Construire sa maison en Aquitaine

Dans cette région très prisée, la maison individuelle bénéficie d’une vraie cote d’amour. Les constructeurs surfent sur la tendance pour proposer une offre très variée en termes d’architecture, de plans, de prestations et de services.

En Aquitaine, la maison individuelle reste un véritable art de vivre. © Stanislas Ledoux / Hans Lucas-MAISONS MCA

Entre le bassin d’Arcachon et la dune du Pilat - la plus haute d’Europe -, la Côte de Beauté, le Médoc, la vallée de la Dordogne, Bordeaux ou la Côte Basque, la Nouvelle-Aquitaine est riche d’une intense diversité de paysages, de villes et de villages. Dans ce territoire très prisé, de nombreuses familles souhaitent poser leur première pierre. Et les constructeurs mettent un point d’honneur à accompagner ces acquéreurs, à faciliter leur projet en leur apportant aides et conseils, en les aidant à trouver leur terrain comme leur crédit, en prenant en charge les formalités.

Où trouver des terrains en Nouvelle-Aquitaine ?

Fin de la pénurie foncière

🗣️ « Nous assistons à des corrections de prix, jusqu’à moins 20 %, qui stabilisent le marché des terrains à un niveau d’avant la crise sanitaire, constate Johan Vidal, directeur régional de Demeures d’Aquitaine (groupe HDI). Tous les secteurs sont concernés et des aménageurs lotisseurs se tournent désormais vers les constructeurs avant de se lancer pour écouler plus facilement leur offre ! »

👉 Ainsi, un terrain de 1 100 m2 à Saint-Médard-en-Jalles (Gironde) vendu à 330 000 € a été revendu 250 000 € un an et demi après, ce qui, avec l’évolution des coûts de construction et des taux d’intérêt, génère une opération de construction, frais de notaires compris, à un budget global équivalent.

Un marché de la construction de maison qui s'adapte

La fin de la pénurie foncière est confirmée par Johan Perez, directeur commercial et marketing de Maisons Lara Gironde : « même si les prix des terrains proposés par les particuliers ne sont pas encore tous adaptés à la nouvelle donne du marché, les aménageurs lotisseurs ont compris les enjeux d’aujourd’hui, tant en termes de prix que de volume de production ». Grâce à cette offre, il est possible de trouver des terrains dans des secteurs stratégiques, comme ces parcelles de 300 à 350 m2 à Villenave-d’Ormon à moins de 200 000 €, ces lots de 400 m2 à 280 000/300 000 € dans des villes comme Mérignac ou Pessac.

Le retour des opportunités

Au nord du bassin d’Arcachon, à Andernos, il est possible de trouver un terrain de 500 m2 à 320 000 € et à Gujan-Mestras, une parcelle de 450 m2 requiert un budget minimum de 260 000 €. « Il faut bien avoir conscience que l’on ne trouvait presque plus rien sur ces adresses. La pénurie foncière est derrière nous », insiste Johan Perez.

👉 Quant au secteur situé à 10 min de Libourne, Saint-André-de-Cubzac ou Langon, en Gironde, les prix s’approchent de ceux d’il y a cinq ou six ans, avec, par exemple, un terrain de 600 m2 à 60. 000/65 000 €.

Des réserves de terrains

C’est donc bien sur l’offre, et moins sur une baisse de prix, qu’il convient de se concentrer. Par exemple Home Constructions dispose de 50 lots de terrains à commercialiser en exclusivité entre 400 et 4 000 m2 sur la région. De son côté, Philippe Petiot, président de la Compagnie immobilière Nouvelle Aquitaine (Cina), la holding immobilière de Procivis Nouvelle-Aquitaine, tient des propos encourageants : « grâce à l’organisation du groupe, notamment avec le pôle Promotion-Aménagement Lotissement, nous disposons d’importantes réserves qui nous permettent de proposer des terrains dès l’origine du projet du client, que ce soit, par exemple, à Poitiers, Limoges, Angoulême ou sur la métropole bordelaise ».

Faire construire votre maison

Crédit : Apport personnel obligatoire

Chacun a bien conscience de l’enjeu du financement, mais dans ce domaine il convient de revenir sur certaines idées reçues. Tout d’abord, le blocage n’est pas si important. « Jusqu’à présent, les refus de financement n’excèdent pas 10 % des contrats de construction signés, relève Julien Saubesty, président de la SAS Home Constructions. Il importe de dédramatiser ce point : certes, les banques sont vigilantes sur l’apport, qui a minima doit financer les frais de dossier et les frais de notaire pour le terrain. Elles demandent aux acquéreurs de garder de l’argent de côté, une épargne résiduelle qui ne dépassera pas les 20 000 € pour un budget construction de 150 000 €. » Certes, la hausse des taux d’intérêt peut générer des frustrations sur la capacité d’emprunt, mais il suffit très souvent d’adapter ses souhaits à la réalité, avec, par exemple, l’impasse sur une chambre supplémentaire dans son projet, pour faire passer un dossier.

