Faire construire en Alsace-Lorraine

Publié par -

De plus en plus de familles choisissent de faire construire en Alsace comme en Lorraine. Pour concrétiser leurs rêves, elles achètent des terrains plus petits et se tournent plus souvent vers les architectures modernes. Et elles n’oublient jamais le confort ni les économies d’énergie !

Comment la maison se porte-t-elle en Alsace et en Lorraine ? « Le marché redémarre », répond Stéphane Aufsatz, directeur des Maisons Claude Rizzon Alsace. Une reprise amorcée en 2015, qui se confirme cette année. Selon l’indicateur Markemétron/Caron Marketing, les ventes de maisons neuves enregistrent une hausse de 8% entre août 2015 et août 2016 par rapport aux douze mois précédents, qui avaient eux-mêmes déjà vu une augmentation de 25% des ventes. Cette année, ce sont notamment les primo-accédants qui effectuent leur retour sur le marché.

Costa Construction propose cette maison à la personnalité aussi moderne qu’affirmée. www.costaconstruction.fr© costa construction

Faire construire sa première maison

Les constructeurs sont unanimes à le constater : les primo-accédants retrouvent le chemin des bureaux de vente. « Les nouvelles dispositions du prêt à taux 0% jouent pleinement leur rôle », constate Stéphane Aufsatz « mais cela a mis du temps à redémarrer ». Le temps en effet que les acquéreurs potentiels prennent connaissance des modifications intervenues. Une fois l’info connue, elle a beaucoup circulé. Logique : la version 2016 de cette aide à l’accession à la propriété est très efficace, avec des montants revalorisés, des conditions assouplies et des remboursements optimisés. Et puis les banques le considèrent comme un apport personnel, ce qui facilite forcément les projets de construction des jeunes familles.

Maisons Phénix (Groupe Geoxia) propose ce modèle fait pour s’intégrer facilement dans son environnement. www.maisons-phenix.com© Maisons Phénix

De leur côté, les constructeurs proposent des maisons dédiées aux primo-accédants. Au programme : des architectures simples, des plans ouverts, dans les 80 à 90 m² de surface de plancher pour des prix inférieurs à 100 000 € hors adaptation au terrain et frais annexes. Un niveau atteint grâce à l’industrialisation du procédé de construction, qui permet de contraindre les coûts sans jamais sacrifier la qualité ni l’esthétique.

Proposé par les Maisons Stéphane Berger, ce modèle compact est fait pour s’adapter aux terrains situés en secteur urbanisé. www.stephaneberger.com© Maisons Stephane Berger-Lumicene

Conseil : mieux vaut choisir un professionnel qui exerce dans le cadre du Contrat de construction – loi de 1990. Ce document garantit notamment un prix global, forfaitaire et définitif et une garantie de livraison à prix et délais convenus. Un gage de sécurité pour des familles au budget par nature peu extensible. 

Les services proposés par les constructeurs

Au fil du temps, le rôle du constructeur s’est étoffé. Aujourd’hui, ce professionnel sait s’adapter à toutes les demandes des acquéreurs. Notamment pour trouver le crédit. « Nous mettons les clients qui le souhaitent en relation avec nos partenaires financiers », rappelle Fabrice Brottier, directeur de Maisons d’en France Lorraine-Sud-Champagne. De quoi décrocher un bon crédit, qui plus est spécialement adapté à votre projet de construction.

Autre service très prisé par les familles en quête d’une maison neuve : l’assistance à la recherche d’un terrain. « Grâce à nos partenaires fonciers, nous sommes au fait des diverses disponibilités », indique Stéphane Aufsatz. La plupart des constructeurs proposent des offres terrain plus maison. Avantage : un projet facilité et des prix optimisés.

Cette maison à énergie positive, spécialement conçue pour alimenter gratuitement un véhicule électrique, est la deuxième maison de France à arborer le label Bépos Effinergie et la marque NF version HQE. www.maisons-hanau.fr© DR

La construction d’une maison est un projet global. Aussi, quand les clients n’ont pas encore acquis le terrain, il est possible de les orienter dans leur choix, afin que la maison à laquelle ils aspirent soit réalisable. « Par exemple, lorsque le budget est serré, il peut arriver que les ménages optent pour un autre terrain que celui qu’ils avaient initialement envisagé, détaille Fabrice Brottier. En s’éloignant un peu d’une métropole, avec un prix de terrain moins élevé, ils dégagent une part de budget qui sert ainsi à la réalisation de la maison voulue. »
Sophie Klinger, directrice commerciale chez Maisons Booa, confirme. « Mieux vaut venir voir le constructeur avant d’avoir acheté sa parcelle, cela permet de mieux répartir son budget entre terrain et construction », recommande-t-elle. Le constructeur a un devoir de conseil et doit offrir à ses clients beaucoup d’attention. « Tout part de l’écoute, relève Fabrice Brottier. Les acquéreurs ont de très nombreux besoins et souhaits, et il faut savoir détecter ceux qui sont essentiels. » Et de constater que « tout repose sur la confiance entre les clients et leur interlocuteur ».

