Faire construire en Rhône-Alpes

-

Sur les massifs escarpés comme en plaine, la maison garde le cote. Mais attention : pas question de s’engager sans connaître le terrain, les règles et les usages locaux. Il s’agit également de profiter des dernières innovations. Nos conseils.

Montagnes savoyardes ou iséroises, vallées de la Saône, du Rhône et de l’Isère, lacs d’Annecy, du Bourget ou Léman, grandes villes et communes rurales font la richesse et la diversité de la région Rhône-Alpes. Elles reflètent aussi une complexité qui se manifeste au travers du foncier, de la topographie, de l’architecture, des performances énergétiques et environnementales. Ce qui impacte les coûts de production des constructeurs et par ricochet le prix de la maison.

Construction sécurisée. Pour vous aider à mener votre projet à bon port, nous passons au crible les principaux points à connaître en matière de construction. Avec en fil rouge deux critères majeurs. Il s’agit d’abord de choisir un bon emplacement pour marier vie pratique et valeur patrimoniale. Mais aussi de conduire votre opération construction avec un maximum de sécurité. Dans cette logique, nous ne pouvons que rappeler les atouts du contrat de construction-loi de 1990, seul cadre juridique à inclure une garantie de livraison à prix et délais convenus.

Architecture traditionnelle ou contemporaine ?

Le chalet alpin tout en bois massif avec toit en lauze niché dans la montagne, le corps de ferme du pays de Gex imposant et rassurant avec ses toitures quatre pans, la maison cossue en bord de lac ne sont pas que des images qui font rêver. Les architectes de Bâtiments de France veillent au respect de ces traditions mais ne s’avèrent pas obtus à des compromis.

Particularités régionales. Les constructeurs s’en inspirent aussi comme on l’explique chez Maisons et Résidences Corbioli, présent dans l’Ain et la Haute-Savoie : « les maisons se construisent en cohérence avec le patrimoine existant et les acquéreurs sont très attachés à cette architecture. Certes la Réglementation thermique actuelle (RT 2012) a nivelé certains détails comme le décroché de façades pour des raisons techniques mais on joue sur la menuiserie, la couleur des façades ». Chez Demeures Caladoises, on rajoute : « dans les Savoie, on retrouve une architecture particulière avec des débords de toiture important pour parer aux chutes de neige, des petites ouvertures pour éviter le froid ». Des débords de toiture qui peuvent renchérir de 4 à 5 % la toiture. Voire plus si cette toiture est en lauze dont le prix est élevé et qui ne peut être posée que par un spécialiste.

La maison contemporaine séduit. L'architecture moderne est plébiscitée, notamment les familles dont le budget est élevé. Logique : les vastes baies vitrées, les décrochés de volumes, les menuiseries en alu et les grandes terrasses ont un coût. Sans parler de la toiture de terrasse qui renchérit l’opération comme on l’indique chez Maisons France Confort : « la toiture plate demande une étanchéité spécifique et des travaux de maçonnerie supplémentaires ». Et elle ne peut pas être réalisée en haute montagne en raison du poids de la neige. Reste que dans les sites protégés ou dans des hameaux savoyards, la maison contemporaine à toit plat est prohibée. Certaines communes dans la vallée ou en moyenne montagne l’interdisent aussi dans leur plan local d’urbanisme. Ces villages sont très attachés à la préservation du style traditionnel et les architectures modernes peuvent faire tache. Et puis, à la revente, les maisons fidèles à l’histoire de leur terroir se revendent plus vite et à meilleur prix.

Côté plans

La maison de plain-pied en L fait figure de modèle favori. « Elle continue à faire rêver », explique-t-on chez Maisons et Chalets des Alpes. « Mieux : elle est plébiscitée en Isère ou dans la plaine de l’Ain où il est encore possible de trouver des terrains plats ». Ces derniers non seulement facilitent ce genre de projet mais en limitent également les surcoûts. Faute de décrocher un terrain plat, notamment dans les Savoie, les demi-niveaux trouvent toute leur importance avec une partie enterrée au niveau du sous-sol. A l’inverse, certaines maisons affichent un véritable étage. Là aussi, outre les contraintes inhérentes au terrain s’ajoutent parfois les contraintes liées au budget.

