Isolation : de nouvelles solutions efficaces

Publié par -

Il n'y a pas que les isolants classiques comme les laines minérales ou le polystyrène expansé pour isoler les maisons neuves. Des fabricants proposent des solutions alternatives tout aussi efficaces. Elles sont conformes à toutes les normes et notamment à la RT 2012.

Isoler grâce au polyuréthane

Le marché du polyuréthane (PU) progresse lentement mais sûrement. C’est le constat établi par le Syndicat national des polyuréthanes. Selon le directeur général du SNPU, ce sont ses caractéristiques qui ont permis au PU, « encore méconnu en France, de trouver sa place et son positionnement ».

Le PU s'applique principalement en isolation de toitures plates, des sols et des murs intérieurs. « Pour ce qui est de l’ITE et notamment du sarking (NDLR procédé d'isolation thermique par l'extérieur de toitures inclinées), le PU est challenger », mentionne le vice-président du SNPU. La mousse de polyuréthane est un isolant alvéolaire, composé de fines cellules emmagasinant un gaz à faible conductivité thermique. De fait, le polyuréthane est un isolant à Haute Performance énergétique (HPE). Léger et peu épais il possède en outre une excellente résistance mécanique. Quant à ses performances thermiques et sa durabilité, elles sont d'un bon niveau.

Le polyuréthane est particulièrement adapté à l'isolation par l'extérieur. Ses performances et sa durabilité sont d'un haut niveau.

Le polyuréthane présente l’avantage d’avoir l'un des lambdas les plus faibles des matériaux de construction employés en isolation thermique. On atteint une conductivité thermique variant de 0,022 W/mK à 0,028 W/mK. L’aspect environnemental n’est pas en reste puisque le PU permet d’économiser jusqu’à 100 fois l’énergie qui a été nécessaire à sa fabrication.

Le PU répond également aux exigences de la réglementation d’émissions de COV (composés organiques volatils), gage de qualité de l’air intérieur. Il est classé A+ selon la réglementation française d’étiquetage des produits de construction en vigueur depuis le 1er janvier 2013. Quant à sa résistance au feu elle est bonne. « Le polyuréthane ne se consume pas, ne fond pas et ne goutte pas lorsqu’il est chauffé : il va "meringuer" et ne contribue pas à la propagation des flammes », note le directeur général de Soprema.

Isoler avec du verre

Le Foamglass® est un isolant fabriqué à partir de verre recyclé (>60%) et de matières naturelles, comme le sable, la dolomie et la chaux. Sa structure est constituée de petites cellules de verre parfaitement closes et hermétiques qui lui permettent d'afficher une capacité d'isolation stable dans le temps. C’est en outre un produit inorganique moussé sans cfc/cfc-h ou autres gaz nocifs.

Labellisé NaturePlus, le Foamglass® fait partie des rares matériaux isolants à présenter des garanties de pérennité de performance. Il est totalement inerte et ne diffuse pas de gaz à effet de serre durant toute sa durée de vie. Utilisable en partie enterrée, le verre cellulaire est une barrière au radon (gaz rare radioactif d'origine naturelle). Il est également insensible aux rongeurs et incompressible. Doté d'une conductivité thermique λ de 0,038 W/(m.K), inaltérable dans le temps, le verre cellulaire Foamglass® est particulièrement bien adapté à l'isolation par l'extérieur (ITE). Ses performances sont conformes aux exigences de la RT 2012.

Le Foamglass® répond parfaitement aux exigences de la RT 2012. Il est adapté à l'isolation des toitures-terrasses et couvertures, l'isolation par l’extérieur des façades, l'isolation des parois enterrées et l'isolation des sols.

Isoler avec une structure en nids d'abeille

L'air est le meilleur isolant alors autant s'en faire un allié ! C’est le pari d’Actis avec son produit Hybris. Initialement spécialisée dans la fabrication d’isolants minces réfléchissants, l'entreprise a développé une solution qui utilise les mousses de polyéthylène et des films métallisés. Le résultat est un isolant alvéolaire à structure en nid d’abeille. Le lambda (coefficient de conductivité thermique) d’Hybris, à 0,033 W/m.K, le place dans le sillage des isolants traditionnels, notamment la laine de verre. Une performance validée par l’Association pour la certification des matériaux isolants (Acermi). La surface métallisée d’Hybris renvoie la chaleur vers l’intérieur, ce qui augmente la résistance thermique de la paroi. Autre atout, le matériau possède de bonnes performances acoustiques dues à sa structure alvéolaire.

