Les préjugés contre la maison en bois

La maison en bois ne jouit pas toujours d’une bonne renommée, et les préjugés à son encontre font souvent feu de tout bois. Désintox.

Elle brûlerait facilement, elle vieillirait mal, serait sonore, chère à chauffer, difficile à assurer…  La maison bois est l’objet de nombreuses critiques, toutes plus injustifiées les unes que les autres. Voici quelques éléments qui, sans aucun doute, rétabliront l’aura des maisons bois.

La maison bois se plie à tous les projets et peut aussi devenir maison de vacances. Ici une réalisation Macoretz imaginée par Jean-Michel Lechanu de Créa Architecture qui l'a pensée de façon à optimiser l’apport solaire. www.macoretz.fr© Macoretz Bois - Macoretz scop

Le feu

Principal préjugé contre les maisons bois : elles prendraient feu pour un oui ou pour un non, et flamberaient beaucoup plus facilement que les autres… C’est absolument faux. Les maisons entièrement en bois, à ossature bois ou à structure métallique sont aussi sûres que les demeures construites dans d’autres matériaux. Les incendies ne sont pas plus susceptibles de s’y déclarer. On pourra y installer des poêles à bois sans aucun problème. Si par malheur un incendie y démarrait, les habitants auraient largement le temps de sortir. Les pompiers considèrent même que ce sont dans les maisons bois à ossature métallique que les risques sont les moins grands en cas d’incendie car l’habitation ne risque pas de s’effondrer d’un coup d’un seul comme les autres constructions (le béton par exemple qui se fissure et s’écrase d’un coup). Que ceux qui ne sont pas convaincus mettent un morceau de charpente sur un poêle : ils auront une idée de la lenteur de la combustion.

Imaginée à partir de la forme des yourtes mongoles, cette demeure bâtie par Maison de Cèdre est bioclimatique. www.maison-de-cedre.fr© La Maison de Cèdre

Les assurances

Contrairement à ce que l’on pense généralement, les assureurs n’ont rien contre les maisons bois. Notamment parce que en cas d’incendie seuls les parements intérieurs brûlent alors que dans une demeure en béton, les parpaings deviennent poreux et se fragilisent. De plus, lorsque les habitations auront été trop mouillées lors de la lutte contre le feu, mieux vaudra tout démolir. Les demeures en bois, elles, sèchent. Car il est presque impossible que le bois soit complètement trempé. Les panneaux en particules de bois peuvent ainsi rester cinq ans dans l’eau, ils ne pourriront pas pour autant. Cela dit, il faudra complètement déshabiller la maison en enlevant le placoplatre, l’isolation, le frein vapeur, l’électricité, les fenêtres. Quant à l'assurance dommages-ouvrage obligatoire qu’il faut contracter avant l'ouverture du chantier, le fait que le bois soit le matériau de construction de la maison ne jouera pas.

Cette petite demeure très raffinée dans sa simplicité s’ouvre sur trois côtés pour mieux inviter ses habitants à savourer la vie au grand air. Elle a été imaginée par iarchitects. www.iarchitects.org© iarchitects

Le prix

C’est aussi un argument fréquemment retenu contre les habitations bois. Demeure d’architecte, chalet luxueux, villa d’inspiration nordique ou canadienne hors de prix… Certes on peut acquérir ce style d’habitation mais il faut relativiser. Les maisons bois coûtent entre 5 et 10% plus cher que les autres types de demeures. Les constructeurs proposent de très beaux modèles à des prix concurrentiels. Même les primo-accédants peuvent envisager de devenir propriétaires d’une maison bois. Certes la construction bois coûte plus cher mais des économies seront réalisées sur certains postes sans nuire à la qualité de la construction. Il y aura moins de gros œuvre par exemple. Les déchets seront réduits au minimum. Le temps de la mise en œuvre sera rentabilisé.

Cette maison ossature bois Gilbert est magnifiée par un bardage extérieur en mélèze de Sibérie naturel. www.entreprise-gilbert.com© Entreprise Gilbert

L’architecture

La maison bois, en particulier celle à ossature bois, permet de laisser libre cours à la créativité. Elle utilisera par exemple des toitures cintrées, une belle variété de matériaux… Une grande souplesse vient du processus d’industrialisation. Même si elle est presque entièrement faite à la main. C’est pourquoi le charpentier spécialisé ossature bois est l’artisan le plus important du chantier, c’est lui qui donne les directives. La maison bois offre une grande liberté aux acquéreurs mais ils craignent souvent de commettre des fautes de goût. Pourtant un simple bardage bleu changera du noir ou de l’ocre.