Bois et architecture travaillée pour cette maison contemporaine aux beaux volumes et aux larges ouvertures. www.maisons-oikos.com© Maisons Oikos

Une construction sous garanties

Mais l’indispensable lien de confiance est loin de suffire. Pour choisir celui qui construira votre maison, mieux vaut vous assurer qu’il s’agit d’un constructeur travaillant dans le cadre du Contrat de construction d’une maison individuelle, le CCMI. Pourquoi ? Parce que ce contrat, loi de 1990, protège l’acquéreur. Comment ? En lui offrant des garanties solides. « Tout est écrit », sourit Fabrice Brottier. Et c’est capital. « La notice descriptive est claire, les plans, conditions et prix y figurent. En signant un CCMI, on sait que le prix est ferme et définitif. » Et la maison sera livrée quoi qu’il se passe, puisque ce contrat offre une garantie d’achèvement.

Jeu de toitures et décroché de façades pour cette élégante demeure proposée par Les Maisons Claude Rizzon. www.maisonsclauderizzon.fr© Maisons Claude Rizzon

Autre point important pour sécuriser le projet : l’assurance dommages-ouvrage. « Le plus souvent, son montant est inclus dans le prix de la maison », souligne le directeur de Maisons d’en France Lorraine-Sud-Champagne. Mais le maître d’ouvrage (c’est-à-dire vous, le client) peut la souscrire à titre individuel. « Ce qui revient plus cher qu’en passant par le constructeur », rappelle Fabrice Brottier. Mais en aucun cas, il ne faut faire l’impasse sur cette assurance. Obligatoire, elle permet les remboursements et réparations rapides des dommages, vices et malfaçons couverts par la garantie décennale. « Avant d’accorder les prêts, nombre de banques vérifient désormais que la dommages-ouvrage est bien souscrite », complète Fabrice Brottier.

Régulateur naturel d’humidité, le bois permet de construire des maisons plus saines. www.olry-bois.com© Olry Bois

Enfin, avant de choisir votre constructeur, « il faut vérifier la solidité de l’entreprise, conseille Stéphane Aufsatz. Sa durée de vie est importante ». Par ailleurs, « regardez les prestations proposées, et notamment l’existence d’un service après-vente », poursuit ce constructeur qui a choisi de répondre aux normes de la certification NF Habitat. Quant à savoir si comparaison est raison... « Attention à trop de comparaisons, prévient Fabrice Brottier, on peut en perdre le pouvoir de décider. Comparer trois constructeurs paraît raisonnable. » Par ailleurs, il peut être rassurant de s’adresser à un constructeur recommandé par d’anciens clients.

L'enveloppe budgétaire pour faire construire

Une fois son constructeur choisi, reste à élaborer le projet. Celui-ci dépend du budget, qui varie notablement selon les secteurs. En Alsace par exemple, l’enveloppe globale terrain et maison s’établit entre 290 000 et 310 000 € à une quinzaine de kilomètres de Strasbourg. En Lorraine, il faut compter entre 180 000 et 200 000 € sur le sud du secteur. Ils sont plus élevés dans le Nord, à cause de la proximité de la frontière luxembourgeoise. « Près de l’A31 et de Metz, l’enveloppe financière des acquéreurs tourne autour de 300 000 €, signale-t-on chez Maisons Claude Rizzon. A 25 kilomètres de Metz, on peut mener son projet à bien avec 200 000 €. »
Avec 260 000 €, on fera construire par exemple dans le secteur de Thionville une maison de 120 m2 sur un terrain de 450 m2. En deuxième couronne de Nancy, votre projet terrain et maison vaudra en moyenne entre 200 000 et 250 000 €, alors que la proximité de Nancy fait passer le budget entre 250 000 et 300 000 €. Autour de Forbach et Merlebach, la fourchette se situe entre 200 000 et 220 000 € (source Maisons Claude Rizzon).

