Le chauffage sur le grill

Publié par -

Essentiel à votre confort, votre chauffage devra être économe en énergie pour être conforme à la RE 2020. De la pompe à chaleur à la chaudière granulés, Construire sa maison passe au crible le fonctionnement de ces appareils, leurs avantages et inconvénients.

Pompe à chaleur, poêle à granulés, chaudière gaz… Si les acquéreurs disposent en théorie d’un large choix de solutions pour assurer le chauffage de leur future maison, ces dernières n’offrent pas les mêmes avantages. Sans compter les contraintes qui peuvent concerner aussi bien leur coût que leur utilisation quotidienne. Construire sa maison passe au crible toutes les technologies acceptées par la Réglementation environnementale, la RE 2020, effective depuis le 1er janvier 2022. Cette dernière renforce les exigences en matière d’efficacité énergétique des maisons et de réduction de l’empreinte carbone.

La voie royale pour la pompe à chaleur air/eau

Le principe de fonctionnement : cette technologie puise les calories de l’air extérieur pour chauffer le fluide circulant dans l’émetteur : plancher chauffant et/ou radiateurs fonctionnant à basse température sont les solutions les plus courantes. Le premier est installé dans le salon, le séjour et la cuisine. Les seconds prenant place dans les chambres.

Avantages. Ce système éprouvé fonctionne sur toute la France. La pompe à chaleur devrait s’imposer comme le système dominant avec la RE 2020 comme elle l’a été lors de la précédente réglementation, la RT 2012, réglementation thermique 2012.

La pompe à chaleur devrait équiper la majorité des maisons conformes à la RE 2020.

Inconvénients. Efficace l’hiver, le plancher chauffant basse température peut être en revanche source d’inconfort en mi-saison avec une chaleur élevée ressentie. En cas d’ensoleillement important, le thermostat arrêtera le chauffage. Mais en raison de la forte inertie thermique du plancher, il faudra attendre au moins une heure avant que la température ne baisse. Pour pallier ces inconvénients, le plafond rayonnant s’impose comme une excellente alternative. « Composé de serpentins installés dans un faux plafond, il réagit instantanément aux ordres de la régulation. La montée en température de cet émetteur comme sa baisse est immédiate », rappelle Alexandre Pugeaut, directeur
associé au groupe Loriot. « Le refroidissement peut être obtenu soit en utilisant la pompe à chaleur en mode réversible, soit en récupérant la fraîcheur du sol au niveau des fondations de la maison ou via un puits climatique. »

Le plus. Pour optimiser le fonctionnement du chauffage, faites installer une régulation certifiée sur le plancher chauffant. Cette dernière permet de régler plus finement le chauffage souhaité, vous permettant ainsi de réaliser des économies et d’améliorer encore plus votre confort.

Quel souffle la pompe à chaleur air/air

Le principe de fonctionnement. Une pompe à chaleur air/air récupère la chaleur de l’air extérieur pour chauffer l’air entrant. L’air chaud peut être diffusé dans les pièces par des unités intérieures (système « split ») ou par des grilles d’insufflation via un réseau de gaines (système gainable).

Avantages. Dotées d’une régulation très fine, les bouches de soufflage permettent d’avoir une température différenciée pièce par pièce. Ce système, par ailleurs réversible, diffuse de l’air froid l’été, une fonction des plus appréciables avec les périodes de canicules plus fréquentes et intenses.

Cette pompe à chaleur air/air assure aussi bien le chauffage que le rafraîchissement des pièces l'été. confort.mitsubishielectric.fr

Inconvénient. Les filtres à nettoyer. Vous devrez prévoir un chauffe-eau thermodynamique qui fournira l’eau chaude sanitaire en utilisant les calories de l’air extérieur.

Système mixte pompe à chaleur air/air & radiateurs électriques

Le principe de fonctionnement. La pompe à chaleur air/air de type mono ou bi-split, préconisée pour les maisons dont la surface habitable est inférieure à 100 m² (hors salle de bains), alimente un ou deux émetteurs comme des cassettes dans la pièce de vie. Les chambres sont quant à elles chauffées par des radiateurs électriques.

Inconvénients. L’installation de ces radiateurs électriques, pénalisée par la RE 2020, nécessitera en revanche le renforcement de l’isolation de la construction. Autres bémols : ces unités intérieures sont visibles dans les pièces. Le soufflement de l’air est par ailleurs légèrement perceptible. Ce qui peut gêner certaines personnes.

Poêle à granulés : la carte du naturel

Le chauffage bois pourrait voir sa part de marché augmenter, car la priorité est donnée à la diminution des émissions de gaz à effet de serre du chauffage. Le bois, énergie renouvelable par essence, a logiquement une bonne carte à jouer par rapport au gaz.
Le chauffage bois peut être assuré par deux produits : le poêle à granulés et la chaudière.

