochés de façades. Pourquoi ? Tout simplement parce que cela évite le risque de ponts thermiques, ces entrées froides qui viennent refroidir la maison. Mais avec l’expérience, les constructeurs se sont rendus compte que la qualité des matériaux autorisaient largement quelques ruptures de façades. Les maisons affichent donc des lignes contemporaines tout en conservant leur dimension écologique.
 

Le prix du confort

Le prix d'une maison bioclimatique dépendra surtout du choix des équipements. www.qualit-enr.org

L’orientation, le recours à la végétation ou la présence d’une pergola n’entraînent évidemment pas un surcoût prohibitif pour votre maison. Il ne s’agit en fait que de principes généraux appliqués de manière un peu plus stricte que pour une maison traditionnelle. En réalité, c’est la qualité des équipements qui risque de faire augmenter votre facture. Par exemple, l’installation d’un système de domotique qui comprend la fermeture automatique des volets et des brise-soleil, la gestion de la lumière représentera un petit surcoût. Idem pour le chauffage, dans le neuf le recours aux énergies renouvelables est obligatoire (poêle à bois, pompe à chaleur, pile à combustible…). Ces appareils sont plus onéreux à l’achat, mais sur le long terme ils vous feront réaliser des économies d’énergie. D’autant que si votre maison respecte parfaitement les principes bioclimatiques, vos factures de chauffage seront largement réduites.

Cliquez sur un département pour voir
des offres de terrains + maisons
Publié par
© construiresamaison.com -