Terrasse : le bois au jardin

Publié par -

C'est la grande mode des terrasses en bois. Devant la maison, autour de la piscine... Elles s'installent partout, en un tour de main.

Mais avant de démarrer un projet de terrasse en bois, il faut être attentif à plusieurs points :

  • l'orientation. Dans la mesure du possible, évitez l'exposition au nord (en raison de l’humidité et des risques de champignons). N’oubliez pas que le bois est un matériau vivant qui bouge, respire, se fendille. Mieux vaut lui donner trop de soleil que pas assez  ;
  • les précipitations. L'eau stagnante est le pire ennemi du bois. D’où la nécessité de prévoir une légère inclinaison de pente pour faciliter l’écoulement des pluies ;
  • la qualité du bois. Toutes les essences ne se valent pas. Elles sont classées de 1 à 5 selon leur capacité à supporter les intempéries et les agressions extérieures. Plus le chiffre est élevé, plus le bois est résistant. Les essences appartenant à la classe 3, par exemple, sont dites «durables», celles de la classe 4 sont «imputrescibles».
  • la technique de pose. Vous avez le choix entre des lames posées à la manière d'un parquet ou des dalles.
Matériau privilégié des espaces extérieurs, le bois se décline ici sur la terrasse et le pool-house dans une esthétique toute contemporaine. www.kontio.com/fr

Lames ou caillebotis : que choisir ?

Les terrasses en bois sont réalisées soit avec des lames à la manière d'un parquet traditionnel, soit avec des caillebotis.

Les caillebotis en bois

Il s'agit de dalles en bois carrées qui permettent une mise en œuvre rapide. Les modules les plus courants mesurent 50 x 50 cm et 25 à 30 mm d'épaisseur. Les caillebotis s’emboîtent les uns dans les autres sur des plots, réglables en hauteur (jusqu'à 60 cm). Quatre caillebotis s'emboîtent sur un même plot. Du coup, une terrasse de 20 caillebotis nécessite 30 plots.

Voici des dalles de terrasse en pin maritime traité autoclave, classe 4. Elles sont particulièrement résistantes et esthétiques car elles ne présentent presque pas de nœuds. Premium, 48,80 € TTC/m2. www.gascognewoodproducts.com

Les lames en bois

Elles permettent de construire de véritables planchers, aussi bien sur des sols meubles que sur une dalle de béton. Elles se déclinent dans une multitude de longueurs et de largeurs. Flexibles, les lames peuvent rattraper les éventuelles différences de niveaux. Si besoin, elles se remplacent facilement à l’unité. Le principal inconvénient des lames de bois reste leur mise en œuvre, plus longue et plus complexe que les caillebotis. Les lames de bois peuvent présenter une surface lisse ou rainurée. Ce dernier aspect offre l’avantage d’être moins glissant par temps de pluie. Adaptez votre choix en fonction de votre région !

Varier les essences de bois et leurs finitions pour une demeure au cachet inimitable. honka.com/fr/fr

Quel bois choisir pour la terrasse ?

Le bois européen

Il s'agit du pin (peu résistant), du sapin, du mélèze et du chêne (très résistant). Le pin du Nord entre aussi dans cette catégorie. Il s’agit d’une appellation conventionnelle qui désigne des résineux (épicéa, pin sylvestre) originaires d’Europe du Nord (Pologne, Scandinavie…). Ce sont des essences de bonne qualité et d’une grande résistance. Veillez toutefois à ce qu’elles ne comportent pas trop de nœuds. Les prix démarrent à  20 €/m² (le pin étant le moins cher).

Ces lames de bois ont reçu une finition qui les protège pendant 20 ans contre les taches et la décoloration. Modèle Terranova Xtrem, finition PermaTech.

Pour accroître la résistance du bois européen, trois traitements existent :

  • l'autoclave. Le bois est traité sous pression, dans un volume clos et étanche. Soumis au vide pendant plusieurs minutes, on introduit des produits traitants fongicides, insecticides et hydrofuges jusqu'à ce que le bois soit saturé ;
  • le traitement THT (Très Haute Température). Le bois durcit sous l'effet de la chaleur ;
  • l'oléothermie. C'est un nouveau procédé, plus écologique que l'autoclave, qui renforce la résistance du bois par des injections en profondeur d'huiles végétales.

Les bois exotiques

Ils s’appellent l’iroko, l’ipé, le teck, le cèdre rouge… Ce sont des bois naturellement résistants et imputrescibles. Leurs couleurs sombres et leurs fibres en longueur (sans nœuds) donnent l’illusion d’être sur le pont d’un bateau. A privilégier pour une installation en bord de mer ou sous un climat humide. 

Cette terrasse est réalisée en bambou, qui pousse très rapidement. C'est une excellente alternative écologique aux bois exotiques. Mekong, www.deck-linea.com

Le bois composite

Il imite à merveille le bois naturel. Réalisé à partir de 50 % de farine de bois collectée dans les scieries et de 50 % de polyéthylène haute densité (PEHD) recyclé, le bois composite se décline essentiellement sous la forme de lattes.

Ce parquet possède l'esthétique des bois exotiques et la longévité du bois composite. Les lames sont en polyéthylène haute densité. Fiberon TROPICS, www.fiberdeck.fr

C'est un produit qui a l’apparence du bois massif et les qualités mécaniques du plastique en milieu humide. D’où l’absence d’échardes, une excellente tenue de la couleur dans le temps, un entretien minimal et une totale imputrescibilité. Il est teinté dans la masse et se décline dans une dizaine de coloris : taupe, brun, gris, rouge, etc. Il existe des lames lisses ou rainurées. Certains modèles, réversibles, offrent une finition différente sur chacune de leurs faces.

Quid des essences 
Elles sont classées de 1 à 5 selon leur capacité à supporter les intempéries et les agressions extérieures. Plus le chiffre est élevé, plus le bois est résistant. Pour les essences exotiques, privilégiez celles labellisées FSC (Forest stewardship council) ou PEFC (Programme européen des forêts certifiées). Ces marques garantissent que les bois proviennent de forêts dont l’exploitation n’a pas généré d’impacts négatifs : économiques, sociaux et environnementaux.