Fondations : les clés d'une maison solide

Les fondations sont essentielles pour garantir la solidité d'une maison individuelle. Ces ouvrages doivent être en effet adaptés à la nature du sol. La réalisation d'une étude de sol est fortement recommandée pour éviter des sinistres.

Plusieurs dizaines de milliers d’euros : c’est le montant des réparations qui peut être versé pour un sinistre concernant les fondations d’une maison inadaptées à la nature du terrain. En cas de problème, il faudra en effet combler les fissures, renforcer le bâti voire injecter du béton ou placer des pieux dans le sous sol pour renforcer des fondations défaillantes. Vous l'aurez donc compris, ces ouvrages essentiels ne doivent pas être négligés car ils transmettent le poids de la construction au sol. Et pour une maison solide et durable, mieux vaut anticiper. De la reconnaissance du terrain à l’étude de sol, nos conseils pour construire votre maison sur de bonnes fondations.

Terrain à bâtir : un examen approfondi

En quête d’infos. L’étude du terrain est la première étape, une phase essentielle qui vous apportera de nombreuses informations sur la nature du sol. Si vous n’avez pas encore acheté votre terrain, vous pourrez inspecter ce bien avec votre constructeur. Demandez toujours l'autorisation du propriétaire pour effectuer cette première visite terrain en toute légalité. Pour tout savoir sur cette étape, reportez-vous à notre article sur la visite terrain.

Une visite terrain est indispensable pour s'assurer des caractéristiques de la parcelle.© Poitou-terrains

La parcelle au crible. Un sol bosselé peut témoigner de la présence de remblais ayant servi à niveler le sol. Autre point : la végétation. Des saules doivent alerter sur la proximité d’une nappe phréatique car ces arbres sont très gourmands en eau. De même, l’étude du nom des rues du quartier peut livrer de précieux indices. La rue des potiers peut indiquer la présence d’argiles et la rue des carrières celle de cavités qui ont pu être comblées ou non. Le site www.georisques.gouv.fr, élaboré par le BRGM (bureau de recherches géologiques et minières), cartographie les risques pouvant affecter les terrains. Que ce soit notamment les mouvements de terrain, les séismes et les argiles.

Etude de sol nécessaire. Ces informations peuvent être complétées par une étude de sol (cf encadré) si nécessaire. Cette dernière via différents outils définit en effet le type de fondations adaptées au sol et leur dimensionnement. L’étude de sol est obligatoire dans les zones concernées par le phénomène de retrait-gonflement des argiles soit près de la moitié du territoire. Instaurée par la loi Elan de novembre 2018,  cette mesure est entrée en vigueur le 10 août 2020 (voir encadré).

Les pieds sur terre. Les Constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment (LCA-FFB), la principale organisation professionnelle du logement neuf, recommande à ses adhérents de réaliser systématiquement cette étude et de la transmettre à l’entreprise chargée de la réalisation des fondations, conformément aux exigences du DTU (texte qui regroupe les règles à respecter). Cette étude de sol qui coûte environ 1.600 € (prix public indicatif) sera intégrée au prix de la maison. « Le devoir du constructeur, c’est d’informer son client sur l’importance et la nécessité d’investir dans une étude de sol car réaliser des fondations adaptées à la nature du sol, c’est bâtir solide et durable », indique Julien Serri, directeur national aux affaires techniques à la LCA-FFB.

Si l'étude de sol n'est pas obligatoire, excepté dans les secteurs argileux affectés par un aléa moyen ou fort de retrait-gonflement, elle est fortement recommandée pour déterminer les fondations les plus adaptées.© Fondasol