La façade bicolore apporte une touche de modernité et d’élégance à cette maison Oui Home. www.oui-home.fr© Oui Home

Comme souvent, c’est le prix du terrain qui constitue la variable d’ajustement, en Alsace comme en Lorraine. « Les acquéreurs acceptent de faire construire sur des parcelles plus petites, confirme Stéphane Aufsatz. A la fois parce que cela rend le projet possible, et aussi parce que les acquéreurs n’ont plus forcément envie d’entretenir un grand jardin. » « Ils aspirent à un lieu de vie sans contraintes », complète Fabrice Brottier. « Nous réalisons des maisons de ville sur des terrains de 200 à 250 m2 », souligne Sophie Klinger.

Autre concession permettant le financement du projet, accepter de s’éloigner des grands centres urbains pour trouver un terrain moins cher. Toutefois, « les acquéreurs privilégient les secteurs bien desservis et la proximité des services », rappelle le directeur de Maisons d’en France Lorraine-Sud-Champagne. Logique : il s’agit de se faciliter la vie mais aussi de préserver la valeur du patrimoine. De fait, les bonnes adresses prennent davantage de valeur et se revendent mieux.

Une villa moderne conçue autour d’un joli jeu de volumes par Maisons d’en France. www.maisonsdenfrancelorrainesud.com© Maisons d'en France Champagne et Lorraine sud

Une maison de plain-pied si possible

En moyenne, la maison construite en Lorraine comme en Alsace fait 110 m2 de surface de plancher, compte trois chambres. En Lorraine, elle se répartit de façon égale entre plain-pied et maison à étage. « Le plain-pied reste la maison préférée des acquéreurs, mais tous les terrains ne se prêtent pas à ce type de construction », note Fabrice Brottier. Notamment quand il s’agit de petites surfaces.

En Alsace, chez le constructeur Claude Rizzon, on réalise majoritairement des maisons à étage. « Pour une même superficie, le plain-pied coûte plus cher, explique Stéphane Aufsatz. On double en effet la surface de toiture, laquelle présente généralement, dans notre secteur, une pente entre 40 et 52°. L’étage est ainsi constitué par les combles aménagés et on y retrouve tout naturellement les chambres. »

Les fenêtres à petits bois apportent une touche de clacissisme à cette maison traditionnelle signée Batilor. www.batilor.com© Batilor

Chez Maisons Booa, constructeur de maisons bois aux lignes contemporaines, avec des toits plats le plus souvent (95% des cas), « nous réalisons 60% de maisons de plain-pied, dévoile Sophie Klinger. Les autres maisons sont conçues généralement avec un étage partiel d’environ 40 m2. Il abrite alors les chambres des enfants et une salle de bains ». Cet étage partiel permet « de profiter d’une terrasse qui prend place sur le toit plat du rez-de-chaussée », continue la directrice commerciale des Maisons Booa.

Dans l’air du temps

« En Alsace, les acquéreurs ont toujours été attachés à l’évolution de la construction », remarque Stéphane Aufsatz. Ainsi, d’une manière générale, la demande des ménages va vers des architectures contemporaines. « Par exemple, nous réalisons des toitures mixtes, c’est-à-dire un mélange entre une toiture à 45° et de petits volumes en toit plat, ce qui permet de conserver un peu de l’esprit alsacien tout en étant moderne », note le directeur des maisons Claude Rizzon Alsace.

Côté coloris, la demande porte sur des teintes plus sobres, plus neutres, comme le blanc cassé et le crème. Mais dans certains secteurs soumis aux directives des architectes des Bâtiments de France, des teintes spécifiques peuvent être imposées, pour ne pas dénaturer les centres-bourgs. Les ménages qui optent pour une maison bois préfèrent quant à eux « conserver les tons bois, détaille Sophie Klinger. Ils peuvent aussi faire leur choix dans des gammes de marron, ou dans des gammes prépeintes, avec des coloris comme le rouge, le bordeaux ou le beige. Mais s’ils préfèrent un crépi au bardage, c’est aussi possible ». Quant aux toitures plates proposées par ce constructeur de maisons bois, elles peuvent être végétalisées. Ou, « si les Bâtiments de France l’imposent, elles peuvent être délaissées pour une toiture classique en tuiles, rouges ou grises selon les communes », ajoute la directrice commerciale chez Maisons Booa.

