Pays-de-la-Loire : maison, douce maison...

-

Des styles plus contemporains, de nouvelles façons d’optimiser le terrain, toujours plus de confort pour de nombreuses solutions constructives : les Pays de la Loire se mettent en quatre pour satisfaire les candidats à la construction !

Les Pays-de-la-Loire arrivent le plus souvent en tête des études et des sondages réalisés sur la qualité de vie en France. Et c’est plutôt logique tant la région a de qualités à faire valoir. Les plus connues : la douceur légendaire des bords de Loire, des communes et villages empreints d’histoire tout au long du fleuve, des métropoles dynamiques telles Nantes et Angers, des bassins d’emplois et des villes étudiantes et puis l’océan et ses stations balnéaires facilement accessibles...

Comme dans bien d’autres régions, la maison individuelle est très recherchée. Les confinements ont renforcé ce mouvement, avec de nouveaux besoins. « Les acquéreurs ont eu envie de plus d’espace et d’extérieur et ont quitté des appartements anciens exigus et sans terrasse pour une maison neuve avec un jardin », constate Stéphane Landemaine, directeur général de l’Atelier Logémaine et président du Pôle Habitat FFB Pays-de-la-Loire. Et d’ajouter : « Avec la possibilité du télétravail, ils ont fixé une nouvelle exigence, celle d’avoir un TGV pour les métropoles comme Nantes ou Angers ainsi que celle d’être desservie par un train pour les communes de première ou seconde couronne de ces grandes villes ». Des envies soutenues par des taux d’intérêt au plus bas et par une aide financière efficaces, le PTZ, un crédit gratuit destiné aux primo-accédants et distribué par la plupart des banques. 

Moderne vous avez dit moderne ? Cette villa affiche une ligne ultracontemporaine et se distingue avec son parement en pierre en façade. www.allianceconstruction.fr

Architecture apaisée

Les constructeurs ne réalisent plus des maisons de catalogue, toutes identiques. Parfois, le modèle de base sert de point de départ et va être personnalisé en fonction des besoins et des envies des futurs occupants. Dans bien d’autres cas, il s’agit de maisons sur mesure comme l’explique Rozzen Le Bullenger, directrice générale des Maisons Bouvier : « nos dessinateurs partent d’une feuille blanche, sur papier, ce qui est plus lisible. C’est un moment de dialogue entre nos équipes et notre client pour bâtir un projet unique, en accord avec les désirs des familles, mais aussi leur budget et les règles d’urbanisme ».

Selon l’environnement du projet, certains éléments architecturaux sont autorisés ou pas. Tout dépend ce qu’indique le Plan local d’urbanisme (Plu) en matière de pentes de toiture, de l’utilisation d’ardoises ou de tuiles, de toiture plate, de couleurs d’enduit ou d’huisseries… Les architectes des Bâtiments de France (ABF) ont aussi leur mot à dire si la maison se trouve dans un périmètre classé ou sauvegardé comme Cunault, Fontevraud, Le Thoureil en Maine-et-Loire, Le Pouliguen, la Brière, Piriac en Loire-Atlantique par exemple.

Une architecture élégante tout en courbes pour cette belle demeure qui profite d'un Lumicène. www.maisons-bernard-jambert.com

Mais rassure Rozzen Le Bullenger, « nous sollicitons leur avis très en amont du projet pour s’assurer de sa faisabilité et ne pas embarquer notre client dans des chimères improbables ». Et puis les constructeurs connaissent leurs secteurs et les règles qui y sont appliquées. « Il faut tenir compte de la topographie du terrain, travailler autour de la contrainte, faire des décrochés de niveau, amener un rythme sur les façades », poursuit Nicolas Descombes, dirigeant du groupe Berthelot. Un ouvrage facilité par les outils numériques d’aujourd’hui, qui permettent de bien visualiser le projet.

Lorsque le Plu et les ABF le permettent, la toiture terrasse correspond à une vraie demande. « La toiture plate est recherchée parce qu’elle donne à la maison une écriture contemporaine plus épurée », observe Olivier Pocholle, président du groupe Bernard Jambert (Groupe Hexaôm). La toiture terrasse sur toute la maison accuse un coût élevé dû à une étanchéité renforcée. Aussi, certains acquéreurs choisissent une toiture classique pour la maison et une toiture plate sur les parties annexes comme le garage.

Une grande terrasse pour profiter pleinement du jardin. www.design-habitat.fr

Les huisseries des grandes baies vitrées jouent la couleur anthracite et les enduits se déclinent entre beige, blanc et gris. Dans un tout autre registre et spécifiquement en Brière, la « chaumière » fait partie du paysage. Les Maisons Bouvier en livrent quelques-unes chaque année. Mais la chaumière est désormais un habitat de luxe, une toiture en chaume coûtant 20 % de plus qu’une couverture classique, nécessitant un savoir-faire artisanal unique.

Un cocon sans perte d’espace

Le confinement a fait prendre conscience qu’il fallait un cadre de vie spacieux où la famille puisse se retrouver au complet tout en ayant des endroits plus intimes et dédiés au télétravail. Pour optimiser l’espace sans rogner sur la surface, les acquéreurs sacrifient de plus en plus l’entrée, qui autrefois était une pièce à part entière. « Aujourd’hui, on rentre directement dans la pièce centrale qui est généreuse et lumineuse. Mais les acquéreurs n’oublient pas de créer un coin isolé pour télétravailler. Il est séparé des autres volumes par une cloison amovible ou placé, dans une maison à étage, sous l’escalier ou en mezzanine », analyse Olivier Pocholle.

