Maisons neuves : comment se chauffer au bois ?

Publié par -

La nouvelle réglementation thermique 2020, en vigueur depuis le 1er janvier 2022, rebat les cartes du chauffage dans la maison neuve. Le bois retrouve une place de choix qu’il avait quitté depuis de nombreuses décennies.

Énergie renouvelable et locale, circuit court, puits de carbone, faibles émissions de gaz à effet de serre par kilowattheure… le bois répond parfaitement aux nouvelles exigences de la Réglementation environnementale 2020 (RE 2020). Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les pouvoirs publics ont choisi de ne pas le pénaliser dans le moteur de calcul thermique de la RE 2020. Last but not least, alors que le cours des énergies ne cesse de flamber, celui du bois (bûches et granulés) fait preuve d’une remarquable stabilité. Des qualités qui le propulsent comme une alternative à tout point de vue (performances et prix) à la domination des pompes à chaleur. Et si d’après les derniers chiffres de Pôle Habitat-FFB 12 % des maisons neuves se chauffaient au bois en 2021, ce chiffre, à la lumière de la crise énergétique et de l'application de la RE 2020, a toutes les chances d’augmenter en 2022.

Ce poêle intègre une réserve de granulés de 17 kg, ce qui lui assure une autonomie de quatre jours. www.dedietrich-thermique.fr© De Dietrich

Gramme C02 équivalent kWh d’énergie finale

 Type d’énergie  Gramme C02 équivalent kWh d’énergie 
 Bois granulés  30
 Bois bûches 30
Électricité 79  
Électricité ECS  65
Gaz naturel  227
Fioul  324

Source : Senova

Prix des énergies en centimes/kWh en mars 2022

 Electricité  18,62 ct
 Gaz naturel  8,87 ct
 Pac air/eau  8,67 ct
 Pac géothermique  7,49 ct
Granulé bois sac  7 ct 
 Granulé bois vrac  6,41 ct
 Bois bûche  4,40 ct

 Source : Selectra

La RE 2020 aime le bois

En tournant définitivement le dos aux énergies fossiles (notamment le gaz naturel), la nouvelle Réglementation environnementale 2020 mise à fond sur les énergies renouvelables. Pour mesurer l’impact des énergies de chauffage, un nouvel indicateur a été créé. Comme pour les matériaux de construction, l’indice IC énergie s’intéresse à l’impact des consommations d’énergie de la maison et plafonne l’empreinte environnementale des systèmes énergétiques. Il prend en compte les émissions de gaz à effet de serre des équipements de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire tout au long de la durée de vie conventionnelle de l’ouvrage (cinquante ans). Concrètement, plus le système a recours à une énergie qui émet du carbone, plus l’IC énergie sera élevé et donc plus le risque de dépasser le seuil d’émission sera fort. Dans ce nouveau contexte réglementaire, le bois ressort comme le grand gagnant.

Mais attention, comme dans l’ancienne RT 2012, la RE 2020 ne reconnaît que les appareils de chauffage au bois performants labellisés Flamme Verte 7 étoiles. Ce sont les plus performants et les plus vertueux en termes d’émissions de monoxyde de carbone et d’émissions de particules fines. Une façon d’exclure les vieux matériels, moins performants et surtout gros émetteurs de particules fines.

L'étanchéité à l'air de la maison étant systématiquement contrôlée et mesurée avant la remise des clés, l'installation du poêle doit être étanche. Il devra puiser son comburant (l'air nécessaire à la combustion) à l’extérieur grâce à des prises d'air spécifiques. Enfin, ils doivent être équipés d’un thermostat électronique. Une fois toutes ces exigences remplies, les appareils automatiques pourront être considérés comme chauffage principal si la surface habitable de la maison ne dépasse pas 100 m2. Au-delà, le poêle (équipé d’une régulation) sera considéré comme accessoire et une autre énergie devra assurer le chauffage de la maison. Le gaz étant proscrit, il sera le plus souvent associé à des panneaux rayonnants électriques. La production de l’eau chaude sanitaire sera assurée par un ballon thermodynamique.

Ce poêle hydro chauffe l’eau du chauffage au sol mais il est aussi doté d’un ventilateur avant pour fournir le bon niveau de chaleur à la pièce où il est installé. www.mcz.it/fr© MCZ

Acier ou fonte ?

