Le photovoltaïque rayonne

L’autoconsommation gagne du terrain dans l’habitat individuel ! Les Français souhaitent en effet consommer leur propre électricité produite par leurs capteurs photovoltaïques.

Le photovoltaïque a la cote dans l’Hexagone ! Les Français sont en effet de plus en plus nombreux à faire installer des capteurs photovoltaïques sur leur toit. Objectif ? Produire et consommer leur propre électricité. Depuis deux ans, l’autoconsommation se développe fortement dans l’ensemble du territoire, que ce soit dans les départements les plus ensoleillés comme le Sud-Ouest et le Sud-Est mais également dans l’ouest de la France. Logique car les Français souhaitent maîtriser leur facture énergétique qui a fortement augmenté avec l’envol du prix du kilowattheure depuis dix ans. Et les futures hausses du prix de l’électricité annoncées pour entretenir nos centrales nucléaires devraient amplifier le mouvement à l’avenir.

Des panneaux photovoltaïques peuvent être aussi posés sur le terrain. Une implantation qui permet d'obtenir une production de courant aussi importante que celle assurée par des capteurs positionnés en toiture.

Economiser 30 % sur sa facture

Le nombre d’installations photovoltaïques a également fortement progressé grâce à la baisse du prix des équipements qui a rendu plus abordable cet investissement. La preuve avec cet exemple, situé à Cabriès, une commune du Gard. Un acquéreur des Maisons Serge Olivier a en effet opté pour des capteurs photovoltaïques lui permettant d’économiser 30 % sur sa facture d’électricité. Un chiffre qu’il est possible d’augmenter en optimisant son installation et en changeant aussi ses habitudes de consommation comme nous l’explique Krasimir Yordanov, responsable pôle produits solaires et innovation marketing chez Terreal.  

Des capteurs photovoltaïques sur le toit ! C’est la marque de fabrique des Maisons Serge
Olivier. La très grande majorité des villas de ce constructeur implanté dans le Gard et l’Hérault est en effet dotée de cette installation permettant de produire son courant grâce à l’énergie du soleil. Et cette belle demeure de 153 m², sortie de terre à Cabrières, une commune du Gard, ne fait pas exception à la règle.

Les capteurs photovoltaïques sont le plus souvent posés en sur-imposition sur la toiture.

Plein sud

Bénéficiant d’un terrain de 1 122 m², le constructeur n’a eu aucune difficulté à orienter plein sud la maison pour bénéficier d’un ensoleillement optimal, une condition essentielle au bon fonctionnement de l’installation photovoltaïque. Les trois capteurs ont été fixés sur les tuiles en surimposition soit une surface totale de 4 m². La puissance de cette installation
atteignant 705 watt-crête. 30 à 40 % des besoins électriques sont couverts par la production photovoltaïque.

Programmer son électroménager

Mais pour optimiser sa consommation, encore faut-il adopter un nouveau comportement ! « Il faut changer son mode de vie », conseille Serge Nauges, patron des Maisons Serge Olivier. « Nous avons expliqué à notre client qu’il devait programmer ses appareils électroménagers comme son lave-linge, son lave-vaisselle en journée et non le soir pour consommer immédiatement l’électricité produite par les capteurs. De même, nous lui avons conseillé de régler son chauffe-eau thermodynamique pour que l’eau chaude soit produite en journée grâce à la production photovoltaïque et non plus le soir. » La programmation de ces différents appareils peut s’effectuer aussi bien via des prises connectées qu’avec la fonction départ différé incluse par les industriels. Sans oublier des box comme Tahoma, signée Somfy, permettant de piloter à distance les différents appareils de la maison.

Une installation évolutive

Séduit par l’autoconsommation, l’acquéreur envisage la pose de capteurs photovoltaïques supplémentaires et l’installation d’une batterie pour sa future piscine. Cet équipement ludique se montre en effet gourmand en électricité pour alimenter la filtration de l’eau et la pompe. « L’été, la production photovoltaïque maximisée permettra de couvrir sans difficultés les besoins de la piscine », explique Serge Nauge. « Et l’hiver, ces capteurs supplémentaires augmenteront la production de courant qui sera alors stockée dans les batteries pour être consommée le soir. »

Les capteurs photovoltaïques peuvent être posés en affleurement de la toiture. Une pose qui assure une parfaite intégration de ces équipements.

