Choisir sa maison et son constructeur en Languedoc-Roussillon

Une région où la maison garde la cote et les demandes des familles évoluent. Bien conscients de ces nouvelles tendances, les constructeurs renouvellent leur offre et misent de plus en plus sur les services.

En Languedoc et en Roussillon, une région maintenant intégrée à l’Occitanie, les maisons individuelles font de la résistance. Si les logements collectifs gagnent du terrain dans les grandes agglomérations, les villas et autres pavillons conservent nombre d’adeptes. « La maison reste le type d’habitat préféré des locaux comme des nouveaux venus », souligne Jean-Christophe Mazin, président de la société Les Villas Modernes. « Ils apprécient le calme, l’indépendance, le jardin et rêvent toujours d’une piscine. » 

Si la maison neuve plaît toujours, reste à se lancer. Un projet qui n’a rien d’impossible. Il faut trouver un terrain, choisir une architecture et des plans, se pencher sur les équipements comme le chauffage et la production d’eau chaude, sans oublier de s’entourer d’un professionnel qualifié. Surtout, il faut commencer par calculer son budget pour savoir précisément ce que l’on peut acheter. L’occasion de rappeler qu’en Languedoc-Roussillon, comme partout en France, les taux immobiliers, en ce premier semestre 2019, n’ont jamais été aussi bas.

Sobriété et compacité des volumes, pour une implantation réussie. www.lesvillasmodernes.com

Faire construire en toute sécurité 

Autre point incontournable : le choix du constructeur. Une question très importante en Languedoc-Roussillon. « Dans notre région, nombre de pseudo-professionnels proposent des maisons neuves en s’affranchissant de toutes les garanties », pointe Nicolas Gossard, directeur commercial de BIC Construction.

Souvent, ce sont des ménages modestes qui se tournent vers ces sociétés douteuses. « Ils s’exposent à de vrais dangers : maisons non conformes, gros œuvre sous-dimensionné, risque d’abandon de chantier sans disposer d’aucun recours alors qu’avec un Contrat de construction-loi de 1990, ils s’offrent de nombreuses garanties sans se ruiner. »

De fait, le Contrat de construction est très sécurisant. « C’est le seul à offrir au particulier une garantie de livraison à prix et délais convenus », indique Serge Nauges, le patron des Maisons Serge Olivier. « En cas de défaillance du constructeur, l’organisme garant (assureur du contrat NDLR) s’occupe de la poursuite des travaux au même prix et dans les mêmes délais. » Autre point de sécurité : la loi impose à la banque de vérifier la régularité du contrat. « Si l’une des mentions obligatoires de l’article L 231-2 du Code de la construction et de l’habitation ne figure pas dans le contrat qui est soumis au prêteur, celui-ci doit refuser d’émettre l’offre de prêt », explique-t-il.

la tradition revisitée, pour un habitat moderne et confortable. www.avenir-tradition.fr

Les candidats à la construction disposent d’autres pistes pour choisir les bons pros. « La durée d’existence d’une société, ses références, sa surface financière, le nombre de maisons bâties ou tout simplement le bouche-à-oreille constituent de bons indicateurs », explique Nicolas Gossard. L’acquéreur averti peut également se pencher sur la qualité du travail effectué par les équipes du constructeur en visitant des chantiers. Un bon constructeur accorde une attention particulière aux études de sol qui sont indispensables sur des terrains parfois instables du littoral ou argileux. Cela permet d’éviter des déconvenues concernant la stabilité de la maison.

La présence de marques de qualité, les récompenses obtenues lors de concours professionnels (Challenge de l’habitat innovant LCA-FFB par exemple) ou encore la pratique du label Energie Carbone (il sert à préparer la prochaine réglementation environnementale 2020) constituent aussi de bons indices. Enfin, les professionnels sérieux insistent sur l’assurance dommages-ouvrage. « Toujours obligatoire, comme l’impose l’article L 242-1 du Code des assurances, elle facilite la mise en œuvre de la garantie décennale », martèle Serge Nauges. « La très grande majorité des constructeurs l’intègre dans leurs Contrats de construction. En revanche, les pseudo-professionnels dissuadent leurs clients de la souscrire, ce qui est aussi illégal que dangereux pour la pérennité de l’ouvrage. »

Lorsque le terrain le permet, les acquéreurs privilégient les maisons de plain-pied. www.nimazur.fr

Maisons traditionnelles ou contemporaines ? 

En matière de maisons, les constructeurs proposent un large choix. Leur principe, c’est de s’adapter à toutes les demandes, mais aussi à tous les budgets. Il est ainsi possible d’opter pour des architectures contemporaines avec toits plats ou traditionnelles avec tuiles canal, voire rangs de génoises, pour des villas de plain-pied ou à étage, pour des plans en U ou en L… Bref, les possibilités sont quasiment infinies. Côté budget, là aussi, les possibilités sont très larges.

 Les maisons d’entrée de gamme démarrent aux alentours de 1.000 € du mètre carré hors terrain. Pour ce prix, place aux formes simples et aux surfaces rationnelles. Mais le confort et la performance ne sont jamais oubliés. Le haut de gamme, avec des architectures très modernes et de nombreuses prestations, peut franchir la barre des 2.000 € du mètre carré. Pour se faire une idée, on notera que la maison moyenne fait dans les 115 mètres carrés et coûte dans les 150.000 €, soit dans les 1.300 € du mètre carré.