La grande pièce espace de vie débouche sur la cuisine, encore majoritairement ouverte. La suite parentale, avec salle d’eau et de plus en plus dressing, se situe en rez-de-chaussée pour une maison à étage ou à l’écart de l’aile réservée aux enfants pour une maison de plain-pied. Le confort passe aussi par une connexion Internet de qualité pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions ou suivre des cours en distanciel, mais aussi pour profiter de volets roulants électriques et pilotables à distance, d’une mise en route ou d’un arrêt du chauffage à distance, pour actionner l’alarme, l’ouverture du portail… Les boxes proposées par les industriels permettent, via des modules, de s’équiper progressivement, en fonction de ses besoins.

Une construction qui mêle moderne et traditionnel pour un résultat élégant et original. www.groupe-bdl.com

Le confort, c’est aussi une maison bien chauffée. En Pays-de-la-Loire, la pompe à chaleur est majoritaire. Dans les maisons positionnées sur le secteur haut de gamme, le plancher chauffant est largement utilisé. Il offre l’avantage de donner une chaleur identique à toute la pièce, évite la perte de place prise par un radiateur et en cas de réversibilité rafraîchit l’été. Cette pompe à chaleur peut aussi produire l’eau chaude (appareil dit double service) et même se charger en plus du rafraîchissement (triple service).

Innovation et environnement

En Pays-de-la-Loire comme partout en France, le monde de la construction s’est depuis longtemps mobilisé pour répondre au défi de la Réglementation environnementale 2020. Applicable aux maisons dont le permis de construire est déposé à compter du 1er janvier 2022, cette nouvelle règle renforce la performance énergétique. Les maisons RE 2020 consommeront deux fois moins d’énergie que celles qui répondaient à la Réglementation thermique 2012, la règle en vigueur jusqu’au 31 décembre 2021.

La grande nouveauté de la RE 2020, c’est la réduction de l’empreinte carbone, une exigence qui concerne les énergies comme les matériaux de construction. Elle soigne également le confort d’été pour permettre aux maisons neuves de rester confortables même en période de canicule. Avec ce texte, les maisons seront donc plus écologiques et très peu gourmandes en énergie, mais elles seront aussi un peu plus chères. Une hausse que les constructeurs estiment à 6 ou 8 % par rapport à la RT 2012.

Un enduit bicolore apporte une touche de modernité à cette maison traditionnelle. www.maisonsdominiquecharles.fr

Reste que les constructeurs, avec leurs partenaires industriels et bureaux d’études, travaillent d’arrache-pied pour limiter l’addition. Un effort qui ne date pas d’hier. Et qui porte ses fruits, nombre de professionnels étant prêts à relever le défi de la RE 2020. Chez Logemaine, les maisons sont certifiées NF Habitat HQE, garantissant une meilleure isolation thermique et acoustique et une meilleure qualité de l’air, ce qui permet d'anticiper la RE 2020.

Dans le groupe Berthelot, on prend également les devants. « Nos maisons affichent des performances supérieures de l’ordre de 15 % par rapport à la RT 2012 », indique Nicolas Descombes. « Nous travaillons sur le carbone en utilisant des matériaux biosourcés et de la brique. Et notre service Recherche et Développement a construit trois maisons laboratoires pour tester le béton décarboné, le recyclage des déchets et l’économie circulaire. » Chez Design Habitat, on utilise la Bio’bric. « C’est une brique en terre cuite faite de pâte d’argile qui a la particularité d’être quatre fois plus isolante que le béton et qui ne craint ni l’eau, ni l’humidité », explique Sébastien Lesueur, directeur de l’agence nantaise.

Entre les deux ailes protectrices de la maison, la terrasse est un havre de paix qui appelle à ralentir pour savourer l’instant. www.tradilignes.fr

Prix de la construction

Le coût de la maison dépend de sa superficie et de ses prestations. Sur des terrains complexes, marécageux ou sismiques comme en Loire-Atlantique, des fondations spécifiques peuvent alourdir la facture. De même, si vous prenez des finitions non contractuelles, mais en option au niveau du carrelage, du parquet, des sanitaires… il faudra en assurer le surcoût. Actuellement, il faut compter entre 1.400 et 1.800 €/m². Le haut de gamme, ou encore les maisons passives (elles n’ont pas besoin de chauffage, ni de clim’ pour assurer le confort de leurs habitants) dépassent les 2.500 €/m². Les constructeurs n’oublient pas les jeunes familles modestes, les primo-accédants. Ils leur proposent des maisons à petit prix, de l’ordre de 1.200 €/m². Elles affichent des formes simples et des volumétries compactes, avec de nombreux éléments industrialisés pour gagner en coût sans brader la qualité. Elles comportent souvent des combles aménageables. Des espaces qui seront transformés en chambre lorsque la famille s’agrandira. Evidemment, ces maisons sont conformes aux réglementations et sont très économes à l’usage.

Certains clients, pour mettre la main à la pâte ou par souci d’économie assurent eux-mêmes la peinture. Il faut dire que l’économie est de taille quand on s’installe à savoir autour de 7.000 € pour la peinture d’une maison de 100 m². Dans tous les cas, on ne peut que recommander de passer par un constructeur travaillant dans le cadre du contrat de construction de maison individuelle (CCMI). Ce contrat apporte de nombreuses protections, comme le prix global, forfaitaire et définitif, la notice descriptive précise, le délai de rétractation de dix jours et, surtout, la garantie de livraison à prix et délais convenus. Enfin, la signature de ce contrat facilite l’obtention de votre crédit, les banques prêtant de préférence aux acquéreurs achetant dans ce cadre légal.

Modèles de maisons

Elisabeth Lelogeais

 

Cliquez sur un département pour voir
des offres de maisons neuves avec terrain