L'étude de sol obligatoire pour les terrains argileux
A partir du 10 août 2020, le vendeur d’un terrain situé dans une zone exposée à un aléa moyen ou fort de retrait-gonflement des argiles devra réaliser une étude de sol préalable, une obligation instaurée par la loi Elan afin de faire baisser la sinistralité. Sous l’effet de l’eau, ces argiles augmentent en effet de volume avant de se rétracter lors d’épisodes de sécheresse provoquant des tassements dans la construction si les fondations ne sont pas adaptées. A la clé, des fissures sur la façade, des carrelages qui se lézardent… Cette étude de sol préalable identifiera les risques géotechniques du site et définira les principes généraux pour prévenir le risque de mouvement de terrain différentiel. Elle devra être ensuite transmise par l’acquéreur du terrain au constructeur de maison individuelle.
Si aucune étude n’est jointe au titre de propriété du terrain, le particulier devra faire réaliser une étude géotechnique préalable ou une étude de conception. Cette dernière tenant compte de l’implantation et des caractéristiques de la maison. Les fondations diffèrent en effet selon la configuration de la construction. Une habitation de plain-pied rectangulaire nécessitera des ouvrages différents d’un modèle en forme de L comptant un étage. Le constructeur suivra soit les recommandations de l’étude géotechnique transmise par le particulier ou il respectera les dispositions prévues par la réglementation.

Des fondations à la bonne profondeur

Garde au gel. La nature du sol connue, les fondations définies, les travaux pourront commencer. Le terrain sera tout d’abord décapé sur une profondeur de 10 cm afin d’enlever la terre végétale. Il faudra ensuite creuser à une profondeur minimale comprise entre 50 et 90 cm selon les régions pour protéger ces ouvrages du gel.

Les fondations contribuent à la pérennité de la maison car elles transfèrent le poids de la construction au sol.

Attention aux argiles ! Si le terrain est situé dans un secteur soumis à un aléa moyen ou fort de retrait-gonflement des argiles, les fondations devront être creusées, en l’absence d’étude de sol, à une profondeur de 80 cm (aléa moyen) ou 1,20 m (aléa fort) pour être protégées. Lorsque c’est possible, il est aussi conseillé de réaliser une terrasse en périphérie de la maison sur une largeur de 1,50 m. « L’évaporation de l’eau sera ainsi limitée par la terrasse », conseille Frédéric Henry, directeur prévention construction à l’Agence qualité construction (AQC). « Ce qui diminuera la probabilité du retrait-gonflement des argiles ».

Planté ? Le constructeur doit aussi vérifier que les grands arbres ne soient pas trop près des fondations car leur système racinaire qui pompe beaucoup d’eau peut accentuer ce phénomène. Ces essences doivent être situées à une distance équivalente à 1,5 fois la hauteur de l’arbre atteinte à l’âge adulte soit 20 m. Si ce n’est pas possible, un écran anti-racinaire sera placé dans le sol à une profondeur comprise entre 2 et 3 m.

Construction : travaux préparatoires

A la bonne température. Pour réaliser les fondations, un béton de propreté est parfois coulé en fond de fouilles. Il s’agit d’un béton grossier d’une épaisseur d’au-moins 4 cm qui permettra d’avoir une surface de travail propre. « Réaliser un béton de propreté relève du choix de l’entreprise », précise Orhan Ergün, responsable technique à l’Union de la maçonnerie et du gros œuvre à la FFB. « Si elle décide de le faire, l’enrobage nominal des armatures au-dessus du béton de propreté est d’au moins 3 cm. Dans le cas contraire, elle atteindra 6,5 cm ». Les fondations pourront être effectuées par l’entreprise de gros œuvre selon les prescriptions du bureau d’étude à condition que les conditions climatiques s’y prêtent. Le béton doit être en effet coulé à une température comprise entre 5 et 32 ° C.

La famille des fondations.© GPH

Quelles fondations choisir ? Les fondations seront ensuite réalisées selon les préconisations du bureau d’études géotechniques. Les fondations superficielles sont les ouvrages les plus courants en maison individuelle, notamment les semelles filantes. Il s’agit d’ouvrages continus, composés en béton armé, qui seront situés sous les murs de la maison.

Les semelles isolées. Elles seront coulées ponctuellement sous des poteaux. « Un poteau peut être réalisé pour diminuer des portées s’avérant importantes. Il convient donc de réaliser une fondation ponctuelle sous cet élément », explique Orhan Ergün, responsable technique à l’union de la maçonnerie et du gros œuvre à la FFB. Ces semelles isolées peuvent être alors reliées les unes aux autres par des éléments en béton armé, appelées longrines, notamment en situation sismique.

