Faire construire une maison en Pays de la Loire

-

Des styles plus contemporains, de nouvelles façons d’optimiser le terrain, toujours plus de confort pour de nombreuses solutions constructives : les Pays de la Loire se mettent en quatre pour satisfaire les candidats à la construction !

Le Grand Ouest a le vent en poupe ! Dynamique, Nantes attire chaque année de nouveaux habitants séduits par sa qualité de vie et son développement économique. Le littoral n’est pas loin avec les stations de La Baule, Le Pouliguen, Pornichet et la lande non plus avec la Brière. La douceur des Pays-de-la-Loire sur des communes comme Angers ou Saumur charme aussi. Et la Vendée n’est pas en reste avec un bassin d’emplois important du côté des Herbiers et le tourisme balnéaire avec les Sables-d’Olonne.

La maison, un élément fédérateur. Signe qui ne trompe pas : selon le dernier baromètre Markemétron/LCA-FFB, les ventes sur les Pays de la Loire augmentent de 5 % en un an. Un marché où les jeunes ménages qui achètent pour la première fois restent très présents. Dans le Maine-et-Loire, par exemple, 59 % des primo-accédants optent pour la maison selon une étude de l’Agence départementale d’information sur le logement en Maine-et-Loire (Adil 49).

Cette maison à l'architecture traditionnelle arbore quelques touche de modernité, notamment dans le chois de ses ouvertures. www.trabeco.fr

Littoral et Brière : marchés d’exception

Les stations-phares de La Baule et des Sables-d’Olonne mais aussi Pornic, Saint-Brévin, Jard-sur-Mer… attirent. Inutile de rêver d'un terrain face à la mer pour contempler l’horizon. De nombreux terrains de bord de mer sont aujourd'hui classés en zone à risque et deviennent ainsi inconstructibles. Et de façon plus générale, ces parcelles en bord d’océan restent excessivement rares…

Démolition et reconstruction. C’est donc plus vers l’intérieur de la ville qu’il faut s’orienter pour racheter une vieille maison et la démolir ou dénicher une parcelle vierge. Cela a un coût : les villas anciennes bien placées se vendent à prix d’or. Les terrains excentrés aussi, comme cette parcelle de 110 m² vendue 360. 000 € à La Baule. Dans l’arrière-pays, la Brière séduit par sa proximité avec la nature et la mer. Mais à Guérande, les marais salants et le parc naturel de la Brière empêchent toute construction. Ce qui oblige à se positionner loin de la ville médiévale.

Architecture contemporaine ou traditionnelle ?

Longue histoire, riche patrimoine : les Pays de la Loire, c’est une région de tradition. Les nombreux châteaux et manoirs en sont un peu partout les témoignages, soigneusement surveillés par les architectes des Bâtiments de France et avec qui les constructeurs ne peuvent que composer. Ils doivent prendre en compte le plan local d’urbanisme qui lui aussi dicte l’écriture urbaine de la commune.

Une architecture en évolution. En dehors des sites protégés se sont construites des maisons contemporaines. Et si ce vent de modernisme existe encore, il semble s’essouffler comme le signale-t-on chez Maisons Adélie : « les acquéreurs ont envie de sortir du cube avec sa toiture terrasse. Ils ne boudent pas le contemporain mais souvent veulent un mixte avec la partie principale de la maison avec un toit traditionnel et un garage avec une toiture terrasse par exemple ».

Un enduit bicolore apporte une touche de modernité à cette maison traditionnelle. www.maisonsdominiquecharles.fr

Architecture mixte. Un point de vue partagé par les Maisons Bernard Jambert (Groupe Hexaôm) : « Dans le Maine-et-Loire, on remarque en effet une demande d’architecture mixte, moins monotone que le cube basique et la recherche de matériaux nobles pour agrémenter la façade ». Des demandes auxquelles les constructeurs s’adaptent. Ils font de plus en plus de maisons sur mesure tandis que les modèles catalogue servent de base aux acquéreurs qui personnalisent ensuite.

Particularités régionales. Les toitures en ardoise sont l’apanage du nord de la Loire tandis que la Vendée arbore ses tuiles. En Brière, certaines maisons sont encore construites avec un authentique toit en chaume. Et curieusement, ce matériau qui était autrefois réservé aux budgets les plus modestes devient un vrai luxe comme on le confirme chez Maisons Bouvier : « il y a très peu d’artisans qui ont ce savoir-faire. Il faut déjà être patient et prévoir un an d’attente. Et compter un coût supplémentaire de 30. 000 € environ ». Le prix du charme et de l’authenticité !

Une maison spacieuse, lumineuse et connectée

Maison de plain-pied en diffus et souvent à étage en lotissement, sur mesure ou à partir de modèles de base pouvant être personnalisés, elle se veut spacieuse pour accueillir une famille. La surface moyenne est de 120 m2, avec trois chambres. Soucieux de coller à tous les budgets, les constructeurs proposent des villas d’entrée de gamme d’une soixantaine de mètres carrés. Elles pourront s’agrandir par la suite grâce, par exemple, à l’aménagement des combles. Ces professionnels peuvent aussi bâtir de grandes demeures d’architecte qui dépassent les 200 m2.

Des intérieurs confortables. Les vastes cuisines totalement ouvertes ou semi-fermées avec une verrière sont toujours très à la mode. La suite parentale est presque systématique, avec douche à l’italienne. Elle est très souvent conçue comme un salon de beauté, avec des teintes tendance, des robinetteries et sanitaires de marque.