Hybris est un isolant 2 en 1 nouvelle génération conçu pour réaliser en une seule opération l’isolation thermique, acoustique et l’étanchéité à l’air des toitures, murs et planchers de combles perdus et ce, avec un très grand confort de pose. www.actis-isolation.com

Un doublage novateur

Optimax/Habito®, c’est une nouvelle solution de doublage des murs par l’intérieur lancée par Isover et Placo®, deux marques du groupe Saint-Gobain. L’idée : marier une laine de verre aux performances éprouvées avec une plaque ultrarésistante. Ce nouveau système de doublage des murs intérieurs offre davantage de confort à l’entreprise mais aussi à l’habitant. « Les appuis et raccords Optimax, combinés à la plaque de plâtre ultrarésistante Habito®, permettent de s’affranchir des fourrures métalliques verticales dans le doublage des murs intérieurs. De quoi obtenir un gain de temps à la pose de 20 % en moyenne ». Cette solution anticipe les enjeux de la prochaine Réglementation environnementale RE 2020 : performances thermiques élevées, intégration des laines de verre fabriquées à partir de 40 % de verre recyclé et des appuis en polymère recyclé,
empreinte carbone réduite grâce à la suppression de 80 % des ossatures métalliques. Côté qualité de l’air intérieur, cette solution est étiquetée A+. En outre, la plaque Habito® se décline avec la technologie exclusive Activ’Air®, qui réduit jusqu’à 80 % la concentration en formaldéhyde dans l’air ambiant. Le système offre des performances thermiques élevées (coefficient R = 4,3 m2.K/W pour une laine de 130 mm).

L’isolation sous vide

Le vide n’offrant aucune transmission de la chaleur, le groupe Isover s’est penché sur cette caractéristique physique pour révolutionner l’isolation des maisons. Avec son produit Isovip, l’industriel se lance dans la technique dite sous vide. « Le challenge technique étant d’habiller ce vide. » Isover a choisi de l’enfermer dans une coque en silice amorphe, enveloppée d’un film de polyester métallisé thermosoudé. Les deux faces de la plaque sont ensuite protégées par du polystyrène extrudé.

Performances optimales. Ces panneaux se posent sur une ossature métallique, une technique très répandue en maison individuelle. « Il faut maintenir le vide donc on ne peut pas couper les panneaux sur le chantier. Il est nécessaire de réaliser un calepinage préalable précis pour minimiser les surfaces qui seront isolées à l’aide d’autres matériaux pour compléter le calepinage », détaille le groupe. Le lambda le positionne comme l’un des plus performants des isolants certifiés du marché. Il descend à 0,005 W/(m.K) en moyenne. Cette performance est bien entendu certifiée par l’Association pour la certification des matériaux isolants (Acermi).

Les nanotechnologies à l’œuvre

L’aérogel est un isolant exceptionnel très peu utilisé pour des raisons de coût. Il est issu des nanotechnologies et composé de 99,8 % d’air, ce qui fait de lui un produit à la fois extrêmement léger et solide. Un litre de cette matière étonnante pèse seulement 3 g ! Il s’agit d’un gel transparent où le composant liquide a été remplacé par du gaz. Sa faible densité ne l’empêche pourtant pas de pouvoir supporter plus de deux mille fois son poids. L’aérogel de silice est trois fois plus efficace que la laine de verre pour isoler un bâtiment. 1 cm de matelassé d’aérogel de silice équivaut à 3 cm d’isolant traditionnel de type laine de verre ou de roche ! Et pour ne rien gâcher, il est également entièrement recyclable.

L’aérogel de silice. C'est la variété la plus courante, se présente sous la forme de minuscules granulés hydrophobes composés de 95 à 98 % d’air emprisonné. Sa structure si particulière lui confère l’une des plus faibles conductivités thermiques, soit à peine 0,012 W/m.K. L’aérogel de silice est donc environ trente-neuf fois plus isolant que la meilleure laine de verre. Petit bémol cependant, son prix qui le cantonne pour l’instant à de rares usages privés.