Des recherches de crédits facilitées

Ensuite, les constructeurs de maisons individuelles ont fortement développé leurs liens avec tout un ensemble de professionnels. « Nous avons des partenaires, notamment des courtiers en crédit immobilier, qui facilitent la recherche de financements, confie Rémi Fromaget, président du groupe InCA (Demeures de la Côte d’Argent et Rouquié Constructions) et ce dans un contexte où les clients commencent à intégrer que les taux d’intérêt et les prix des maisons ne baisseront pas. »

Le financement d’une acquisition moins facile

C’est la raison pour laquelle Procivis Nouvelle-Aquitaine et la société de courtage Ashler & Manson ont noué un partenariat fin 2022. « Déjà, 80 clients de toutes les filiales de Procivis ont bénéficié de cette offre de courtage en projet immobilier, explique Christelle Lempire-Ravat, membre du Directoire en charge du Pôle Maisons Individuelles. Il faut ajouter le « PTZ Procivis », un prêt sans intérêts sous plafonds de ressources qui peut atteindre 50 000 € sur une maison individuelle et financer 20 % d’un projet avec une première année de différé. » Et Philippe Petiot d’ajouter : « nous sommes dans l’esprit du PTZ, mais comme cela ne suffit pas toujours, nous proposons aussi un fléchage vers le Prêt accession d’Action Logement qui permet de financer jusqu’à 30 000 € à un taux réduit. »

Maisons : des gammes à petits prix...

Ces dernières adoptent des formes différentes selon les secteurs géographiques, mais avec une philosophie commune, celle de s’adapter au désir de faire construire« Quand nous pouvons proposer des petits terrains, la maison constitue une excellente alternative à l’appartement, souligne Johan Perez (Maisons Lara). La solution pour les primo-accédants ou de jeunes retraités sur le secteur de Bordeaux métropole peut prendre la forme d’une villa de 90 m2 à étage avec 50 m2 d’emprise au sol, 100 m2 de jardin à l’arrière et 50 m2 devant avec parking. Nous en réalisons pour 350 000 € clés en main, comme encore tout récemment à Talence, à 4 km de Bordeaux. C’est donc tout à fait possible ! »

Maisons prêtes à finir

Avec Pop !, Demeures Côte d’Argent et Maisons Rouquié proposent une surface habitable de 90 m2 pour un budget de 120 660 €. « Cette ligne de maisons personnalisables à coûts maîtrisés apporte une solution à ceux qui disposent de budgets limités », explique Rémi Fromaget. Ma Première Maison, une marque de Maisons d’en France, répond, elle aussi, aux attentes des budgets modestes. Par exemple, dans le secteur de Poitiers ou de Limoges mais aussi bien en retrait de St-Vincent-de-Tyrosse, elles proposent des formes simples, de plain-pied, pour des surfaces de 75 à 85 m2 (deux à trois chambres) pour un budget de 80 000 à 100 000 €. « Ces maisons pour lesquelles il peut rester la peinture et l’aménagement à réaliser sont naturellement conformes à la réglementation actuelle, la RE2020, précise Christelle Lempire-Ravat. Lorsque l’on calcule le reste à charge, le coût mensuel n’est pas supérieur à celui d’un loyer dans le parc privé. » Par exemple, en deuxième ou troisième couronne de Limoges, le budget atteindra 130 000 à 140 000 €, dont 90 000 € pour la maison et environ 40 000 € pour un terrain de 500 m2.

Des solutions pour toutes les envies

Le segment primo-accédant se déploie, notamment pour les classes moyennes, sous différentes formes dans la région. Par exemple, Construction Horizontale (CH) propose, dans les secteurs de Créon ou Libourne, à 25/30 km de Bordeaux des projets pour un budget de 200 000 € tout compris. Home Construction réalise une majorité de maisons de plain-pied sur des parcelles qui le permettent, comme à La Lande-de-Fronsac où, avec un terrain de 500 m2 pour moins de 100 000 €, il est possible de disposer d’une maison de 90 m2 avec trois chambres pour un budget total inférieur à 300 000 € en prêt à décorer, frais de notaires compris. Il est aussi envisageable, pour des projets plus ambitieux, de faire construire à Pompignac ou Tresses, une maison de 120 m2 sur un terrain de 800 m2 pour un budget d’environ 400 000 €.

👉 Quant à la Dordogne, où le foncier reste abordable, toutes les catégories d’acquéreurs peuvent trouver leur bonheur dans ce cadre de vie très agréable. « Une belle maison sarladaise de 80 m2 peut atteindre 160 000 à 170 000 € hors terrain, détaille Christelle Lempire-Ravat à propos des Maisons Aura. Il est aussi possible de trouver des terrains entre 800 et 2 000 m2 dans les secteurs de Sarlat ou Bergerac. Dans la couronne de Perigueux, un terrain de 800 m2 coûte entre 50 000 et 55 000 € sur laquelle on peut réaliser une maison de 140 000 € ».

