Fournisseur d'énergie : un choix énergique

Publié par -

EDF et GDF n’ont plus le monopole de la distribution de l’électricité et du gaz. Aujourd’hui quarante sociétés lorgnent sur ce marché en proposant des abonnements dits alternatifs. Mais comment s’y retrouver dans le maquis de propositions ?

L’époque où seuls EDF et l'ex GDF (aujourd'hui ENGIE) , les distributeurs historiques, se partageaient le marché de l’énergie est une époque définitivement révolue. Depuis l’ouverture du marché de l’énergie et la fin définitive des tarifs réglementés du gaz prévue en 2023, les fournisseurs d’énergie alternatifs communiquent massivement pour convaincre les consommateurs de souscrire leurs abonnements en promettant des rabais sur leurs factures. A coup de promesses commerciales, de spots publicitaires et de démarchages téléphoniques, près d’une quarantaine de sociétés, plus ou moins connues, se livrent une concurrence acharnée pour se tailler une part du gâteau.

Avec le développement inéluctable du télétravail, les consommations électriques vont augmenter. D'après le médiateur de l'énergie, en souscrivant une offre de marché, le gain est estimé entre 6 et 7 %.

Mais comment faire son choix dans ce maquis de propositions commerciales ? Il est en effet souvent difficile, sinon impossible, de comparer les offres entre elles. D’ailleurs le dernier rapport du médiateur de l’énergie n’est pas tendre envers cette nouvelle génération de distributeurs d’énergie : démarchage abusif, propositions manquant de clarté, manque d’informations… « Les informations qui doivent être fournies non seulement au moment de la souscription d’un contrat, mais également dans les relations au cours du contrat, doivent être marquées du sceau de la qualité, de la transparence et de la loyauté », déclare Olivier Challan Belval, le Médiateur national de l’énergie.  

D’abord décrypter les prix

Les tarifs réglementés sont voués à disparaître. Pour le gaz la date est d’ores et déjà fixée, ce sera en 2023. Quant à l’électricité, aucune échéance n’a encore été dévoilée. Les distributeurs alternatifs sont dans les starting-blocks. Tout commence par une étude minutieuse des prix.

Mais mieux vaut être patient et concentré pour bien décrypter les propositions car les comparaisons ne sont pas simples ! Le prix du kilowatt peut être libellé hors taxes, ou TTC, le prix bloqué peut concerner le kWh sans l’abonnement ou avec l’abonnement. Bref, un véritable maquis. Contrairement aux opérateurs historiques, les fournisseurs alternatifs n’ont pas le droit de vendre au tarif réglementé. Et pour rajouter un peu plus de complexité au moment de faire son choix deux tarifications du kilowatt sont envisageables : prix fixes ou prix indexés.

  • Le prix fixe : c’est un prix de marché librement fixé par chaque fournisseur d’énergie. Si le prix du kiloWatt ne bouge pas l’abonnement et les taxes peuvent augmenter au cours de la durée du contrat.
  • Le prix indexé : c’est un prix de marché librement fixé par le fournisseur d’énergie. Il est indexé sur l’évolution du tarif réglementé, à la hausse comme à la baisse.
  • Le prix fixe bloqué sur une durée contractuelle : comme son nom l’indique le prix ne bouge identique sur toute la durée prévue dans le contrat, et ce quelle que soit l’évolution du tarif réglementé.
  • Attention aux tarifications complexes ! Le diable se cache souvent dans les détails. Certains distributeurs proposent des offres dites « innovantes » basées sur la différenciation horaire. Le tarif est peu cher sur les créneaux horaires de faible consommation et bien plus élevé lors de périodes de pointe. Mieux vaut bien identifier les plages horaires durant lesquelles les réductions tarifaires sont appliquées.
  • Enfin il faut aussi regarder le prix de l’abonnement qui, lui, est fixe mais diffère d’un distributeur à l’autre.

C’est quoi un tarif réglementé ?
Les tarifs réglementés sont fixés par les pouvoirs publics. Le prix des offres de marché contractualisé. Seuls les fournisseurs historiques (EDF pour l’électricité et ENGIE pour le gaz) peuvent proposer ce type de tarification tarifs réglementés. Mais attention le tarif réglementé du gaz doit disparaître en juillet 2023. Si l’abonné n’a pas quitté l’offre réglementé il sera automatiquement basculé sur une offre de marché chez le fournisseur historique sans aucune action de sa part. Les conditions de la nouvelle offre, qui seront déterminées par le fournisseur après avis conforme de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), lui seront envoyées par courrier. 

Comment bien comparer les offres ?

Pour bien choisir son fournisseur d’énergie, il d’abord faut pouvoir bien comparer leurs offres. Mais le choix est tellement vaste, complexe et souvent confus qu’il est difficile de s’y retrouver. Première étape consulter un comparateur de fournisseurs d’énergie objectif. Mais pas n’importe lequel ! Le dernier rapport du médiateur de l’énergie met en garde les particuliers.« Des comparateurs d’offres se présentent en général comme neutres et indépendants, mais en fait ils ne le sont pas ! Ils sont, en effet, rémunérés par les fournisseurs chaque fois qu’un contrat est signé par leur intermédiaire, ce sont en réalité des courtiers, qui peuvent parfois présenter les offres d’énergie de manière incomplète ou volontairement orientée, en fonction de la commission qu’ils sont susceptibles de percevoir. »

Une quarantaine de sociétés se partagent le marché. Pour bien comparer leurs offres commerciales, mieux vaut consulter un site à but non lucratif. A partir des données saisies, il établira la meilleure offre commerciale du moment.