Une maison de ville qui mise sur la tradition. www.maisonsguitard.com

Pour autant, tout n’est pas permis. Les règles d’urbanisme peuvent imposer telle volumétrie, tels matériaux et en interdire d’autres. C’est de plus en plus le cas dans certains lotissements. Et c’est systématique sur les secteurs qui relèvent de l’architecte des Bâtiments de France (ABF). « Ces règles peuvent paraître strictes, mais en fait, elles assurent une bonne intégration dans l’environnement », souffle un constructeur. « Et puis limiter les audaces architecturales, c’est aussi garantir une revente facile, un point à ne jamais oublier lorsque l’on fait construire », précise Nicolas Gossard.

Les candidats à la construction doivent aussi se méfier des effets de mode. « Aujourd’hui, la grande tendance, c’est le gris anthracite pour les volets ou les menuiseries », souffle un constructeur. « Or ces teintes attirent la chaleur. On préférera les tons clairs, qui offrent aussi l’avantage de bien s’intégrer dans l’environnement et de satisfaire plus facilement aux règles d’urbanisme. » De même, les grandes baies vitrées orientées ouest ne sont pas forcément une bonne idée puisque là encore, elles risquent de surchauffer la maison en été. On veillera donc à bien les placer, mais aussi à protéger la maison des ardeurs de l’astre du jour avec des avancées de toiture, brise-soleil et autres casquettes. 

Jouer avec l'ombre et le soleil, un défi relevé par cette grande demeure. www.arcobat.fr

Des plans intérieurs optimisés

Avec des terrains plus petits, les maisons s’implantent plus près de la rue plutôt que de trôner au centre d’une vaste parcelle. De plus en plus, elles se développent sur deux niveaux pour économiser du terrain. Le jardin devient un espace de plein air qui accueille une terrasse, une petite piscine, voire un couloir de nage, tandis que les plantations sont réduites au minimum. Plus question de passer tout son temps à jardiner ! 

Le plus souvent, la maison du Languedoc-Roussillon fait dans les 110 à 115 m² de surface. Elle se compose d’une grande pièce à vivre aménagée selon une logique de coins (coin TV, coin salle à manger…). Cet espace est tourné vers le jardin tandis que les pièces techniques (notamment le cellier et les toilettes) donnent côté rue. La suite parents et plus encore les chambres se réduisent, les acquéreurs préférant donner la priorité à la pièce à vivre. Salles de bains et salles d’eau font l’objet d’une grande attention et accueillent des équipements et une déco de grande qualité. De plus en plus de familles s’offrent un bureau. Il reçoit l’ordinateur et pourra, avec le temps, être reconverti vers d’autres usages.

Une maison contemporaine qui insiste sur la conception bioclimatique. www.maisons-vibel.com

Certains constructeurs misent sur de nouvelles tendances. Témoin Maison Avenir Tradition, qui propose des villas entièrement prêtes à vivre. Ces villas intègrent cuisine, salle de bains, équipement domotique, électroménager et même, si les acquéreurs le demandent, mobilier et luminaires. Et tout est compris dans le prix. « Nous sommes partis de l’idée que les gens ont l’intention de faire eux-mêmes ces travaux de finitions ou de décoration mais manquent de temps et finalement, cela n’est jamais fait », explique Michel Cassar, fondateur de Maison Avenir Tradition. 

Autre mouvement de fond : les constructeurs proposent toujours plus de services. Si l’aide à la recherche du terrain et du financement reste un grand classique, les outils numériques (imagerie 3D, visite virtuelle, etc.) sont de plus en plus employés pour permettre aux acquéreurs de se projeter dans leur futur foyer. De même, le suivi de chantier à distance via Internet gagne du terrain. Une prestation très appréciée des acquéreurs venus d’autres régions de France ou de l’étranger. Logique : aujourd’hui, les projets de maisons neuves se mènent en partenariat entre les professionnels et les familles. Bref, en Languedoc-Roussillon, l’heure est la co-construction !

Classique et élégante, cette demeure mise sur la lumière et la performance. www.maisons-serge-olivier.fr

Des matériaux et équipements performants

En Languedoc-Roussillon, les modes constructifs restent classiques. Cinq maisons sur dix sont faites de parpaings, la brique tenant un peu moins de 40 % de parts de marché. La quasi-totalité des maisons est bâtie sur vide sanitaire et est isolée par l’intérieur. Côté énergie, la pompe à chaleur se taille la part du lion avec 72 % du marché. 19 % des maisons sont chauffées au bois.

A noter : les conditions climatiques clémentes favorisent l’emploi de l’électricité traditionnelle (effet Joule), qui équipe 9 % des maisons (2 % au plan national).

Dans 90 % des cas, l’eau chaude est produite par un système thermodynamique. Seules 2 % des maisons sont pourvues d’un chauffe-eau solaire. Enfin, les constructeurs ont atteint une vraie maîtrise technique : le gain sur les besoins bioclimatiques (coefficient Bbio de la Réglementation thermique 2012) est de 20 %, tandis que les plafonds de consommations d’énergie sont inférieurs de 16 % aux maxima fixés par cette même Réglementation thermique 2012.

Les constructeurs s'adaptent à toutes les envies mais n'oublient jamais la qualité. www.bic-construction.com

Des maisons connectées ! 
Les constructeurs proposent tous des équipements connectés. Des solutions qui permettent de gérer chauffage, fermetures ou encore sécurité depuis une tablette ou un smartphone. Nombre d’entre eux commercialisent des packs domotique, qui permettent de s’équiper à bon compte. Les professionnels ont également mis au point des offres d’autoconsommation photovoltaïques. L’électricité produite par des panneaux solaires est injectée dans la maison et/ou stockée dans des batteries pour alimenter les équipements de la maison.

Quelques modèles de maisons

N. Coulaud et P. Chevillard

Cliquez sur un département pour voir
des offres de terrains + maisons
Publié par
© construiresamaison.com -
Cliquez ici pour réaliser votre avant projet de maison sur mesure