Acheter un terrain en Pays-de-la-Loire

-

La première étape de la construction commence par la recherche de terrains à bâtir qu’il s’agit de dénicher dans un périmètre en rapport avec son mode de vie, qu’il soit citadin, périurbain ou campagnard.

 

En matière de terrain, les Pays de la Loire doivent composer avec un paradoxe : « l’offre se trouve majoritairement dans les terres alors que la demande se situe au cœur des communes ou sur les communes côtières », explique Jean Marie Gaudin, responsable des agences Maisons d’en France Atlantique. Ceux qui optent pour le bord de mer auront bien du mal à trouver une parcelle tant l’offre est ténue. Ils devront aussi tenir compte de la loi Littoral qui réglemente strictement la construction, ou encore des Plans de prévention des risques littoraux (PPRL). Ce document indique les risques de submersion et d’érosions marines.

Autre option : acheter une vieille bicoque à démolir pour reconstruire une villa toute neuve. Ce qui peut se trouver dans certains centres-villes ou en bordure de littoral. Mais les opportunités demeurent rares. Et puis et la reconstruction peut s’avérer complexe et chère. Dans la même logique, certains propriétaires de maisons anciennes bâties sur de grands terrains choisissent de vendre une partie de cette parcelle, par exemple pour financer un projet de rénovation. Pour les candidats à la construction, c’est une bonne occasion d’acheter du foncier dans un secteur urbanisé, avec la proximité, des écoles, des commerces et des services.

Des opportunités dans les lotissements

En Pays de la Loire, on trouve aussi des lotissements. Ces opérations abritent des terrains viabilisés, bornés et constructibles, qui sont situés dans la continuité des secteurs urbanisés, ce qui facilite la vie quotidienne. Ces parcelles se font aujourd’hui plus petites, ce qui correspond aux besoins d’acquéreurs qui ne veulent plus passer leurs week-ends à tondre la pelouse et tailler les haies. « Grâce à nos partenariats avec des aménageurs, nous aidons les familles à trouver leur terrain, mais aussi à monter leur financement, de quoi faciliter les projets », assure Rozenn Le Bullenger, présidente des Maisons Bouvier. Les prix, eux, font le grand écart, les valeurs les plus élevées se rencontrant en ville et sur la côte. Dans la première couronne de la métropole nantaise, sur Carquefou, Orvault, Rezé,La Chapelle-sur-Erdre, le mètre carré varie entre 350 et 450 €, voire plus pour un emplacement remarquable au sein de la commune. En seconde couronne, les valeurs descendent autour de 300 €/m²sur Saint-Marc-du-Désert, La Chapelle-Besse avec parfois des pointes à 400 €/m² en plein bourg.

Mais, explique Cyril Bocquel, dirigeant des Maisons Arlogis, « dans des lotissements communaux, certaines municipalités réservent des terrains pour des primo-accédants, les faisant bénéficier de prix très attractifs, 257 €/m² sur Carquefou, 170 €/m² à la Bernerie-en-Retz. En contrepartie de clauses non spéculatives comme l’obligation de ne pas revendre dans les cinq ans…». Des opportunités intéressantes qui permettent à quantité de familles de poser leur première pierre dans d’excellentes conditions.

Sur Saint-Nazaire, il faut tabler entre 300 et 400 €/m². Sur Angers, les prix tournent autour de 350 €/m² sur Avrillé, Beaucouzé… et 200 €/m² en seconde périphérie. En Vendée, sur Challans, la Roche-sur-Yon ou les Herbiers, la fourchette de prix oscille entre 180 et 250 €/m². Côté littoral, les prix flambent autour de la Baule et des Sables-d’Olonne, à plus de 500 €/m². Saint-Gilles-Croix-de-Vie , Pornic ou les stations du Pays de Retz ne sont pas épargnées, même si les valeurs sont moindres.