Les radiateurs

Choisir un radiateur est moins simple qu'il y paraît. Car au-delà des questions énergétiques, c'est une décision onéreuse qui vous engage pour de longues années.

Les radiateurs électriques

Ils offrent une sécurité absolue (aucun risque de fuite comme avec un radiateur à eau, ni de départ de feu comme avec un poêle) et ils ne nécessitent aucun entretien, hormis un dépoussiérage de temps en temps.
Plusieurs modèles sont présents sur le marché.

Les convecteurs

Ce sont les radiateurs les plus connus. Comme leur nom l'indique, ils fonctionnent par convection. C'est-à-dire par mouvement d'air. L'air froid est aspiré par le bas de l'appareil, il se réchauffe au contact de la résistance électrique, puis il ressort par le haut de l'appareil. Ils conviennent surtout aux pièces petites bien isolées (inférieures à 20 m2). Les nouveaux modèles montent vite en température et disposent de thermostats électroniques programmables à distance.
Prix : à partir de 100 €. Mais attention, ils sont gourmands en énergie.

Les panneaux radiants ou rayonnants

Ils comportent une plaque chauffée par une résistance qui diffuse de la chaleur aux objets et aux corps présents dans la pièce. La plaque rayonnante est souvent protégée par une grille alvéolée qui laisse passer la chaleur.
Prix : les modèles courants oscillent entre 150 et 350 €.

Les radiateurs à accumulation

Ils emmagasinent la chaleur la nuit (en bénéficiant des tarifs préférentiels d'EDF) et la restituent le jour. Deux modèles existent :

  • Le radiateur à accumulation « statique ». Il comprend des briques accumulatrices et un thermostat qui permet de régler les besoins en chauffage tout au long de la journée.
  • le radiateur à accumulation « dynamique ». Il possède comme dans un convecteur électrique une résistance complémentaire. Cette dernière permet, en cas de froid intense ou de trop faible puissance accumulée, d'augmenter rapidement la température.

Prix : dans les deux cas, l'investissement initial est important (400 à 1.000 € pièce). Mais la rentabilité, à long terme, est bonne.

Les radiateurs à inertie

Ils portent aussi le nom de radiateurs à chaleur douce. Ils fonctionnent soit avec une résistance noyée dans un matériau réfractaire (brique, verre, fonte...), soit grâce à un fluide caloporteur qui tourne en circuit fermé. Ils cumulent trois modes de chauffage : le rayonnement, la convection et l'accumulation. Cette triple association produit une agréable sensation de bien-être. D'où leur nom de radiateurs à chaleur douce. Autre atout : ils restent toujours chauds mais ne stockent pas la chaleur comme les accumulateurs.
Prix : selon la puissance des appareils, ils oscillent entre 500 et 1.500 €.


Publié par T. Bibas
© construiresamaison.com -