La toiture se dévoile

Publié par -

La toiture est bien plus qu’un rempart contre les intempéries ! C’est un élément clé de votre architecture. Du choix de la pente aux matériaux de couverture, cet ouvrage peut changer le visage de votre maison. Regards croisés de trois experts.

C’est la cinquième façade de la maison ! Si la pente de votre toit est forte, cet ouvrage sera en effet aussi visible que la façade de votre habitation. Une bonne raison pour choisir avec soin les matériaux de couverture et la forme du toit pour donner du cachet à votre construction. Une liberté qui peut être cependant limitée par la configuration du terrain comme le rappelle Grégory Fangelli, responsable du bureau d’études du constructeur francilien Maisons Berval. Sans oublier les règles d’urbanisme en vigueur sur la parcelle qui peuvent être contraignantes surtout si vous faites construire dans un secteur dépendant des architectes des Bâtiments de France (ABF).

Ce cahier des charges respecté, vous bénéficierez d’un large panel de produits proposés par les industriels de la terre cuite. Un matériau qui fait les beaux jours des maisons d’autant plus que les modèles et teintes s’intègrent aussi bien aux constructions contemporaines qu’aux architectures plus classiques comme le rappelle Jean-Baptiste Fayet, président du groupement des tuiliers à la Fédération française des tuiles et briques (FFTB).

Partie intégrante du style architectural de votre habitation, la toiture s’adapte aussi à vos besoins. Si votre maison est dotée de combles perdus, vous pourrez aménager, sous certaines conditions, ces espaces pour gagner de précieux mètres carrés. Une chambre ou un bureau pourront en effet prendre place facilement sous la toiture après quelques travaux comme le décrit Thibaut Charpentier, gérant d’Evocombles, une entreprise spécialisée dans l’aménagement des combles. Ces travaux devront être cependant réalisés par de véritables professionnels car la création d’un nouvel étage ne doit pas menacer la stabilité de la maison.

Avis d'expert 1

« Un point essentiel pour les clients »

Rempart contre les intempéries, la toiture affirme la signature architecturale et constitue la cinquième façade de votre maison. Mais la réalisation de cet ouvrage est soumise à différentes contraintes. La toiture devra se plier aux règles d’urbanisme, à l’environnement et à la configuration du terrain. Analyse de Grégory Fangelli, responsable du bureau d’études des Maisons Berval (Groupe Hexaôm), un constructeur haut de gamme certifié d’Île-de-France. Ce professionnel participe à la mise au point des projets avec les acquéreurs et au dépôt de leur demande de permis de construire en mairie.

Construire sa maison : Comment vos acquéreurs perçoivent-ils la toiture dans leur projet ?
Grégory Fangelli : C’est un élément essentiel pour eux, car leurs choix contribuent à l’esthétique de leur maison. Ils peuvent en effet jouer sur les matériaux de couverture, la géométrie (deux pentes ou quatre pentes, toiture de type Mansart) où l’ajout d’une toiture-terrasse. Le souhait des clients de disposer d’une belle surface dans les combles influera aussi sur leur choix. Dans ce cas de figure, ce sera une toiture à deux pentes qui sera privilégiée.

Quelles sont les contraintes auxquelles la toiture est confrontée ?
La configuration du terrain aura une incidence sur le type de toiture qui sera réalisé. Si la parcelle est étroite, un toit deux pentes sera privilégié. Si la parcelle présente un dénivelé important, il faudra veiller à respecter la hauteur au faîtage. Il existe aussi des contraintes réglementaires comme certains plans locaux d’urbanisme (Plu) qui imposent des degrés de pentes. Et les règles peuvent être encore plus restrictives si la maison est construite dans un secteur dépendant des architectes des Bâtiments de France (ABF). Le format de tuiles comme le choix de la couleur peuvent être alors imposés. Les petites tuiles plates réalisées en terre cuite de ton rouge vieilli doivent être alors utilisées. Parfois les toitures peuvent aussi faire l’objet d’un recours des tiers.