Combien ça coûte ?
Cette installation a coûté 3.640 €, matériel et pose incluse. Il est aussi possible d’ajouter une batterie pour stocker l’électricité produite et la consommer ultérieurement. Il faut alors prévoir un budget total de 14.990 €. Si l’investissement nécessaire est encore élevé, le développement du parc photovoltaïque devrait permettre de faire baisser les prix de cette installation qui devrait s’imposer dans l’habitat neuf. « Les maisons dotées de capteurs photovoltaïques permettront aux constructeurs d’être en avance sur la prochaine réglementation environnementale (RE 2020) qui a pour objectif de diminuer l’empreinte carbone des maisons », analyse Serge Nauge, dirigeant du constructeur Maisons Serge Olivier. « Pour les acquéreurs, cette installation leur permet de réaliser des économies car le prix du kilowatt augmentera fortement dans les années à venir. C’est aussi pour eux un moyen de valoriser leur maison. Une construction couvrant une partie de sa consommation électrique se revendra en effet plus cher qu’une maison conforme à l’actuelle réglementation thermique, la RT 2012. »

Electricité : les Français en quête d’indépendance

Le photovoltaïque n’est pas réservé au sud-est de la France ! Ces installations fonctionnent aussi dans l’Ouest ou le Nord.
Krasimir Yordanov, responsable pôle produits solaires et innovation marketing chez Terreal, nous explique comment sont réalisés ces travaux.

Faire construire sa maison : Comment se porte le marché de l’autoconsommation dans l’Hexagone ?
Krasimir Yordanov : Il s’est fortement développé depuis 2017 avec la loi encadrant l’autoconsommation d’électricité d’origine renouvelable. Le nombre d’installations photovoltaïques a fortement augmenté sous l’effet de la baisse des prix des capteurs qui ont été divisés par 10.

L’attitude des consommateurs a-t-elle changé ?
Oui. On observe une volonté des particuliers de consommer désormais l’électricité qu’ils produisent. Ils veulent se réapproprier leur production d’énergie. Cette tendance est d’autant plus forte que le kilowatt a bondi de 50 % depuis les dix dernières années. Les particuliers veulent acquérir leur indépendance énergétique par rapport aux énergéticiens.

Le photovoltaïque est-il réservé aux régions ensoleillées comme le Sud-Ouest ou le Sud-Est ?
Pas du tout. Il faut seulement ajouter des capteurs photovoltaïques pour obtenir une production équivalente. A Marseille, huit panneaux seront nécessaires pour couvrir 75 % de la consommation électrique annuelle d’une maison contre 13 à Lille.

Comment optimiser sa consommation d’électricité photovoltaïque ?
Il existe deux solutions. La première : dimensionner son installation pour couvrir 75 % de ses besoins sans utiliser des batteries. Le particulier devra adopter un nouveau comportement en faisant coïncider le fonctionnement de son électroménager avec la production de son installation photovoltaïque.
Deuxième solution : l’ajout de batteries. Le courant produit est consommé immédiatement par les appareils qui fonctionnent en permanence comme le réfrigérateur, la ventilation mécanique contrôlée (VMC)… Le surplus, stocké dans la batterie, sera utilisé le soir. Si ce produit permet de couvrir 80 à 85 % de ses besoins, il est en revanche coûteux doublant l’investissement initial soit un total de 12 000 €. Le retour sur investissement atteint alors entre 14 et 18 ans contre 7 à 9 ans pour une installation dépourvue de batteries.

Des platines de fixation seront posées pour recevoir les capteurs photovoltaïques.

Existe-t-il une exposition et une pente optimales pour produire son courant ?
Oui. La meilleure exposition, c’est le sud ! Et la pente optimale oscille entre 30 et 35°. Mais l’inclinaison de la toiture joue peu. Elle impacte en effet seulement de 2 à 3 % la production électrique. S’il est possible de choisir l’orientation, une orientation est-ouest est intéressante car la production d’électricité est linéaire toute la journée. Ce qui permet de couvrir plus de points de consommation.

