Construire sa maison en parpaing

Le parpaing est le matériau le plus utilisé pour la construction de maisons neuves. Les raisons de ce succès ? Une solidité à toute épreuve, un bilan écologique intéressant et un prix attractif.

Qu'on l'appelle parpaing, bloc béton ou moellon, c'est la même chose. C'est aujourd'hui le matériau de construction le plus posé par les maçons. Près de 7 maisons sur 10 l'utilisent ! Les raisons de ce succès ? Tout simplement des qualités mécaniques et thermiques reconnues, une grande facilité de pose et un coût unitaire bon marché. Comptez environ dix blocs au mètre carré.

Parpaing : un bilan écologique satisfaisant

La future réglementation thermique prenant en compte le bilan carbone des matériaux, leur bilan écologique est aujourd'hui un paramètre réglementaire important. Il n'y a pas de matériau de construction écologiquement idéal mais le parpaing fait néanmoins partie des bons élèves. S'il utilise du ciment dans sa composition (gros consommateur d'énergie), sa fabrication, contrairement à d'autres matériaux, ne nécessite ni four ni étuve. C'est juste un agrégat de gravillons et de sable (environ 87%), de ciment (argile et calcaire cuits 7%) et d'eau (6%).

Les blocs alvéolés sont moulés et séchés naturellement. L'énergie consommée tout au long de son cycle de vie est l'une des plus faibles. Autre atout : il y a toujours un centre de production à proximité du chantier. Moins de distance parcourue, c'est aussi moins d'émissions de CO2.

Lexique du bloc béton
Pour caractériser les performances techniques du matériau, la résistance thermique est l'un des critères d’évaluation. C'est la faculté d'une paroi à s'opposer à la transmission de la chaleur. Plus la résistance thermique R est grande, plus le matériau est isolant.

Les blocs béton traditionnels

Tout le monde connaît le blocs béton traditionnel. Il est gris et parallélépipédique. Solide, c'est l'un des matériaux les moins chers du marché. Il est stable, naturel et 100% recyclable. Il sera doublé par un complexe isolant principalement par l'intérieur ou plus marginalement par l'extérieur. Son poids élevé lui procure des qualités thermiques intéressantes. Le parpaing cumule une bonne inertie thermique et un bon déphasage. Des qualités physiques essentielles dans la construction.

Il est toujours associé à un isolant comme la laine de verre ou de roche, le PSE (c’est le nom technique du polystyrène expansé) ou encore les isolants biosourcés (laine de chanvre, fibre de bois, etc.). Le prix moyen pour la construction d’un mur avec des blocs de 20 cm est compris entre 40 à 60 €/m2 HT.

Les blocs béton rectifiés

Apparus il y a déjà plusieurs années, les blocs rectifiés s'imposent aujourd'hui. La différence avec les parpaings traditionnels ? Leur fabrication.  Leurs faces inférieures et supérieures sont rectifiées mécaniquement pour obtenir des tolérances dimensionnelles de l’ordre du millimètre.

A ses qualités de résistance mécanique et de facilité de mise en œuvre s'ajoutent désormais des performances thermiques plus élevées. Selon les modèles, la résistance thermique se situe entre un R de 0,52 m2.k/W et de 0,65 m2.k/W. Ces blocs s'assemblent comme un jeu de construction avec un joint de collage d'1 mm d'épaisseur ce qui améliore considérablement le bilan thermique de la maison avec une meilleure étanchéité à l'air et moins de ponts thermiques.

Parallèlement la consommation de mortier passe de 80 à 7 kg/m2. Ce nouveau procédé de fabrication en fait un matériau parfaitement compatible avec les exigences environnementales actuelles. : moins d'eau, moins de déchets. Les blocs rectifiés sont 15 à 20% plus chers que les blocs traditionnels. Ce surcoût est néanmoins largement absorbé par le gain de productivité sur le chantier (+ 30% en moyenne).

Les blocs béton isolants

Les blocs nouvelle génération intègrent directement un isolant dans les alvéoles. Les isolants peuvent être variés, mais un constat s'impose, les qualités isolantes du bloc font un bond en avant. Des fabricants proposent des blocs avec une âme en mousse isolante 100% minérale injectée (Airium). Résultat la résistance pour cette largeur de bloc 20 fait un bond en avant et affiche un R de 1,77 m2.k/W.

Ce bloc permet de supprimer ou de réduire les couches d’isolants en Isolation thermique par l'extérieur (ITE) comme en Isolation thermique par l'intérieur (ITI). L'isolant utilisé est recyclable (une obligation réglementaire) et totalement inerte sans aucun impact sur la qualité de l’air intérieur. Il n'émet ni  Composés organo-volatils ni fibres irritantes.

D'autres modèles de blocs intègrent des agrégats d'ardoise (R de 1,44 m2.k/W). Ces blocs nouvelle génération répondent aux exigences du label E+C- (Energie + Carbone -), qui préfigurent la future réglementation énergétique et environnementale du bâtiment RBR 2020. Il faut compter entre 60 et 90 € le mètre carré.

Des blocs béton certifiés
Le marquage CE ne concerne que la mise sur le marché. Il interdit la présence de produits qui ne respectent pas les caractéristiques réglementaires des normes européennes. Pour aller plus loin, la marque NF garantit un niveau de performance et le respect des normes techniques (normes DTU). Tous les blocs NF sont obligatoirement CE de catégorie I, c’est-à-dire à résistance garantie. 

Le bloc de polystyrène coffrant

Dans la famille des matériaux utilisant le béton, le bloc coffrant est une alternative au bloc béton classique. C'est une autre façon de construire. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un procédé qui fournit en même temps une isolation extérieure et intérieure. Il combine les avantages de l’isolation intérieure et extérieure en supprimant tous les ponts thermiques. Le système est composé de deux parois en polystyrène que l'on assemble pour former les murs périphériques de la maison. Résultat on obtient des valeurs de résistance thermique très élevées allant de R = 2,7 m2.K/W à R = 10,2 m2.K/W ! 

Les blocs de polystyrène s'assemblent comme un célèbre jeu de construction. Ils sont légers et très maniables. Le vide entre les deux parois est ensuite comblé par du béton. Cette technique s'apparente au béton banché à la différence près qu’il est déjà isolé. Conforme aux exigences de la RT 2012, le bloc coffrant permet d’atteindre le niveau de performance d’un bâtiment passif ou positif.

Sur le plan écologique le coffrage isolant n’a pas à rougir. Si le polystyrène est un produit dérivé du pétrole, sa fabrication est en revanche respectueuse de l’environnement et il est 100% recyclable. Il faut compter entre 2.500 et 3.000 €/m2 mais la contrepartie de ce surcoût est un haut niveau de performance thermique et un chantier considérablement raccourci.

Publié par
© construiresamaison.com -