Canicule : la maison neuve résiste !

Publié par -

Grâce à une réglementation exigeante et à de nouvelles solutions techniques et architecturales, les maisons neuves de 2022 soignent leur confort d’été. Du coup, elles restent fraîches mêmes quand il fait très chaud.

35°C, 40°C voire davantage… La canicule qui s’abat actuellement sur la majeure partie de la France a de quoi marquer les corps comme les esprits. D’autant que c’est la première fois qu’une telle vague de chaleur se met en place dès le mois de juin. Le plus inquiétant : avec le réchauffement climatique, ces épisodes vont se multiplier. La question, c’est de savoir comment s’adapter. Et dans ce domaine, il faut bien reconnaître que la construction d’une maison individuelle a une longueur d’avance. Logique : les dernières réglementations abordent une notion longtemps ignorée : le confort d’été. Grâce à de nombreuses dispositions techniques et architecturales, elles permettent aux nouvelles villas de rester vivables même quand il fait très chaud. Et le plus souvent sans recourir à la climatisation, une solution aussi énergivore que peu écologique. Et ça marche !

Des maisons fraîches. Dès janvier 2013, la Réglementation thermique 2012 renforce l’isolation et l’étanchéité des maisons, ces dernières devant respecter des plafonds de consommation d’énergie. En matière de confort d’été, la RT 2012 met en place une température intérieure conventionnelle ou TIC. Basée sur des données météo, cette TIC atteinte en été pendant cinq jours doit être inférieure à la température intérieure conventionnelle de référence (TIC REF) calculée dans l’étude thermique. Pour respecter cette règle, les maisons misent sur l’inertie thermique : plus le matériau est capable de stocker la chaleur, plus l’intérieur du logement reste frais. En RT 2012, on table aussi sur les solutions bioclimatiques comme les protections solaires (brise-soleil, volets roulants, etc.) ou la capacité à créer des courants d’air.

Confort d’été renforcé. La Réglementation environnementale 2020 (RE 2020) va plus loin. Remplaçant la RT 2012 depuis le 1er janvier 2022, elle améliore la performance de la maison et réduit son empreinte carbone. Et elle renforce le confort d’été. La RE 2020 considère que la maison est inconfortable lorsque sa température dépasse 28° le jour et 26° la nuit. Elle mesure cet inconfort à la saison chaude avec un indicateur dédié, le Degré Heure (DH). En dessous de 350 DH, la maison est conforme à la RE 2020. Au-dessus de 1 250 DH, elle ne l’est pas. Entre les deux, elle est réglementaire. Dans ce cas, pour la pousser à se rapprocher des 350 DH, la RE 2020 lui impose un forfait de consommation d’énergie. Et comme cette dernière est plafonnée, il faut plancher sur des solutions non-consommatrices pour garder de la fraîcheur.  

Protections solaires. Pour créer des maisons confortables en été, on mise sur l’isolation et l’inertie thermique. Là encore, des matériaux denses stockent les calories solaires le jour, calories qui sont évacuées la nuit par des systèmes de surventilation. Comment ça marche ? La nuit, un automatisme entrouvre une fenêtre de toit et une baie vitrée au rez-de-chaussée pour évacuer l’air intérieur chaud et le remplacer par un air extérieur plus frais. Mais la solution la plus efficace, c’est la pose de protections solaires. Lorsque la température monte, les volets roulants se ferment automatiquement, protégeant ainsi la maison des surchauffes. Ces systèmes peuvent être alimentés par des panneaux photovoltaïques, mariant ainsi confort et écologie. Ils peuvent être associés à des brasseurs d’air (les bons vieux ventilos).

Idées rafraîchissantes. Avancées de toitures, casquettes et autres brise-soleils apportent un ombrage bienvenu à l’intérieur. On peut aussi placer, devant les baies vitrées orientées au sud et à l’ouest des arbres à feuilles caduques, qui laissent passer la chaleur en hiver et la bloquent en été. Côté menuiseries, les fabricants proposent des vitrages à contrôle solaire. Revêtus de films métalliques invisibles, ils bloquent la chaleur tout en laissant entrer la lumière. Un équipement gagne du terrain : la pompe à chaleur air-air. Réversible, elle insuffle à l’intérieur de la maison de l’air chaud en hiver et de l’air frais en été. Les pompes à chaleur air-eau, quant à elles, peuvent simplement faire circuler de l’eau fraîche dans le plancher hydraulique pour faire baisser la température intérieure de quelques degrés.

Combien ça coûte ? Les impositions de la RE 2020, qu’il s’agisse de performance énergétique, de décarbonation et de confort d’été changent les façons de bâtir. Mais les constructeurs, avec leurs bureaux d’études et leurs partenaires industriels du bâtiment, savent relever le défi. Reste que ces exigences ont un effet inflationniste. Selon les régions, les surfaces et les impositions architecturales, la RE 2020 fait monter les prix de 5 à 8 % en moyenne. Mais c’est aussi un investissement dans le confort et plus encore dans la valorisation de la maison. Avec la RE 2020, les maisons neuves affichent toujours un A ou un B sur le diagnostic de performance énergétique. Or ces logements bien classés se revendent plus cher que les autres, comme le prouvent de très documentées études des Notaires de France.

Nous consacrons de nombreux dossiers au confort d’été et à la RE 2020. Vous pouvez consulter La maison bas carbone, mais aussi Les dix clés du confort d’été ou encore RE 2020, climatisation ou refroidissement. Et ‘hésitez pas à aborder la question avec votre constructeur !