Climatiser ou rafraîchir sa maison ?

Les étés sont de plus en plus chauds. Isoler et rafraîchir sa maison deviennent une nécessité. Mieux vaut y penser largement en amont, lors de la conception, pour prendre toutes les mesures passives ou actives adaptées.

Tous les climatologues sont unanimes, nos étés vont devenir de plus en plus chauds avec des périodes caniculaires fréquentes. Selon un tout récent rapport rédigé par une commission sénatoriale, un climat de type méditerranéen pourrait régner sur environ la moitié de l’Hexagone à l'horizon 2050. Entre autres préconisations, les auteurs conseillent d'ores et déjà une adaptation de l'habitat à cette nouvelle donne climatique. Ils proposent notamment d'intégrer la contrainte de la canicule au centre des réflexions de la future Réglementation environnementale 2020 qui remplacera prochainement l'actuelle RT 2012.

Mais si le confort d'hiver est une préoccupation systématique des acquéreurs, notamment pour des questions de coût, ils sont moins nombreux à se soucier du confort d'été, responsable pourtant d'une grosse source d'inconfort. Alors pour que votre maison soit agréable en toutes saisons, anticipez ! Des solutions les plus simples aux plus élaborées apporteront une touche fraîcheur pendant les chaudes journées estivales.

L'occultation des fenêtres est essentielle pour garantir une bonne température intérieure l'été. On peut bien sûr automatiser leur fermeture grâce à la domotique. www.volets-thiebaut.com

Confort d'été et réglementation

La RT 2012, qui régit la construction, prend en compte le confort d'été par l’intermédiaire de la Température intérieure conventionnelle (Tic).  Cette dernière doit être inférieure à une Tic de référence. Pour atteindre l'objectif de confort, la réglementation privilégie les protections solaires mobiles, comme les volets roulants, ou les protections solaires intégrées au bâti. En revanche, tous les systèmes de rafraîchissement actifs sont pénalisés parce qu'ils consomment de l'énergie. Or la RT plafonne les consommations : c'est le fameux seuil des 50 kW/m2/an.

Pour installer un rafraîchissement actif, la maison devra afficher une consommation annuelle d’énergie primaire inférieure ou égale à 50 kWhEP/m2 en moyenne (40 kWhEP/m2 en zone H3). Alors si vous souhaitez vous équiper d'une Pac réversible, il faudra commencer par installer les matériels les plus sobres de type A+++. Et si cela ne suffit pas, le maître d'œuvre devra compenser les surconsommations électriques par un renforcement général de l'isolation (murs, toiture et ouvertures). Des adaptations qui ont un coût non négligeable.

A noter : la climatisation ou les Pacs réversibles sont autorisées dans les maisons des zones climatiques H3 et H2d exposées au bruit (pourtour méditerranéen et départements de la Drôme et de l’Ardèche en dessous de 400 m d’altitude).

La Réglementation thermique n'interdit pas la climatisation mais la pénalise. Si vous souhaitez l'installer, mieux vaut une machine classée A+++. www.daikin.eu

Déphasage et inertie

Pas de confort d'été acceptable sans un bon déphasage et une bonne inertie du bâti. Le constructeur doit essayer de proposer un mode constructif qui concilie les deux. Le déphasage thermique est la capacité des matériaux composant l'enveloppe de l'habitation à ralentir les transferts de chaleur, notamment du rayonnement solaire estival. Il correspond au décalage horaire qui existe entre la température extérieure et intérieure des maisons. C’est la rapidité que met la chaleur à traverser vos murs. Pendant la journée, la température monte progressivement, un mauvais déphasage transmettra la chaleur à l’intérieur peu de temps après la pointe de température et la maison surchauffera vite. Inversement, un bon déphasage retardera la diffusion de la chaleur jusqu’à la nuit, plus fraîche. Sept à dix heures correspondent généralement au temps de déphasage optimal. L’inertie est la capacité d'un matériau à emmagasiner de la chaleur (ou du froid) pour la restituer ensuite progressivement. Plus un matériau est lourd et compact, plus il a une inertie thermique importante. C'est un peu une éponge à chaleur qui stocke les calories sans pour autant se réchauffer.

Grand débord de toiture et matériau isolant à fort déphasage garantiront un bon confort d'été. Cette maison Bepos n'est pas climatisée. www.soprema.fr

Les solutions les plus simples

La Réglementation thermique actuelle valorise les protections solaires fixes ou mobiles. Elles apportent une protection efficace et sont capables d'abaisser sensiblement la température intérieure sans avoir recours à des systèmes aérothermiques comme la climatisation ou un système de rafraîchissement. Il suffit de redécouvrir les techniques éprouvées d'autrefois.

