Zoom sur trois matériaux écolos

La performance, mais pas seulement : les matériaux d’aujourd’hui doivent aussi afficher des vertus durables et responsables. Démonstration via trois solutions très constructives !

Le monde de la maison neuve ne cesse d'évoluer. Les matériaux de construction, qu'il s'agisse de gros œuvre ou d'isolation, en  donnent un bon exemple. Bénéficiant de hautes performances, ils affichent de plus en plus des vertus environnementales. Au programme : recyclage, qualité de l'air, économies et chantier propre, comme le montrent ces trois solutions qui ont retenu notre attention. 

Un isolant responsable. L’isolant Métisse® (photo ci-dessus) a reçu le prix BePositive Award dans la catégorie bâtiment performant lors du dernier salon BePositive organisé cet hiver à Lyon. Attribuée par un jury de professionnels, cette récompense couronne les vertus de cette solution responsable, écologique et efficace. L’isolant Métisse® est constitué de vêtements recyclés par Le Relais, un réseau d’entreprise qui agit pour la réinsertion de personnes en difficultés. Sans adjuvants chimiques, n’émettant pas de COV, le Métisse® affiche de hautes performances thermiques (coefficient de conductivité lambda de 0,039 W/mk pour les spécialistes) et acoustiques (affaiblissement de plus de 68 dB). Il résiste au feu, aux insectes, aux moisissures et au tassement. Il est certifié Acermi, bénéficie d’un avis technique du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et possède sa Fiche de déclaration environnementale et sanitaire. www.isolantmetisse.com

Une tuile qui purifie l’air. Elle s’appelle Erlus Lotus Air® (photo ci-contre). Fabriquée par la société allemande Erlus, cette tuile est recouverte de dioxyde de titane. Un produit qui, sous l’effet des rayons du soleil, déclenche un phénomène de photocatalyse qui réduit le taux d’oxyde d’azote dans les villes. « Avec elle, les toits agissent comme des filtres à air géants » explique son fabricant. Ses qualités dépolluantes ont été dument testées par un laboratoire officiel, l’Institut Fraunhofer pour les technologies des surfaces et des couches minces. L’oxyde d’azote, c’est un gaz émis par les combustibles fossiles (voitures, chauffage, industries, etc.). Toxique, il pénètre profondément dans les poumons, provoquant des problèmes respiratoires durant les épisodes de pollution. Il touche de nombreuses villes, notamment en cas d’inversion des températures (pollution hivernale). www.erlus.com

Un mur très performant. Le PassifBloc (photo ci-dessous), un bloc de béton cellulaire de 50 cm d’épaisseur, « permet de construire des murs porteurs passifs sans ajout d’isolant ou de membrane d’étanchéité », explique son fabricant, Cellumat, une société basée à Valenciennes (59). Ce matériau affiche un coefficient de résistance thermique R de 7,88 m².K/W, un niveau deux fois plus performant que celui exigé par la réglementation thermique actuelle, la RT 2012. Le PassifBloc est fait pour bâtir des maisons passives, des constructions si performantes qu’elles n’ont pas besoin de chauffage pour assurer le confort de leurs habitants. Autre atout de ce bloc : étanche, résistant au feu, il bénéficie d’une forte inertie thermique, permettant de maintenir une température constante dans la maison quelle que soit la saison. Il s’accompagne de tous les éléments nécessaires à la construction (planelles, liteaux, bloc linteaux, etc.). Recyclable, le béton cellulaire est fait d’un mélange de sable et de chaux (20 %) et de bulles d’air (80 %), le meilleur isolant. www.cellumat.fr

Publié par
© construiresamaison.com -