Comment faire construire une maison en Bourgogne ?

Les Bourguignons plébiscitent la maison individuelle. Et les constructeurs répondent à cette forte demande en proposant un large choix en termes d’architecture, d’aménagement intérieur, d’énergie, de domotique.

Cette villa signée Val-de-Saône Bâtiment a déjà un petit air du Sud avec ses couleurs d’enduit douces et sa jolie terrasse couverte. www.valdesaone-batiment.fr © Val de Saône Bâtiment - Gaël Fontany

 Avec 1 637 810 habitants pour 31 600 km² selon le dernier recensement Insee, la Bourgogne reste une région peu densifiée. Seule la ville de Dijon dépasse les 100 000 habitants. Les Bourguignons peuvent profiter pleinement des bocages, des vignes, des villages aux tuiles chaudes… Ils ne s’en privent pas puisque 65% habitent dans des maisons individuelles, plus particulièrement en Côte-d’Or et en Saône-et-Loire, contre 56% dans la France entière.

La construction neuve locale profite de cet engouement de la maison. Et selon l’Observatoire Markemétron/LCA-FFB, elle résiste plutôt bien, même dans le contexte actuel de ralentissement du marché. Il faut dire que les taux de crédit proposés dans la région en mai 2018 sont parmi les plus bas de France : entre 1,30 et 1,50% sur 20 ans et entre 1,65 et 1,75% sur 25 ans, taux hors assurance et en fonction de la qualité du dossier de crédit.

Une allure méridionale pour cette grande villa réalisée par Babeau-Seguin au cœur du vignoble. www.babeau-seguin.fr© Babeau-Seguin

Quel budget pour une maison en Bourgogne ?

Une fois le terrain trouvé, l’achat de la maison peut se dessiner plus précisément. Certes, son prix va dépendre de sa superficie et de ses prestations. Les surfaces les plus recherchées oscillent entre 100 et 110 m², ce qui correspond à cinq pièces. Des superficies qui restent stables au fil des années.

Chez Maison France Confort, le prix moyen de la maison en Bourgogne se situe entre 130 000 et 140 000 € pour une surface de 100 à 110 m².

Chez Tradidemeures, les prix démarrent en deçà, à 1 100 €/m². « Souvent, pour les premiers prix, les acquéreurs prennent à charge la peinture et la pose du carrelage », remarque Bérénice Rivayran, directrice du groupe Tradidemeures. Pour des maisons haut de gamme, plus spacieuses, les prix peuvent doubler la valeur moyenne. Certaines maisons sur mesure frôlent les 300 m².

L’acquisition peut être facilitée par le prêt à taux zéro qui permet de financer l’achat à hauteur de 20% dans la région bourguignonne où 80% des habitants y sont éligibles. Ce prêt gratuit, sans intérêts à payer, est un véritable coup de pouce pour les primo-accédants d’autant qu’il peut se rembourser après le crédit principal qui l’accompagne (différé de paiement). Un mécanisme qui resolvabilise les ménages, notamment les plus jeunes.

Des lignes très simples et des couleurs douces pour cette maison réalisée par Tradidemeures. tradi-demeures.com© Tradidemeures

L'architecture des maisons en Bourgogne

Affaire de goût sûrement, mais d’environnement aussi car en Bourgogne, les architectes des Bâtiments de France, les fameux ABF, veillent sur le patrimoine bourguignon. Entre vignobles, villages classés et périmètres urbains protégés, les acheteurs doivent s’adapter. Mais, tempère Arnaud Marant, directeur commercial de Maisons France Confort pour la Côte-d’Or et la Saône-et-Loire, « les architectes des Bâtiments de France ont évolué depuis quelques années. Ils ne sont plus réfractaires à l’architecture contemporaine et nous apportent même des idées ou des solutions. Une vraie coopération s’est installée ».

Dès lors, les toitures-terrasses et les grandes baies vitrées sont admises. A Mercurey, en pleine cœur du vignoble, une maison contemporaine avec toiture terrasse trône au milieu des vignes. Les élus aussi ont leur mot à dire comme le constate Bérénice Rivayran : « les jeunes maires arrivent à faire passer plus de modernité ». Les toitures-terrasses vont souvent de pair avec de larges baies ouvrant sur le jardin aux menuiseries couleur anthracite, en PVC ou en aluminium. Parfois, les fenêtres en bois sont imposées, générant un surcoût de 13% par rapport aux menuiseries en PVC. « Certaines maisons traditionnelles à 2,3 ou 4 pans peuvent aussi se donner une allure plus contemporaine avec des fenêtres en longueur ou en triangle, des enduits ocre », admet Marguerite Lassalle, responsable du développement commercial chez Val de Saône Bâtiment.

