Construire dans les Pays-de-la-Loire

Publié par -

Dans les Pays-de-la-Loire, les acquéreurs optent pour des maisons fonctionnelles et conviviales, qui affichent en façade leur modernité.

Du mieux ! C’est ce que constatent les constructeurs qui opèrent dans les Pays-de-la-Loire. Le marché de la maison individuelle retrouve des couleurs, même si les secteurs ne font pas tous montre du même dynamisme.

«  En Loire-Atlantique, les permis de construire en secteur diffus ont enregistré une hausse de 20 % sur les quatre premiers mois de l’année par rapport aux mêmes mois de 2015 », signale Hermann Genouel, président du groupe Maisons de l’Avenir et des Maisons Tradilignes. « Sur cette période, on en comptait 901 en 2015 contre 1 085 en 2016. »

Trecobat réalise des projets de grand standing, au design épuré, sur mesure et totalement personnalisables afin de satisfaire toutes les envies. www.trecobat.fr © Pascal Leopold (groupe Trecobat)

Quant à la Vendée, elle retrouve de l’activité dans les zones touristiques, dont l’économie avait été fortement impactée par la tempête Xynthia. « On assiste au retour de ménages qui font construire des résidences secondaires. Les primo-accédants, grâce aux nouvelles dispositions du prêt à taux 0 %, disposent d’une enveloppe plus importante, de 15 000 à 20 000 €, qui leur permet de faire construire une maison plus grande. » Côté chiffres, « de janvier à fin avril 2016, les permis de construire ont augmenté de 26 % par rapport aux mêmes mois de 2015, et sont ainsi passés de 740 unités à 932  », complète Hermann Genouel.

Bien penser son projet de construction

Pour répondre aux besoins d’une clientèle aux budgets et aux besoins très divers, les constructeurs disposent d’une large palette de solutions. D’où l’importance du dialogue entre acquéreurs et constructeurs, indispensable pour que ceux-ci puissent réaliser la maison qui collera au plus près des attentes des ménages. « Nous proposons un conseil global, signale Sophie Baron, fondatrice et dirigeante d’Alliance Construction. Cela passe par l’aide à la recherche du terrain, au montage financier. Puis nous imaginons et concevons la maison en fonction du terrain, du règlement d’urbanisme, et des souhaits et du budget des clients. »

Imbrication des volumes et jeu de toitures pour cette réalisation bois au bardage naturel signée Arcadial. www.arcadial.fr © Simon Bourcier – ARCADIAL

Le constructeur, un conseiller incontournable

Et pour que tout se passe pour le mieux, «  il est important que la discussion soit très ouverte et que l’acquéreur nous livre toutes ses exigences et ses contraintes, développe Hermann Genouel. C’est de cette manière que nous pourrons l’aiguiller. A nous ensuite de travailler pour trouver des solutions qui lui donnent satisfaction. En partant d’une page blanche, nous les aidons parfois même à se décider quand le ménage n’a pas forcément les mêmes attentes ».

Et comme le signale Sylvain Laurent, en charge du développement chez Berthelot Construction, «  nous aidons les clients à raisonner en espaces d’usage de la maison. Nous devons comprendre comment ils s’imaginent y vivre, afin que nous puissions l’adapter au mieux à leur mode de vie ».

Forme cubique et toit plat font de cette maison Alliance Construction un parfait exemple de l'architecture contemporaine. www.allianceconstruction.fr © Franck Gallen (Alliance Construction)

Certains constructeurs poussent le conseil plus loin encore. « Chez Alliance Construction, nous proposons des packs déco, explique Sophie Baron. Par exemple, pour 250 €, les acquéreurs bénéficient d’une heure de conseils avec un architecte d’intérieur qui peut les aiguiller dans le choix des couleurs, des revêtements de sol... et même à déterminer l’emplacement du mobilier ». Et puis, parce que le credo de ce constructeur est « créer le bien-être des clients en réalisant la maison autour de ce qui est bon pour chacun », il construit pour ceux qui le souhaitent des maisons répondant aux préceptes du feng-shui et, en option toujours, développe aussi la géobiologie (étude de l’impact de l’environnement sur le vivant afin de déterminer le meilleur emplacement de la maison sur le terrain).