À noter : face à la hausse des loyers et à la pénurie de logements à louer, l’investissement locatif en maison individuelle gagne du terrain. « Un tiers de notre clientèle investit, soit dans des biens d’exception qui prendront une plus-value soit en consacrant une aile de maison à la réalisation de plusieurs studios comprenant salle de bains et w.-c. et destinés, par exemple, à la location saisonnière, constate Johan Vidal. La tendance s’installe dans le secteur bordelais, mais aussi sur le bassin d’Arcachon. Et pour le propriétaire investisseur, intégrer des loyers dans un projet, c’est aussi un atout auprès des banquiers. »

Le Contrat de construction d’une maison individuelle est devenu incontournable. © Ami Bois

Énergie : priorité au confort et aux économies

Adaptée, optimisée, aménageable, modulable, la maison neuve mise aussi sur la réduction de son empreinte carbone et sur la performance énergétique. « Dans nos « maisons du bon sens », de 50 à 104 m2, la pompe à chaleur air-air est systématisée pour un meilleur confort en toute saison, notamment l’été, indique Rémi Fromaget, un appareil qui s’accompagne d’un ballon thermodynamique pour la production d’eau chaude. La perméabilité à l’air est renforcée et lorsque l’acquéreur le souhaite, nous posons des panneaux solaires. »

On retrouve ces notions de performance dans toutes les maisons neuves. Elles recourent à la conception bioclimatique pour optimiser les apports naturels. Par exemple, elles récupèrent la chaleur du soleil en hiver pour économiser l’énergie. Et en été, les avancées de toiture, les brise-soleil et les volets roulants automatisés apportent une ombre bienvenue, protégeant les maisons des surchauffes.

⚠️ Autre point important : l’isolation. « La renforcer coûte 2 000 € de plus et permet de réduire considérablement les factures de chauffage, explique Johan Perez. Nous avons ainsi augmenté les épaisseurs d’isolants sans rehausser la toiture ou augmenté l’isolation dans les sols, tout comme la résistance des baies vitrées ou des fenêtres. »

Chauffage, eau chaude, mais aussi ouvertures ou encore sécurité, les maisons neuves sont de plus en plus connectées. Des applis dédiées pilotables avec un simple smartphone permettent de contrôler la température dans chaque pièce, de déclencher l’ouverture des baies vitrées pour renouveler l’air intérieur… Ces solutions sont proposées soit en série, soit sous forme de packs à prix optimisé. Dans cette même logique, de nombreux constructeurs proposent des packs photovoltaïques. Le courant ainsi produit est réutilisé dans la maison, pour toujours plus de confort, d’économies et d’écologie.

Les constructeurs réduisent l’empreinte environnementale des maisons neuves. Ils donnent la priorité aux circuits courts, aux matériaux locaux, aux bétons et aux briques décarbonés, aux solutions biosourcées (le bois est de plus en plus présent)... Les maisons sont bâties dans une logique de chantier propre, avec le tri sélectif des déchets de chantier, des économies d’eau et la réduction de la pénibilité pour les artisans et les compagnons. Entre autres exemples de ces actions responsables, citons Ariane Construction (Procivis Nouvelle-Aquitaine). Ce constructeur a réalisé les premières maisons certifiées Cradle to Cradle® (du berceau au berceau) de France. Au programme : matériaux recyclés et réutilisables, récupération des eaux de pluie, optimisation de la qualité de l’air intérieur...

Des services et des garanties

Côté juridique, le Contrat de construction d’une maison individuelle (CCMI) est devenu incontournable, car c’est le seul cadre juridique à offrir de très nombreuses protections aux familles en quête de maison neuve. Avec lui, le prix de la maison est global, forfaitaire et définitif. Et surtout, il intègre systématiquement une garantie de livraison à prix et délais convenus. Si le constructeur est défaillant, son garant trouve et paie une autre entreprise pour terminer la maison dans les délais prévus à la signature et sans dépenses supplémentaires. Le CCMI est aussi sécurisant pour les banques, ce qui facilite grandement l’obtention du prêt. D’ailleurs, de nombreuses banques ne financent que les maisons bâties sous le régime du CCMI. 

👉 À cette sécurité viennent s’ajouter des services complémentaires proposés par les constructeurs eux-mêmes. Par exemple, pour anticiper les inquiétudes de ses clients, le réseau Procivis propose une formule « satisfait ou remboursé » de ses réalisations.

🗣️ Comme l’explique Rémi Fromaget, le métier de constructeur a fortement évolué : « par exemple, avec nos maisons Pop !, face à un niveau d’exigence élevé et grâce à un outil interne, nous apportons quasi instantanément des éléments étayés sur le chiffrage du projet, car la relation client est au cœur de nos préoccupations. » Cette notion de service, qui vient s’ajouter aux garanties de construction, Johan Vidal lui donne forme, entre autres, à travers l’étude du sol : « Nous sommes l’un des seuls à proposer une étude de sol G2 AVP (avant-projet, incluse dans le prix, et qui permet de rassurer le client sur l’adaptation de la maison aux risques naturels, sur le choix des fondations, évitant ainsi toute crainte sur des sinistres dus à la sécheresse dans notre région. » Un service qui illustre bien la réalité du métier de constructeur : faciliter les projets des familles.

Cliquez sur un département pour voir
des offres de maisons neuves avec terrain


La rédaction vous conseille