Maison bois : trois modes constructifs à la loupe

Publié par -

Les maisons à ossature bois, en poteaux-poutres et en panneaux de bois massif se partagent l’essentiel du marché de la construction bois. Découverte de trois techniques pour bâtir votre future maison.

D’après la dernière enquête réalisée en juin dernier par l’Observatoire de la construction bois, trois modes constructifs dominent le marché. L’ossature bois est de loin la plus utilisée. Elle est plébiscitée par 84 % des acquéreurs. Le système poteaux-poutres (pouvant intégrer une part de mixité ossature bois/poteaux-poutres) est choisi à hauteur de 8 % et les panneaux massifs contrecollés ou contrecloués autour de 5 %. Et côté architecture, les particuliers font construire le plus souvent des maisons aux allures contemporaines.

Le bois a été laissé apparent sur la façade de cette maison. Il se patinera naturellement au fil du temps. www.maisons-bois-clairlande.com

L’ossature bois domine le marché

L’ossature bois est de loin le système constructif le plus répandu. Pourquoi ce succès ? D’abord son prix. C’est la technique la moins chère. D’ailleurs quelques constructeurs proposent des maisons à coût maîtrisé spécialement conçues pour les primo-accédants autour de 1.200 € le mètre carré. Techniquement l’ossature bois est bien adaptée à la préfabrication en atelier. À la clé une très grande précision dans l’assemblage en un temps record !

Comme son nom l’indique, la première étape, une fois la dalle coulée, consiste à ériger un squelette en bois (l’ossature) sur lequel s’arrimeront les panneaux préfabriqués. Les différents éléments de la structure sont alors acheminés par camion sur le chantier et assemblés sur place. Une fois la dalle coulée et sèche, une semaine peut suffire pour mettre une maison hors d’eau/hors d’air. Une trame régulière est d’abord réalisée avec des pièces de bois verticales, de petites sections, faiblement espacées. Les panneaux sont ensuite assemblés et fixés dessus en fonction d’un plan d’exécution et portent tous un numéro pour bien les identifier.

Les panneaux de bois (particules, contreplaqués ou OSB) assurent la stabilité et la rigidité de la maison. L’isolation est intégrée entre les montants, ce qui permet de réduire l’épaisseur des murs (20 cm environ). Pour accélérer encore plus les délais, les panneaux d’ossature peuvent être livrés prééquipés avec leurs fenêtres, isolant et parements compris. Les murs extérieurs savent jouer sur la diversité du bois puisqu’ils peuvent recevoir des parements très variés et s’adapter ainsi à tous les styles d’architecture : bois naturel ou peint, enduit traditionnel, brique, panneaux composites…

Une maison à ossature bois peut recevoir de nombreux type de revêtements extérieurs : bois peint ou naturel, brique de parement ou enduit classique. www.innovhabitat.fr .

Les 7 avantages d’une maison en bois

  • Moins de carbone. L’heure est à la préservation de l’environnement et à la limitation des gaz à effet de serre. Dans le cadre de la future Réglementation thermique 2020 la maison bois a une carte à jouer. Le calcul de l’empreinte carbone globale du bâtiment va prendre en compte les émissions des matériaux utilisés. Les matériaux « biosourcés » c’est à dire d’origine naturelle et renouvelables seront valorisés dans la prochaine réglementation environnementale. Dans la même logique, les matériaux produits localement sont privilégiés. Moins de transport c’est moins de CO2. Enfin le bois stocke le Co2.
  • Un matériau sain. Faire construire une maison en bois est toujours choix raisonné. La qualité de vie intérieure est un argument souvent recherché. De fait le bois est un bon régulateur thermique et hygrométrique : ni condensation ni atmosphère trop sèche. Il a aussi un fort pouvoir d'absorption acoustique, dû à sa faible densité.
  • Une maison rapide à construire. À structures égales, le bois est un matériau jusqu'à 7 fois plus léger que le béton. Il n’est pas nécessaire des fondations épaisses. L’assemblage des matériaux in situ est simple et rapide. Certains constructeurs proposent même des panneaux d'ossature, entièrement équipés, fenêtres et parements compris, ce qui réduit encore plus les temps de réalisation.
  • Évolutive. Une maison en bois, quelle que soit sa structure, saura facilement s’adapter à l’évolution de la famille. Une extension, une chambre supplémentaire pourra être ajoutée en un rien de temps !
  • Un matériau performant. Le bois est un matériau léger avec une capacité portante élevée. Il permet d’atteindre des portées égales ou supérieures à celles en béton ou en l’acier. Un plus qui autorise toutes les créations architecturales, favorisant les grands volumes sans murs porteurs ou l’ouverture de larges baies vitrées.
  • Un chantier propre. De leur fabrication à leur fin de vie le cycle de vie des matériaux mis en œuvre est aujourd’hui un point essentiel. La construction d’une maison en bois ne génère pas de déchets le chantier. Un point essentiel. Et surtout une maison bois est pratiquement recyclable à 100 %  
Lauréat des Awards de l’innovation 2019 au salon Batimat, RESPIR® est une enveloppe pour maison à ossature bois. Tout un système constructif a été developpé : panneaux à haute performance énergétique prééquipés, système de planchers. Le mur est composé de trois couches distinctes d’ossature bois, remplies d’isolant en laine et fibre de bois. www.arteck-france.com