Optimiser l’espace de la maison

Si les constructeurs disposent de plans et modèles déjà préétablis, ceux-ci ne constituent toutefois qu’une base de travail. Il faut en effet adapter chaque maison aux contraintes du terrain : superficie, forme, exposition... Quand les budgets sont très serrés, « les modèles sont optimisés, rappelle la dirigeante d’Alliance Construction. Si nous ne pouvons pas bouger l’agencement intérieur, en revanche, nous proposons trois types de façades différentes ».

Jeu de volumes pour cette réalisation à l'architecture destructurée qui marie originalité avec sa petite terrasse en pointe à l'étage et charme grâce à la chaleur du bois. www.maisonsdominiquecharles.fr © Maisons Dominique Charles

Des coûts limités

Et pour maîtrier les coûts, « les formes sont simples, note Sylvain Laurent. Nous faisons la chasse aux mètres carrés perdus ! En limitant les dégagements, mais aussi par exemple, en exploitant le dessous des escaliers pour y créer un placard. Il faut parfois procéder à des arbitrages. Un garage est-il indispensable ? Si le règlement d’urbanisme le permet on peut supprimer le garage et gagner des mètres carrés habitables grâce aux 15 000 € dégagés ».

L’enveloppe financière ne permet pas d’éventuelles fantaisies architecturales ? La personnalisation se joue alors sur les détails en façade, avec par exemple « une avancée au-dessus de la porte d’entrée, qu’on habillera en zinc ou en aluminium, ou qui reprend la couleur de la porte d’entrée », complète-t-il. « On peut aussi jouer avec différentes couleurs d’enduits plus ou moins contrastées, avec les entourages de fenêtres », note Sophie Baron.

Une maison contemporaine

Ces jeux d’enduits permettent également d’apporter aux maisons la touche contemporaine à laquelle aspirent de plus en plus de clients. « Les tons de gris sont appréciés, confirme Hermann Genouel. Comme les peintures actuelles sont plus faciles à poser, on peut envisager de se faire plaisir aujourd’hui avec une couleur et envisager de la changer dix ans plus tard. »

Chez Alliance Construction, « la demande peut aussi porter sur des touches orangées ou bordeaux », remarque Sophie Baron. « On peut également mixer les matériaux, par exemple le bois et l’enduit. »

Une réalisation ultramoderne alliant toits plats, grands volumes et ouvertures originales. Espace et luminosité garantis. Depreux Construction. www.depreux-construction.com © Depreux Construction

Toits plats et grandes baies vitrées

La maison contemporaine s’affirme également par sa toiture. « On nous demande des toits plats, partiels ou pas ou des tuiles de couleurs, noires notamment. Mais ces dernières ne sont pas toujours admises par les communes », poursuit le président du groupe Maisons de l’Avenir et des maisons Tradilignes. « On réalise aussi des toitures monopentes, éventuellement en zinc de couleur », remarque Sylvain Laurent.

« Le rythme des ouvertures contribue aussi à apporter de la modernité à la maison. Outre l’indispensable grande baie vitrée donnant sur la terrasse, on proposera des ouvertures très verticales ou au contraire en bandeau. Dans l’escalier, une grande fenêtre verticale séduit les acquéreurs.  » Autres possibilités, comme chez Alliance Construction, « le jeux sur les volets coulissants, en bois ou en alu. Ou encore les différentes hauteurs de toitures ».

Des maisons de plain-pied en Vendée

Contemporaine ou plus traditionnelle, la maison doit s’inscrire dans son terrain et son environnement. Et répondre aux réglementations locales. Sur des terrains petits, comme dans les grandes agglomérations, la maison à étage s’impose. « En Loire-Atlantique, la répartition maison de plain-pied ou à étage s’équilibre », constate Hermann Genouel. Mais en Vendée , « 90% des maisons sont de plain-pied ». Dans ce département, « on aura souvent les maisons à l’allure plus classique qui tiennent compte de l’architecture locale. Elles peuvent être rectangulaires ou en L », dévoile Sophie Baron.

