La maison passive : une maison sans chauffage

Publié par -

Tendance la maison passive ? En tout cas, elle gagne du terrain. Et pour cause : moderne, respectueuse de l’environnement, modulable et économe en énergie… elle pourrait bien vous changer la vie. Mais au fait comment ça marche ? Faire Construire sa Maison vous donne le mode d’emploi.

En France, pendant longtemps, l’expression « maison passive » renvoyait à la petite cahute en bois perdue au fin fond de la campagne allemande. Mais ça c’était avant. Avant que les constructeurs français développent ce mode constructif. Avant que la RT 2012 et la RT 2020 viennent chambouler les normes thermiques. Et avant que les Français soient convaincus par ces maisons saines et sans chauffage. Ce qui a changé ? « Avant, les gens pensaient que les maisons passives étaient réservées aux zones froides alors qu’en fait elles affichent aussi d’excellents résultats dans les régions chaudes », assure Etienne Vekemans, président de l’association La Maison Passive. Résultat, aujourd’hui on compte dans l’Hexagone plus de 200 bâtiments certifiés passifs selon le label Passivhaus.

C’est quoi une maison passive ?

Performance. Une maison passive, c'est une maison dont le bâti affiche une très haute efficacité. Elle est si performante qu'elle peut assurer le confort de ses habitants en hiver en se passant de chauffage. Et en été, elle n'a pas besoin de climatisation pour être agréable à vivre. Reste que pour construire une telle demeure, il faut respecter certaines mesures, certaines règles. De la conception bioclimatique au choix des équipements en passant par l'isolation et le chauffage d’appoint, découvrez tous les secrets de la maison passive.

Les notions d'orientation, d’environnement et d'ensoleillement sont primordiaux dans la conception d'une maison passive. www.innovhabitat.fr

Bioclimatique. La maison passive n’est pas une maison comme les autres. Pourtant son fonctionnement n’a rien de technologique ou d’ultramoderne. Son mode constructif reprend les grands principes de l’architecture bioclimatique de nos ancêtres. L’orientation et l’implantation de votre demeure ont été entièrement optimisées pour profiter au maximum des rayons du soleil et se protéger du froid (vent, pluie…). Les maisons passives disposent donc de larges baies vitrées orientées sud pour profiter des calories gratuites offertes par le soleil. Au nord, les ouvertures se feront plus petites et on profitera de la végétation environnante pour s’abriter du froid. Toujours au nord, on place les pièces techniques (cellier par exemple), qui jouent le rôle de tampon thermique. Bref, ce sont des demeures capables de s’adapter à leur environnement.

Confort d'été. Etanche, surisolée, la maison passive pourrait prendre des allures d'étuve aux beaux jours. Or il n'en est rien, grâce là encore à la conception bioclimatique. Des des casquettes, des brise-soleil viennent tempérer les ardeurs de l'astre du jour. Ces équipements peuvent être pilotés par une sonde qui les déploie les après-midi d'été pour éviter de surchauffer l'intérieur. « Cette conception bioclimatique nous permet de limiter la température des pièces à vivre à 25°C alors qu'il fait 35°C à l'extérieur. Et les chambres peuvent descendre à 21°C, le tout sans climatisation » relève Julien Moyse

Les maisons passives sont particulièrement bien isolées et aussi étanches à l'air pour éviter les ponts thermiques. www.serennes.fr

Construction passive : points techniques

Isolation renforcée. La maison passive est avant tout une maison particulièrement isolée. Il faut faire la chasse aux ponts thermiques (ces entrées d’air froid qui font baisser la température intérieure de votre maison). Murs, toiture, sols… toutes les parois doivent bénéficier d’un excellent niveau de performance en terme d’isolation. La qualité des menuiseries et des vitrages (doubles voire triples) est également indispensable. Dans la même logique, la maison passive devra être le plus possible étanche à l’air.  D’où la nécessité de posséder un système de ventilation efficace, assurant un bon renouvellement de l'air pour une ambiance saine dans la maison.

A l'intérieur, les maisons passives profitent d'une température agréable et homogène toute l'année. www.cecilerobin.com

Sans chauffage. Cela semble impossible et pourtant la maison passive est capable de se passer d’un chauffage principal. « C’est un bâtiment surisolé, sans ponts thermiques, donc qui est capable de conserver la chaleur », résume Etienne Vekemans. Une solution d’appoint est tout de même recommandée en cas de période de très grand froid. Cet équipement varie d’une maison à l’autre. On trouvera souvent des petits radiants mais il est aussi possible d’opter pour un joli poêle à bûche. Il faudra toutefois que sa régulation et son dimensionnement soient parfaitement adaptés aux besoins d’une maison passive.

