10 choses à savoir sur l'isolation

Si les maisons d'aujourd'hui sont aussi confortables et économes, c'est d'abord parce qu'elles sont ultra-isolées. Matériaux et techniques de pose permettent d'atteindre des niveaux de performance exceptionnels.

Les performances thermiques de votre maison reposent principalement sur son isolation. Aujourd'hui grâce à des matériaux ultraperformants, des techniques de pose modernisées et des conceptions tirant partie de l'exposition, on atteint des niveaux de performances inconcevables il y a seulement dix ans.

Que dit la loi sur l'isolation ?

La réglementation thermique 2012, entrée en vigueur en 2013, a marqué un saut technique important dans la construction neuve. Elle a considérablement augmenté les performances thermiques du bâti : les exigences de la RT 2012 par rapport à la RT 2005 sont une rupture très nette. Les objectifs réglementaires divisent par deux, voire par cinq, les consommations énergétiques au mètre carré. On se situe désormais en moyenne à 50 kW/m2/an contre 80 à 250 kW/m2/an précédemment (ces variations s'expliquant par le type d'énergie utilisée et la zone de construction).

La RT 2012 et a fortiori la future réglementation thermique imposent un très haut niveau d'isolation.

Pour atteindre ce niveau de performances, le législateur fixe trois exigences : la limitation de la consommation énergétique (Cepmax), le besoin bioclimatique (Bbiomax) et une température intérieure de référence (Ticref) permettant d'assurer un bon confort d'été. L'isolation du bâti est la pierre angulaire de la loi. Outre les matériaux performants, la réglementation traite de façon globale les ponts thermiques (plus l'enveloppe du bâti est isolée, plus les ponts thermiques non traités sont pénalisants pour le résultat). Parallèlement, la perméabilité à l'air de la maison est mesurée. Elle ne doit pas être supérieure à 0,6 m3/m2/h.

Quelles sont les garanties pour l'isolation ?

Quel que soit le type d'isolation, par l'intérieur ou par l'extérieur, elle bénéficie naturellement de la garantie décennale de la maison souscrite par le constructeur. Si pour une raison ou une autre (hors inondation et dégât des eaux) l'isolant présente un problème de structure, la garantie décennale peut jouer. Elle concerne les éléments dont la dépose, le démontage ou le remplacement ne peuvent s’effectuer sans détériorer l’ouvrage auquel ils sont associés. Elle couvre globalement les éléments porteurs concourant à la stabilité ou à la solidité du bâtiment et tous les autres éléments qui leur sont intégrés ou forment corps avec eux.  Il s'agit des revêtements des murs à l’exclusion de la peinture et des papiers peints.

Pour corriger les défauts des murs maçonnés, il est possible de poser une membrane d’étanchéité sur tous les murs périphériques.

L'assurance dommages-ouvrage permettra la réparation rapide des désordres relevant de la garantie décennale. Et ce sans attendre qu’un tribunal se soit prononcé sur la responsabilité de l’entreprise ayant réalisé les travaux. En pratique, l’assureur avancera le montant des travaux de réparations puis se retournera contre le professionnel impliqué. Autre atout de la dommages-ouvrage : elle jouera, même si ce dernier a depuis lors cessé son activité ou déposé son bilan.

Si la maison est vendue, les droits et obligations liés à l’assurance sont transférés à l’acquéreur. L'assurance dommages-ouvrage se transmet de propriétaire en propriétaire en cas de vente de la maison, pendant les dix ans qui suivent la réception.

Résistance et conductivité thermiques

Visible par la lettre R sur les emballages des produits, la résistance thermique vous donne des détails sur le pouvoir isolant du matériau. Plus son R sera élevé, plus le produit sera isolant.

Un autre indice joue dans le choix d'un isolant : la conductivité thermique. Symbolisé par la lettre grecque (λ), il détermine sa capacité à conduire la chaleur. Pour bien faire, choisissez un produit dont le lambda est inférieur à 0,04 W/m.°C.

