Combles aménageables : des mètres carrés supplémentaires

S’agrandir en exploitant la surface nichée sous la toiture, c’est l’option souvent choisie par les particuliers en quête d’espace supplémentaire. Une solution économique et pratique que tendent à généraliser les constructeurs avec une offre de maisons pourvues de combles aménageables.

Vous souhaitez ajouter quelques mètres carrés à votre espace de vie ? Aménager ses combles en pièce à vivre est indéniablement devenu la solution pour faire grimper la surface de votre bien sans faire flamber votre budget. Les Français ne s’y sont pas trompés et « à la faveur d’un projet de construction, saisissent massivement l’opportunité de pouvoir profiter d’une ou plusieurs pièces en plus en optant pour des combles aménageables », selon l’Agence nationale d’information sur le logement (Anil). Une solution qui s’avère économique et pratique mais qui suppose aussi et surtout « de s’attarder sur la notion de confort thermique hiver comme été », prévient-on chez Velux. On vous explique tout.

Une isolation essentielle

Si vous avez opté pour des combles dits aménageables, vous caressez l’espoir de coloniser à plus ou moins court terme les quelques mètres carrés qui s’épanouissent sous votre toiture. L'isolation est donc essentielle, elle garantit des consommations d’énergie réduites au strict minimum et assure surtout un très haut niveau de confort thermique en toute saison. Pour atteindre de tels seuils, les industriels mènent une politique d’innovation soutenue pour imaginer des matériaux toujours plus novateurs. Si les laines minérales traditionnelles (laine de verre et de roche) ainsi que les polystyrènes expansés (PSE) occupent encore majoritairement le devant de la scène, de nouveaux venus plus fins mais non moins compétitifs font une percée remarquée sur le marché.

Plus que l’épaisseur de l’isolant, ce sont en effet les qualités physiques du matériau qui conditionnent son niveau de performance. « Nous avons notamment travaillé la performance intrinsèque des panneaux de doublage en abaissant le lambda. La résistance thermique a augmenté à épaisseur équivalente », précise l’Association française de l’isolation en polystyrène expansé (Afipeb) dans le bâtiment. 

Chez Rockwool aussi, l’avenir se joue sur une amélioration constante des performances. « L’isolant doit être une combinaison de performances : le lambda, le confort d’été, la facilité de mise en œuvre, l’acoustique, la durabilité, la composante écologique issue d’une ressource qui n’est pas fossile, etc. Ce sont nos axes de travail. » Le dernier né de la gamme s’inscrit dans cette tendance. Un panneau breveté monocouche en laine de roche avec un R de 6 qui s’emboîte en un geste entre les chevrons et s’adapte aux différents entraxes de la toiture grâce à plusieurs largeurs. « L’objectif est d’offrir un gain de temps et de confort de pose », fait valoir le groupe (jusqu’à 50 % de temps gagné lors de la pose de l’isolant par rapport à une solution bicouche). « Surtout, c’est un matériau respirant qui ne stocke pas l’eau, conserve le bâtiment chaud en hiver et frais en été et réduit les pics de température grâce à sa densité et sa conductivité. »

La fenêtre RotoQ répond aux exigences les plus poussées en termes d'isolation thermique et acoustique. www.roto-frank.fr

Des fenêtres aux performances élevées

Les fenêtres sont l’autre composante essentielle de la performance thermique de la maison. Elles éclairent naturellement les pièces, captent des calories et participent à l’isolation. Les combles n’échappent pas à la règle bien au contraire. « Avec les modèles dernière génération, c’est 20 % de déperditions thermiques en moins comparé à un ancien modèle », affirme le responsable commercial du groupe HOU. Mais attention à l’effet « thermos », « quand on pense isolation, on pense souvent à l’hiver, mais c’est bel et bien l’été que le risque d’inconfort est le plus grand », poursuit le professionnel.

L’une des conséquences de la RT 2012 a été d’amplifier l’apport de lumière naturelle en augmentant les surfaces vitrées. Globalement, plus la surface vitrée est importante, plus les entrées d’énergie solaire augmentent, meilleur est le bilan énergétique du bâtiment. Pour contrer le risque de surchauffe en saison estivale, les fabricants proposent donc des fenêtres de toit pourvues de vitrages à isolation renforcée ; deux couches de verre basse émissivité (4 mm) qui prennent en sandwich un gaz (argon ou krypton) ou de vitrage à contrôle solaire.

La fenêtre FTT U8 Thermo de Fakro affiche une très haute performance thermique et bénéficie de la certification Passivhaus. Elle stoppe également les bruits extérieurs grâce à son isolation performante. www.fakro.fr

Les bienfaits de la ventilation

Avec une étanchéité à l’air aussi poussée, la ventilation naturelle est primordiale non seulement pour assurer la pérennité du bâti mais aussi la santé et le confort de ses habitants.  Pour rappel, la ventilation naturelle fonctionne grâce à deux phénomènes physiques : la convection et le vent. L’air plus chaud a tendance à monter et crée ainsi une dépression qui amène de l’air froid. La différence de pression génère alors un courant d’air.