Les maisons passives peuvent se passer de chauffage.

Un air chaud et filtré. Si votre maison peut se passer de chauffage, c’est parce qu’elle a un petit secret. Elle est équipée d'une VMC (Ventilation mécanique contrôlée) double flux. Le principe ? L’air entrant froid est dirigé vers un échangeur de chaleur au sein duquel il va récupérer les calories de l'air sortant, qui est forcément chaud. Une fois réchauffé, cet air entrant sera ensuite redistribué au sein des pièces à vivre (salon, chambres). L’air vicié en provenance des pièces de service (salle de bains, cuisine, buanderie) sera lui expulsé vers l’extérieur. « En plus d’être chauffé, l’air entrant passe également au travers d’un filtre qui enlève pollens, allergènes et autres polluants. L’air que vous respirez est donc plus sain », précise Etienne Vekemans.

Quelle différence avec la VMC simple flux ? Avec ce type de VMC plus simple, l’air neuf passe par des entrées ouvertes sur l’extérieur puis est évacué par les bouches d’extraction. Ce système est efficace pour chasser l’humidité mais il crée un courant d’air permanent. Cela oblige donc le système de chauffage en hiver à compenser cet air froid. 

Combien ça coûte une maison passive ? Etude thermique, qualité des matériaux, isolation renforcée, menuiserie renforcée, VMC double flux… Faire construire une maison passive vous coûtera plus cher qu’une demeure traditionnelle. Mais avec le développement des dernières technologies et le nombre de constructeurs formés aux nouvelles techniques, ce surcoût a diminué ces dernières années. En moyenne, il faudra prévoir un budget initial compris entre 10 et 15 % de plus que pour une maison RT 2012. « Mais la maison passive doit être vue comme un investissement sur le long terme qui sera rentable grâce à son faible coût de fonctionnement », souligne Etienne Vekemans.

Près de Besançon, cette maison passive mise aussi sur le confort d'été. Par 35°C à l'extérieur, sa température intérieure ne dépasse pas 25°C sans recourir à la climatisation !

Retour sur investissement. Maisons Moyse a récemment livré une maison passive. Installée près de Besançon, elle est officiellement certifiée comme passive et en possède donc toutes les caractéristiques. Sa facture d'énergie s'établit à 38 € par mois, alors que le surcoût, à l'achat, tourne autour de 15% par rapport à une maison RT 2012 de même surface et de même architecture. « D'une façon générale, le surcoût se rentabilise en une quinzaine d'année, des délais qui vont forcément se réduire puisque l'énergie est appelée à se renchérir dans les prochaines années », explique Julien Moyse, co-dirigeant de cette société de construction.

Valeur verte. L’absence de chauffage est une donnée cruciale sur vos factures électriques mais aussi pour la revente. Car vous possédez une maison en avance sur les réglementations thermiques… Et la valeur verte de l’immobilier pourrait bien devenir une donnée non négligeable. D'ailleurs, les Notaires de France constatent, dans de très sérieuses études, que les maisons qui affichent les meilleurs classements sur le Diagnostic de performance énergétique se revendent plus cher que les autres, toutes choses égales par ailleurs...

Les maisons passives sont des réalisations modernes, avec des lignes pures et des volumes simples. www.maisons-elian.com

Architecture passive. Il n’y a pas à proprement parler d’architecture passive. Traditionnelle ou moderne, en bois ou en béton, à toiture-terrasse ou à pente… la maison passive inspire autant les architectes que les autres types de construction. Ce sont les conditions climatiques régionales qui influenceront le plus souvent la structure de la maison. Évidemment, comme l’enveloppe de votre maison doit être le plus opaque possible, il est plus facile de concevoir des lignes simples, épurées et compactes. Mais ces dernières années, les dernières innovations techniques ont prouvé que l’on pouvait se permettre des audaces architecturales sans renoncer à la performance de la maison.

Maison passive : la certification officielle
Une maison vraiment passive doit être certifiée comme telle par l'association la Maison passive. Quatre critères sont pris en copmpte : un besoin en chauffage inférieur à 15 kWh/m²/an, la consommation d'énergie primaire (tous usages confondus y compris l'électroménager) reste inférieure à 120 kWh/m²/an, le débit de fuites d'air est inférieur à 0,6 m3/m² de paroi/h et à l'intérieur, les 25 C° ne peuvent être dépassés que pendant moins de 10% des heures de l'année. Des niveaux supérieurs peuvent être attribués si la maison produit de l'énergie. Pour en savoir plus : lamaisonpassive.fr

Cliquez sur un département pour voir
des offres de maisons neuves avec terrain

  Précédent