Cheminées, VMC et sorties de toit : ce qu'il faut savoir

Conduits et sorties de toit assurent l'aération de la maison et optimisent le fonctionnement du chauffage comme de la VMC. Des systèmes très efficaces à condition d'être posés dans les règles de l'art.

La toiture de votre maison va lui permettre de respirer. Aussi est-elle équipée de plusieurs sorties de toit et autres conduits, dont ceux de la cheminée, qui vont permettre à la ventilation et au chauffage d’assurer leurs meilleurs rendements. Il faut notamment évacuer l’humidité pour réguler l’hygrométrie de la maison, assurer un confort d’été et d’hiver optimal et éviter l’apparition de moisissures et de champignons.

Bien choisir. Là encore, comme pour les autres éléments de la toiture (couverture, matériaux, isolation, etc.), le choix est vaste mais doit être bien adapté aux performances souhaitées de votre projet de construction de maison ou de rénovation de la toiture, tout en s’y intégrant esthétiquement. N’hésitez pas à consulter votre constructeur. Il connaît les usages locaux comme les règles d’urbanisme et saura vous conseiller.

Couleurs, matériaux, formes... la gamme des sorties de toit est vaste.

Selon la loi sur l’air de 2006, les maisons neuves chauffées à l’électricité (système classique dit à effet Joule ou pompe à chaleur) doivent obligatoirement être équipées d’un conduit de fumée et d’une souche d’évacuation en toiture. L’objectif de ce texte est de permettre à ces maisons de s’adapter facilement à un changement de mode de chauffage. Attention toutefois : le projet de simplification des normes engagé par le gouvernement pourrait aboutir à la suppression de cette mesure.

Sortie de cheminée et toiture

Lors de la création de votre système de chauffage en maison individuelle, il faut installer une sortie de toit ou « souche » de cheminée sur la toiture. Celle-ci correspond à la partie extérieure du conduit de fumée visible sur le toit. Sa liaison avec le conduit doit donc être parfaitement étanche. Elle permet d’évacuer rapidement les fumées issues de la combustion et de protéger le conduit de la pénétration des eaux de pluie, de la grêle ou de la neige. Le choix très vaste des sorties de cheminées permet de s’adapter à vos goûts mais aussi aux différentes contraintes réglementaires architecturales qui peuvent peser sur le choix des toitures (plan local d’urbanisme, secteur sauvegardé, etc.).

La souche de cheminée est la partie visible du conduit de fumée. Son emplacement est à prévoir dès la conception de la maison.

Où poser la sortie de toit ? La sortie de cheminée peut être posée à plusieurs endroits sur le toit : sur le rampant (la pente même du toit), en pignon (à cheval entre le toit et le mur du côté de la maison) ou en faitage (à cheval sur les deux pentes du toit). Vous devez également respecter certaines règles de sécurité, qui sont édictées dans le DTU 24.1 fumisterie. Le débouché du conduit de fumée doit dépasser de 40 cm au moins le faîtage du toit. Il doit être situé au-dessus de toute construction distante de moins de 8 m de façon à favoriser au maximum l'évacuation des fumées. Dans le cas de toitures-terrasses ou de toits à pentes inférieures à 15°, le débouché du conduit de fumée doit être situé à 1,20 m au moins au-dessus du point de sortie sur la toiture.

La sortie de cheminée est ici à cheval sur les deux pentes de toit.

Chapeau de toiture : indispensable pour la VMC

Un chapeau de toiture est un accessoire qui vient se fixer au bout du conduit d'aération qui fait partie de la ventilation mécanique contrôlée (VMC). Il est installé sur le toit, au-dessus de la couverture (tuiles, ardoises, etc.) sur laquelle il doit reposer sans détériorer l'étanchéité. Il a pour vocation d'empêcher les eaux de pluie, la grêle, la neige ou les détritus (végétaux par exemple) d’entrer dans le conduit et de détériorer la VMC. Certains chapeaux de toiture sont utilisables aussi bien en rejet qu'en prise d'air, pour les VMC double-flux par exemple.

