Cambriolages : conseils pour une maison bien sécurisée

Publié par -

On recense environ 680 cambriolages par jour soit environ deux par seconde ! La sécurité de votre future maison ne doit pas être prise à la légère. Portes blindées, serrures, alarme, domotique… les solutions ne manquent pas.

Le ministère de l'Intérieur a enregistré près de 250.000 cambriolages en 2017 (soit environ 680 par jour !). Un chiffre en hausse de 2% par rapport à 2016. Le plus souvent ils ont eu lieu entre 9 h et 17 h. Et toutes les régions sont touchées par ce fléau ! Se faire cambrioler est non seulement un traumatisme pour les victimes, mais c'est aussi un coût financier important qui s'élève en moyenne à 6.500 €. La sécurité de votre future maison est donc un sujet à part entière, au même titre que le chauffage ou l'isolation.

La plupart des cambriolages sont très rapides et ne durent en moyenne que sept  à huit minutes. Avec le temps nécessaire et de bons outils, aucun système n’est inviolable. Le but d'une bonne protection est de ralentir le plus possible les voleurs. Plus il leur sera difficile d’entrer, plus le risque sera réduit. « Les particuliers ne sont malheureusement pas dans la prévention. Ils attendent souvent d'avoir été cambriolés ou qu'un de leur voisin l'ait été pour protéger efficacement leur maison », regrette Thierry de Prémilhat, directeur commercial de Picard Serrures. 

Que dit votre assurance ?

Votre contrat multirisque habitation vous assure contre le vol. Cependant votre assureur peut vous demander un niveau minimal de protection comme une porte blindée, une serrure à trois points ou encore un système anti-effraction. « Les compagnies d'assurance exigent a minima une serrure A2p*. Ce qui n'assure pas un haut niveau de protection », précise Thierry de Premilhat. Dans certaines villes où le taux de la sinistralité est anormalement élevé, elles peuvent imposer des moyens de protection supérieurs.

Pour être bien remboursé en cas de sinistre et éviter tout litige, il est donc important de bien se renseigner auprès de votre compagnie d’assurances pour connaître précisément son niveau d'exigence. A défaut, elle pourrait refuser de vous dédommager ou diminuer son niveau d'indemnisation en cas de sinistre. La sécurité de la maison passe d'abord par la définition des priorités. « Que veut-on privilégier ? Pour certains ce sont des vélos, pour d'autres ce sera du vin. Certains choisiront des portes techniques certifiées A2P BP1… De fait les solutions diffèrent », précise Thierry de Prémilhat.

Bon à savoir
Les cambrioleurs sont pressés et discrets. Le temps et le bruit sont leurs principaux ennemis. La durée moyenne de leur attaque sur une porte est de sept à huit minutes ; au-delà ils abandonnent. Il faut donc commencer par leur compliquer la tâche...

Sécuriser les accès

Les statistiques des assurances sont formelles : 80% des cambrioleurs passent par la porte d'entrée. C'est le point névralgique de la maison qu'il faut impérativement sécuriser.  « Les cambrioleurs passent par les portes parce que c'est le plus simple alors que casser une vitre ça fait du bruit et ça se remarque », précise Thierry de Prémilhat. Et d'ajouter :  « les cambrioleurs opportunistes ne s'attardent jamais sur une porte blindée. Leur objectif est de ramasser un maximum de choses en un minimum de temps ».

A minima, il est donc vivement recommandé de faire équiper sa porte d'une serrure multipoint. Elle devra pouvoir résister plus de cinq minutes à une tentative d'effraction. Une durée suffisamment longue pour décourager la plupart des intrus ! Mais face à un cambrioleur un peu plus chevronné, ce n'est pas suffisant.

Le bloc porte (appelé aussi bloc porte blindée, bloc porte anti-effraction…) est la réponse la plus efficace en matière de sécurité. C'est un ensemble complet équipé d'une serrure intégrée au vantail avec blindage variant de 2 à 3 mm d'acier spécial. Il existe aussi des modèles vitrés certifiés A2P BP1. Les faces extérieures sont en tôle fixées sur la structure métallique. Le bâti est aussi en acier, scellé directement dans le mur. Le système de pivotement réglable est aussi renforcé et protégé par des pannetons antidégondages. En outre l'âme de la porte fait souvent appel à un matériau isolant qui améliore les conforts acoustique et thermique. Cerise sur le gâteau, ces blocs portes ne sacrifient pas la sécurité à l'esthétique. Pour un bloc porte fourni posé, il faut compter 2.500 € minimum.

La qualité des serrures
La certification A2P Serrures de bâtiment atteste qu'elles sont capables de résister à des tentatives d'effraction. La classification signalée de une à trois étoiles correspond à un niveau de menace.
A2P * : Menace de type " amateur " soit une résistance d'environ 5 minutes
A2P ** : Menace de type " cambrioleur " soit une résistance de 10 minutes
A2P *** : Menace de type " professionnel " soit une résistance de 15 minutes

Attention à la porte de garage !