Le principe de fonctionnement. Le poêle à granulés utilise comme combustible des granulés de bois, issus des déchets de scierie. Une régulation pilotera la combustion réglant la quantité d’air nécessaire et la quantité de granulés à verser pour obtenir la température souhaitée par l’utilisateur.

Avantages. Ces appareils affichent un rendement supérieur à 87 %. Leur utilisation est très économique, car le prix du pellet, inférieur à celui du gaz ou de l’électricité, est stable tout au long de l’année. Privilégiez l’achat d’une palette (1 000 kg) pour payer moins cher.

Inconvénients. Vous ne pourrez pas obtenir la même température dans les chambres que dans la pièce principale accueillant le poêle à granulés, même si vous optez pour des appareils dotés de ventilateurs. Vous devrez installer des radiateurs électriques dans les chambres. Autre bémol : le chargement. Selon la capacité de stockage (15 à 34 kg), vous devrez régulièrement charger l’appareil en combustible. Les sacs pesant 15 kg, il faut accepter cette manutention tous les deux à trois jours et ne pas être trop petit pour accéder à l’appareil, car le chargement s’effectue toujours par le haut.

Le poêle à granulés peut assurer le chauffage des maisons car ces dernières sont très étanches à l'air, diminuant par conséquent les besoins de chauffage. www.deville.fr

Le plus. Pour obtenir un plus grand confort, vous pouvez opter pour le système Airwood alliance de Poujoulat si vous comptez installer une VMC double flux, cet équipement réchauffant l’air entrant en récupérant les calories de l’air vicié qui sera ensuite évacué de la maison. Ce dernier associe une ventilation double flux à un poêle à granulés. L’air neuf entrant passe dans le conduit du poêle à granulés où il est réchauffé par la chaleur dégagée par la fumée avant d’être insufflé dans les pièces de vie. A la clé une augmentation de la température de l’air de 30 %, selon cet industriel Deux-Sévrien.

Le poêle doit être judicieusement positionné dans la maison pour faciliter la diffusion de la chaleur dans les différentes pièces de la maison. www.qlima.fr

La chaudière à granulés : puissance et confort

Principe de fonctionnement. la chaudière utilise des granulés pour produire aussi bien le chauffage que l’eau chaude sanitaire. Elle peut alimenter un plancher chauffant ou un réseau de radiateurs.

Avantages. Le coût du combustible est stable. Aucune nuisance sonore vis-à-vis du voisinage. Si certains modèles de chaudières nécessitent un espace de 3 à 4 m² pour l’installation du silo stockant les granulés et la pose d’un ballon tampon de 200 l, ce n’est pas le cas de certains produits. À l’image d’OköFEN dont la chaudière occupe 0,68 m² au sol. Ce produit renferme dans le même module la chaudière et un stockage de 70 kg de granulés. La trémie intégrée achemine directement les granulés dans l’espace dédié à la combustion. Un ballon de 200 l est également inclus. « Les acquéreurs disposent d’une semaine d’autonomie », calcule Thomas Perrissin, directeur général OköFEN France.
« C’est beaucoup plus qu’un poêle à granulés dont l’autonomie oscille entre un et deux jours. » L’entretien d’une chaudière à granulés est par ailleurs limité. Alors qu’il faut nettoyer deux à trois fois par semaine le second, notamment le creuset et vider les cendres, l’entretien courant se limitera à enlever les cendres deux fois par an !

Inconvénients. Le prix : 10.000 à 12.000 € fourni posé.

Performance inégalée de la géothermie

La géothermie qui utilise les calories du sol pour assurer le chauffage se décline dans deux technologies : les capteurs horizontaux ou verticaux. Les premiers ne sont plus installés en maison individuelle, car ils nécessitent une surface du terrain importante sur laquelle il est impossible de construire. Une condition qui n’est plus compatible avec la taille des parcelles devenue plus petites. Les professionnels de la géothermie misent sur les capteurs verticaux plus faciles à mettre en œuvre pour développer leur filière.

Principe de fonctionnement. La géothermie consiste à récupérer la chaleur stockée dans le sol via des sondes placées dans des forages creusés à une profondeur comprise entre 80 et 100 m.

La géothermie est la pompe à chaleur la plus performante, car elle puise les calories dans le sol dont la température est constante toute l'année.

Avantages. Dans la grande famille des pompes à chaleur, c’est celle affichant la meilleure performance avec un coefficient de performance (Cop) de 5. Concrètement, il suffit d’un kW d’électricité pour fournir 5 kW de chaleur. Non seulement, la performance est au rendez-vous, mais elle est constante tout au long de l’année, car la température de l’eau circulant dans le réseau est toujours stable. Dernier point : aucune nuisance sonore ni visuelle. Les occupants de la maison peuvent par ailleurs bénéficier du geocooling. Cette option, à prendre lors de l’installation, permet de baisser de 3 °C la température du plancher l’été sans faire fonctionner à la pompe à chaleur diminuant ainsi la consommation électrique. La fraîcheur de l’eau circulant dans les capteurs du sol procure un confort bien appréciable lors des canicules.