Une belle terrasse couverte aux détails architecturaux recherchés vient parfaire cette maison Cercle Entreprise aux ouvertures variées. www.cercle-entreprise.fr© Cercle Entreprise

Coté toiture, en maison traditionnelle, l’inclinaison de la pente varie selon les départements. En Côte-d’Or et dans le nord de la Saône-et-Loire, la pente est de 70 à 80% contre 40% dans le sud de la Saône-et-Loire. « Un usage local plus qu’une tradition dans la mesure où une forte pente favorise les combles aménageables », reconnaît Johann Franchi.

Lucarnes et chiens assis sont parfois demandés dès l’instant où la maison ou le lotissement s’inscrit dans un périmètre en bordure d’un site protégé. La tuile est de rigueur, préconisée par les architectes des Bâtiments de France pour s’intégrer au mieux à l’environnement et à la proximité des villages anciens. La tuile rouge en terre cuite domine dans le Mâconnais pouvant aussi prendre une teinte plus claire à l’image de celle que l’on trouve sur les toits de Provence.

Cette villa, signée Scabb Constructeur, associe lignes contemporaines, jeu d’ouvertures variées et toiture très travaillée. www.scabb.fr© SCABB Constructeur

Quels matériaux pour les maisons en Bourgogne ?

Contemporaine ou traditionnelle, la maison bourguignonne n’est pas révolutionnaire dans sa méthode de construction. Une étude réalisée par EDF en 2017 auprès des adhérents du syndicat professionnel LCA/FFB montre que le béton sort grand gagnant. Il est utilisé dans 60 % des projets de construction. Il est suivi par la brique qui représente dans les 30% de parts de marché, puis par le bois dans les 10 %. Quelques variantes existent en fonction des départements.

Il peut aussi exister un effet de mode comme le raconte Arnaud Marant : « voici cinq ans, les acquéreurs ne voulaient entendre parler que de la brique et actuellement, c’est le parpaing qui l’emporte ». Le béton cellulaire n’est utilisé que pour les maisons passives. Quant au bois, contrairement au département voisin de la Franche Comté où il fait un tabac, il n’est que très peu demandé en Bourgogne.

Signée Maisons Arlogis, une demeure de plain-pied aux couleurs douces rehaussées par des menuiseries anthracites. www.arlogis.com© Maisons Arlogis

Espaces intérieurs

En matière de plans, les Bourguignons aiment la lumière et recherchent, pour la pièce de vie principale, un living traversant. La cuisine peut être ou non ouverte sur le séjour. Souvent, la maison contemporaine laisse place à l’ouverture alors que la configuration plus traditionnelle penche pour une cloison type verrière, loft… « Dans tous les cas, les acheteurs recherchent la luminosité pour communiquer avec l’extérieur, a fortiori pour la pièce de vie », relève Marguerite Lassalle.

La chambre parentale avec salle de douche et trois chambres sont recherchées.« La maison reste très évolutive. Nous laissons les acquéreurs anticiper leurs besoins pour faire d’une pièce un bureau dans le cadre du télétravail, une chambre d’amis, l’accueil d’un parent senior… Dans ces maisons souvent de plain-pied, tout est prévu pour être cloisonné sans pour autant que les pièces soient figées dès le départ », note Bulent Demerci. Les matériaux intérieurs demeurent très classiques. A coté des prestations de base, certaines sont proposées à la carte comme des dalles de carrelage en 80/80, des douches à l’italienne, du béton ciré…

Décrochés de façades, beaux volumes destructurés, jeu de toitures, Maisons d’en France Bourgogne propose ici un modèle à l’architecture travaillée qui séduira les amateurs de contemporain. www.maisonsdenfrancebourgogne.fr© Maison d'En France Bourgogne

Comment chauffer sa maison en Bourgogne ?

Dans la région où les températures peuvent fléchir fortement en hiver, outre la bonne isolation exigée par la réglementation thermique actuelle, la RT 2012, le mode de chauffage et par ricochet de consommation est un point majeur à prendre en compte lors de la construction de la maison. Si l’acquéreur garde la main sur le choix, c’est l’étude thermique qui va déterminer les meilleures solutions.