Cette maison de plain-pied, aux lignes épurées et à l'architecture contemporaine, a été réalisée en secteur urbain. Berthelot Constructions, www.groupe-berthelot.com © Bertrand Béchard/Berthelot Constructions

Des particularités régionales

Et Sylvain Laurent de préciser : «  la Loire constitue une frontière. Au sud Loire, les volumes sont plus étalés et décalés, on peut avoir jusqu’à trois ou quatre retraits de façades. On peut aussi avoir des effets de toiture d’inspiration provençale ». En revanche, au nord de la Loire, « c’est l’ardoise qui s’impose en toiture », rappelle Hermann Genouel. « Autour d’Angers, on a des maisons plus carrées, à étage, avec éventuellement des combles aménageables », note Sophie Baron.

Une maison avec trois chambres minimum

En moyenne, les jeunes ménages qui font construire pour la première fois optent pour une maison de 85 à 90 m2. « Mais la fourchette va de 70 à 110 m2 », précise le président du groupe Maisons de l’Avenir et des Maisons Tradilignes. Et quelle que soit la superficie, « il faut au moins trois chambres », note Sylvain Laurent. Leurs surfaces n’évoluent guère au fil des années, puisqu’elles font le plus souvent 10 à 12 m2.

Architecture contemporaine et élégante pour cette maison Tradilignes composée de trois volumes et de toits à quatre pentes. www.tradilignes.fr © Tradilignes (groupe Morel)

La suite parentale plébiscitée

Quand la taille de la maison le permet, la suite parentale remporte tous les suffrages. « Elle peut faire de 25 à 30 m2, détaille Sylvain Laurent, avec un dressing spacieux, une belle salle de bains avec une grande douche à l’italienne... Mais nous savons aussi optimiser les éléments pour réaliser une suite parentale dans 18 m2. » Qui dit suite parentale dit aussi « une salle de bains pour les enfants, complète Sophie Baron. Mais s’il n’y a qu’une salle de bains familiale, celle-ci est équipée si possible d’une douche et d’une baignoire ».

On voit aussi se répandre la demande, y compris sur de petites maisons, « d’une salle de bains complètement ouverte sur la chambre, souligne Hermann Genouel. Vasque et douche ne se cachent plus derrière une porte ». Quant au lavabo, « il a quasiment complètement disparu au profit des vasques et meubles vasques ».

La pièce de vie de la maison privilégiée

Mais si le nombre de chambres reste déterminant pour les acquéreurs, c’est la pièce de vie qui concentre toute leur attention. Conviviale, lieu où famille et amis se retrouvent, elle doit être la plus spacieuse possible, et lumineuse. « Quand les mètres carrés sont comptés, les acquéreurs renoncent au hall d’entrée, signale Hermann Genouel. C’est une concession de plus en plus commune. »

Des lignes droites soulignées par la bicoloration de la façade et une architecture compacte pour cette maison signée Marc Junior. www.marc-junior.com © Maisons Marc Junior, Groupe HEXAOM

Un espace multifonction

La pièce de vie est ouverte et concentre plusieurs activités : salon, salle à manger et cuisine. Depuis la RT 2012, celle-ci se dote d’un cellier, qui accueille la chaudière ou le chauffe-eau thermodynamique. « On voit une évolution dans la conception de la cuisine, continue Hermann Genouel. On réinscrit dans la cuisine la partie repas. Ainsi, par exemple, le plan de travail de l’îlot central peut se prolonger par une table qui accueille six personnes. On reçoit ses amis dans cette partie cuisine à la fois familiale et conviviale, et le reste de la pièce est alors entièrement dévolu au salon, sans partie salle à manger. »

Alliance Construction propose à ses clients de concevoir la cuisine dans son ensemble, « pour réaliser un espace à la fonctionnalité optimisée », souligne Sophie Baron. Mais sur le fonds, « les codes de la construction ne sont pas bouleversés », sourit Sylvain Laurent. « Par exemple, malgré la multiplication des écrans dans le foyer et par conséquent, une importance moindre de la télévision, l’organisation du séjour se structure la plupart du temps encore autour d’elle. »

Des maisons au confort et au bien-être garantis

Les maisons construites aujourd’hui le sont dans le respect de la réglementation thermique 2012.