« En été, il suffit d’activer par exemple l’ouverture des impostes des baies verticales et des fenêtres de toit, pour bénéficier pleinement de la convection naturelle par effet cheminée et optimiser ainsi le rafraîchissement nocturne », souligne le professionnel. La chaleur accumulée durant la journée est évacuée pendant la nuit grâce au phénomène de tirage thermique et permet de gagner jusqu’à 3° dans l’habitat. « Si on arrive à refroidir la maison la nuit et qu’on réussit à maintenir la fraîcheur durant la journée tout en se protégeant du soleil, c’est la méthode passive la plus efficace. »

Les plaques de plâtre Fermacell sont fabriquées à partir de matériaux naturels et contribuent à purifier l'air ambiant en neutralisant les substances nocives même sous un revêtement de finition. Fermacell Greenline, www.fermacell.fr

Des matériaux performants
Dans cette quête du confort, veillez à ce que les composants, notamment ceux utilisés pour le second œuvre et les finitions, soient les plus inertes possibles sur le plan de la qualité de l’air intérieur. Privilégiez l’utilisation de produits de finition peu émissifs classés A+ (peintures, revêtements de sol, colles…) et le recours à des solutions qui possèdent des capacités dépolluantes (transformant par réaction chimique les Cov en éléments inertes).

Des fenêtres connectées

Si les fenêtres de toit sont devenues des produits de haute technologie, dans leur version connectée, elles permettent de gérer les apports de lumière et la ventilation naturelle de la maison de manière optimisée et précise. Mieux avec des capteurs de température et de pluie, elles pourront s’ouvrir et se fermer automatiquement, même quand vous êtes absent. Des protections solaires automatisées peuvent aussi renforcer les performances thermiques des fenêtres.

Une gestion dynamique qui permet de réguler la température intérieure et maintenir suffisamment de fraîcheur dans la maison même en l’absence de ses occupants. Rappelons que la température d’une pièce équipée d’un volet roulant peut facilement baisser de plusieurs degrés. Mais certaines applications peuvent aller encore plus loin et sont capables d’analyser en temps réel la qualité de l’air de votre intérieur. Fenêtres de toit, stores intérieurs et volets motorisés s’ouvriront alors pour évacuer les polluants en fonction du résultat des analyses. Confort garanti !

Dans leur version connectée, les fenêtres de toit sont de véritables alliés dans la gestion de la lumière, du confort et du renouvellement d'air. www.velux.fr

Fenêtre de toit ou lucarne ?

L’un des enjeux de l’aménagement de combles est d’y faire entrer la lumière. Pensez donc dès le début du projet à prévoir assez d’ouvertures pour obtenir une source lumineuse conséquente. On peut tout à fait envisager une lucarne dans une chambre mais si on décide d’y installer un bureau, une fenêtre de toit offrira une bien meilleure luminosité. Si les premières sont plus décoratives et peuvent revêtir une multitude de formes (capucine, rampante, à frontons …), elles sont aussi et surtout plus onéreuses.

Les secondes s’adaptent en revanche à toutes les pentes de toiture et sont faciles à installer. « Attention, des contraintes peuvent néanmoins s’exercer vous obligeant par exemple à recourir aux lucarnes dans la partie du toit qui donne sur la rue afin de conserver l’intégrité architecturale du lieu », prévient le responsable commercial du groupe HDV. À noter, certains choisissent de juxtaposer de manière graphique et étudiée une multitude de fenêtres de toit pour optimiser l’effet lumineux à l’instar d’une verrière ouvrant de nouvelles perspectives aux pièces nichées sous les toits.

Des verrières planes en PVC ou bois pour préserver un maximum d'espace intérieur en libérant la vue vers l'extérieur. Roto Designo, verrières planes, www.roto-frank.fr

Sécuriser l’accès
Le choix de l’escalier doit se faire en toute logique avec le niveau de fréquentation de la pièce. Si c’est un endroit dans lequel vous vous rendez occasionnellement (chambres d’amis, salles de jeux…), un modèle étroit peut suffire. Pour les pièces plus fréquentées (chambres, salons, salles de bains etc…), un escalier suffisamment large et sûr est à privilégier.

Prévoir l’espace

L’une de vos préoccupations est également de prévoir en amont, les équipements indispensables à un vrai confort de vie, l’isolation du sol par exemple ou encore la place de l’escalier. « Le plancher est quant à lui spécialement conçu pour supporter les charges de pièces habitables au sens normatif du terme », explique le constructeur HDV. 

Les arrivées et les évacuations d’eau ainsi que l’alimentation électrique sont déjà en place. Il vous suffira de cloisonner pour créer les pièces (attention à ne pas détériorer l’isolation et l’étanchéité) et de raccorder les réseaux.