Les cambrioleurs ne passent pas tous par la porte d'entrée ; ils sont 12% à se rabattre sur le garage et les entrées annexes. C'est un point faible. Ces accès souvent peu ou mal protégés sont faciles à ouvrir avec un simple pied de biche. Au moment du choix, mieux vaut choisir un modèle antieffraction certifié A2P. Le meilleur niveau de sécurité est garanti par les portes sectionnelles, enroulables et battantes, grâce à la rigidité et à la stabilité des parois en acier. Certains modèles assurent un degré supérieur de protection avec des systèmes de blocage spécifique, notamment une serrure 7 points.

Si vous n'optez pas pour une porte A2p renforcée, il est néanmoins possible de l'améliorer en installant par exemple une barre de sécurité. Elle apportera une grande résistance à l’effraction grâce à ses 4 points d’encrages : 2 sur la porte de garage et 2 dans la maçonnerie. Un verrou anti-effraction est aussi envisageable. Attention ces accessoires ne sont pas compatibles avec la motorisation de la porte.

 La sécurité intérieure

Les systèmes d'alarme sont le complément indispensable des serrures puisque statistiquement 95% des cambrioleurs prennent la fuite après leur déclenchement. Là encore, pour un matériel de qualité mieux vaut choisir une marque certifiée A2P.

Tout commence par les abords de la maison. Mieux vaut détecter une pré-intrusion d'une personne autour de la maison avant qu'elle ne s'y introduise. Les détecteurs interviennent alors en complément des détecteurs de mouvement intérieurs. Ils peuvent surveiller l'allée qui mène à la maison, le portail d'entrée ou toute zone extérieure.

C'est naturellement la maison qui doit être équipée en priorité. Le principe technique consiste à l'équiper de détecteurs, d'une centrale qui déclenche une sirène en cas d'intrusion et d'une lumière flash pour signaler la maison aux équipes d'intervention. Deux types de détecteurs peuvent s’utiliser séparément ou conjointement.

Les détecteurs d'ouverture placés sur les ouvertures vulnérables (portes d'entrée, fenêtres facilement accessibles...) vont identifier toute tentative d'ouverture ou choc important. Ils sont composés de deux éléments magnétiques fixés l'un sur l’ouvrant et l'autre sur le dormant de la menuiserie. Lorsque la porte ou la fenêtre est ouverte, le contact entre les deux éléments est rompu, ce qui déclenche l’alarme. « De nombreux détecteurs composent les gammes d’alarme. Il existe même des détecteurs capables de protéger la maison, même lorsque les fenêtres sont ouvertes. Ce type de détecteur sécurise les issues, les espaces ouverts (abri de jardin, préau…) ou assure la surveillance des tableaux ou autres objets de valeur », précise-t-on chez Delta Dore.

Les détecteurs volumétriques installés en hauteur dans les zones de passage obligé ou usuel comme le hall d'entrée, le couloir ou les escaliers se déclencheront en cas d'une présence humaine anormale. Le détecteur réagit au rayonnement de chaleur dégagé par un individu. Si vous avez des animaux de compagnie, il existe des détecteurs compatibles animaux qui savent distinguer un animal d’un être humain.

Les atouts de la domotique

La domotique devient le complément incontournable dans la maison neuve. Elle apporte des automatismes très utiles. Et la sécurité fait aussi partie de ses spécialités. L'intérêt de cet outil, c'est qu'il est évolutif dans le temps et s'adapte à toutes les problématiques. Automatiser la fermeture de ses volets et activer automatiquement l'alarme une fois la porte d'entrée fermée à clé sont l'un des innombrables scenarii possibles. On peut aussi simuler une présence avec les équipements motorisés, les lumières ou encore la radio. Avec la domotique tout est possible ce n'est qu'une question d'imagination. « Des éclairages qui s'allument et s'éteignent, quelqu'un qui regarde la télévision dans le salon,  la lumière est allumée dans la salle de bains, de temps en temps, comme si quelqu'un était à la maison font partie des quelques exemples de simulations », explique-t-on chez Delta Dore.

Mais la domotique ne se limite pas qu'à ces tâches élémentaires. Elle permet aussi de recevoir des alertes en temps réel, de contrôler à distance ses équipements ou de recevoir des images grâce des caméra IP en temps réel sur son smartphone. Deux types de stockage de données existent : indépendant ou dans le Cloud. Sachez qu'avec un système indépendant, vous avez la main sur vos données et elles ne voyagent pas contrairement à celles stockées sur le Cloud.

La télésurveillance

La télésurveillance est un service proposé par les compagnies d'assurances, les banques, les opérateurs internet et bien sûr des sociétés spécialisées. Une fois votre maison livrée, vous pouvez faire appel à elles. Pour un abonnement mensuel (moins de 20 € par mois), elles équipent votre maison de moyens de surveillance.

La télésurveillance fonctionne 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Des détecteurs (mouvements, ouvertures, sons, bris de vitre, fumées, etc.) sont reliés à une alarme et à un centre de télésurveillance. Un détecteur d’intrusion s’active dans votre appartement ou votre maison. Si une alarme se déclenche, un opérateur du centre de télésurveillance est alerté. Il vérifie l’origine du déclenchement de l’alarme par une tentative de contact. Si l'origine du déclenchement n'est pas validée, l’opérateur envoie sur place un agent de sécurité. En cas d’intrusion, les forces de l’ordre sont alertées.