Quelle fenêtre de toit pour ma maison neuve ?

Les combles de votre maison offrent une multitude de possibilités. Mais pour en profiter au maximum, il y a un élément à ne pas négliger : la lumière. Pour la faire entrer, choisissez vos fenêtres de toit avec soin. Dimension, positionnement, ouverture, équipement... Tous les conseils pour ne pas se tromper.

A moins de vous décider pour une toiture-terrasse, ou un toit à faible pente (angle inférieur à 35°), votre nouvelle maison disposera de combles. Si vous voulez les aménager, optez avec votre constructeur pour une charpente à fermettes en A, et non en W car cette dernière empêche de dégager un volume suffisant pour y établir une pièce supplémentaire.

Faites encore attention à la hauteur sous plafond et vérifiez qu’elle est suffisante pour circuler facilement.

Ces contraintes respectées, il ne vous restera plus qu’à choisir vos fenêtres de toit. Comment ? En tenant compte de la destination de la pièce, de son orientation, de sa superficie et de votre lieu de résidence.

Exigences de la RT 2012 et souhaits des Français

La réglementation thermique en vigueur, la RT 2012, impose une surface minimale de parois vitrées de 1/6 de la surface habitable. « Mais c’est un minimum », rappelle Caroline Courteau du service communication de VELUX®. Cette mesure a été mise en place pour réduire la consommation en chauffage et en éclairage de la maison grâce aux apports solaires. Augmenter la surface vitrée améliore donc les performances énergétiques.

Et ça tombe bien, car cette exigence thermique répond également à un souhait des acquéreurs : ¾ des Français privilégient la lumière naturelle dans leur logement*. L’hiver s’installant, ils sont 62 %* à redouter le manque de luminosité. Une inquiétude qui arrive devant la baisse des températures et le froid.

Fenêtres de toit : quelles dimensions choisir ?

« Il ne faut jamais sous-estimer l’entrée de lumière dans ses combles, prévient Caroline Courteau, surtout qu’il s’agit d’un investissement à long terme. » Ce qui ne veut pas forcément dire sélectionner des fenêtres de toit de très grandes dimensions. « Le plus important est de n’avoir aucun coin sombre, poursuit-elle, et plutôt que de choisir un modèle de grande dimension, il peut être judicieux d’opter pour une répartition optimale de fenêtres de toit plus petites. »

Commencez par calculer la surface habitable de vos combles. Divisez le résultat par 6 (pour respecter les prescriptions de la réglementation thermique) et vous obtiendrez la surface minimale totale de vos fenêtres de toit. Il ne restera plus qu’à choisir le nombre d’ouvertures adapté à votre projet.

« Dans le neuf, alignez les fenêtres de toit à celles de la façade, conseille Caroline Courteau, et optez pour une combinaison de plusieurs fenêtres de toit pour atteindre la longueur de la baie vitrée du rez-de-chaussée. » Cette configuration reste la plus esthétique, architecturalement parlant.

Confort été comme hiver : les performances thermiques de la fenêtre de toit

Choisir des fenêtres de toit trop petites résulte souvent de la peur d’avoir trop chaud en été. « Quand on pense isolation, on pense souvent à l’hiver, mais c’est bel et bien l’été que le risque d’inconfort est le plus fort, souligne Caroline Courteau. Heureusement, les modèles de dernière génération sont très performants, rassure-t-elle, ils apportent plus de lumière tout en garantissant un meilleur confort thermique en hiver mais aussi en été. » De quoi préférer installer une fenêtre de toit de grande dimension ou une verrière sans risque de surchauffe.

« Nous avons énormément travaillé sur le confort d’été, complète Caroline Courteau, mais il ne faut toutefois pas oublier d’équiper sa fenêtre de toit d’une protection solaire adaptée en fonction de l’exposition. »

En hiver, le souci principal est de limiter les déperditions thermiques, c’est-à-dire les fuites de chaleur vers l’extérieur. « Grâce à la ThermoTechnology, qui est un bloc de mousse isolante qui vient "boucher" les ponts thermiques, nos fenêtres de dernière génération, c’est 20 % de déperditions thermiques en moins comparé à un ancien modèle », poursuit-elle.

Quelle ouverture pour ma fenêtre de toit ?

Il existe deux types d’ouverture pour les fenêtres de toit : à rotation et à projection.

Dans le premier cas, la fenêtre pivote sur son axe central avec une barre de manœuvre située sur le haut. « Avec ce type de modèle, on ne se cogne pas la tête en ouvrant la fenêtre, précise Caroline Courteau, c’est une solution gain de place car elle permet de placer un meuble dessous, et le nettoyage des vitres est facilité. »

La fenêtre à projection quant à elle se pousse vers l’extérieur en pivotant sur son axe haut. « Elle permet d’offrir une vue dégagée sur l’extérieur, détaille Caroline Courteau, et on peut alors tout à fait s’accouder à sa fenêtre. »

Fenêtre de toit motorisée et qualité de l’air

Les fenêtres de toit peuvent jouer un rôle important dans le renouvellement de l’air intérieur de votre maison. Et comme vous faites construire, voici quelques conseils supplémentaires. « Dans le neuf, installer une fenêtre de toit dans la cage d’escalier permet de faire entrer beaucoup de lumière dans une zone habituellement sombre, explique Caroline Courteau, et assure surtout le renouvellement d’air de toute la maison grâce à l’effet cheminée qu’elle crée. » Sans parler du rafraîchissement naturel. « C’est 3 degrés de moins, selon une étude VELUX® réalisée dernièrement », complète-t-elle.

« En règle générale, le bas de la fenêtre de toit se situe à un mètre du sol », rappelle Caroline Courteau. Dans ce cas, aucun souci pour l’ouvrir et la fermer. Mais lorsqu’elle doit être placée dans un endroit inaccessible ? « Il existe des modèles motorisés qui permettent de commander l’ouverture de toutes les ouvertures inaccessibles, prévient Caroline Courteau. De plus, le modèle VELUX® INTEGRA est intelligent et profite d’un programme "qualité de l’air", poursuit-elle, c’est-à-dire que cette fenêtre va aérer et ventiler votre intérieur quatre fois par jour grâce à l’entrée d’air prévue dans la barre de manœuvre et ce sans ouvrir complètement la fenêtre. » Equipée d’un détecteur de pluie, la fenêtre se referme également toute seule dès les premières gouttes.

Quelles protections complémentaires pour ma fenêtre de toit ?

Les fenêtres de toit ont beau être très performantes, il n’en reste pas moins qu’en fonction de votre projet, il peut être nécessaire de prévoir une protection solaire ou un système d’occultation supplémentaire.

« Si la fenêtre de toit est exposée au nord, il n’est pas nécessaire d’ajouter une protection solaire, détaille Caroline Courteau, en revanche si elle est exposée plein sud, un volet roulant extérieur, ou un store extérieur, est indispensable. »

Ensuite, tout dépend de ce que vous envisagez. Si vous installez une chambre dans vos combles, un volet roulant sera nécessaire quelle que soit l’exposition de votre fenêtre de toit, car il permet d’occulter la lumière et est une protection efficace contre la chaleur et le bruit. Si vous y installez un bureau ou une bibliothèque, un voilage décoratif pour tamiser la lumière suffira. « On peut encore cumuler les deux, occultation et décoration, avec le store duo », explique Caroline Courteau. Le reste est affaire de goûts.

* Enquête IPSOS réalisée par VELUX® France en novembre 2013 intitulée : « Les Français et la luminosité de leur logement ».

Publié par
© construiresamaison.com -