Réglementation 2020 : ce qui va changer

D’ici deux ans, la réglementation environnementale 2020 régira la construction. Ses objectifs : renforcer les économies d’énergie et réduire au maximum l’empreinte carbone des maisons neuves. Comment ça marche ? Les professionnels sont-ils prêts ? Quel sera l’impact de la RE 2020 sur les prix ?

Aujourd’hui, la construction de logements en général et de maisons en particulier est régie par la Réglementation thermique 2012 ou RT 2012. Un ensemble de dispositions techniques qui insiste sur la conception bioclimatique et qui impose des plafonds de consommation d’énergie (40 à 65 kWh/m²/an selon la région et l’altitude). Résultat : les maisons neuves d’aujourd’hui consomment trois à cinq fois moins que l’ancien et son classées A voire B sur le diagnostic de performance énergétique.  

Nouvelle réglementation. La RT 2012 vit ses derniers instants. Elle va être remplacée par la Réglementation environnementale 2020 ou RE 2020. Ce qui va changer ? Avec les nouvelles règles, la performance énergétique va être améliorée pour réduire davantage les consommations. Mais pas seulement : la RE 2020 va aussi pousser la production d’énergie domestique pour que les maisons individuelles deviennent véritablement positives (elles fabriqueront plus d’énergie qu’elles n’en consomment).

Habitat décarboné. La vraie révolution, c’est la prise en compte de l’empreinte carbone des logements neufs tout au long de leur cycle de vie, de la construction à la démolition en passant par la phase d’exploitation. Tous les matériaux et tous les équipements devront entrer dans cette logique décarbonée. Autre changement : la RE 2020 prendra en compte les usages de la maison, la santé dans le logement ou encore l’impact des déplacements des habitants pour allier faibles consommations et réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Phase d’expérimentation. Pour préparer les constructeurs à RE 2020, l’Etat a lancé en 2016, le label Energie Plus/Carbone Moins (E+/C-). Il compte quatre niveaux d’énergie, de 1 (amélioration par rapport à la RT 2012) à 4 (très faible consommation totalement compensée par la production d’énergie). Le carbone compte deux niveaux. 1 insiste sur la réduction de l’empreinte carbone, 2 est encore plus exigeant sur ce point. Les deux indicateurs peuvent être combinés (une maison peut être E2/C1, une autre E3/C2.

Mobilisation constructive. De nombreux constructeurs se sont lancés dans cette expérimentation. Résultat : les niveaux E1 et E2 sont facilement atteignables. Idem pour le niveau E3, mais les coûts sont plus élevés, recours massif aux énergies vertes oblige. E4 est très difficile à atteindre. Côté carbone, pas de souci pour avoir le niveau C1. Monter à C2 est très délicat. Il faut analyser le projet au niveau de la parcelle ; du coup, un mur d’enceinte en béton plombe le niveau carbone. Pareil pour des panneaux photovoltaïques, qui émettent beaucoup de carbone lors de leur fabrication.

Limiter les coûts. Avec cette phase d’expérimentation, les constructeurs ont pu tester quantité de solutions proposées par les industriels du bâtiment (matériaux, chauffage, domotique, etc.). Nombre d’entre elles ont d’ailleurs bénéficié aux maisons d’aujourd’hui. Les professionnels se sont aussi penchés sur les surcoûts. S’il est encore difficile de donner des chiffres précis, il faut se souvenir que le renforcement des réglementations n’a jamais fait baisser les prix. Le défi sera sans doute de ne pas réserver les maisons RE 2020 à une élite fortunée.

Entrée en vigueur. Au printemps 2019, la RE 2020 est en cours de rédaction. Les textes devraient être publiés à la fin de ce premier semestre. Et la nouvelle réglementation entrerait en vigueur au 31 décembre 2020 (soit en 2021), comme le veut la loi Elan adoptée en novembre dernier. A cette date, le monde de la construction devra être opérationnel. C’est important : comme avec la RT 2012, ceux qui ne respecteront pas la RE 2020 s’exposeront à des amendes voire, pour les professionnels, à des interdictions d’exercer. Pour autant, les constructeurs savent relever les défis, comme ils l’ont prouvé en se convertissant à la RT 2012 il y a déjà six ans. En photo, l’une des premières villas à arborer le label énergie/carbone (classement E3/C1), une réalisation Maisons Privat.

Publié par
© construiresamaison.com -