Des plans plutôt classiques. Même dans les plans sur mesure, rien de bien révolutionnaire. « Les espaces de vie occupent une place primordiale avec la part belle faite à la cuisine, véritable îlot autour duquel la famille vit », rappelle-t-on chez Demeures Caladoises. La suite parentale avec dressing et salle d’eau fait partie de l’incontournable. Dans les maisons à étage, les enfants s’approprient le haut et profitent de la baignoire.

Une maison connectée

Les veillées autour de l’âtre ont disparu mais la flamme perdure. Mais pas sous forme de cheminée. Cette dernière, en effet, n’est pas adaptée aux maisons neuves puisqu’elle dégrade une étanchéité qui doit rester en deçà de certains niveaux. Avec la réglementation thermique 2012, en effet, le débit de fuites d’air vers l’extérieur ne doit pas dépasser 0,6 m3 par mètre carré de paroi et par heure. Du coup, les familles s’offrent des poêles à granulés ou à bûches. Avec leur design très travaillé, ils s’adaptent à tous les intérieurs et magnifient le spectacle du feu.

Les systèmes domotiques sophistiqués boudés. Autre tendance : partout en Rhône-Alpes, la maison connectée a du mal à faire une véritable percée. Bien sûr, les villas neuves disposent aujourd’hui d’un système de télécommande pour piloter volets, porte de garage, chauffage… Ce qui selon Maisons et Chalets des Alpes « correspond à une demande réelle ». Mais les installations plus sophistiquées se rencontrent moins souvent. Certains constructeurs décident néanmoins d’aller plus loin et déclinent des installations à la carte à piloter via une seule application. « Nous proposons des micromodules en fonction des besoins du client allant de la gestion des volets jour et nuit à l’alarme en passant par le chauffage, les points lumineux extérieurs », explique-t-on chez Demeures Caladoises. D’autres, comme Maisons France Confort, propose avec son concept Yrys le « Pack Voice Connect » : le pilotage à distance de l’éclairage, des volets, du chauffage peut alors se faire par le smartphone en utilisant ses doigts mais aussi avec la voix, grâce à un assistant vocal. « Mieux vaut prévoir son installation dès le démarrage de la maison pour éviter de réintervenir et d’occasionner des frais supplémentaires », conseille-t-on chez Maisons et Chalets des Alpes.

Et la maison bois ?
Pays du chalet, Rhône-Alpes laisse forcément une place à la maison bois. Le plus souvent, elles sont bâties sur le principe de l’ossature bois industrialisée, un mode constructif qui allie performance, rapidité de montage et confort. Le groupe Artis en donne un bon exemple. D’autres professionnels comme Dunoyer ou Eden Home emploient le système poteaux-poutres. Ici, poutres et madriers constituent la structure de la maison, les vides étant complétés par des baies vitrées et des panneaux isolants. Elles affichent souvent une belle architecture très contemporaine. De son côté, Kontio signe des maisons en bois massif. Faites de rondins et/ou de madriers empilés, elles varient les styles et s’adaptent à toutes les situations.

Question de confort

A Lyon, Annecy, Chambéry, les hivers peuvent être rudes. Et au fur et à mesure que l’altitude se fait sentir, le froid pince. Ce n’est pas un hasard si la région est classée H1C sur la carte des zones climatiques de la réglementation thermique actuelle, la RT 2012. En moyenne, la consommation conventionnelle des maisons neuves ne doit pas dépasser 60 kWh par mètre carré et par an, alors que la moyenne nationale est à 50 kWh.

Une implantation réfléchie. Pour garantir le confort des maisons neuves en limitant leurs dépenses énergétiques, les constructeurs travaillent beaucoup sur l’implantation en optimisant la conception bioclimatique. Ils renforcent également l’isolation, traquent les ponts thermiques tout en renforçant l’étanchéité des constructions. Résultat : un gain moyen de 14 % sur le besoin bioclimatique (coefficient Bbio pour les spécialistes) et des consommations moyennes inférieures de 15 % aux plafonds imposés par la réglementation thermique 2012.

La pompe à chaleur plébiscitée. Dans de nombreux projets de construction, c'est la pompe à chaleur air-eau qui est demandée. Elle est recherchée pour son confort, notamment avec un plancher chauffant. Parfois les acquéreurs craquent pour une pompe à chaleur air-air, assurant un confort d’été grâce au rafraîchissement.

