Le plancher chauffant hydraulique

Le plancher chauffant à eau basse température apporte une solution chauffage très confortable et économique à l'usage. Il peut fonctionner grâce à une chaudière ou une pompe à chaleur.

Le plancher chauffant hydraulique constitue une solution compatible avec la RT 2012. Il est de plus en plus souvent retenu comme émetteur de chaleur dans les maisons neuves. Leur isolation particulièrement renforcée permet de réduire notablement les besoins en chauffage.
De plus, grâce à sa grande surface d'émission, le plancher chauffant n'a pas besoin de fonctionner avec une eau très chaude. En général, la température de l'eau qui circule dans les tuyaux se situe entre 30 et 35°, et ce même quand la température extérieure flirte avec les -5°. Ce type de plancher chauffant basse température ne consomme donc pas beaucoup d'énergie pour son fonctionnement.

Comment se compose un plancher chauffant hydraulique

Avant tout, un plancher chauffant se pose sur une surface plane, propre et de niveau.
Il se compose d'un collecteur, qui est le premier élément à poser. C'est de là que part l'eau et c'est là qu'elle revient. Le collecteur se fixe au mur, à une hauteur de 55/60 cm, afin de simplifier la mise en place des tubes qui composent le circuit.
Le collecteur est dissimulé dans un placard, ou dans un meuble de cuisine ou de salle de bains. Il peut aussi être placé dans un coffrage.

Une bande périphérique auto-adhésive est ensuite appliquée tout autour de la pièce concernée par la pose du plancher chauffant.
Ce dernier est constitué d'un isolant thermique, qui peut être une plaque plane de mousse de polyuréthane, qui existe en différentes hauteurs, ou bien une plaque de polystyrène. Ces plaques sont quadrillées, ce qui permet au poseur de repérer aisément les endroits où il doit faire courir les tubes.

Les tubes souples, en forme de serpentins, sont généralement en PER et se fixent sur l'isolant avec des agrafes. Selon le résultat attendu, les tubes seront plus ou moins écartés les uns des autres.

Le nombre de circuits (un serpentin égale un circuit) est fonction de la surface à chauffer. Par exemple, pour 35 m2, on aura besoin de trois circuits. Il faut éviter les boucles trop longues.
Un collecteur peut recevoir de deux à dix circuits maximum. Mais on évite généralement de trop charger les collecteurs. Par exemple, s'il faut dix circuits, on posera deux collecteurs, avec 6 circuits d'un côté et quatre de l'autre, ou cinq et cinq. Pourquoi ? Trop de tubes partant et arrivant au même endroit, dans un local réduit, provoquerait une surchauffe de la pièce.

Une fois les tubes posés, une chape liquide est coulée.

Après quinze jours de séchage (obligatoires), une mise en chauffe de sept jours est effectuée pour vérifier le bon fonctionnement du chauffage. Après ce test, le chauffage est coupé et le revêtement de sol peut être posé.

Un circuit étudié

Le dimensionnement du plancher chauffant doit être établi avec soin. Le constructeur fournit au fabricant les plans et surfaces des pièces à chauffer, et l'étude thermique réalisée par un bureau d'études. C'est cette étude thermique qui indique quelle puissance de chauffage il va falloir délivrer dans la maison. Elle donne les éventuelles déperditions de la construction.

Le fabricant prépare le tracé du circuit en amont. Il détermine le quantitatif, le besoin en produit. Un calepinage précis de ce qui devra être mis en œuvre par le plombier-chauffagiste est établi. 

 Le choix est large en ce qui concerne le générateur de chaleur. Il peut s'agir d'une chaudière gaz, électrique, bois, d'une pompe à chaleur, ou même d'un système solaire combiné.

Le plancher chauffant, pour quelle pièce ?

Pas de pièce de prédilection pour le plancher chauffant ! Tout dépend de la configuration de la maison.
Dans une maison de plain-pied, si les acquéreurs veulent un plancher chauffant, celui-ci est le plus souvent installé sur toute la surface habitable.

Dans les maisons à étage, on rencontre plusieurs cas de figure. Généralement, les acquéreurs optent pour le plancher chauffant en rez-de-chaussée, dans les pièces de jour, tandis que les chambres, à l'étage, sont équipées d'un radiateur. Mais dans environ 20 à 30 % des cas, les occupants préfèrent avoir du plancher chauffant également à l'étage. Ce qui n'est pas un problème, puisque la régulation peut être faite pièce par pièce. Des thermostats sont connectés à des micromoteurs, qui ouvrent et ferment le débit d'eau de la pièce concernée.

Et l'entretien ? Le plancher chauffant s'entretient, tout comme les radiateurs hydrauliques. On fera utilement procéder à un rinçage environ tous les cinq/sept ans. Il peut se former de la boue, qui en durcissant pourrait obstruer complètement le tube. Quant au risque de détérioration de matériel, il est très rare. Il s'agit alors d'un accident, par exemple si on perce un tube en installant la cuisine. Dans ce cas, la réparation mécanique est possible, mais il faut démolir la partie de sol concernée.

Publié par M. Pouplot
© construiresamaison.com -