C’est-à-dire ?
Il arrive qu’un voisin fasse jouer son recours lors de l’affichage du permis de construire de la maison, car il juge que la toiture de cette dernière est trop imposante. Elle peut créer une ombre lui faisant perdre le bénéfice de l’ensoleillement. Dans ce cas, nous devons trouver un compromis parfois en diminuant la hauteur de la toiture. Ce problème survient notamment sur les terrains situés dans des secteurs très denses.

Que choisissent vos clients en termes de toiture ?
C’est très variable, mais ce sont plutôt des toitures à quatre pentes de 35°, réalisées en combles perdus. Il y a aussi une mixité des projets dotés de toitures à pentes avec une extension coiffée d’une toiture-terrasse. Cette dernière pouvant être accessible ou inaccessible. Certains plans locaux d’urbanisme acceptent la toiture-terrasse uniquement si elle est végétalisée, car elle permet la création d’espaces verts additionnels.

Construisez-vous en lotissement ?
Très rarement. La marge de manœuvre de l’acquéreur y est très faible. La façade de la maison comme la pente et la forme du toit sont définies dans le règlement de lotissement.

Comment le client choisit-il son matériau de couverture ?
Il choisit sa tuile et sa teinte en fonction de l’environnement et à l’aide de notre catalogue. La visite d’un chantier ou d’une maison achevée lui permettra, s’il le souhaite, de conforter son choix. L’aspect d’une toiture peut être en effet très différent selon le matériau choisi, que ce soit une toiture en zinc, en ardoise ou en tuile terre cuite.

Certains constructeurs observent un développement du photovoltaïque chez leurs clients. Est-ce le cas chez vous ?
Non. Néanmoins, les économies d’énergies sont au cœur de nos préoccupations et souvent plébiscitées par nos clients, mais pas le photovoltaïque. Ils souhaitent avant tout profiter d’une belle maison, bien finie dans le respect des normes en vigueur.

La taille de la parcelle peut impacter sur la forme du toit. Un toit quatre pentes s'implantera facilement sur une grande parcelle.

Avis d'expert 2

« Le meilleur compromis technique, financier »

Part de marché, évolution des produits, RE 2020 : Jean-Baptiste Fayet, président du groupement des tuiliers à la Fédération française des tuiles et briques (FFTB), nous dit tout sur les tuiles terre cuite.

Construire sa maison : Comment ont évolué les différents matériaux de couverture comme la tuile terre cuite ?
Jean-Baptiste Fayet : La tuile terre cuite représente 70 % du marché, une part assez stable. La toiture plate qui avait beaucoup progressé de 2005 à 2015 connaît maintenant une phase de stabilisation, voire de régression. Elle représente actuellement 8 % des maisons.

Comment l’expliquez-vous ?
Il y a deux explications. La première : c’est un phénomène de saturation exprimé tant par les élus qui accordent les permis de construire que par les acquéreurs de maisons individuelles. Ce type de toit est par ailleurs plutôt adapté aux maisons d’architectes qu’aux constructions de moyenne gamme. La seconde, c’est le coût plus élevé de la toiture terrasse par rapport à la toiture en pente qui offre le meilleur compromis technique, financier, esthétique.

Quelles sont les grandes tendances de la tuile terre cuite ?
Les clients bénéficient d’une grande variété de produits. Deux cent cinquante modèles et quatre cents couleurs différentes sont disponibles. Mais ce sont les coloris plus traditionnels comme le rouge et le ton mêlé qui sont les plus demandés. Les coloris plus contemporains comme le mat et le noir se développent. Des tuiles ont été également conçues pour des pentes plus faibles inférieures, à 20°. Ces produits dessinent des lignes plus épurées. On observe également le développement du solaire sur les toitures pour autoconsommer son électricité. Il faut prévoir environ vingt capteurs photovoltaïques, soit 20 m² pour diminuer sa facture électrique de 50 %, soit un investissement compris entre 8.000 et 10.000 €.

Les fabricants de tuiles terre cuite offrent une grande variété de teintes.

Quelle est la durabilité des tuiles terre cuite ?
La durée de vie des tuiles terre cuite dépasse cent ans. Nous garantissons nos produits trente ans. Mais après trente à quarante années, il est nécessaire de refaire sa toiture, car la charpente a bougé au fil des années.  

