Le solaire thermique

Publié par -

Pour chauffer votre demeure ou produire votre eau chaude sanitaire, le solaire thermique est peut-être la solution qu'il vous faut. Ecologique, performante, en phase avec la nouvelle réglementation thermique, cette énergie renouvelable a de l'avenir dans la maison individuelle.

Source d'énergie non polluante, inépuisable et gratuite, le soleil a toutes les qualités pour séduire les particuliers. Mais comment restituer sa chaleur ? Le principe est simple. Des capteurs, le plus souvent intégrés en toiture, se chargent de transformer le rayonnement solaire en chaleur. Cette chaleur sera ensuite utilisée pour produire votre eau chaude (à l'aide d'un chauffe-eau solaire) ou pour alimenter un système combinant à la fois le chauffage de la maison ainsi que la production d'eau chaude (on parle de système combiné).

Le chauffe-eau solaire individuel (Cesi)

Avec un chauffe-eau solaire individuel, vous pourrez couvrir jusqu'à 70 % des besoins en eau chaude sanitaire de toute votre famille. Ce pourcentage varie en fonction de la région dans laquelle vous habitez et donc du niveau d'ensoleillement dont vous bénéficiez. Le Cesi se compose de capteurs solaires (d'une surface moyenne de 4 m²) et d'un ballon de stockage. Tous les deux étant évidemment reliés.

En cas d'absence de soleil, c'est une résistance électrique qui viendra combler le reste de vos besoins en eau chaude.

Question prix, vous devrez débourser entre 4.000 et 6.000 € (pose comprise).

Le système solaire combiné (SSC)

Cet équipement pourra à la fois produire votre eau chaude sanitaire mais aussi contribuer au chauffage de votre maison. Selon votre situation géographique, il couvrira entre 40 et 60 % de vos besoins en chaleur. « Ce bon niveau d'autonomie s'explique en partie par le stockage de l'eau chaude sanitaire d'une part et d'autre part par celui de la chaleur dans le plancher chauffant mais aussi dans la structure de la maison », détaille André Jean, fondateur et président du Comité stratégique de Clipsol. Les calories emmagasinées pendant la journée seront restituées sous forme de chaleur douce le soir quand justement l'ensoleillement n'est pas suffisant.

Pour pallier les insuffisances du système, un chauffage d'appoint est indispensable. La chaudière à condensation est recommandée car elle permet d'obtenir d'excellentes performances, mais vous pouvez également opter pour d'autres solutions comme le bois ou même l'électricité. Rassurez-vous, vous n'aurez pas à vous préoccuper du passage d'une source d'énergie à l'autre. La régulation automatique gère le démarrage et l'arrêt de l'appoint. L'ensoleillement ainsi que la demande de chauffage et d'eau chaude détermineront la nécessité ou non de recourir à cette source annexe. Dans tous les cas, la priorité sera donnée à l'énergie solaire.

Le système solaire combiné constitue un vrai investissement. En comptant la pose, la chaudière d'appoint et en fonction du type d'émetteur de chaleur choisi (radiateurs, planchers chauffants...), il vous en coûtera entre 10.000 et 22.000 €.

D'autres applications ont vu le jour ces dernières années comme le chauffage de la piscine, la douche solaire, le rafraîchissement solaire ou encore le chauffage de l'eau des équipements électroménagers.

Le plancher solaire direct (PSD®)

Pour chauffer votre maison, le plancher solaire direct est une solution particulièrement performante. Pourquoi ? Le PSD® fait fonction d'émetteur de chaleur douce mais aussi d'unité de stockage. Il est capable de conserver la chaleur de 24 heures à 36 heures environ pour la restituer au moment où vous en avez le plus besoin.  « Et en plus, il gère astucieusement l'énergie d'appoint pour en consommer le moins possible », ajoute André Jean. 

Avec cette technologie, vous n'avez plus besoin d'investir dans un ballon de stockage encombrant puisque c'est le fluide caloporteur qui alimente l'intégralité de votre installation.

Avec l'entrée en vigueur de la RT 2012, les besoins en chauffage des maisons neuves ont forcément été revus à la baisse. De manière concrète cela se traduit par une réduction de la surface des capteurs solaires. Une bonne nouvelle pour votre porte-monnaie puisque les coûts de votre installation seront un peu moins élevés.

  Précédent