Pour une comparaison dénuée de buts lucratifs les comparateurs du Médiateur national de l‘énergie (https://comparateur-offres.energie-info.fr/comparateur) ou de l’UFC Que Choisir sont incontournables. L’information y est claire, objective et les tarifs y sont régulièrement mis à jour. Pour obtenir une tarification il est d’abord nécessaire de saisir votre profil de consommateur : coordonnées, caractéristiques de votre logement et consommation… Ensuite, un algorithme établit une liste de tous les tarifs (gaz et électricité) avec le nom du fournisseur, les conditions du tarif et le montant de l’abonnement mensuel. L’algorithme va également calculer la différence entre ce que vous payez actuellement et le prix de chaque tarif disponible.

Un kilowatt vraiment vert ?

 Vous souhaitez mettre en cohérence votre consommation d‘énergie avec la préservation de l’environnement en souscrivant une offre « verte » ? Tous les opérateurs proposent ou du biométhane de l’électricité verte. Mais est-on vraiment sûr de consommer de façon éco-responsable ? La réponse est non ! S’assurer que l’électron qui est distribué est « vert » n’est pas possible. Nucléaire, charbon, hydraulique, solaire, éolien, l’énergie électrique provient de différentes sources.

Pour répondre à ce besoin de traçabilité, l’Union européenne a mis en place un système de traçabilité financière de l’énergie renouvelable produite : la Garantie d’Origine (G.O.). Lancée sous sa forme actuelle en France en 2012, la G.O. certifie, par un document électronique, qu’une source d’énergie renouvelable (éolienne, photovoltaïque, hydraulique ou autre) a injecté une quantité d’énergie (1 MWh) sur le réseau électrique. Ce certificat, délivré par un organisme indépendant, garantit le caractère 100 % renouvelable de l’énergie d’un producteur. Cette garantie d’origine permet au fournisseur d’acheter à un producteur un volume d’énergie renouvelable équivalent à celui qu’il vend au consommateur et de l’injecter dans le réseau électrique. Il existe néanmoins quelques producteurs qui garantissent que leur électricité est 100 % vert. Pour les identifier Greenpeace réalise son classement des fournisseurs les plus vertueux (www.guide-electricite-verte.fr).

Comment changer de fournisseur ?

Vous avez étudié les offres de près et vous êtes prêt à changer de fournisseur. Une fois contacté, il s’occupe de tout. Côté administratif, c’est lui qui réglera la résiliation de l’ancien contrat.  C’est simple, rapide sans frais et sans engagement ! Et bien entendu sans coupure d’approvisionnement. Veillez, néanmoins, à bien photographier et à conserver les relevés de consommation. Une précaution qui pourra être très utile en cas de litige au moment du passage de témoin. Techniquement, rien ne change les compteurs d’électricité et de gaz restent les mêmes. Et il est possible de résilier sans préavis tout nouvel abonnement autant de fois qu’on le veut et sans frais.

Avis d’expert

« En optant pour l’offre alternative la moins cher, le consommateur gagne en moyenne 6 à 7 % par rapport aux tarifs réglementés pour une puissance de 6 kvA. » précise Frédérique Fériaud Directrice générale chez le Médiateur national de l'énergie.

Faire construire sa maison : Les Français font-ils jouer la concurrence en matière d’énergie ?
Frédérique Fériaud : Pour l’électricité, le marché commence à s’ouvrir. Mais 70 % des particuliers sont encore chez EDF. Pour le gaz, LKa fin programmée des tarifs réglementés prévue en 2023 accélère et accentue la concurrence entre les distributeurs. Les trois millions de d’abonnés encore chez GDF en tarifs réglementés suscitent des convoitises.

Quels sont les points de vigilance à étudier avant de signer un nouvel engagement ?
Les consommateurs regardent d’abord les prix. Mais attention, les fournisseurs communiquent sur des économies par rapport aux tarifs réglementés. Ce n’est pas un abattement sur la facture mais sur le prix du kWh hors taxe. Si le fournisseur annonce un rabais de 10 % en réalité ça ne fait qu’environ 6 % ! Il faut aussi comparer le prix des abonnements qui sont fixes et facturés tous les mois. Il est aussi important d’analyser la qualité du service client et voir comment il est joignable. Nous constatons par exemple que les offres les moins chers sont celles dont le service clients est sur Internet. Ce qui n‘est pas forcément adapté à tous les consommateurs, notamment les personnes âgées.

Quelles sont les différentes tarifications ?
Il y a différents types d’offre. Il y a celles dont les sont prix indexés. Les plus courantes sont celles dont les tarifs s’alignent sur les évolutions des tarifs réglementés. Le fournisseur s’engage alors à suivre les évolutions dans les mêmes proportions. Mais il peut y avoir d’autres formules d’indexation. Il y a aussi les offres à prix fixe. Dans ce cas le prix du kilowatt ne bouge pas pendant une période définie contractuellement, un an en général. Mais attention tout n’est pas fixe. Les taxes peuvent évoluer et si le prix de l’acheminement augmente, le coût sera répercuté sur l’abonnement. Point important ; il n’y a jamais d’engagement. Le consommateur peut changer de distributeur à tout moment et autant de fois qu’il le souhaite.

Comment savoir si l’électricité est verte ?
Le consommateur doit savoir que s’il souscrit un abonnement pour de l’électricité verte, dans sa prise elle sera peut-être d’origine nucléaire. Pour clarifier l’origine et le mode de production un décret (ndlr Décret n° 2021-438 du 14 avril 2021 relatif au comparateur d'offres du médiateur national de l'énergie) vient d’ailleurs d’être publié. Un label décerné l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) devrait aussi prochainement voir le jour pour aider les consommateurs à mieux identifier les offres vertes.