Comment ont évolué les prix des tuiles terre cuite ?
Ils sont stables depuis dix ans. Les ventes de tuiles terre cuite ont atteint leur pic en 2007 avant de baisser de 30 %. Mais malgré cette diminution, les prix sont restés stables.

Comment expliquer cette stabilité ?
Tout simplement par le mode constructif industrialisé. Les charpentes des maisons neuves sont en effet réalisées en fermettes à un coût compétitif. Les tuiles terre cuite sont des produits locaux fabriqués à base d’argile situés près des usines qui nécessitent peu de transport. Dernier point : la maîtrise et la productivité des couvreurs qui garantissent un coût fourni posé de nos produits performant. 

La réglementation environnementale RE 2020 entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Comment la filière industrielle se prépare-t-elle à cette échéance ?
Les industriels de la tuile terre cuite se préparent à la RE 2020. Ils ont créé en effet de nombreuses FDES (Fiche de déclaration environnementale et sanitaire) qui serviront à évaluer les émissions carbone des matériaux de construction. Mais la tuile ne représent que 2 % du bilan carbone d’une maison. Ce n’est pas le poste le plus important contrairement au gros œuvre.

Ces tuiles photovoltaïques s'intègrent parfaitement à la toiture pour produire de l'électricité qui sera consommée.

Qu’avez-vous fait pour diminuer vos émissions ?
Nous travaillons depuis longtemps à la diminution de nos consommations énergétiques. Nous récupérons déjà la chaleur de nos fours qui cuisent les tuiles. Nous concevons également des produits allégés en matière. Nous utilisons aussi plus d’énergies renouvelables comme la biomasse ou le biogaz qui représentent 12 % de nos consommations. Nous avons par ailleurs défini un plan ambitieux à l’horizon 2050, baptisé « Usine bas carbone ».

De quoi s’agit-il ?
Il s’agit de décarboner le processus de production. Nous cherchons des technologies de rupture dans le domaine de la cuisson des tuiles et briques. Nous étudions plusieurs pistes comme l’hydrogène.

Depuis le confinement, les acquéreurs s’occupent davantage de leur logement. Le constatez-vous pour les propriétaires de maisons ?
Tout à fait. Depuis un an, nous observons un véritable changement. Les Français apportent en effet plus d’attention à leur maison. Depuis l’été dernier, les projets d’extension augmentent. Le développement du télétravail a suscité le besoin de disposer d’un bureau dans les combles, un espace peu coûteux à aménager. Cette demande est d’autant plus forte dans les secteurs urbains. 

Ce produit assure à la fois l'isolation thermique été comme hiver et l'étanchéité à l'eau et à l'air.

Avis d'expert 3

« Six à huit semaines de travaux »

Créer un bureau, une chambre dans ses combles ? C’est possible ! De plus en plus de Français ayant fait construire récemment aménagent
cet espace situé sous la toiture. Thibaut Charpentier, gérant d’Evo’Combles, une entreprise dans les Yvelines spécialisée dans l’aménagement des combles, nous explique comment se déroulent ces travaux.

Construire sa maison : Quel est l’état de la demande concernant l’aménagement des combles ?
Thibaut Charpentier : La demande est forte ! L’effet confinement a joué pleinement. Les particuliers se sont rendu compte qu’ils avaient besoin de surface supplémentaire. Ils estiment aussi qu’une maison dotée d’une pièce supplémentaire ajoute de la valeur à leur maison.

En aménageant ses combles perdus, quelle surface peut être créée ?
La surface obtenue dépend de la pente du toit et de la largeur de la maison. Pour une construction de 67 m² avec une pente de 40°, le client bénéficie d’une surface au sol atteignant les 42 m², soit une surface habitable de 23 m².

Quel type de pièce aménagez-vous ?
Nous nous adaptons aux souhaits du client et à la configuration de la maison. Nous pouvons créer une suite parentale, des chambres, une pièce de vie avec ou sans salle de bains, une pièce home-cinéma, un bureau ou une salle de jeux.