Une maison contemporaine qui privilégie la lumière grâce à ses nombreuses baies vitrées. www.maisonsbrand.fr© Maisons Brand, Groupe HEXAOM

En Lorraine, on trouvera des maisons aux lignes contemporaines dans le secteur de Thionville, où la maison à étage règne quasiment sans partage. Même tendance vers Metz, où la demande de modèles contemporains, avec toiture plate ou non, est forte. Autour de Nancy, on verra plutôt des architectures traditionnelles, souvent à étage aussi, tandis que ces mêmes lignes classiques se retrouveront vers Forbach et Merlebach, mais sur sous-sol et sans étage. N’oublions pas qu’en Lorraine aussi, « il y a beaucoup de sites qui dépendent des architectes des Bâtiments de France, rappelle Fabrice Brottier. Et dans ce cas, on peut par exemple devoir faire des toitures en terre cuite rouge, bannir le PVC blanc ». D’une manière générale, la tendance en façade « est aux couleurs claires, avec quelques tons plus foncés pour souligner des retours par exemple ».

Espace, lumière, confort

Et l’intérieur des maisons ? En Alsace comme en Lorraine, « c’est la pièce de vie qui est privilégiée, note Sophie Klinger. C’est un grand espace convivial avec cuisine ouverte. Nous la complétons systématiquement par un cellier, qui accueille ainsi des rangements, le lave-linge... ». Toutefois, « les acquéreurs reviennent vers une cuisine semi-fermée, le plus souvent par une verrière, remarque Fabrice Brottier, on assiste aussi au retour du métal dans la maison, sur ces verrières justement, mais aussi pour les escaliers ». Ces pièces de vie font la part belle à la lumière, via de grandes baies vitrées. « Nous travaillons beaucoup sur l’orientation de la maison et à chaque fois que c’est possible, nous privilégions une orientation sud-sud-ouest », continue le directeur de Maisons d’en France Lorraine-Sud-Champagne.

Cette maison arbore tous les éléments de l‘architecture contemporaine. www.maisonsdenfrancelorrainenord.com© Maisons d'en France Lorraine Nord

Quant à la salle de bains, elle regroupe douche et baignoire lorsque c’est possible. Quand la maison le permet, une salle d’eau complète la salle de bains familiale. « La douche à l’italienne est toujours prisée », confirme Sophie Klinger. Et Fabrice Brottier d’ajouter que « les acquéreurs consacrent de plus en plus d’argent à la salle de bains, et montrent un souci de l’esthétique et du détail ». Bref, cette pièce est de plus en plus vécue comme un salon de beauté, un espace dans lequel on aime prendre soin de soi.

Les maisons doivent être adaptées aux besoins de leurs occupants mais également évoluer avec eux. C’est le cas de la maison Adorha. www.maisons-nma.fr© Les Nouvelles Maisons d'Alsace (NMA)

Côté chauffage, partout où c’est possible, c’est le gaz qui est retenu. « Nous équipons nos maisons de chaudières hybrides gaz-électricité », détaille Fabrice Brottier. Et si le gaz de ville n’est pas disponible ? Les acquéreurs s’orientent vers les pompes à chaleur. Des appareils qui ont fait beaucoup de progrès : plus petits, plus silencieux, ils offrent des économies d’énergie même en hiver, lorsque les températures baissent. Côté eau chaude, « nous proposons souvent des ballons thermodynamiques », remarque Stéphane Aufsatz.
Dans les Vosges, « le poêle à bois ou à granulés trouve toute sa place », signale Fabrice Brottier. Chez Maisons Booa, le poêle à pellets est proposé en équipement de base, avec des radiateurs d’appoint dans les chambres. « Pour les clients qui le souhaitent, nous pouvons installer une pompe à chaleur et un plancher chauffant », complète Sophie Klinger. Le plancher chauffant « équipe 95% de nos maisons », indique Stéphane Aufsatz. Même constat chez Maisons d’en France Lorraine-Sud-Champagne. « Nous l’installons aussi à l’étage », souligne Fabrice Brottier. Qui rappelle que « le confort d’hiver est capital dans notre région. Nous réalisons peu de vérandas, de petites terrasses, mais nous mettons l’accent sur l’intérieur de la maison ». Au programme : lumière, plans ergonomiques, rangements, le tout pensé dans une logique d’agrément de vie.

Les constructeurs proposent aussi des maisons plus traditionnelles. Elles n’oublient ni la lumière, ni le confort. Maisons Nobless. www.maisons-nobless.fr© Maisons Nobless

Cliquez sur un département pour voir
des offres de maisons neuves avec terrain