Construire une maison seniors

Les retraités sont des porteurs de projets comme les autres. Ils rêvent d’une maison confortable, fonctionnelle et évolutive. Les constructeurs se mettent au service de ces anciens baby-boomers pour créer des demeures adaptées à leurs vrais besoins. Visite guidée de l’art de la maison spécial seniors.

Faire construire sa maison après 60 ans ce n’est pas la même chose qu’à 30 ans. Pourquoi ? Parce que les problématiques de confort de vie et de projection dans l’avenir seront différentes. « Notre première mission est de savoir écouter les besoins quotidiens de nos clients afin de leur proposer des solutions adaptées », explique John Bout, conseiller en accessibilité chez Auton’Home. Et s’il y a bien une chose que les seniors ne veulent pas, c’est une maison hôpital. Selon une étude récente* de la Carsat Normandie, les particuliers commencent à anticiper plus qu’avant les problématiques liées à l’âge mais ils rejettent les Ehpad et autres résidences autonomes.

Pourquoi ? Car ils considèrent qu’elles ne correspondent plus aux besoins de leur génération. Ils préfèrent parler de maison évolutive ou intelligente mais pas médicalisée. La maison seniors d’aujourd’hui n’est donc plus standardisée. « J’ai eu des clientes dont le mari était en fauteuil roulant mais qui souhaitaient avant tout faire construire une maison contemporaine », souligne Hélène Claisse, diplômée Architecte d’Etat pour Innov Habitat. La conception de ces demeures exige le plus souvent l’avis d’un ergothérapeute. C’est le cas chez Tradidemeures. « Cet expert donne un avis sur les plans et vérifie qu’ils sont bien adaptés à des personnes à mobilité réduite », explique Bérénice Rivayran, directrice de la structure.

Le plan de la maison senior doit être étudié avec soin. www.tradi-demeures.com

Un plan bien aménagé

De l’espace. Règle numéro un de l’aménagement intérieur d’une maison neuve pour seniors : dégager les espaces. Dans le cas d’une personne handicapée, en fauteuil roulant, il faut prévoir un espace de retournement. « Nous avons décidé d’aller plus loin que les normes handicapées qui sont insuffisantes. Nous considérons aussi les besoins des proches et des aidants qui partagent le même espace de vie », assure John Bout. Les modèles de maison de plain-pied sont à privilégier mais rien n’est impossible à condition de miser sur un appareillage approprié. « Notre maison abrite une mezzanine. La personne en fauteuil pourra s’y rendre grâce à un système de monte-charge », souligne Hélène Claisse.

Le confort pour tous. Au-delà de ces particularités liées au handicap, une maison seniors est avant tout une maison qui vous facilite la vie de tous les jours. On y trouve une douche à l’italienne ou avec un receveur ultraplat dont le design est apprécié des amateurs de décoration contemporaine. Les baies vitrées à fleur de sol sont idéales pour faire passer une personne en fauteuil roulant mais elles éviteront également que des enfants ne trébuchent dessus. La salle de bains sera globalement plus grande pour permettre à un aidant de circuler plus facilement mais aussi à la famille d’être à son aise. Les cuisines fourmillent de ces astuces pour éviter de se baisser ou se pencher. Tous les rangements sont à hauteur d’homme, certaines étagères mobiles descendent jusqu’à vous en un seul mouvement et les prises restent accessibles facilement.

Dans la salle de bains, de nombreux équipements sont attendus pour éviter les accidents. www.mobilaug.com

5 conseils aménagement antichute

Quand on prend de l’âge, les chutes représentent un vrai danger. Il faut aménager son intérieur en conséquence.

  • Désencombrer au maximum l’espace. Pour éviter ce type d’accident, les circulations doivent être fluides d’une pièce à l’autre. Enlever plantes, meubles bas ou même sacs et bibelots doit devenir un réflexe. Eviter aussi de laisser traîner des fils électriques.
  • Faciliter l’accès extérieur. L’installation d’un groom est utile pour aider à la manipulation d’une porte un peu lourde ou d’un portail qui peut entraîner une perte d’équilibre. Un sol doit avant tout être plat. Il faudra donc faire réparer toutes les irrégularités, surtout si elles se trouvent à l’entrée de votre maison.
  • Améliorer la visibilité. Certaines personnes âgées voient aussi moins bien. On peut y remédier simplement en jouant sur les contrastes. Autrement dit en optant pour des équipements colorés et plus facilement visibles comme des interrupteurs.
  • Remplacer les poignées de porte. Quand on est jeune, on ne se rend pas compte qu’un simple geste comme ouvrir une porte peut être compliqué. Faites donc changer des boutons de porte par des poignées quilles beaucoup plus faciles à manier.
  • Miser sur l’antidérapant. Il ne faut pas hésiter à abuser des bandelettes antidérapantes. Sur le bord des marches, en version pastille sous les pieds des chaises ou en tapis dans la baignoire, elles se révèlent souvent utiles.
     
Les espaces ouverts facilitent les déplacements. www.perene.fr

Des astuces évolutives

Une pièce en plus. La maison neuve pour seniors doit pouvoir évoluer facilement dans le temps. L’existence d’une pièce spécifique pour accueillir à terme une personne aidante est recommandée. Un bureau pourra ainsi facilement se transformer en chambre sans engendrer des coûts trop élevés. L’idéal pour cette pièce supplémentaire est de permettre à la fois un accès depuis l’extérieur de la maison mais aussi depuis l’intérieur. Cela permet à la personne d’être indépendante.