Une architecture élégante tout en courbes pour cette belle demeure qui profite d'un Lumicène. www.maisons-bernard-jambert.com

Des maisons lumineuses. L’autre luxe, c’est la lumière avec de grandes baies vitrées qui laissent passer les rayons du soleil. Et comme la plupart des constructeurs proposent dans leur contrat de base le pilotage des volets et du chauffage via un smartphone relié à une box, il est alors facile de baisser ou monter ses volets selon les heures de la journée et de n’importe quel endroit. En revanche, la gestion de l’alarme, de la lumière, du portail ou de la porte du garage est une option installée au cas par cas et à la charge financière du maître d’ouvrage.

Des services en plus. Pour faciliter la vie de leurs acquéreurs, certains constructeurs de maisons vont encore plus loin et lancent des applications spécifiques. Alliance Construction, par exemple, propose une application dans laquelle sont rassemblés tous les documents liés à la construction, aux garanties, au pilotage des consommations, aux kits d’entretien, un rappel pour le nettoyage de certains éléments… Un véritable « auxiliaire » de maison. D’autres comme Maisons Bouvier proposent l’accompagnement d’un architecte d’intérieur ou d’un paysagiste pour le jardin…

Un habitat qui respecte l’environnement

Côté matériaux, les solutions employées en Pays de la Loire restent classiques, comme le montre une récente enquête EDF. 65 % des maisons sont bâties en blocs béton, la brique représentant 19 % de parts de marché. Les constructeurs privilégient le vide sanitaire (huit maisons sur dix), une formule qui marie solidité et capacités isolantes. En matière d’énergie, les pompes à chaleur air/eau ou air/air se rencontrent dans 64 % des cas (19 % pour le gaz et 15 % pour le chauffage bois). Au bout du compte, les maisons de cette région affichent des consommations d’énergie moyennes inférieures de 15 % aux plafonds imposés par la réglementation thermique actuelle, la RT 2012.

Architecture ultracontemporaine pour cette grande villa : décalage de volumes, jeu de bardages et de couleurs, variété des ouvertures... www.logemaine.com

Des professionnels écoresponsables. Désormais, les constructeurs souhaitent s'engager. Témoins les Maisons Bernard Jambert, qui proposent des packs de panneaux photovoltaïques pour favoriser l’autoconsommation de cette électricité verte. Certains ont même fait de l’écologie un cheval de bataille. C’est le cas d’Alliance Construction : « Nous devons être force de propositions sur l’évolution de l’habitat et être écologiquement responsable. Notre groupe a toujours été en avance sur la maison passive et aujourd’hui nous lançons, en partenariat avec des industriels, une maison à ossature bois et matériaux bio sourcés, sans colle ni produits chimiques ».

Les chantiers passés au crible. Occasionner le moins de nuisances possibles, tel est le credo des constructeurs. Maisons Bouvier s’associe à l’opération « Bâtir pour la planète » de la Fédération française du bâtiment. Le constructeur s’engage ainsi à recycler les déchets de bois, pierre, fer… en faisant appel à des prestataires de la région et à travailler le plus possible avec des acteurs locaux. « Nos acheteurs y sont de plus en plus sensibles et pour nous, ce sont de vrais critères de sérieux comme de qualité », note-t-on chez Maisons Bouvier.

Une maison, mais à quel prix ?

Le prix d’une maison est fonction de sa surface et des prestations retenues par l’acheteur si celles-ci sortent du contrat de base. Dès lors, le changement des faïences de la salle de bains, des toilettes, de la qualité de la moquette… va occasionner un surcoût à la charge de l’acheteur. La difficulté de construire, notamment en milieu très urbain ou en zone inondable, peut occasionner des coûts supplémentaires. Mais pour une maison de qualité aux prestations classiques, il faut compter entre 1.400 et 1.600 €/m². Hors terrain, le prix de la maison de 120 m² oscillera entre 168.000 et 192.000 €.

L'élégance de la tradition avec une toiture en tuiles pour cette réalisation qui fait la part belle à la lumière. www.maisonsephoria.fr

Des maisons performantes. Certes, le budget est plus élevé que celui d’une maison ancienne. Mais la maison neuve n’est pas énergivore et grâce à la RT 2012, elle ne consomme quasiment rien en énergie. Pour une villa toute neuve d’une centaine de mètres carrés, la facture de chauffage et d’eau chaude tournera autour de 500 € par mois en utilisation classique. C’est trois à cinq fois moins que les villas de seconde main ! Et puis les maisons neuves, qui arborent A ou B sur l’étiquette énergie, se revendent, toutes choses égales par ailleurs, 11 % plus cher que celles qui sont classées D, comme le prouve une très rigoureuse étude des Notaires de France.

Autre atout : des taux de crédit très bas. Sur vingt ans, le taux moyen tourne autour de 1,20 % hors assurance, soit trois fois moins qu’en 2015. Et les meilleurs dossiers, sur cette durée, peuvent emprunter à 0,80, voire 0,60 % ! Autre atout pour les emprunteurs : les banques sont moins exigeantes sur l’apport personnel et acceptent plus facilement les crédits sur vingt-cinq ou trente ans, qui augmentent le pouvoir d’achat. Enfin, pour les primo-accédants, la Coopérative vendéenne du Logement, avec sa gamme Prim’Access, propose, sous plafonds de ressources, d’accéder progressivement à la propriété par le biais de la location accession. Une formule possible grâce au dispositif du Prêt social location accession (PSLA).

Jeu de volumes et de couleur d'enduit pour cette réalisation à l'architecture contemporaine. www.depreux-construction.com

Louise Granger 

Cliquez sur un département pour voir
des offres de maisons neuves avec terrain