La chaudière à gaz en seconde position. Elle est notamment très demandée en secteur péri-urbain. Elle est alimentée la plupart du temps par le gaz de ville. La maison en bois massif utilise également la pompe à chaleur et parfois quelques panneaux solaires. Selon les Maisons Kontio, « une température de 19° suffit pour se sentir bien au chaud, le bois ayant la particularité d’enlever toute sensation d’humidité ».

Maisons France Confort propose son pack Energie + avec des modules photovoltaïques installés en surtoiture et permettant de produire son électricité pour partie consommée ou stockée pour le surplus. Une installation soumise à l’accord de l’architecte des Bâtiments de France et du plan local d’urbanisme de la commune. Nettement moins onéreux, le poêle à granulés trouve ses adeptes, notamment chez les habitants de petites maisons.

Préoccupations environnementales

Un chantier en construction est souvent source de désagréments et de pollution environnementale. Pourtant, les constructeurs s’attachent de plus en plus à préserver l’environnement. Demeures Caladoises va même plus loin avec le label Construction Propre. Cette démarche vise le tri, le recyclage ou encore la valorisation des déchets issus des constructions de maisons.

Objectif environnement. Les constructeurs régionaux s’impliquent dans le cadre du projet Comepos (Conception et construction optimisée de maisons à énergie positive). Mis en place par les Pouvoirs publics, il a pour objectif de tester l’impact énergétique et l’empreinte carbone des futures maisons. Chamois Constructeurs s’y attèle en Haute-Savoie. Demeures Caladoises aussi. Relever ce défi n’est pas évident. Comme le montre un autre dispositif, le label Energie/Carbone, il est encore difficile de produire des maisons décarbonées. « Le bilan carbone d’une maison neuve tient compte des extérieurs comme les terrassements, les aménagements de séparation entre deux maisons qui doivent répondre aussi aux exigences du plan local d’urbanisme », indique-t-on chez Demeures Caladoises. Une terrasse en béton, des allées et venues trop fréquentes de véhicules de chantier, par exemple, vont plomber le bilan carbone.

Des maisons à tous les prix

Plusieurs éléments composent le prix de la maison, sa superficie et les prestations intérieures choisies par l’acheteur si celui-ci prend des matériaux non inclus dans le contrat standard. Mais en Rhône Alpes, d’autres facteurs viennent très souvent se greffer sur le coût de construction, à savoir les renforts des fondations liées aux normes antisismiques, aux risques d’éboulement, d’inondations… ainsi que certaines obligations de pentes et de débords des toitures à respecter. Des contraintes qui, si elles se cumulent, « peuvent faire grimper la note de 10 % », selon Maisons France Confort.

Côté surfaces. La typologie la plus recherchée est une maison de quatre pièces avec trois chambres sur 110 m². Mais comme toute moyenne a ses limites, on peut trouver des surfaces de 90 m² pour des jeunes couples à 170 m² pour des familles voulant leurs aises pour vivre et recevoir, mais aussi des familles recomposées ou désirant, à l’avenir, loger un parent. « Nous construisons des maisons à plusieurs étages, correspondant à une demande intergénérationnelle », remarque-t-on chez Maisons Kontio. Avec un appartement en rez-de-chaussée, un studio à l’étage et un duplex.

Côté prix. Les valeurs les plus courantes évoluent entre 1.200 et 1 700 €/m². Valeurs très largement dépassées sur les maisons cossues bâties sur mesure dans les zones frontalières notamment, où les 2 500/3 500 €/m² ne sont pas une exception. Les amateurs de maisons passives, ces villas ultraperformantes qui n’ont pas besoin de chauffage, doivent quant à eux débourser un minimum de 2.000 € du mètre carré.

Des taux d'intérêt toujours attractifs. Cette question de budget doit aussi être mise en rapport avec un prix de l’argent en chute libre. Pour les crédits sur vingt ans, par exemple, le taux moyen est tombé à 1,50 % hors assurance au printemps 2019, battant le record à la baisse de l’automne 2016 (1,60 %). Et les banques, pour attirer les nouveaux clients, peuvent descendre encore plus bas. Enfin, les primo-accédants peuvent bénéficier du PTZ (prêt à taux zéro %), un crédit gratuit qui compte pour 40 ou 20 % du prix du projet selon la zone de construction. Un coup de pouce digne d’intérêt !

Quelques modèles de maisons en Rhône-Alpes

 

 Louise Granger

Cliquez sur un département pour voir
des offres de maisons neuves avec terrain