Acheter un terrain en Languedoc-Roussillon

Publié par -

En fonction des départements, de la proximité du littoral, de la desserte, les prix des terrains peuvent varier du simple au double, voire au triple. Parfois la parcelle peut coûter plus cher que la maison elle-même !

En lotissement comme en diffus, le terrain constructible dans cette région plébiscitée commence à faire défaut. « Les élections municipales de l’an dernier ont occasionné des retards sur les autorisations d’urbanisme, sur les permis de construire… S’y ajoute la tendance zéro artificialisation des sols. Des phénomènes qui réduisent les terrains constructibles », explique Olivier Bertrand, directeur du groupe Immo Sélection, présent dans les secteurs de Montpellier et de Nîmes.

« Nous connaissons un trou d’air foncier, notamment en lotissement, les lotisseurs arrivant en bout des aménagements », reconnaît Julien Tané, président de Villa Romane, un constructeur intervenant sur Perpignan, mais aussi sur la côte d’Argelès à Banyuls. Et ajoute-t-il, « en diffus, même un terrain compliqué à construire, nécessitant des fondations et des terrassements spécifiques coûteux finit par se vendre ».

En lotissement, souvent en proche périphérie des grosses villes, les parcelles sont parfois très exiguës, tout juste à 200 m² même si la moyenne tourne autour de 350/400 m². La densification périurbaine recherchée par certaines communes d’une part et l’envie de ne plus passer soirées et week-ends à jardiner et tondre la pelouse d’autre part sont passées par là. Du coup, le jardin est aujourd'hui vécu comme une très conviviale pièce de plein air.

En Languedoc-Roussillon, les terrains piscinables sont très recherchés.

Petits terrains avec piscine, mais grands prix

Mais c’est aussi le prix du terrain qui freine l’achat de parcelle un peu plus vaste accordée dans certains lotissements. Selon l’importance des villes, les prix affichent de grands écarts. Autour de Montpellier, les prix flambent, notamment en première couronne irriguée par le tramway ou les bus de l’Hérault. Et le mètre carré peut atteindre 900 €. Même un peu plus loin, sur la commune cotée de Castelnau-le-Lez, certaines parcelles avoisinent les 1.000 €/m².

Heureusement, dans des communes moins bien desservies par les transports, les valeurs sont plus accessibles, entre 500 et 600 €/m². Autour de Nîmes, Narbonne et Béziers, les prix sont plus abordables et oscillent entre 300 et 400 €/m². Du côté de Perpignan, il faut tabler sur 350 €/m² en première périphérie, mais 200 €/m² dans les terres. Dans le secteur diffus, les grandes parcelles se raréfient, pour les mêmes raisons de coût et d’entretien. Et les beaux terrains font l’objet de divisions parcellaires.

En revanche, dans tous les cas, la construction d’une piscine est envisagée même très petite. « C’est un élément de confort indispensable dans notre région. Et si, pour des raisons budgétaires, elle n’est pas construite en même temps que la maison, elle est prévue et réalisée dans les deux ou trois ans qui suivent », constate Mathieu Nicolas, directeur des ventes chez Maisons Serge Olivier intervenant dans le Gard, l’Hérault et les Pyrénées-Orientales.

Elisabeth Lelogeais