Pour aménager des combles, vous devez pouvoir disposer d’une hauteur minimale de 1,80 m sur la majorité de l’espace créé (hauteur légale pour prendre en compte la surface habitable), les rampants pouvant alors être utilisés pour installer des équipements (par exemple un ballon d’eau chaude pour une salle de bains) ou des rangements. « Pour une véritable habitabilité des pièces créées, la hauteur doit plutôt se situer aux alentours de 2,20 m ou plus », conseille le constructeur.

Cette verrière d'atelier permet de délimiter l'espace en conservant le maximum de transparence et de lumière naturelle. Structure métallique quatre vitrages, Saint Gobain. www.lapeyre.fr

Quelle ouverture pour les fenêtres ?
De la pente du toit dépend le mode d’ouverture de la fenêtre. Celui-ci peut se faire en rotation autour d’un axe central au milieu du cadre ou en projection, l’ouverture se fait sur le haut du cadre et est intégralement projetée vers l’extérieur. La fenêtre de toit à rotation est une solution gain de place souvent plébiscitée pour les combles.

La suite parentale dont vous rêvez

En théorie, tout est possible. Salle de bains, cuisine, chambre, salle de jeux ou même bureau… l’aménagement des mètres carrés nichés sous votre toit est avant tout affaire d’envie personnelle. Mais la tendance forte de ces dernières années « est une chambre avec salle de bains à laquelle vous pouvez ajouter un dressing, un salon, voire un coin de remise en forme ». Un univers protégé qui se prête idéalement aux volumes atypiques de cet espace niché sous les toits en conciliant rangements, détente et bien-être en toute indépendance avec les autres pièces de la maison.

Côté conception, pas de difficulté majeure, si ce n’est veiller à une ventilation ad hoc et prévoir les travaux pour l’alimentation et l’évacuation de l’eau. Sachez qu’il est parfois plus simple de surélever le plancher de la salle de bains d’une vingtaine de centimètres pour permettre le passage des tuyaux d’évacuation d’eau. Dans ce cas, attention à la hauteur sous plafond qui va se réduire d’autant. Toutefois, il est important de bien réfléchir à l’agencement des pièces. En effet, afin de faciliter la création des salles d’eau (raccordements) et de diminuer le coût des travaux, il est préférable de positionner l’éventuelle salle de bains (ou w-c) en aplomb de celle située à l’étage inférieur !

L'aménagement sur mesure de ces combles a permis de réaliser une vaste suite parentale conçue comme un lieu de vie. Réalisation Archea, archea.fr

Aménagement sur mesure

Les volumes compliqués donnent indéniablement l’occasion de réinventer le rangement, car le mot d’ordre dans ce cas, c’est l’intégration dans l’oblique du toit. Une configuration qui impose la réalisation d’agencements sur mesure, dans un esprit rationaliste et d’économie…  Pour vous y aider, sachez que l’on trouve désormais dans les grandes surfaces de bricolage des aménagements extensibles et adaptables à toutes les dimensions par simple recoupe. 

L’un des premiers réflexes d’un aménagement sous combles est également de tirer parti des rampants. Même exiguës, les parties en sous-pente peuvent parfaitement être exploitées. Vous pourrez notamment y installer des meubles bas. N'oubliez pas que les meubles suspendus sont également très pratiques sous les combles. Ils permettent non seulement de gagner de l’espace au sol, mais participent également à l’agrandissement visuel de la pièce. Pour conforter l’impression d’espace, on a tendance à supprimer toute cloison. Or, une séparation, notamment à mi-hauteur, permet de segmenter, d’organiser et de rendre plus lisible une pièce ouverte.

Astuces gain de place, rangements optimisés, dressing et coiffeuse sur mesure permettent à cette belle suite parentale de s’épanouir confortablement sous les toits. Ambiance Zénith, Mobalpa. www.mobalpa.fr

Tout confort

Afin de rendre vos combles habitables, il est nécessaire de les chauffer. Deux possibilités sont envisageables. La première consiste à installer des radiateurs à eau et à les connecter au circuit de chauffage central. La seconde est de mettre en place des radiateurs électriques. Si vous passez au chauffage électrique, rationalisez les dépenses énergétiques avec une bonne régulation, une programmation et, éventuellement, des capteurs de présence.

Les modèles à accumulation ou à inertie, les plus aboutis sur le marché, ont la particularité de dispenser une chaleur douce, homogène et non desséchante. Enfin, la variété des modèles proposés par les fabricants est telle, que vous pourrez sans difficultés trouver un radiateur adapté aux configurations les plus atypiques et l’intégrer aisément dans l’univers feutré d’une chambre ou d’un salon.

Rien de mieux qu'un espace de rangement sur mesure qui tient compte des volumes et des particularités architecturales des pièces sous combles. Dressing sur mesure Imagina, www.meubles-celio.fr
Publié par
© construiresamaison.com -
Cliquez ici pour réaliser votre avant projet de maison sur mesure