Confort d'hiver/confort d'été

Quand on pense isolation, on pense au confort d'hiver. On isole une maison pour préserver ses occupants du froid et limiter ainsi leurs consommations énergétiques. L'autre versant moins connu mais tout aussi important de l'isolation c'est le confort d'été. Il est d'ailleurs intégré dans la réglementation thermique. L'objectif est de réduire au minimum l'échauffement du bâti. Si les maisons neuves possèdent d'excellentes qualités thermiques grâce à une forte inertie des matériaux, elles risquent la surchauffe l'été. Elles sont conçues pour tirer le meilleur parti solaire de leur emplacement. Elles peinent à éliminer les calories accumulées dans la journée.

Les blocs à joints minces améliorent encore plus le bilan thermique des maisons. L'étanchéité à l'air des murs d'enveloppe s'en trouve améliorée.

L'isolation va de pair avec l'étanchéité

L'étanchéité du bâti est un point essentiel dans la RT 2012. D'ailleurs un test de perméabilité est réalisé. Il ne doit pas faire apparaître des déperditions supérieures à 0,6 m3/h/m2.

Le test de la ” blower door ” permet de quantifier exactement la perméabilité du bâti.

Si cette étanchéité participe activement à l'isolation, en revanche la maison ne respire presque plus naturellement. La Ventilation mécanique contrôlée est elle aussi indissociable de l'isolation. Si la maison est mal ventilée la qualité de l'air intérieur en souffrira.  

Pour améliorer l'étanchéité à l'air, on peut projeter un enduit intérieur pour supprimer les ponts thermiques aux joints et aux points singuliers des murs, fenêtres. www.placo.fr

Le pont thermique : l'ennemi invisible

La Réglementation thermique a considérablement amélioré les performances thermiques des maisons. Et pour cause c'est une exigence de la loi. Or, plus un bâtiment est isolé, plus les ponts thermiques deviennent les seuls points de passage de la chaleur vers l’extérieur. Ceux qui pouvaient jusque-là être considérés comme négligeables ne le sont plus, car leur impact dans les déperditions devient prépondérant. Ceux dits structurels, créés notamment par les systèmes d’accroche des isolants ou de leur parement, deviennent ainsi un enjeu majeur de la conception des bâtiments performants.

Deux techniques d'isolation cohabitent

L'isolation par l'intérieur, une spécificité française. Pratiquement 99% des maisons livrées utilisent cette technique. Reste que la RT 2012 a permis de faire découvrir aux Français l'Isolation thermique par l'extérieur, une technique méconnue, peu pratiquée, mais plus efficace.

Comme son nom l'indique l'isolation par l'intérieur consiste à doubler les murs d'enveloppe d'un complexe isolant. Cette technique présente l'avantage d'offrir un niveau élevé de performances pour un coût relativement modéré. Deux techniques coexistent. L'une sur ossature et l'autre par collage. L'isolation des murs sous ossature métallique est efficace. La pose continue de l'isolant (laine de verre ou de roche) et jointive sur tout le périmètre de la paroi permet de bien maîtriser les ponts thermiques. En outre les gaines électriques, entre l’isolant et le parement, ne traversent pas l’isolant. Ce dernier placé est ensuite recouvert par une plaque de plâtre.

L'Isolation par l'extérieur est la technique la plus efficace. Elle supprime tous les ponts thermiques. Autre avantage, elle libère un peu de surface habitable. Revers de la médaille, cette technique est une affaire de spécialistes et le coût est élevé.

Même si l'ITE reste marginale, les industriels proposent des solutions ultraperformantes. Pour 160 mm d'épaisseur, on obtient un λ de 0,022 W/mK. www.recticelinsulation.fr

L'offre " bio " n'est pas tout à fait " verte "

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte encourage l’utilisation des matériaux biosourcés lors de la construction. Tous les produits d’isolation, même ceux provenant de matières naturelles comme le chanvre, le bois, la paille, le liège ou encore la laine de mouton, reçoivent un traitement et des additifs contre l’humidité, les insectes, ou le feu, qui les rendent performants et durables pour nos habitations. La question n’est donc pas tant l’origine du matériau, mais son procédé de fabrication et les additifs qui le composent. Les matériaux biosourcés sont à opposer aux matériaux dits de synthèse.