Anticiper ses besoins. La présence d’un aidant ou tout simplement d’une personne valide dans la maison conditionne également le choix des meubles. Il existe des astuces simples comme des lavabos disposant de deux hauteurs ou des plans de travail de cuisine qui montent et qui descendent. L'aménagement de la salle de bains sera souvent nécessaire. Pour que la transformation de la baignoire en douche soit plus simple, il faut prévoir un emplacement en dessous de la cuve et faire courir la faïence jusqu’en bas. « Et dans une salle de bains, on utilisera des plaques de plâtre renforcées ; ainsi quand il faudra rajouter une barre de maintien, elle ne risquera pas de s’arracher du mur », détaille Bérénice Rivayran.

Vivre dans une maison connectée constitue un vrai confort au quotidien pour les séniors. www.leroymerlin.fr

Une maison intelligente

Commande à distance. Le développement de la maison connectée va de pair avec la maison seniors. « Quand on vieillit, des gestes tout simples comme appuyer sur un interrupteur ou ouvrir un volet roulant ou battant peuvent devenir compliqués, notamment quand on souffre d’arthrose ou de perte de motricité », analyse John Bout. Centraliser ces fonctions pour pouvoir contrôler à distance ces équipements quotidiens est un vrai avantage. « Attention toutefois à ne pas rentrer dans une dépendance totale quand on est encore valide. C’est important de pouvoir continuer à faire des choses par soi-même, pour garder un certain dynamisme », temporise John Bout.

Rester chez soi en toute sécurité. La maison connectée favorise également le maintient à domicile qui apparaît comme l'un des enjeux sociétaux actuels. Les cheminements lumineux qui s’allument automatiquement la nuit pour éviter les chutes, la possibilité d’avoir un éclairage tamisé la nuit pour ne pas être ébloui, les caméras de surveillance qui rassurent les proches… tout cela fait partie des fonctionnalités qu’on pourra rajouter au fur et à mesure du temps selon les besoins. « Pour réduire les coûts de futurs travaux, nous proposons l’installation en amont d’une passerelle domotique », indique Bérénice Rivayran.  

Des seniors sous contrôle. Encore peu développée, la télémédecine pourrait également faire partie de ce pack sécuritaire. L’une des maisons connectées de Plurial Novilia, construite à Bezannes, propose par exemple la téléconsultation qui permet de mesurer les constantes à distance (pouls, glycémie, tension, température…). Le but ? Eviter les déplacements incessants aux personnes âgées. Ces dernières apprécient beaucoup les commandes vocales qui leur paraissent plus intuitives à utiliser que les téléphones portables.

Une maison senior améliore le confort de vie pour tous, pour un budget raisonnable. maison-autonhome.fr

Une question de prix

Un financement délicat. Les particuliers âgés ou handicapés qui font construire sont soumis à une batterie de tests médicaux supplémentaires pour rassurer les assureurs. Les constructeurs sont conscients des difficultés financières de cette clientèle. Certains ont développé des formules pour répondre à leurs besoins. « Il ne s’agit pas simplement de vendre une maison à un client, mais vraiment de lui proposer un projet achevé et livré clé-en-main sans surcoût », affirme John Bout. Les maisons Auton’Home sont accessibles à partir de 1 800 €/m² et s’adaptent aux besoins évolutifs de la vie de ses occupants. Les maisons Auto’Home sont accessibles à partir de 1.800 €/m² et elles correspondent aux besoins du plus grand nombre. 

Limiter les surcoûts. D’autres ont des partenariats avec des banques pour faciliter ces financements délicats. Mais le meilleur moyen de faire baisser les prix reste l’anticipation des aménagements possibles dès la conception du plan. « Maintenant nous intégrons dans toutes nos maisons certains équipements habituellement réservés aux personnes à mobilité réduite, car nous nous sommes rendu compte que cela améliore le confort de tous », détaille Bérénice Rivayran. Et le surcoût n’est que de 1.250 €. Sur le long terme, les propriétaires y gagnent dans leur quotidien mais cela évitera aussi de lourds travaux à envisager à l’avenir. Pour une maison de 100 m², comptez 134.000 € tout compris.

*Etude qualitative et prospective sur des besoins futurs des retraités en matière de logement réalisée par VAA Conseil

Les aides disponibles

Si vous ne souhaitez pas faire les aménagements nécessaires lors de la construction de votre maison, vous pourrez les réaliser plus tard. Il existe de nombreux mécanismes financiers pour vous aider.

TVA réduite à 10 %. Les travaux d’amélioration et de transformation sont éligibles pour obtenir ce taux réduit. Il englobe notamment les matières premières, les matériaux (parquet, carrelage, ciment…), les éléments d’équipement (fenêtres, chauffage, portes…).

Les subventions des organismes d’Etat. Les caisses de retraite (Carsat, CNAV, Arrco…) en accordent à certains de leurs adhérents selon des critères de ressources. Les municipalités et les conseils de département peuvent financer des aides pour l’achat d’équipements ayant pour objectif le maintien à domicile.

Le guichet unique de la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) : Outre sa fonction d’information et de conseil, vous pourrez également obtenir une Prestation de compensation du handicap auprès de la Commission des droits et de l’autonomie.

Les aides de l’Anah. L’Agence nationale de l’habitat propose de financer certains travaux d’aménagement, assez conséquents. Ils ne seront couverts que partiellement (entre 30 et 35 %) et doivent être accordés avant le début du chantier.

Cliquez sur un département pour voir
des offres de terrains + maisons
Publié par
© construiresamaison.com -
Cliquez ici pour réaliser votre avant projet de maison sur mesure