RE 2020 : c’est parti pour la maison bas carbone !

Publié par -

Le décret détaillant la Réglementation environnementale RE 2020 est paru au Journal Officiel. Gros plan sur un texte qui va renforcer la performance des maisons neuves et réduire leur empreinte carbone.

Les textes précisant la Réglementation environnementale 2020 sont parus au Journal Officiel du vendredi 31 juillet 2021. Cette nouvelle réglementation, qui succède à l’actuelle Réglementation thermique RT 2012, s’appliquera aux logements neufs (donc aux maisons que l’on fait bâtir) dont le permis de construire sera déposé à compter du 1er janvier 2022. Ce que la RE 2020 va changer ? Elle va augmenter la performance du bâti, réduire l’empreinte carbone des énergies comme des matériaux et améliorer le confort d’été. Explications pour mieux comprendre ces nouvelles normes écologiques.

Efficacité. D’un point de vue réglementaire, le coefficient Bbio mesure le besoin en chauffage d’un bâtiment. Il ne doit pas dépasser un certain plafond, le BbioMax, défini en fonction de l'adresse du projet de construction. La RE 2020 baisse le BbioMax de 20 à 30 % par rapport à la RT 2012. Résultat : une maison RE 2020 sera deux fois plus performante qu’une maison RT 2012, cette dernière consommant déjà trois à cinq fois moins que l’ancien.

Décarbonation. La RE 2020 insiste sur la réduction de l’empreinte carbone. Les émissions de CO2 des matériaux ne pourront pas dépasser certains niveaux. Plutôt que de tout miser sur le bois, la nouvelle réglementation met l’accent sur le mélange des matériaux, les industriels de la brique et du béton accélérant la décarbonation de leurs solutions. L’énergie suit la même logique. Le gaz naturel va perdre du terrain, alors que les énergies renouvelables (thermodynamique, biomasse, solaire) vont en gagner.

Fraîcheur. La RE 2020 augmente les exigences en matière de confort d’été. Le besoin de froid sera pris en compte dans le calcul du Bbio et les maisons devront respecter des règles strictes de contrôle de la température intérieure. La RE 2020 est conçue pour éviter le recours à la climatisation. La priorité sera donnée à la conception bioclimatique et au refroidissement passif (brise-soleil, stores automatiques, surventilation nocturne, pompes à chaleur rafraîchissantes, etc.). 

Conséquences. Exigeante, la RE 2020 devrait faire monter le prix des maisons. Mais les constructeurs, accompagnés par les bureaux d’études et les industriels du bâtiment, arriveront sans doute à limiter ces surcoûts. Pour autant, les maisons RE 2020, plus économes à l’usage et plus responsables sur le plan environnemental, prendront davantage de valeur au fil du temps et devraient trouver plus facilement acquéreur lors de la revente. Vogue de l’écologie oblige !

RE 2020 : l’aboutissement d’un parcours compliqué
La RE 2020 a été initialement présentée fin 2020 par le ministère de la Transition écologique. Très stricte, elle devait s’appliquer à l’été 2021 (voir ce dossier). Des délais trop courts et des exigences trop élevées dans une période marquée par la crise sanitaire et économique. Répondant aux demandes des professionnels, le ministère a assoupli quelques points de la RE 2020. Entre autres exemples, la réduction de l’empreinte carbone est un peu moins importante que prévu et le gaz naturel bénéficie d’un délai de grâce pour les lotissements raccordés à cette énergie. Autre modification : l’entrée en vigueur, qui est donc fixée au 1er janvier 2022 (date de dépôt du permis de construire). Les ajustements sont décrits dans cet article.