Comment procédez-vous ?
Lors du premier rendez-vous, j’inspecte les combles. J’explique ensuite aux clients le type de procédé que nous préconisons par rapport à son volume et sa charpente. Nous choisissons le renforcement de la charpente afin de créer le maximum de surface avec une structure indépendante de celle de la maison. Il peut s’agir d’un renforcement de charpente en bois ou en acier. Une esquisse de plans est réalisée sur place en validant l’implantation des canalisations d’eau. Le plan électrique positionne les prises électriques et les points lumineux. Sans oublier le plan d’aménagement des combles.

L'isolation de la toiture peut se faire par l'extérieur, une technique peu employée en maison individuelle qui est pourtant très performante d'un point de vue thermique.

Comment se déroulent les travaux ?
Une équipe de deux personnes réalise les travaux. Une plateforme de sécurité est créée sur le toit. Un monte-charge achemine les matériaux par l’extérieur par une ouverture de 1,20 m x 0,90 cm, réalisée dans la toiture. Nous commençons par tout renforcer et
poser un plancher hydrofuge. Les fenêtres de toit sont installées, les murs et les rampants isolés. Les câbles électriques sont passés dans l’épaisseur des doublages. Les cloisons sont enduites. La trémie d’escalier est ouverte le dernier jour d’intervention et l’escalier fabriqué sur mesure.

Quelle est la durée des travaux ?
Il faut compter en moyenne six à huit semaines entre le démarrage des travaux et la
réception des travaux.

Quelles sont les démarches à effectuer pour aménager ses combles ?
Il faut réaliser une déclaration préalable de travaux ou une demande de permis de construire en joignant un projeté des plans de façades avant et après les travaux. Si à l’issue d’un mois pour une déclaration préalable et de deux pour un permis de construire  la mairie n’a pas répondu, l’accord est tacite.

Quel budget prévoir ?
Le budget est très variable. Il faut compter entre 800 et 1 800 €/m² selon le nombre de fenêtres de toit installées, le nombre de cloisons, la présence d’une salle de bains, le choix de la structure bois ou de la structure acier.

L'aménagement des combles permet de créer une chambre avec une salle de bains.

Existe-t-il un diplôme pour aménager les combles ?
Non. Mais l’aménagement de combles implique le respect d’une méthodologie. Il faut en effet renforcer la charpente de la maison, car elle n’a pas été dimensionnée pour supporter le poids d’un étage supplémentaire. Il est donc indispensable de faire appel à un bureau d’études, ce que ne font pas toutes les entreprises présentes sur ce marché. Les travaux de renforcement de la charpente devront être réalisés conformément au DTU charpentier (cf lexique).

Comment le client peut-il se rendre compte de l’état final de ses combles ?
Nous réalisons des plans précis et organisons des visites chez des clients dont les combles aménagés correspondent à leur projet.

Quels conseils donneriez-vous aux ménages qui feront construire une maison avec des combles aménageables ?
Il faut bien vérifier la hauteur et la largeur disponible dans les combles. Car certains constructeurs n’ont pas prévu un volume suffisant pour aménager un volume confortable. La hauteur atteint parfois 1,90 m alors qu’il faudrait au moins 2,20 m. Et si les acquéreurs ne souhaitent pas installer des fenêtres de toit lors de la construction de leur maison, il ne faut pas réaliser de chevêtres (cf lexique) car les dimensions ne correspondent pas toujours à celles des fenêtres qui seront posées ultérieurement et à l’agencement choisi.

Une ou plusieurs fenêtres devront être installées pour l'éclairage de vos combles. Mieux vaut prévoir ces travaux ultérieurement lors de l'aménagement de vos combles plutôt que lors de la construction de votre maison.

Lexique des combles
> DTU : le document technique unifié contient les règles professionnelles qui doivent être suivies par les entreprises selon leur domaine d’activité.
> Chevêtre : le chevêtre est une ossature en bois fixée sur la charpente pour supporter et fixer la future fenêtre de toit.
> Combles perdus : ils représentent l’espace situé sous la toiture souvent encombré par des fermettes W. Ces combles font souvent office de rangements.