Eau, énergie : économies au programme

Mieux diffuser la chaleur, réguler la température de chaque pièce de façon autonome, opter pour des équipements économes et performants, voici quelques-unes des pistes pour revoir à la baisse nos consommations énergétiques. Revue de détail de ces petits gestes qui peuvent rapporter gros.

L’efficacité énergétique, c’est bien là tout l’enjeu des réglementations thermiques successives qui encadrent la construction neuve. Preuve en est, votre habitation, très économe à l’usage, affiche dans le cadre de la RT 2012, une consommation conventionnelle inférieure à 50 kWh/m² et par an. Une performance thermique que peuvent néanmoins venir entacher des « coutumes » énergétiques parfois peu pertinentes au sein même de la maison. « L’amélioration de l’efficacité énergétique d’un bâtiment passe indéniablement par des « méthodes dites actives », qui sont du ressort de l’usager lui-même grâce à sa gestion de la consommation », explique Dominique Cottineau, délégué de la région Sud-Ouest pour l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Si de nombreux outils de régulation et de programmation sont des alliés de choix dans la chasse au moindre kilowatt heure inutile, quelques gestes simples permettent à chacun de contribuer à la réduction de sa consommation avec les économies correspondantes sur les factures. Démonstration.

Le système Niko Home Control permet à la fois la gestion de l'éclairage, du chauffage, des volets, le contrôle des accès depuis un écran tactile, une tablette ou un smartphone. www.niko.eu/fr

Gérer sa consommation d’énergie

19° dans les pièces à vivre, 16° dans les chambres, c’est bon pour la santé, le porte-monnaie et l ‘environnement. Passer de 20 à 19°, c’est peut-être un pull en plus, mais c’est surtout 7 % de consommation en moins. On estime ainsi à 19/20°  la température idéale des pièces à vivre et 17° pour les chambres. Quelques dispositifs vont pouvoir vous aider à tenir le cap. 

Des radiateurs intelligents. La pose de robinets thermostatiques sur les radiateurs vous permet de régler la température en fonction des besoins particuliers de chaque pièce équipée. Vous pouvez aussi gérer le chauffage en fonction de l’occupation du logement grâce à un système de programmation. Ces solutions sont disponibles aussi bien pour le chauffage central que pour les radiateurs électriques.De plus en plus de thermostats dits intelligents ont fait leur apparition ces dernières années. Ce sont des appareils équipés de capteurs et d’algorithmes qui prennent en compte votre rythme de vie. Le thermostat va automatiquement détecter votre présence ou des événements exceptionnels (ouverture de fenêtre, température plus fraîche...) et intégrer ce paramètre dans sa régulation. A la moindre chute de température ou en cas de détection d’inoccupation d’une pièce, le radiateur se met en veille. A la clé : jusqu’à 45 % d’économies réalisées chaque année. 

Penser aux panneaux photovoltaïques. Certes les tarifs de rachat de l’électricité photovoltaïque produite par les panneaux posés en toiture ont baissé. Pour autant cette énergie verte reste promise à un bel avenir d’autant que la RT 2012 fait obligation de mixer les énergies. L’installation de panneaux photovoltaïques permet de produire de l’électricité qui dans certains cas peut couvrir l’intégralité des besoins domestiques d’une famille. Certains fabricants comme Imerys toiture et Solarwatt proposent des batteries qui stockent le courant issu des panneaux photovoltaïques, ce qui optimise les économies d’énergie. Rappelons que l’autoconsommation peut permettre d’économiser jusqu’à 40 % sur les factures d’électricité. 

Niko Home Control, permet le suivi de la consommation d’énergie appareil par appareil (chauffage, ventilation, climatisation, eau chaude) et l’identification des appareils les plus énergivores. www.niko.eu/fr

De l’intérêt de la maison connectée
Gérer intelligemment le chauffage, l’eau, la lumière pour optimiser l’efficacité énergétique d’un bâtiment et le confort de ses habitants mais aussi simplifier leur quotidien, tels sont les enjeux de la maison connectée. « Le défi des appareils intelligents, quel que soit le secteur, réside dans le fait de prendre la bonne décision et d’agir au bon moment », explique Jean-Laurent Schaub cofondateur de Ween.ai, une start up qui rend les objets autonomes. « L’IA doit permettre une autonomie décisionnelle rendant ces objets capables d’anticiper les décisions de l’utilisateur et de s’adapter en temps réel à leur environnement. » La création d’une convergence entre les différents matériels installés fait également partie des priorités de nombre de constructeurs. L’idée est de rendre le système encore plus intelligent. Côté usagers, c’est l’assurance d’une maison toujours plus économe. 