Commencez par fermer les volets dans la journée notamment sur la façade ensoleillée. Ils limiteront les apports de chaleur. Les volets roulants domotisés seront particulièrement efficaces. Selon le scénario défini, ils s'abaisseront automatiquement en fonction de l'heure, de la température extérieure et/ou de la température intérieure de consigne. Pensez-y !

Autre possibilité : poser des stores sur les ouvertures, des brise-soleil orientables ou opter lors de la conception de la maison pour des débords de toit importants. L'objectif est de porter une ombre sur la façade lorsque le soleil est au plus haut. Ils limitent ainsi l'exposition directe des ouvertures au soleil tout en laissant passer la lumière. Le brise-soleil orientable permet de profiter de la lumière naturelle sans laisser entrer la chaleur. Grâce à la facilité d’inclinaison des lames, vous pouvez choisir la quantité de lumière et l’ensoleillement, direct ou indirect, qui vous convient. En fonction de l’exposition des fenêtres, de votre activité, de vos envies… Et cela à distance, avec la télécommande !

Casquettes et brise-soleil sont indispensables pour limiter l'impact du rayonnement solaire.

Réhabilitez les courants d'air

Le rafraîchissement par courants d'air, appelés aussi freecooling  par les thermiciens permet de diminuer la température intérieure jusqu’à 3° de façon plutôt efficace sans avoir recours à la climatisation. Cette technique consiste à utiliser directement l'air extérieur pour refroidir la maison, grâce à la fraîcheur nocturne notamment. Il suffit d'ouvrir les fenêtres des façades opposées (fenêtres de toit fermées) pour créer une ventilation traversante ou transversale. Cette ventilation peut être utilisée de jour comme de nuit.

On peut aussi créer un effet cheminé encore plus efficace en ouvrant simultanément une fenêtre du rez-de-chaussée et une fenêtre de toit. Cette technique peut être automatisée. Un grand fabricant de fenêtres de toit propose cette solution. Mieux, la domotique permet de gérer les ouvrants en fonction de l'heure, de la température, du niveau de CO2, d’humidité… et bien entendu de fermer la fenêtre de toit en cas de pluie.

Le freecooling domotisé permet de rafraîchir naturellement et automatiquement la maison. Seule condition, il faut que les températures extérieures soient moins élevées qu'à l'intérieur. www.velux.fr

Le rafraîchissement

Vous souhaitez forcer le rafraîchissement par l'intermédiaire d'une pompe à chaleur ? Il faudra intégrer ce choix dans le moteur de calcul de la réglementation thermique et prendre les mesures compensatoires adaptées si vous n'habitez pas en secteur méditerranéen. Moins connu du grand public que la climatisation, le rafraîchissement permet lui aussi d'abaisser efficacement la température intérieure.

Le rafraîchissement se conçoit lors de l'élaboration des plans de la maison et du chauffage. Cette possibilité n'est envisageable que si la pompe à chaleur est réversible. Il faut également veiller à ce que le plancher soit compatible avec la fonction de rafraîchissement, sinon il sera inutile d’opter pour une pompe à chaleur réversible. La fonctionnalité première de la Pac demeurera de produire de la chaleur. Elle n'est pas aussi efficace qu'un climatiseur, c'est pour cette raison qu'on parle plutôt de rafraîchissement et non de climatisation.

Le plancher rafraîchissant raccordé à une Pac réversible abaissera la température intérieure en faisant circuler de l'eau froide. Mais attention il faudra compenser les consommations estivales par un soin particulier sur l'isolation.

Reste qu'on peut abaisser la température de 3° dans les pièces concernées. Dans le cas d'une Pac air/eau, de l'eau froide circulera dans le réseau de chauffage : plancher ou plafond chauffant réversible. Elle fonctionne comme une pompe à chaleur classique à la seule différence qu'en mode refroidissement, elle fait circuler l'eau en sens inverse de façon à chasser vers l'extérieur la chaleur.

Comptez autour de 15.000 € fournie posée. Il faudra aussi ajouter entre 3.000 et 8.000 € selon les émetteurs choisis (radiateurs ou plancher chauffant) et leur nombre.

La climatisation sous conditions

Pour la RT 2012, l’usage de la climatisation est particulièrement ciblé. Contrairement au chauffage jugé indispensable, celle-ci reste toujours considérée comme accessoire. Cette technologie est particulièrement bien adaptée aux besoins de refroidissement dans le sud de la France, notamment dans les zones H3 définies dans le Réglementation thermique 2012. Le principal avantage d’un climatiseur est le confort ressenti. Il déshumidifie et purifie l'air tout en éliminant les bactéries, les pollens et autres impuretés. L’automatisation permettra un réglage selon les différents endroits de l’habitation. Le thermostat pourra se programmer sur la semaine et en fonction de votre présence ou pas.

L'hiver, la Pac capte les calories de l’air extérieur pour chauffer la maison. L'été la chaleur intérieure sera évacuée vers l'extérieur. Deux systèmes coexistent : le mono split mural (ou une console) et le multisplit.