Les poêles à bois se déclinent en fonte et en acier. La première est réputée pour ses qualités thermiques. Elle emmagasine lentement la chaleur pour la diffuser ensuite de manière homogène. Même éteint, le poêle rayonne plusieurs heures. Reste le poids et l’esthétique qui peut dissuader un certain nombre d’acquéreurs.

Plus léger et moins cher, l’acier permet une finition plus travaillée et plus contemporaine que la fonte. D’ailleurs, une grande majorité des poêles utilise ce matériau pour leur habillage. Ce n’est pas un hasard si le matériau est choisi par de nombreux designers pour réaliser des formes audacieuses dans des couleurs exubérantes. Si sa faible inertie lui permet de monter rapidement en température, la chaleur sera restituée moins longtemps qu’avec un appareil de chauffage en fonte.

L'habillage en acier permet toutes les audaces. Il peut notamment être peint dans n'importe quelle couleur. www.invicta.fr© INVICTA

Pour le foyer, les fabricants utilisent la fonte ou la brique. Les performances, la résistance et la bonne inertie thermique de la fonte en font le matériau idéal. La brique réfractaire est plus légère, mais plus fragile. Elle est composée de vermiculite, un minéral naturel qui offre une bonne inertie, permettant une montée rapide en température, mais un stockage de la chaleur moins efficace. En optant pour un poêle gainable et en prévoyant en amont l’installation, l’appareil relié à un ou plusieurs ventilateurs et un réseau de gaines pourra diffuser la chaleur dans plusieurs pièces en plus de celle où il est installé.

Côté prix, il y en a pour tous les budgets. Comme pour tout appareil, ils varient en fonction du positionnement de la marque, mais aussi des options et programmes disponibles, ainsi que du design du produit. Les appareils en fonte, avec un grand foyer, sont plus chers que les poêles les plus simples. Le design est clairement l’un des facteurs influant le plus sur le prix ! À partir de 1.500 €.

Jouez la connectivité !
Les poêles à pellets sont aussi connectés ! Ils peuvent être pilotés à distance depuis un smartphone grâce à une simple connexion wi-fi et une application dédiée. Le principal avantage de la connectivité, c’est de pouvoir gérer le démarrage et l’arrêt à distance au gré des circonstances. Et souvent, l’interface sur smartphone est bien plus facile à prendre en main que le panneau de contrôle du poêle. Enfin, certaines marques permettent de programmer le poêle et de suivre la consommation de granulés.

Conçues spécifiquement pour les maisons neuves, cette chaudière à chargement manuel dispose d’une autonomie pouvant atteindre deux semaines. Avec une emprise au sol de seulement 0,68 m2, elle trouvera facilement sa place dans un cellier ou une buanderie. www.oekofen.co© Ökofen

Ecodesign 2022 obligatoire !
Mise en place en 2015, la directive Ecodesign permet de connaître les performances énergétiques des appareils de chauffage au bois. Depuis le 1er janvier 2022, elle s’est enrichie de nouvelles règles d'écoconception. Et seuls les nouveaux poêles à bois EcoDesign2022, qui ont été testés indépendamment pour répondre aux nouvelles exigences, peuvent être aujourd'hui vendus et installés. Les poêles doivent être accompagnés de leur étiquette Ecodesign 2022 sur laquelle sont mentionnés :

  • le nom, la marque, la référence commerciale, le type de combustible ou d’énergie utilisé, la puissance thermique de l’appareil directe en kilowatt (kW)
  • le rendement énergétique exprimé en pourcentage de combustible exploité
  • la classe d’efficacité énergétique de A++ (la note la plus élevée) à G.
  • les émissions de CO2 et de particules fines (seuils d’émission de polluants en fonctionnement réel)

La chaudière bois : rendement et autonomie

La chaudière à granulés serait-elle en passe de devenir la solution chauffage à boucle d’eau chaude des prochaines années ? Peut-être. Techniquement, elle fonctionne sur le même principe que les chaudières gaz ou fioul. La chaleur est diffusée par un plancher chauffant basse température. Confort garanti ! Côté performances, comme pour les chaudières gaz, il existe des modèles à condensation dont les rendements dépassent les 100 % ! Et le stockage des granulés dans une trémie peut leur assurer une autonomie d’un an ! Les pellets sont acheminés par une vis sans fin ou un aspirateur dans le foyer de la chaudière. Ils sont alors livrés par camion souffleur et stockés dans un silo à proximité de la chaudière. Si la place manque, il existe des modèles à réservoir intégré à recharger manuellement tous les quinze jours environ. L’allumage se fait automatiquement à l’aide d’une bougie et les résidus de combustion tombent dans un cendrier.