Le radier. C'est une plate-forme de béton armé d’une épaisseur moyenne de 20 cm qui est réalisée directement sur le sol. Cet ouvrage est préconisé lorsque les charges sont réparties uniformément sur l’intégralité de l’ouvrage et pour des sols sur lesquels le tassement différentiel n’est pas de grande ampleur.  

Les micro-pieux. Ils seront choisis si sol a une mauvaise portance. Ces poteaux métalliques sont vissés dans le sol à une profondeur supérieure à 5 m. Pour une maison, 15 à 20 sont nécessaires, une solution très coûteuse qui incite parfois les acquéreurs à changer de terrain. 

A l’abri de l’eau. L’étanchéité des fondations doit être, elle aussi, étudiée. Si votre maison est construite sur vide-sanitaire (cf lexique), aucun aménagement n’est prescrit. La donne sera en revanche différente si votre construction est dotée d’un sous-sol. Un enduit bitumineux de couleur noire sera effectué sur les parpaings composant le soubassement de l’habitation. « Si l’acquéreur souhaite y aménager plus tard une chambre, il faut en informer le constructeur qui étanchera le sous-sol lors de la construction de la maison », conseille Frédéric Henry. Un géotextile sera posé ainsi qu’un drain. Prévoyez aussi la création d’une cour anglaise ( cour encaissée située au sous-sol entre la façade de la maison et le sol munie d'une ouverture), qui laisse passer la lumière) qui apportera de la lumière naturelle à cette nouvelle pièce. Vous devrez aussi prévoir l’installation d’une VMC pour ventiler cette nouvelle pièce.

Avis d'expert : zoom sur l'étude de sol

Comment réalise-t-on une étude de sol ? Quelles sont les précautions à prendre en cas de fondations mitoyennes ? Gaëtan Vezin, commercial chez GPH qui réalise des études de sol, creuse le sujet.

Construire sa maison : Quel est le but d’une étude de sol ?
Gaëtan Vezin : Il s’agit de définir les fondations les plus adaptées à la nature du sol. A l’issue de nos différentes investigations, nous préconisons les ouvrages en tenant compte aussi des modes constructifs utilisés par les entreprises car les habitudes sont différentes selon les régions.

Comment réalisez-vous une étude de sol ?
Dans un premier temps, nous réalisons un traîné électrique qui nous donnera des valeurs de résistivité électriques du sol. A l’aide de piquets enfoncés dans le sol sur l’emprise de la maison, nous détectons d’éventuelles présences de sols hétérogènes. Dans un second temps, nous utilisons un pénétromètre dynamique. Il s’agit d’une tige métallique enfoncée par battage pouvant aller jusqu’ à 6 m de profondeur. Cela déterminera la capacité du sol à supporter le poids de la maison. Une tarière sera également employée pour compléter nos résultats. A l’aide d’une hélice enfoncée dans le sol, nous identifions les différentes couches de sol.

Quelles sont les différentes études de sol ?
Il en existe trois principalement pour la maison individuelle. La G1 consiste à effectuer des sondages sur un terrain sans avoir de projet. Cette étude de sol peut être demandée lors de la réalisation d’un lotissement ou la vente d’un terrain diffus. La G2 avant-projet définit le type de fondations selon le projet de construction du client. La G2 projet définit quant à elle les fondations et en plus calcule leur dimensionnement.

Y-a-t-il des précautions à prendre en cas de constructions sur la limite du terrain ?
Oui. Si la maison du voisin est construite sur la limite de propriété, il faut vérifier la profondeur de la fondation et savoir si elle déborde sur son terrain. La fondation de la nouvelle maison doit être implantée à la même profondeur que celle du voisin sans la toucher. Si ce n'est pas le cas, la construction voisine pourra être déstabilisée, engageant la responsabilité de celui qui construit.

Publié par
© construiresamaison.com -
Cliquez ici pour réaliser votre avant projet de maison sur mesure