RT 2012 et architecture traditionnelle

Laurence Mertz
Mis à jour par
le 6 juin 2016
Journaliste chez PAP.fr

Les exigences de la RT 2012 bousculent actuellement les modes constructifs. Est-il encore possible de bâtir des maisons dans le plus pur style traditionnel ? La réponse des constructeurs.

Une maison Serge Gautier, maître d’œuvre OPQMOC, qui s'inspire des demeures anciennes mais qui respecte à la lettre les principes de la RT 2012. www.serge-gautier.com © Serge Gautier

Grâce à la dernière réglementation thermique en date, la RT 2012, la conception des maisons neuves a évolué. L’orientation, le chauffage, l’isolation… tout a été repensé. Lumière naturelle et apports énergétiques du soleil, à la fois propres, gratuits et inépuisables, sont donc au programme. Résultat ? Les maisons RT 2012 n’exigent que peu d’énergie. Mais l’architecture de ces maisons plus vertueuses est-elle toujours la même ? Peut-on encore construire des longères et des mas RT 2012 ? Ou les acquéreurs sont-ils désormais condamnés à opter pour des maisons contemporaines ?

Quand l'architecture traditionnelle garde la cote

S’il y a actuellement un réel engouement pour les maisons ultra-design et si les clients souhaitent des maisons dont les performances aillent au-delà des règlements thermiques en vigueur, ils ne négligent pas l’architecture pour autant. Comme le rappelle Hermann Genouël, directeur général de CMO, créateur de maisons sur mesure dans l’ouest de la France, « les acquéreurs aiment les maisons très lumineuses, avec des toitures en ardoise très travaillées, originales dans leur découpe. Certains autres veulent de l’originalité sans aller vers le contemporain. Mais allier l’originalité et la tradition ne peut se faire que dans des maisons importantes. Nous mettons en valeur les volumes ».

Avec son toit d’ardoise et ses murs blancs, cette demeure reprend à son compte la tradition architecturale bretonne. Mais les Maisons CMO y ont intégré une bonne part d’esprit contemporain. www.maisons-cmo.com © CMO

De même David Lacroix, P-DG des Maisons Berval (Groupe France Confort), assure que « la demande pour les architectures traditionnelles reste bien réelle. Elle est même en augmentation. Beaucoup d’acquéreurs veulent des toitures à deux ou quatre pans et refusent les toits-terrasses ». Selon lui, la cote des architectures traditionnelles s’explique par le besoin des acquéreurs de retourner à leurs racines, de vivre dans un habitat connu et rassurant. Elle symbolise également la réussite des années 70 et 80. Pour répondre à cette demande, les Maisons Berval ont renouvelé leur offre. « Avec ses lucarnes, ses modénatures, son brisis de toiture, notre modèle Vosges, par exemple, s’inspire clairement du style Mansart. Ce modèle, comme tous ceux de notre gamme, sert de base pour créer un habitat sur mesure », explique David Lacroix.

 

L'architecture traditionnelle s'inspire aussi des grands noms français. Le modèle Vosges des Maisons Berval est l'héritier direct des demeures du style Mansart. www.maisonsberval.fr © Maisons Berval , Groupe Hexaom

Selon Morgane Gillet, commerciale chez Villa 84, constructeur de maisons individuelles dans le Vaucluse, même si la RT 2012 exige vraiment la simplification des volumes pour supprimer autant que faire se peut les ponts thermiques, elle n’empêche en rien de construire de façon traditionnelle.

 

Une des dernières réalisations de Villa 84, inspirée par l'architecture traditionnelle provençale. www.villa84.com © Villa 84

 

« Rien ne change de l’extérieur et l’on ne peut pas distinguer si une maison est conforme à la RT 2012 ou pas. On ne peut pas faire la différence entre un mas RT 2012 et un mas traditionnel », assure-t-elle.

Cliquez sur un département pour voir
des offres de maisons neuves avec terrain

  Précédent

La rédaction vous conseille