- le monosplit mural ne refroidit qu'une pièce. Il peut par exemple être envisagé dans une chambre ou le séjour. Dans ce cas son intégration dans le moteur de calcul sera moins défavorable. Les climatiseurs d’une puissance inférieure à 2,5 Kw coûtent entre 500 et 900 €. Les modèles d'une puissance supérieure peuvent aller jusqu’à 1.300 €. Enfin, il faut débourser entre 1.500 et plus de 4.000 € pour s’équiper des modèles plus performants disposant des dernières innovations comme le détecteur de mouvement, le purificateur d’air ou le modulateur de température.

Une climatisation peut souffler le chaud et le froid. www.daikin.eu

- un système multisplit peut refroidir simultanément plusieurs pièces. Cette installation est plus performante et complexe. Elle se compose d’un bloc extérieur et de plusieurs cassettes intérieures qui captent l’air chaud et insufflent l’air froid.

Avantage de la climatisation multisplit : elle permet de climatiser de grandes surfaces et ne présente pas les inconvénients acoustiques du monobloc. Mais la pénalisation du système dans le moteur de calcul de l'étude thermique implique de compenser sur le bâti ! Le prix varie selon le nombre de splits. Il faut compter entre 4.000 et 8.000 € pour trois à quatre unités intérieures.

Rideau de verdure et brise-soleil orientable pour cette maison. www.lapeyre.fr

Avis d'expert
Pour Lara Laugar, chef de projet énergie environnement au sein du bureau d'études Senova, spécialisé dans la transition écologique des bâtiments, « la problématique du confort d'été est une bonne opportunité pour concevoir différemment les maisons sans avoir recours à des technologies de refroidissement souvent chères ».
Pourquoi les maisons ont tendance à surchauffer l'été ?
Lara Laugar : Les surchauffes estivales ont plusieurs origines. Tout d'abord la RT 2012 n'appréhende pas bien le confort d'été avec des matériaux d'isolation qui ne sont pas adaptés, notamment à cause de leur faible déphasage. Ils remplissent correctement leur mission l'hiver mais beaucoup moins l'été. Les apports solaires importants associés à l'exposition bioclimatique provoquent aussi des surchauffes.
Le confort d'été devient-il une préoccupation ?
Les acquéreurs sont en effet de plus en plus nombreux à s'en soucier. Beaucoup attendent une année d'utilisation pour installer une climatisation parce que ce n'était pas possible avec la RT 2012. (Une fois la maison réceptionnée, rien n'empêche d'installer une climatisation  NDLR.)
Que leur conseillez-vous pour se préserver de la chaleur ?
Nous préconisons plutôt les méthodes passives de protection avec notamment la mise en place de casquettes bien dimensionnées par rapport à la courbe du soleil. Il faut arriver à bâtir une maison qui concilie inertie et déphasage. L'occultation des ouvrants est aussi un point important qu'il ne faut pas négliger. Enfin le choix des isolants est important. Il faut un déphasage d'une dizaine d'heures et établir de l'inertie dans la maison. Plus on a de l'inertie et plus le déphasage sera important. Il faut réussir à concilier les deux. Il y a aussi tout un travail de sensibilisation pour inciter les particuliers à bien utiliser leur maison.
Comment se passer d'une climatisation ?
Lors de la conception il faut créer des aérations traversantes. Le freecooling permet de bien abaisser la température et évite l'installation d'une climatisation. L'objectif est de bâtir une maison respirante qui régule l’humidité, la température et le CO2. Mais le choix de l'isolant est décisif. Nous préconisons plutôt des isolants naturels comme la laine de bois, qui ont un déphasage de 10 h contre 3 h pour la laine de verre. L'objectif est d'installer de l'inertie.
Comment faire si le client souhaite une climatisation ?
La climatisation est pénalisée par la RT 2012 mais elle n'est pas interdite. Sur deux zones climatiques on peut même l'envisager sans pénaliser le résultat du bilan thermique de la maison. Ailleurs on rajoute des consommations sur les calculs. Mais on se tire une balle dans le pied avec une climatisation installée dans une maison RT 2012. Les  consommations ne seront pas compensées. Tout se jouera alors sur la conception et le bâti avec notamment des matériaux haut déphasage, des casquettes…
Quels matériaux isolants sont les mieux adaptés à la problématique du confort d'été ?
Les isolants naturels, notamment la paille, répondent bien à la problématique du confort d'été et d'hiver. C'est l'un des matériaux phares pour les futures maisons passives qui ne nécessite ni chauffage ni système de climatisation. Le retour d'expérience montre un fort taux de satisfaction. Les pompes à chaleur ou les chaudières deviennent même superflues.

Publié par
© construiresamaison.com -
Cliquez ici pour réaliser votre avant projet de maison sur mesure