Des lampes économes. Quelques efforts s’imposent également de ce côté-là. En moyenne, chaque ménage français a chez soi vingt-cinq points lumineux, achète trois lampes et consomme entre 325 et 450 kWh par an. L’éclairage représente 10 à 15 % de sa facture d’électricité. Diminuer sa consommation d’électricité, c’est une question de comportement mais aussi une affaire d’équipement. Les lampes leds consomment peu et offrent une véritable puissance d’éclairage. Ces petites diodes électroluminescentes vous font réaliser 90 % d’économies d’énergie (par rapport aux anciennes ampoules). Elles sont faciles à installer et offrent une véritable puissance d’éclairage.

Opter pour une solution domotique. Délégué de la région Sud-Ouest pour l’Ademe, Dominique Cottineau explique les avantages de la domotique : « elle permet de piloter un domicile ». L’habitant définit plusieurs scénarios, modifiables selon ses habitudes de vie. « C’est une technologie qui n’est pas figée mais toujours redéfinissable. Réguler la performance énergétique de son domicile est une de ses fonctions. Une tablette permet d’évaluer sa consommation d’électricité par secteur. Au choix, l’habitant peut avoir un aperçu de l’ensemble ou se focaliser sur des points précis (éclairage, secteur, chauffage). Le suivi de la consommation d’énergie s’opère facilement, avec une fonction Eco pour couper tous les appareils inutilisés. Voir ce que l’on consomme instantanément incite à faire des économies », témoigne encore
Dominique Cottineau.

Poujoulat, en partenariat avec Delta Dore, a imaginé un système connecté de suivi en temps réel et d’optimisation pour tous les appareils de chauffage bois. www.poujoulat.fr

Contrer les chaleurs  estivales
Le risque de surchauffe estivale dans une maison neuve peut poser problème. Pour éviter l’usage de climatiseurs gros consommateurs d’électricité, on peut opter pour des puits de ventilation naturelle activés par ouverture contrôlée d’impostes sur les baies du rez-de-chaussée et des fenêtres de toit. Et bénéficier pleinement de la convection naturelle par effet cheminée pour optimiser ainsi le rafraîchissement nocturne. Une maison ainsi équipée est en moyenne plus fraîche de 4,5° qu’une villa qui ne l’est pas.

Et si les systèmes proposés il y a quelques années étaient souvent compliqués à programmer, ils sont aujourd’hui intuitifs et conviviaux. La programmation des seuils de température sera l’une de vos principales sources d’économies. Grâce à la domotique, vous tenez compte de votre présence en optant pour le déclenchement et l’arrêt du chauffage selon vos souhaits à une température donnée. En plaçant des détecteurs de chaleur dans chaque pièce, vous pouvez également gérer en temps réel le chauffage en fonction des variations météorologiques.
Autre possibilité : la gestion domotique des ouvrants. Le système contrôle l’ouverture et la fermeture des volets électriques, utilisant la chaleur extérieure pour tempérer l’intérieur d’une maison. L’usager n’a qu’à définir une température minimale souhaitée pour son domicile : le soleil fournira une énergie gratuite.
Côté lumière, il suffit d’enregistrer un programme pour éteindre les éclairages à distance ou selon certaines heures de la journée ou opter pour un détecteur de mouvement, les lumières s’éteignent alors dès lors qu’une pièce est vide.

Ne laissez pas vos appareils en veille !
Souvent plus gourmands en énergie qu’ils ne le paraissent, les appareils mis en veille peuvent représenter jusqu’à 15 % de votre facture d’électricité. Une box allumée 24 h/24 consomme ainsi autant qu’un lave-linge en une année. Idéalement, il vaut donc mieux les éteindre complètement quand on a fini de les utiliser. Conseil : investissez dans un coupe-veille. Branché sur une prise électrique, il détecte vos appareils en veille à l’aide de capteurs infrarouges et les éteint automatiquement.

Composé d’une box domotique reliée à internet d’un côté et aux appareils électriques de l’autre via des capteurs et actionneurs, cette solution est capable de mesurer en temps réel les consommations et de déplacer les équipements les plus énergivores pour utiliser l’énergie la moins chère. (Heure creuse, heure solaire, etc). www.comwatt.com

Gérer sa consommation d’eau

Les économies d’eau à l’intérieur de la maison relèvent avant tout de gestes simples.
Préférez toujours la douche au bain. Une douche consomme 60 à 80 litres alors qu’un bain génère une consommation de l’ordre de 170 litres. Ne laissez pas l’eau couler inutilement. Un robinet ouvert pendant 3 minutes débite environ 36 litres. Evitez de faire tourner une machine à moitié vide à moins d’utiliser la touche éco ou l’option charge réduite. Enfin faites la chasse aux fuites, elles peuvent représenter 15 à 20 % de votre consommation d’eau.

Des toilettes économes
Aux toilettes aussi l’économie est aisément réalisable.  Les chasses d’eau de nos toilettes représentent entre 20 et 30 % de notre consommation d’eau. Pour réduire le volume utilisé, optez pour un système de chasse à deux débits. En fonction de vos besoins, vous ne libérez qu’une partie du contenu du réservoir, soit entre trois et cinq litres contre six à dix litres pour son intégralité.