Le chapeau de toiture se place au-dessus de la couverture du toit (ici de l'ardoise), à la sortie du conduit d'aération.

Bien placé. Le chapeau de toiture doit être adapté au diamètre du conduit d'aération sur lequel il vient se fixer, au type de couverture, le dispositif assurant l'étanchéité du chapeau devant être compatible avec le type de matériaux choisi. Attention à ne pas le confondre avec les chapeaux de ventilation, qui se mettent en sortie de toit pour ventiler les chutes d'eau usée et d'eau vanne, afin d'éviter les mauvaises odeurs des fosses toutes eaux. Leur diamètre est en général inférieur à celui des chapeaux de VMC.

Ventilation, tuiles et toitures : comment ça marche ?

Dans une toiture en pente, l’aération de la toiture s’effectue grâce à l’espace situé entre la toiture et l’isolant (vide sous toit). La toiture naturelle est ventilée par un circuit comprenant des entrées d’air en partie basse du toit et des sorties d’air en partie haute du toit, ce qui nécessite l'installation d'un closoir de faîtage pour garantir l'étanchéité du faîtage. Pour ventiler le vide sous toit, on peut également disposer en quinconce sur la toiture des tuiles chatières. Le choix des accessoires de ventilation devra respecter les normes précisées dans les DTU.

Lanternes et tuiles à douilles. La tuile à douille permet le passage et l’étanchéité d'un conduit d'aération ou de ventilation de faible section dans la toiture. Les tuiles à douilles sont destinées à l'évacuation de l'air vicié des VMC, hottes, ventilations des canalisations, fosses septiques, etc. Disponibles en terre cuite, en béton ou en tôle d'acier galvanisé, elles sont conçues pour des pentes de toiture allant de 20 à 45% et pour des diamètres de conduits cylindriques allant, selon les fabricants, de 60 à 900 mm. Elles peuvent être coiffées d’une lanterne pour protéger l’évacuation des intempéries et assurer la finition esthétique du dispositif.

Tuiles chatières. Réparties en quinconce sur l’ensemble de la toiture, les tuiles chatières sont des tuiles spéciales qui servent à ventiler la sous-face des couvertures de toiture. Fabriquée en terre cuite ou en zinc, de différentes formes (ronde, demi-ronde ou triangulaire), la tuile chatière doit s’intégrer aux autres tuiles du toit. Préférez les modèles dont l'ouverture est équipée d'une grille, qui va éviter le passage des rongeurs qui pourraient dégrader les bois de charpente et les isolants.

Les tuiles chatières permettent de ventiler la sous-face de la couverture de toiture. Elles viennent s'intégrer aux autres tuiles.

Le closoir de faîtage. Le closoir de faîtage va être installé sur la ligne de faîtage de la toiture et sur les arêtiers (mais aussi possible sur les noues et les rives) afin de ventiler la partie haute de votre toiture et de la protéger contre les intempéries et les nuisibles. Il s’adapte généralement à tous les types de tuiles. Décliné en différents coloris, fabriqué en polyéthylène et aluminium, les closoirs souples se présentent comme une bande en rouleau à dérouler : ils comportent une partie supérieure perforée, à clouer ou agrafer, et des bavettes plissées ou crantées latérales qu’il faut maroufler pour qu’elles adhèrent aux éléments de couverture. Le closoir de faîtage peut aussi être rigide : fabriqué en polyéthylène, en PVC, en zinc ou un cuivre, ses côtés sont découpés pour épouser la forme des tuiles et il est perforé pour assurer la ventilation.

Le closoir de faîtage se présente souvent sous la forme d'un rouleau d'aluminium déployé le long du faîtage et recouvert de tuiles. C'est un dispositif d'étanchéité supplémentaire.