Selon l’enquête EDF, la pompe à chaleur remporte la majorité des suffrages, suivie par le gaz et le bois. Là encore, quelques nuances existent selon les départements de la région Bourgogne et selon les constructeurs. Sans compter que certains secteurs de la région ne sont pas desservis par le gaz de ville. Et que de moins en moins d’acheteurs veulent du gaz propane en cuve.

Quoi qu’il en soit, les solutions sont bien adaptées. « Dans les maisons aujourd’hui très bien isolées pour répondre à la RT 2012, la pompe à chaleur est suffisante. Et pour les maisons haut de gamme, la pompe à chaleur air-eau réversible, un peu plus chère à l’achat, permet un très bon confort en hiver mais aussi en été, favorisant un rafraîchissement. Un vrai plus dans une région où le climat est continental », commente Johann Franchi.

Une demeure aux lignes classiques qui renouent avec la tradition régionale. www.maisons-chenes.com© Chênes Construction

Une maison connectée

La région n’est pas la dernière à être à la pointe de la modernité pour être connectée. Et d’ailleurs, les acquéreurs veulent profiter des dernières avancées technologiques. Aujourd’hui, la plupart des maisons livrées disposent en série du pilotage des volets roulants, de l’alarme, d’un tableau affichant les consommations…

A l’heure des objets connectés, certains constructeurs vont plus loin comme l’explique Philippe Gay, directeur commercial de la société Cercle Entreprise. « Depuis son smartphone, l’acquéreur peut gérer à distance son chauffage pour avoir une température agréable en hiver quand il rentre, baisser ou relever ses volets pour s’adapter à la température extérieure en été comme en hiver… ». Un vrai confort de vie dont le luxe est celui de pouvoir régler à distance la température de sa piscine pour faire un plongeon en rentrant !

Une architecture très étudiée donne à cette demeure toute sa personnalité. www.maisons-france-confort.fr© Maisons France Confort, Groupe HEXAOM

Un projet maison sécurisé

Bien sûr, pour en profiter en toute quiétude, mieux vaut passer par un professionnel qui exerce dans le cadre du Contrat de construction d’une maison individuelle (CCMI). Seul cadre juridique régi par une loi spécifique adoptée en 1990, ce contrat organise la protection de l’acquéreur avec sa notice descriptive, sa garantie de remboursement d’acompte, son prix global, forfaitaire et définitif et surtout sa garantie de livraison à prix et délais convenus. En cas de défaillance du constructeur, par exemple, son garant trouve et paie une autre entreprise pour que la maison soit livrée dans les délais prévus au contrat, le tout sans entraîner de dépenses supplémentaires pour l’acquéreur.

Autre atout : la plupart des constructeurs intègre l’assurance dommages-ouvrage dans leur CCMI. Dans ce cas, elle revient à environ 2% du prix de la maison. Si elle est souscrite à titre individuel, la facture peut atteindre 7 à 8% du prix. Toujours obligatoire (article L 242-1 du Code des assurances), la dommages-ouvrage facilite la mise en œuvre de la garantie décennale. L’assureur indemnise le particulier et se retourne contre les fautifs. Sans cette assurance, obtenir réparation est long, complexe et coûteux.

Impossible de se faire plus contemporaine que cette demeure qui met en valeur les toits-terrasses ! www.moyse.fr© Maisons Moyse (Groupe Moyse)

En Bourgogne, de nombreuses officines proposent de bâtir des maisons en dehors de ce cadre juridique. Certes, à la base, le prix peut être plus attractif, même si ce n’est pas toujours le cas. Mais au final, le risque est lourd. L’acquéreur construit sans garanties et il se retrouvera démuni si l’entreprise met la clé sous la porte. « L’acheteur sera aussi pénalisé lors de la revente, ne pouvant fournir à son futur acquéreur, une attestation des différentes garanties », rappelle Johann Franchi. A noter : de plus en plus de banques ne financent que les projets sous CCMI. De fait, ce cadre juridique les sécurise puisqu’il les assure que la maison, qui garantit le prêt immobilier, sera terminée au prix et dans les délais convenus lors de la signature.

Louise Granger

Cliquez sur un département pour voir
des offres de maisons neuves avec terrain


La rédaction vous conseille