Des dispositifs efficaces. N’hésitez pas à remplacer le mélangeur classique de la douche ou la baignoire par un robinet thermostatique. Il assure une température et un débit constants tout au long de l’utilisation, et ce quelles que soient les variations de pression ou de débit d’eau chaude ou d’eau froide dans la maison. Fini le gaspillage pour trouver le bon degré. Pour obtenir un jet d’eau confortable, il suffit d’un débit de six litres par minute. Pourtant, la plupart des robinets possèdent des débits de plus de dix litres par minute. La solution : poser des mousseurs ou aérateurs. Ces petites bagues se vissent à l’extrémité du robinet et limitent la consommation de 30 à 40 %, soit plusieurs dizaines de mètres cubes par an, pour un investissement minime. Son principe ? Un phénomène hydraulique appelé effet Venturi, mélange de l’air à l’eau et permet, pour le même débit d’eau, d’avoir un mouillage équivalent, tout en passant de 12 à 6 litres minutes.

Autre solution : le limiteur de débit. Ce n’est ni plus ni moins qu’un étrangleur réglable. Le dispositif s’installe à l’intérieur de votre robinetterie et permet de réguler la vitesse de sortie de l’eau en agissant sur le débit d’air.
Enfin, plus sophistiqués, les robinets électroniques sont munis d’un détecteur de présence (cellule infrarouge) qui déclenche l’arrivée ou l’arrêt du jet selon la position des mains. Sous la douche aussi, l’économie est de rigueur. Nombre de pommeaux intègrent un mécanisme de turbulence qui permet de fractionner les gouttes d’eau offrant une plus grande surface de contact avec la peau. A la clé, une économie de près de 40 % sur votre facture d’eau.

Les nouveaux produits Miele sont développés pour proposer des consommations minimes, 50% d’énergie économisée par rapport à la classe énergétique A+++, et tout cela en un temps réduit. www.miele.fr

Matériel high tech
N’hésitez pas à investir dans un lave-linge ou un lave-vaisselle dernière génération. Economes en eau, ils vous permettent d’alléger de façon significative votre consommation. Consultez l’étiquette énergie pour connaître précisément le niveau de consommation de ces machines. Les lettres A, A+, A++ vous assurent les appareils les plus performants dotés de nouveaux programmes. Certains permettent d’éliminer rapidement la lessive, ce qui réduit d’autant le cycle de lavage, d’autres adaptent instantanément le volume d’eau utilisé en fonction du poids de chargement. 

Faire des économies dans le jardin : les bons tuyaux. L’arrosage du jardin peut représenter 20 à 50 % de la consommation annuelle d’eau d’un ménage moyen. Problème, près de la moitié de l’eau utilisée est perdue à cause d’un arrosage excessif ou mal ciblé. Arroser en concentrant l’apport d’eau au pied des végétaux, est la solution la plus efficace et la plus économe, c’est le principe de la micro irrigation. Goutteurs et asperseurs permettent de consommer 30 à 50 % moins d’eau qu’un système classique. Pour vous libérer de toutes ces contraintes et a fortiori si vous disposez d’une grande superficie, le recours à l’installation d’un système automatisé est une solution efficace. Relié à un programmateur équipé d’une sonde électronique, il devient totalement autonome et déclenche les cycles d’arrosage suivant la capacité d’absorption du sol, la pluviométrie et la saison. L’ajout d’un tel dispositif peut entraîner une économie d’eau de l’ordre de 15 à 20 %.

Compatible avec la majorité des systèmes de chauffage du marché, ce thermostat intelligent analyse dès son installation la performance énergétique de la maison (isolation et inertie de montée en température), les conditions climatiques du lieu de vie et les habitudes d’utilisation. Il définit ensuite une programmation personnalisée en moins de 30 secondes. www.somfy.fr

Récupérer l’eau de pluie... Investissez dans un récupérateur d’eau de pluie. Ces appareils contiennent de 200 à plus de 2 000 l et il en existe à tous les prix. Son installation est rapide et ne nécessite pas de gros travaux. Surtout elle vous permet de réaliser de réelles économies et de préserver la ressource en eau. Bémol, la quantité d’eau récupérable est fonction de la pluviométrie de la région et de la surface de votre toiture.  Avec un toit de 100 m2, il est possible de récupérer entre 3 et 60 m3 d’eau de pluie par an sans que cela ne coûte rien. Attention, ce système de filtration ne permet pas de rendre l’eau potable. L’eau ainsi récupérée est uniquement réservée aux sanitaires, aux lavages des sols, à l’arrosage et aux lave-linge sous conditions. 

Cliquez sur un département pour voir
des offres de terrains + maisons
Publié par
© construiresamaison.com -
Cliquez ici pour réaliser votre avant projet de maison sur mesure