Au cœur d’une maison labellisée E+, C-

Publié par -

C’est le niveau d’exigence le plus élevé jamais atteint dans l’Hexagone ! Les Bastides Lauragaises ont réussi à obtenir le label E3, C2 pour leur maison. Focus sur cette réalisation située en Haute-Garonne.

Labelliser sa maison ? Une évidence pour William Antoine. Le dirigeant des Bastides Lauragaises n’a pas hésité quand son bureau d’études thermiques lui a proposé de labelliser une de ses maisons. Un choix logique pour cette entreprise pionnière en la matière qui avait adopté par le passé les labels THPE (très hautes performances environnementales) et RT 2005-BBC, ce dernier préparant la réglementation thermique actuelle, la RT 2012, remplacée par la RE 2020 le 1er janvier 2022. Et quitte à s’engager dans cette démarche, autant se fixer comme objectif les exigences les plus élevées du label E+, C- : « Nous aimons nous challenger. Nous voulions savoir quel niveau maximal serait atteignable avec nos industriels et notre savoir-faire », explique le dirigeant qui a pu atteindre le niveau E3, C2, un niveau très élevé en France.

Plusieurs solutions pour atteindre le label E+, C-

Orientation plein sud. Pour accéder au niveau E 3, le constructeur a utilisé différents leviers comme la conception bioclimatique qui limite les besoins en énergie pour le chauffage et l’éclairage. Le terrain des acquéreurs bénéficiant d’une orientation sud, de nombreuses baies vitrées ont été implantées sur cette façade. La surface vitrée représente 22,38 % de la surface totale de la maison, un gain de 34 % par rapport aux exigences de la réglementation thermique, la RT 2012. Cette exposition maximise ainsi les apports solaires. Grâce à une conception cubique, la maison réduit aussi les pertes de chaleur qui sont nombreuses dès que l’architecture de la construction se complexifie avec des décrochés de bâtiments.

Produire son électricité. Côté chauffage, le constructeur a fait le choix d’une pompe à chaleur double-service captant les calories de l’air extérieur pour chauffer l’eau du plancher. Cet appareil assure aussi la production de l’eau chaude sanitaire. Performante, cette installation utilisant une source d’énergie renouvelable est bien valorisée par le label. La pose de capteurs photovoltaïques sur une surface de 17 m² en toiture a aussi contribué à la bonne performance thermique de la maison. Cette technologie contribue en effet à son autonomie énergétique en lui fournissant une partie de sa consommation électrique.

Les émissions carbone des maisons neuves devront être réduites conformément à la réglementation environnementale, la RE 2020.© Olivier Le Moal/Getty Images

Les atouts des matériaux biosourcés

Matériaux naturels. Pour diminuer l’empreinte carbone, le constructeur a joué la carte des matériaux biosourcés comme le rappelle William Antoine : « Nous avons choisi la laine de coton recyclé pour l’isolation des combles. Et nous avons utilisé de la laine de verre qui contient un liant élaboré à partir d’amidon de pomme de terre. Cet industriel est d’ailleurs situé à Lannemezan (Hautes-Pyrénées) à proximité du département où nous construisons la maison. Nous avons aussi privilégié des artisans proches du chantier pour limiter le plus possible les déplacements. »

Une maison pas comme les autres. Fort de cette réussite, le constructeur entend proposer à ses clients des maisons labellisées E3, C1, un label qui sera associé à la certification NF HQE. Quatre permis de construire sont d’ailleurs en cours d’instruction. Cette démarche est selon le constructeur plutôt bien perçue par les acquéreurs. Encore faut-il prendre le temps de leur expliquer les exigences du label. « C’est un produit différenciant qui est intéressant lors d’une revente », détaille William Antoine. « Les acquéreurs peuvent comparer leur facture énergétique avec celle qu’ils paieront plus tard dans un contexte de hausses du prix de l’énergie. C’est un argument auquel ils sont sensibles. Les particuliers se montrent également attachés à l’utilisation de produits biosourcés pour la construction de leur maison. »

Des industriels en retard. Si la demande semble être au rendez-vous du côté des acquéreurs, la filière du bâtiment ne semble pas être encore prête pour répondre aux attentes du label E+, C- et de la future RE 2020, effective le 1er janvier 2022. Les Bastides Lauragaises qui ont mis deux ans à concevoir ce projet ont dû changer de fournisseurs car certains ne disposaient pas de fiches déclaratives environnementales, sanitaires (FDES) pour leur produit. Faute de ce document, l’utilisation de ces produits aurait été pénalisée lors de l’étude thermique de la maison rendant très difficile l’atteinte des objectifs que s’était fixé le constructeur.

Une maison labellisée hors normes
Obtention du label E3 C2
Surface : 176 m²
Chauffage : pompes à chaleur
Eau chaude : ballon thermodynamique
Ventilation : simple flux
17 m² de panneaux photovoltaïques
Maçonnerie en briques
Isolation des combles en laine de coton recyclé
Isolation des murs en laine de verre avec un liant composé d’amidon de pomme de terre
Prix : 1 600 €/m²

Parole d’acquéreur
« Un moyen d’améliorer la qualité des constructions »

Quelles étaient les motivations pour acheter une maison labellisée E3 C2, construite par les Bastides Lauragaises ? Quel bilan tirer de cette première année d’occupation. Olivier, le propriétaire, nous dit tout.
Construire sa maison : Pourquoi avoir choisi de faire construire une maison labellisée E+ C- ?
Olivier : Initialement, nous voulions acheter une maison passive, l’objectif étant que les apports solaires soient suffisants pour nous chauffer. Mais le projet qui nous a été proposé était trop cher. En outre, l’architecte que nous avions choisi ne nous laissait pas libre de nos choix. Nous avons finalement retenu les Bastides Lauragaises sur les conseils d’une amie qui avait fait construire avec eux. Contrairement à d’autres constructeurs qui se contentent d’atteindre les exigences minimales de la RT 2012, les Bastides Lauragaises sélectionnent les matériaux garantissant les meilleures performances. Le label E+ C- qui nous a été proposé nous a plu car c’est un moyen d’améliorer la qualité des maisons. Ce label valorise aussi les isolants biosourcés.
Quels sont les points forts de votre maison ?
Notre maison est dotée de deux équipements utilisant une énergie renouvelable : une pompe à chaleur qui assure le chauffage et fournit l’eau chaude. Les capteurs photovoltaïques nous permettent de produire l’électricité que nous consommons.
Le surplus qui n’est pas consommé est renvoyé sur le réseau électrique.
Quel bilan tirez-vous de votre installation photovoltaïque ?
Depuis un an, nous avons produit 3 400 kW : 1 000 ont été autoconsommés et 2 400 revendus. 75 % de notre consommation électrique a été couverte par notre production.
Et le confort intérieur ?
Nous avons bénéficié d’une température intérieure constante de 22 à 23 °C toute l’année. L’hiver, nous avons maximisé les apports solaires dans notre maison grâce à son orientation plein sud. La température atteignait 24 °C, ce qui nous a évité d’utiliser la pompe à chaleur. L’été dernier, la température intérieure s’est élevée à 27 °C quand il faisait 38 °C en juillet-août. 

`

Cliquez sur un département pour voir
des offres de maisons neuves avec terrain