La maison bois raccourcit les délais de réalisation
Quelle que soit la technique choisie, la maison sera réalisée dans des délais beaucoup plus courts qu’une maison traditionnelle :

  • une semaine pour les travaux de terrassement et de mise à niveau du terrain,
  • une semaine pour couler la dalle puis environ 20 jours de séchage,
  • deux à trois jours pour l’édification de l’ossature bois,
  • une semaine pour la mise hors d’eau et hors d’air,
  • deux à quatre mois pour le second œuvre (électricité, plomberie, carrelage, chauffage…)
La préfabrication en atelier des panneaux de bois réduit considérablement les délais de réalisation. Deux à trois jours suffisent pour édifier les murs. www.booa.fr

Le poteau-poutre offre de belles portées

La maison en poteaux-poutres fait appel, comme son nom l’indique, à des poteaux et des poutres de forte section qui participent à l’esthétique et aussi à la structure de la maison. La réalisation possible de très belles portées fait partie de ses atouts.

La technique du poteau-poutre permet de réaliser de très grandes portées. www.itinerairesbois.com

Pour créer de grandes pièces ouvertes ou de très belles ouvertures sur l’extérieur, cette technique fait appel à des poteaux en bois de forte section espacés selon une trame précise d’un à plusieurs mètres. Les poteaux peuvent alors supporter les planchers hauts ou la toiture et transfèrent l’ensemble des charges aux fondations. Les murs extérieurs ne jouant pas de rôle porteur, toutes les options de remplissage sont possibles. L’espace entre les poteaux peut être comblé soit par des panneaux en ossature bois, de la maçonnerie ou de grandes baies vitrées… Ces dernières prennent d’ailleurs une importance architecturale essentielle. Elles apportent de la transparence et de la légèreté à la structure. Le mètre carré varie de 1.600 à plus de 2.000 € le mètre carré.

Transparence et luminosité pour cette maison réalisée selon la technique du poteau-poutre. www.huf-haus.com

 Panneaux massifs CLT : rigides et performants

Arrivé récemment sur le marché de la maison bois, le CLT (Cross laminated timber ou Bois massif lamellé-croisé) est une véritable révolution dans le monde de la construction. Le CLT combine les qualités naturelles du bois massif à des performances techniques exceptionnelles. Ces panneaux massifs sont constitués de plusieurs couches croisées à 90°, ce qui leur assure une grande stabilité dimensionnelle et une excellente résistance structurelle.

Le CLT est composé de lames de bois massif croisées perpendiculairement, le plus souvent en trois plis pour les murs. www.woodeum.com

On utilise le CLT en plancher, mur et toiture, seul ou associé à d’autres matériaux (isolants) ou d’autres systèmes constructifs (ossature bois, poteau-poutre, béton, etc.). L’essence la plus courante est l’épicéa, mais d’autres résineux comme le douglas, le mélèze, le sapin ou le pin, et certains feuillus, comme le chêne ou le hêtre, peuvent également être utilisés. Certains panneaux associent deux essences, pour offrir une face plus noble côté visible. Le panneau massif est généralement laissé visible côté intérieur pour son aspect bois. Ces couches peuvent être associées entre elles soit par collage, soit par clouage ou encore par des tourillons. On peut ainsi réaliser de grands panneaux jusqu’à 70 m2 dont la seule limite est le transport routier. Ils sont livrés directement sur le chantier et assemblés sur place. Ils seront complétés d’une isolation et d’un revêtement extérieur. De 1.500 à 2.500 €/m2.

Belle association du bois et du métal pour la façade de cette maison réalisée en CLT. www.clt-france.fr

Pas d’inquiétude pour le permis de construire
Quelle que soit la technique retenue, l’obtention du permis de construire ne sera jamais conditionnée par la structure de la maison mais plutôt par son apparence et l’utilisation du bois comme revêtement extérieur. Le chalet ou la maison en rondins auront notamment plus de difficultés à décrocher le précieux sésame. Si le projet respecte les documents d’urbanisme locaux, le permis de construire ne sera qu’une formalité administrative.

Attention au confort d’été

Quelle que soit la technique constructive choisie le confort d’hiver sera toujours parfaitement maîtrisé. Cependant la maison en bois a la réputation de devenir chaude dès que mercure monte. C’est un point qu’il faut surveiller de près. Le bois est un matériau qui réagit bien à la température été comme hiver. Pendant a saison froide il emmagasine facilement la chaleur. Pour le confort d’été, il faut veiller à renforcer l’inertie thermique des maisons en ajoutant des parois lourdes : dalle de béton, murs de cloisonnement en briques... Des isolants denses avec une capacité thermique élevée seront à privilégier (ouate de cellulose, laine de bois) ainsi que des plaques à forte densité composées de gypse et de fibres (type Fermacell ®) plus lourdes que des plaques de plâtre classiques. La pose de casquettes au desssus des fenêtres  t de brise soleil apportera de l’ombre sur les façades ensoleillées ?