Le Mobile Ec’Home est un habitat nomade, conçu en ossature bois et isolé en laine de mouton. Il est ultra-design mais même les petits budgets pourront se l'offrir. www.alter-ec-home.com© Alter Ec'Home

La sonorité

Pour éliminer ce problème, les constructeurs utilisaient autrefois une sous-couche phonique sous le parquet. Aujourd’hui, s’ils veulent un produit sain et recyclable, ils posent deux couches de plaques de sol. C’est un produit qui ressemble à du placoplatre mais qui se présente sous de nombreuses compositions et qui résiste bien au feu. Une maison en bois bioclimatique est, elle, complètement sourde. Les sons ne s’y répercutent pas, à l’inverse de ce que le public pense. Cela provient du mélange des matériaux. En effet, la maison bois propose plus de variétés de matériaux que les habitations traditionnelles. Les maîtres d’œuvre jouent également sur l’épaisseur de l’isolant.

Choisir la marque PEFC c'est avoir la garantie que le produit que vous achetez est issu de sources responsables et que vous participez à la gestion durable des forêts. www.pefc-france.org© PEFC France

Le vieillissement

Les maisons en bois sont conçues pour durer longtemps, très longtemps... Témoin la plus vieille demeure européenne en bois encore conservée, qui a été bâtie en Suisse au XIIIe siècle. Le bois qui grisonne est souvent mal aimé, mais c’est une question de goût. On pourra jouer avec le sens de la pose pour obtenir des effets vieillis variés. Les bois seront aussi différents selon les essences, le type de stockage… Le bois naturel lasuré devra être entretenu tous les deux/trois ans. Les bardages peints devront être remis en état tous les sept ou dix ans, exactement comme les maisons traditionnelles. Le vert-de-gris dû soit à la pollution, soit au dépôt de pollen se rincera d’un simple coup de jet d’eau.

Cette maison bois signée IGC ossature Bois a opté pour le Silverwood Nature, un bardage en sapin du Nord, traité classe 3, qui a reçu une lasure incrustée sous vide colorée avec une garantie de 10 ans. www.igc-bois.fr© IGC

Les économies d’énergie

Le bois est un matériau naturellement isolant qui emmagasine de la chaleur et la restitue graduellement. C’est également un régulateur hygrométrique. Il assure l’équilibre du taux d'humidité intérieur. La sensation de froid due à l'excès d'humidité est supprimée. Le besoin en chauffage est ainsi limité. Par ailleurs les tests d’étanchéité à l’air ne posent plus aucun problème. Les maisons ossature bois les passent haut la main. Elles offrent une inertie thermique que les demeures entièrement en bois n’offrent pas. Les acquéreurs bénéficieront de la chaleur en hiver et de la fraîcheur en été. En revanche il faut apprendre à vivre dans ce type de maison. Il est indispensable de la comprendre car il faut savoir quand la ventiler, quand la chauffer – une maison bois monte en chauffe très rapidement. Elle peut souffrir d’être trop chauffée.

Une maison Booa, design et contemporaine, mais à la portée de toutes les bourses. 4 stères de bois suffisent à la chauffer un an. www.booa.fr© Nis & For pour Maisons BOOA

Avis d’expert

Trois questions à Patrice Bideau, architecte et créateur de l’agence a-typique Architecture.

Est-il plus difficile d’obtenir un permis de construire pour une maison bois ?
Il n’y a généralement pas de problème pour obtenir un permis de construire pour une maison bois ou pour une demeure à ossature bois. Les mentalités et les plans d’occupation des sols ont changé. Et le protocole de Kyoto a fini par avoir des effets positifs. Pourtant, parfois la mairie mettra son veto. En Bretagne par exemple, comme s’il n’y avait pas assez de néo-bretonnes, ces maisons qui n’ont pas vraiment d’histoire et qui ne sont même pas bioclimatiques ! L’administration manque de culture architecturale, les mairies ont souvent des a priori et quand les acquéreurs passent outre leur peur du qu’en-dira-t-on, ce sont elles qui rejettent les projets comme les toitures cintrées, même lorsqu’ils sont en accord avec les PLU.

Quels sont les matériaux utilisés dans une maison ossature bois ?
L’ossature constitue le squelette qu’il faut recouvrir de placoplatre. Une deuxième isolation en ouate ou en cellulose de chanvre est posée, sur laquelle vient s’installer le bardage. L’acquéreur pourra opter pour du bois naturel ou de couleur, de l’enduit, du zinc, du fibro-ciment, de l’ardoise… S’il préfère le tout bois, l’ossature pourra être en pin, le bardage en mélèze ou en red cedar… Ce sont des bois locaux dont la provenance est connue. Les circuits courts sont favorisés et leur origine est certifiée. Mieux vaut rester en terrain connu et utiliser des bois qui ont déjà été expérimentés plutôt que rechercher l’originalité à tout prix.

La maison doit-elle être « tout bois » ?
Il est souvent attendu de celui qui conçoit la maison qu’il soit « d’une seule paroisse ». Un seul matériau devrait régner en maître : il faut être tout bois, tout brique… Alors que l’idéal est de s’approprier les différentes matières et de les mettre en résonnance pour valoriser ou renforcer leurs qualités mécaniques et leurs performances thermiques. 

Publié par
© construiresamaison.com -