Les capteurs photovoltaïques sont-ils le plus souvent posés sur la toiture ?
Oui. C’est le cas de 99 % des maisons. Il existe d’autres solutions qui sont cependant peu utilisées. C’est le cas des marquises installées au-dessus de la porte d’entrée. Ces produits sont pénalisés car ils ne peuvent accueillir qu’un nombre
réduit de capteurs photovoltaïques, soit 1 ou 2 modules. Poser des capteurs en façade n’est pas non plus une solution satisfaisante car des arbres situés en face de la maison peuvent limiter le rayonnement.
Dernière solution : la pose de panneaux dans le jardin. Il est possible d’optimiser l’orientation des capteurs pour maximiser la production de courant. Mais les acquéreurs privilégient plutôt l’installation d’une piscine que celle de panneaux photovoltaïques sur leur terrain.

Comment réalise-t-on une installation photovoltaïque ?
Cette installation est généralement réalisée en même temps que la couverture de la maison. A la place des tuiles, le technicien posera une structure métallique sur laquelle seront fixés les capteurs photovoltaïques qui seront au même niveau que les matériaux de couverture. Chaque élément sera doté d’un micro-onduleur qui transformera le courant continu en courant alternatif. Cette installation optimise la production électrique car si l’un des capteurs ne fonctionne plus, les autres continueront de produire. Les micro-onduleurs seront reliés à un câble central qui sera ensuite branché au compteur électrique par l’électricien.

Dans le cas d'une pose de capteurs photovoltaïques intégrés au toit, ces travaux seront effectués lors de la toiture.

Combien de temps durera le chantier ?
Il faut compter une demi-journée à deux.

On voit de plus en plus de toits plats dans les régions. Une installation photovoltaïque est-elle compatible avec ce type de toiture ?
Oui. La toiture plate qui représente d’ailleurs seulement 8 à 10 % des maisons neuves est en effet compatible avec cette installation. Pour ce type de toit, nous posons un bac en plastique qui sera lesté pour bien maintenir les capteurs. Les toitures métalliques réalisées en bac acier peuvent, elles aussi, accueillir des capteurs photovoltaïques. Ces derniers ne seront pas intégrés à la toiture mais fixés en surimposition.

Quelles sont les démarches à effectuer ?
Il y a deux cas de figure. Premier cas : le particulier souhaite autoconsommer l’intégralité de sa production. Il devra effectuer une demande de raccordement de son installation au réseau et signer une convention avec Enedis informant ce dernier que la production de courant sera auto-consommée. Si son installation est inférieure à 3 kW, il est possible d’injecter gratuitement le surplus de production sur le réseau. Deuxième cas : l’autoproduction et la revente. Si le particulier consomme 75 % de sa production, les 25 % restants seront réinjectés dans le réseau et revendus à 10 centimes d’euro le kilowattheure. Le particulier devra signer un contrat de 20 ans.

Doit-on entretenir son installation photovoltaïque ?
Il n’y a pas d’entretien obligatoire. Il faut vérifier s’il n’y a pas de branches ou de feuilles sur les capteurs qui pourraient les empêcher de fonctionner.

Cette installation photovoltaïque permet d'être conforme aux exigences de la réglementation thermique, la RT 2012, si la maison est équipée d'une chaudière gaz à condensation pour assurer le chauffage et l'eau chaude sanitaire.

Comment vérifier le bon fonctionnement de son installation photovoltaïque ?
Les clients souhaitant augmenter leur production de courant bénéficieront d’une application qui sera livrée avec les capteurs photovoltaïques. Avec cette dernière, ils suivront en temps réel leur production. Une application plus élaborée leur indiquera en plus la consommation électrique instantanée dans la maison.

Quelles sont les garanties dont bénéficie le particulier ?
L’installation est garantie 10 ans. Le particulier bénéficie aussi d’une garantie de la production, 90 % de la puissance initiale à la 10e année et 80 % à la 25e année. Mais la durée de vie d’une installation atteint une trentaine d’années.

Publié par
© construiresamaison.com -
Cliquez ici pour réaliser votre avant projet de maison sur mesure