Maison : une solution énergique

Bien isolées, équipées d’installation de chauffage dernier cri, les maisons neuves consomment trois à cinq fois moins que l’ancien. Outre le confort et les économies, elles permettent de mieux gérer la hausse du prix de l’énergie.

Impossible de l’ignorer : avec la hausse du prix de l’énergie, se chauffer et se déplacer coûte de plus en plus cher. « 58% des Français jugent que leur budget transport a augmenté depuis l’an dernier », selon le baromètre Sofinscope/Crédit Agricole d’octobre 2018. Pire : 30% des Français sont contraints de limiter le chauffage dans leur logement selon un rapport du Médiateur de l’Energie. Et la situation ne risque pas de s’arranger. D’ici 2022, la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN) va bondir de 172%. Et le kW d’électricité devrait progresser de plus de 10% à l’horizon 2020.

Solution constructive. Et si la maison neuve était le meilleur moyen d’échapper à ce coup de froid budgétaire ? Les nouvelles villas sont en effet conçues et réalisées en fonction d’une réglementation thermique (la RT 2012) particulièrement stricte. Elle renforce l’efficacité du bâti en misant sur la conception bioclimatique, l’isolation et l’étanchéité. Avec la RT 2012, les maisons neuves doivent obligatoirement faire appel aux énergies renouvelables (pompes à chaleur, panneaux solaires, poêles à granulés, etc.). Surtout, la réglementation plafonne la consommation des maisons, qui ne peut dépasser 50 kWh/m²/an avec une modulation selon les régions et l’altitude.

Maison : le neuf consomme trois à cinq fois moins que l'ancien

Economies d’énergies. Résultat : les maisons neuves dépensent trois à cinq fois moins que l’ancien. Pour une villa nouvellement bâtie d’une centaine de mètres carrés dans le Centre, par exemple, la facture de chauffage et d’eau chaude tourne autour de 500 à 600 € par an. De quoi bien gérer la hausse de l’énergie tout en gardant une marge de manœuvre pour payer les déplacements. Le tout sans déstabiliser les remboursements du crédit. D’autres maisons dites passives font encore mieux même si elles coûtent 30% plus cher que le neuf classique. Surisolées, bénéficiant d’une étanchéité renforcée et d’une ventilation double flux, elles n’ont pas besoin de chauffage pour assurer le confort de leurs habitants même en hiver.

Valeur verte. Autre atout : toutes choses égales par ailleurs, les maisons qui arborent un A ou un B sur l’étiquette énergie (c’est le cas du neuf) se revendent 6 à 14% plus cher que celles qui sont classées D selon une étude des Notaires de France. Et la décote des pavillons catégorisés F ou G (les épaves thermiques) est de plus en plus grande. Des données incontestables puisqu’elles reposent sur l’analyse des actes de vente enregistrés par les notaires au cours de l’année 2017. Bref, faire construire, c’est faire des économies sans sacrifier le confort, valoriser son patrimoine… Et contribuer à la lutte contre le changement climatique, les maisons neuves émettant très peu de gaz à effet de serre. Comme quoi, la valeur verte est bien une réalité !

Publié par
© construiresamaison.com -