Inconvénients. Le prix : 15.000 € incluant le forage et la pompe à chaleur. Pour faire baisser la facture, l’association française de la pompe à chaleur (Afpac) planche sur la mutualisation des forages pour un lotissement comptant au moins vingt maisons. « Il faut convaincre les aménageurs-lotisseurs (NDLR : les créateurs de lotissements) et les constructeurs de maisons d’avoir la géothermie dans leur catalogue pour se démarquer de la concurrence », invite Jean-François Cerise, vice-président de l’Afpac. « Nous avons les entreprises compétentes pour réaliser ces installations. »

Chaudière gaz à condensation

Principe de fonctionnement. Pour limiter l’utilisation des énergies fossiles, la RE 2020 a fixé un seuil maximal d’émission carbone pour le chauffage à 4 kgCO2/m²/ans. Ce qui exclut le gaz s’il est utilisé comme unique énergie pour le chauffage. Mais la RE 2020 a prévu une dérogation temporaire. Dans les lotissements raccordés au gaz dont le permis d’aménager est déposé avant le 1er janvier 2022, les maisons chauffées au gaz naturel seront autorisées jusqu’au 31 décembre 2023 (date du dépôt de permis de construire).
La pompe à chaleur hybride associant une pompe à chaleur et une chaudière gaz à condensation peut être en revanche utilisée.

Cette chaudière gaz à condensation est dotée d'un ballon de 100 ou 120 l permettant de fournir instantanément de l'eau chaude en grande quantité. www.elmleblanc.fr

Avantages. La chaudière gaz à condensation est le mode de chauffage le plus économique qui soit à son installation. Une technologie à la fiabilité éprouvée qui assure un chauffage de qualité, quelles que soient les conditions climatiques.

Inconvénient. Indexé sur le cours des hydrocarbures, le prix du gaz fluctue fortement à la hausse depuis une année. Sans oublier les tensions géopolitiques qui tirent le prix de cette énergie vers le haut. Un inconvénient néanmoins tempéré par l’isolation renforcée des maisons neuves qui réduit leur consommation énergétique.

Technologie éprouvée, la chaudière gaz à condensation pourra être encore utilisée jusqu'au 31 décembre 2023 pour les maisons construites dans un lotissement desservi par cette énergie. www.chappee.com

Pompe à chaleur hybride : l’alliance de deux technologies

Principe de fonctionnement. Ce système associe une chaudière gaz à une pompe à chaleur air/eau et un ballon de stockage de l’eau. Trois fonctionnements sont possibles. La priorité est donnée à la pompe à chaleur qui fonctionne seule quand les températures extérieures sont clémentes, oscillant entre 0 et + 17 ° C. C’est en effet dans ces conditions que son rendement est le plus élevé. Dans le cas où un complément de chauffage est nécessaire, la pompe à chaleur est relayée par la chaudière. Dernier cas de figure : si le rendement de la Pac est trop dégradé dans le cas d’une température extérieure trop basse, c’est alors la chaudière qui assurera l’intégralité du chauffage. « La régulation de la pompe à chaleur hybride optimise le fonctionnement de l’appareil selon la température extérieure, la température de consigne définie par l’utilisateur et les critères du client. Ce dernier peut en effet souhaiter privilégier la pompe à chaleur pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre ou le prix de l’énergie à un instant donné », détaille Michel Driot, manager prescription nationale pour les constructeurs de maisons chez Daikin.

L'association d'une pompe à chaleur à une chaudière gaz à condensation assure la pérennité de la pompe à chaleur car cette dernière fonctionnera prioritairement quand la température extérieure sera douce, optimisant ainsi le rendement de la machine. www.atlantic-pro.fr

Avantages. Ce système compact prend peu de place dans la maison. Le ballon d’eau chaude est en effet généralement placé sous la chaudière murale à condensation. Certains industriels séparent la chaudière du ballon d’eau chaude. Elle sera placée par exemple dans un placard. La pompe à chaleur étant utilisée prioritairement lorsque la température extérieure est clémente, son fonctionnement est le plus efficace, augmentant sa longévité.

Inconvénient. Son prix : 11 000 €.

La pompe à chaleur hybride associant une chaudière gaz à condensation choisit l'énergie la plus économique pour produire le chauffage. Elle privilégie l'utilisation de la pompe à chaleur lorsque la température extérieure est douce. La chaudière gaz à condensation sert de relais pour apporter un appoint l'hiver. www.daikin.fr