Des maisons économes en énergie

Très bien isolées, elles sont peu gourmandes en chauffage. Les solutions proposées par les constructeurs sont diverses. « De moins en moins de lotissements sont raccordés au gaz », constate le chargé de développement chez Berthelot Constructions. « Depuis deux ans, nous proposons un chauffage par pompe à chaleur aérothermique (air/eau), la chaleur étant diffusée la plupart du temps par un plancher chauffant, au rez-de-chaussée comme à l’étage. Et l’eau chaude sanitaire est produite via un chauffe-eau thermodynamique », détaille Sylvain Laurent.

Les nombreuses baies vitrées assurent à cette maison Morel Constructions un éclairage naturel et une belle luminosité. www.morelconstructions.fr © AQUARELLE- Groupe Morel Constructions

Mais il est possible d’aller encore plus loin pour réduire les dépenses de chauffage. « Nous anticipons la future réglementation thermique qui sera la maison passive, insiste Hermann Genouel. Nous sommes en mesure de proposer des maisons dont l’isolation est 30 % supérieure au normes de la RT 2012, et dont la surface d’ouvertures est également améliorée de 30 % par rapport à cette norme. Et au total, la performance bioclimatique globale est de 50 % supérieure à ce que demande la RT 2012. Les besoins en chauffage sont réduits notablement, et du coup, on peut proposer un chauffage électrique sur ces maisons ». Bien sûr, l’orientation de la maison est traitée avec le plus grand soin. Et pour ce qui est du surcoût éventuel ? « Les coûts impliquées par l’isolation renforcée sont compensés par une installation de chauffage moins onéreuse (radiateurs électriques) qu’une pompe à chaleur. »

Cette demeure familiale affiche une architecture très travaillée, de beaux volumes et des détails de charme comme cette lucarne qui vient animer le toit. Maisons Bernard Jambert. www.maisons-bernard-jambert.com © Maisons Bernard Jambert

Naturellement, les constructeurs sont vigilants sur la qualité de vie proposée par leurs réalisations. « Nous travaillons sur le confort phonique », rappelle Sylvain Laurent. Nombreux sont ceux qui prennent en compte la qualité de l’air. « Nous nous efforçons d’utiliser des matériaux de plus en plus sains et écologiques, se félicite Sophie Baron. Comme les plaques de plâtre qui absorbent les COV (composés organiques volatiles), les peintures sans solvant. » Et de continuer « nous sélectionnons des matériaux de qualité, les moins énergivores possibles dans leur fabrication. Nous privilégions également des fournisseurs et des sous-traitants de proximité, pour éviter les trajets polluants. Nous, les constructeurs devons être éco-responsables et prendre soin de la planète  ! ».

Des besoins spécifiques
Les seniors. Même quand les seniors font construire une maison à étage, « nous prévoyons une organisation de vie complète en rez-de-chaussée », explique Sylvain Laurent, en charge du développement chez Berthelot Constructions. « Pièce de vie, mais aussi une chambre avec une salle de bains ou un cabinet de toilette y prennent place. L’étage accueille la famille et les amis de passage. »
Les familles recomposées. Elles constituent une part croissante de la clientèle. « Elles demandent des maisons d’environ 100/110 m2 en moyenne », constate Sylvain Laurent. Ces familles ont la plupart du temps un double rythme de vie, avec par exemple des gardes partagées pour les enfants. Quand c’est possible, la demande porte sur une chambre par enfant. Elles apprécient aussi les « espaces tampons », comme un bureau, ou une pièce qui peut rester le domaine réservé des parents. Enfin, la terrasse joue un rôle encore plus important que pour les autres ménages. C’est une pièce supplémentaire, qu’on veut en liaison directe avec le séjour. C’est un symbole de convivialité, où la famille élargie peut se retrouver.

Cliquez sur un département pour voir
des offres de maisons neuves avec terrain