Attention, toutes les chaudières ne se valent pas ! Elles sont classées de 3 à 5 selon leur efficacité et leurs émissions de dioxyde de carbone. Les modèles classés 5 restent les meilleurs avec un rendement moyen de 89 %. Comptez entre 12.000 et 20.000 €. Un écart de prix qui s’explique par des niveaux de performance différents, la compacité ou le type de chargement.

Ce conduit vertical double paroi inox garantit une parfaite étanchéité dès l’emboîtement. Il répond parfaitement aux exigences de la RE 2020 et, en plus, il ne nécessite pas de dépassement de faîtage. www.poujoulat.fr© Poujoulat

L’œil du pro

« Pour le chauffage et la production de l’eau chaude sanitaire, une maison RE 2020 de 100 m2 ne va consommer annuellement que 5.000 kWh. Soit l’équivalent d’une tonne de granulés. Ce qui revient à 300 €/350 € de combustible par an », précise Thomas Perrissin, directeur d’ÖkoFEN France, leader en France de la chaudière à granulés de bois.

Construire sa maison : La chaudière à granulés est-elle-adaptée à la nouvelle RE2020 ?

Thomas Perrissin : La RE 2020 met en avant la pompe à chaleur et le bois. Dans ce contexte, la chaudière à granulés a une carte à jouer. Et elle n’a rien aux à envier aux Pac en termes de confort, de pilotage à distance, de connectivité, de connexion aux données météo… mais on nous a souvent opposé le prix et l’encombrement. Nous avons donc développé une gamme spécifique autour de ces deux thématiques. Pour un prix fourni posé entre 10.000 et 12.000 €, nous proposons une chaudière connectée avec un rendement de 96 %, à chargement manuel disposant d’une à deux semaines d’autonomie et, surtout, d’un faible encombrement. Un prix qui la place en concurrence directe face aux pompes à chaleur.

Pourquoi avoir opté pour un chargement manuel ?

Une maison neuve consommant très peu d’énergie, environ une tonne de granulés par an, ça ne se justifie pas ! Pour une aussi petite quantité, nous pensons qu’il n’est pas nécessaire de mettre en œuvre un système de stockage et d’aspiration des granulés. Sans oublier la livraison par camion souffleur qui coûtera presque aussi cher que la tonne de pellets ! Pour toutes ces raisons, nous avons pris le parti du chargement manuel.

Faut-il un conduit de fumée spécifique ?

Nos chaudières peuvent être raccordées verticalement ou horizontalement par un système d’évacuation de fumées à ventouse. Une solution technique certifiée par le CSTB particulièrement bien adaptée aux maisons neuves. L'évacuation des fumées peut alors se faire directement dans le mur de la chaufferie, sans avoir à dépasser de 40 cm au-dessus du faîtage de la maison et donc, sans avoir à monter une cheminée haute.

Idéal pour chauffer une pièce entre 25 et 75 m², ce poêle à granulés peut être utilisé comme chauffage central grâce à son thermostat électronique. www.castorama.fr© Castorama

Et pour l'eau chaude sanitaire ?

Nous utilisons l’hydroaccumulation. La chaudière chauffe une fois par jour le volume d’eau dans un ballon calorifugé de 150 l. Ce système permet de dissocier la production de chaleur de sa distribution, sans que la chaudière redémarre. Mais elle peut également produire de l’eau chaude instantanée en cas de besoin

L’entretien est-il différent de celui d’une chaudière classique ?

Une chaudière à granulés, comme toutes les chaudières, doit être entretenue une fois par an par un professionnel qualifié. Le chauffagiste procède au nettoyage de la chaudière selon les préconisations du fabricant. Il est également nécessaire de faire ramoner le conduit de fumée deux fois par an. De son côté, le particulier doit juste décendrer la chaudière deux à trois fois par an. L’opération très simple à réaliser consiste uniquement à vider un tiroir prévu à cet effet. 

Classée A+ et 7 étoiles Flamme verte, cette chaudière à granulés atteint un rendement de 92 %. Elle embarque, outre un réservoir à granulés sur le côté de 225 l, une alimentation automatique des granulés. www.viessmann.fr© Viessmann