Acheter un terrain à bâtir en Corse

-

Trouver un terrain constructible en Corse n'est pas facile. La maison neuve en diffus en bordure du littoral très escarpé ou avec vue mer reste exceptionnelle. Il existe peu de terrains isolés constructibles en raison de la protection du littoral et de certains sites.

En Corse, le terrain est une perle rare. « Il faut s’adresser aux lotisseurs pour en trouver, voire faire jouer le bouche-à-oreille », conseille Julie Pergola, directrice générale de Kallisté Bois Industrie qui détient la marque Kallistyle. Autre piste prometteuse : les constructeurs. Soucieux de faciliter les projets de leurs clients, ils proposent des services d’aide à la recherche du terrain. Une prestation très appréciée !

Au Nord, près de Bastia, comptez 150 000 à 200 000 € pour une parcelle de 1 000/1 500 m2. En Corse du Sud, c’est plus cher (500 €/m2 par exemple si vue mer). Mais dès qu’on s’éloigne des sites les plus en vue de la côte, les prix s’adoucissent : entre 180 000 et 200 000 €. Dans la région d’Ajaccio, comptez 150 000/180 000 €. Mais à Porticcio et sur la Rive Sud, très touristiques, le ticket d’entrée est plus élevé.

Un conseil : prospectez tous azimuts. « Nombre de communes offrent de belles opportunités », explique-t-on chez Antonetti Constructions. C’est le cas de Bastelicaccia. Proche d’Ajaccio et de la Rive Sud, elle est très recherchée. Un terrain peut s’y négocier autour de 200 000 €. « Le Padduc (Plan d’aménagement et de développement durable de la Corse) a complexifié le développement de foncier constructible et a fait s’envoler les prix », estime-t-on chez Maisons Prestige & Tradition.

Les lotissements constituent une alternative, notamment pour les primo-accédants, d’autant qu’en diffus, les terrains sont souvent vendus sans bornage ni viabilité. « Sur la Côte orientale, avec des parcelles de 400/500 m2, il est ainsi possible de produire des maisons complètement individuelles, de 80/85 m2, prêtes à vivre pour 165 000 € ! », lance Sébastien Antoniotti, chargé de communication des Demeures Corses.

Christine Lambert