Reste que si les performances de ces matériaux n'atteignent pas encore celles des " grands classiques " comme la laine de verre, de roche ou le PSE, ils sont néanmoins compatibles avec les exigences de la RT 2012. La différence de performances sera compensée par une épaisseur plus importante.

Les matériaux innovent

Les matériaux isolants innovent. L'ambition de tous les industriels est de proposer un isolant aussi fin que possible avec des performances de très haut niveau.

ISOCOMBO Sarking est le premier Sarking bi-matière thermo-acoustique. www.unilininsulation.com/fr

L'isolation sous vide est promise à un bel avenir. Le vide n’offrant aucune transmission de la chaleur c'est une piste suivie par Isover. Le challenge technique est d'habiller ce vide. L'industriel a choisi de l’enfermer dans une coque en silice amorphe, enveloppée d’un film de polyester métallisé thermo soudé. Le lambda (λ) positionne cet isolant comme le plus performant de tous les isolants certifiés du marché. Le λ descend à 0,005 W/(m.K) en moyenne, soit plus de 4 fois mieux que les meilleurs polyuréthanes et plus de 6 fois mieux que les meilleures laines minérales.

Autre axe de recherche : l'aérogel. C'est un isolant exceptionnel. Issu des nanotechnologies et composé de 99,8%, d'air c'est le matériau le plus solide et le plus léger au monde. Un litre de cette matière étonnante pèse seulement 3 grammes ! Il s'agit d'un gel transparent dans lequel le composant liquide a été remplacé par du gaz. Sa structure si particulière lui confère la plus faible conductivité thermique “ λ ” connue à ce jour. Avec un λ d'à peine 0,012 W/m.K, l'aérogel de silice est 39 fois plus isolant que la meilleure laine de verre. Son seul défaut : son prix. Mais il baissera dans les années à venir.

HYBRIS est un isolant 2 en 1 nouvelle génération conçu pour réaliser en une seule opération l’isolation thermique, acoustique et l’étanchéité à l’air des toitures, murs et planchers de combles perdus. Caractéristiques Conductivité thermique λD (W/m.K) 0.033 Résistance Thermique Intrinsèque RD (m².K/W) de 1.20 à 4.20 Résistance thermique RD (m².K/W) en murs avec 1 lame d'air selon la norme EN ISO 6946. de 1.85 à 4.85 Epaisseur (mm) de 40 à 140 Applications Toiture par l'intérieur Murs par l'intérieur Planchers Plafonds Déclaration environnementale produit ACERMI + voir pdf : un isolant nouvelle génération http://www.actis-isolation.com

Ventilation et isolation sont indissociables

Les maisons neuves sont aujourd'hui presque hermétiques. Revers de la médaille, si elles sont mal ventilées, les polluants intérieurs provenant de l'occupation quotidienne de la maison (cuisine, humidité, fumées…) peuvent atteindre des taux très élevés. Avec à la clef des allergies et des toux asthmatiformes.

La Ventilation mécanique contrôlée a pour fonction de renouveler l'air intérieur. Elle aspire et rejette à l'extérieur l'air confiné des pièces humides (cuisine, salle de bains, buanderie...). Elle fait aussi mécaniquement entrer un air purifié par des orifices situés en général au-dessus des fenêtres (à ne boucher sous aucun prétexte). Enfin, et bien que l’air en hiver soit très froid, il est impératif d’aérer régulièrement les pièces en ouvrant toutes les fenêtres. Cet air est froid mais se chauffe plus rapidement que l’air vicié de la maison.

Publié par
© construiresamaison.com -