Empreinte : une nouvelle manière de construire

Publié par -

Respect de l’environnement, recours aux nouvelles technologies, implication des habitants dans la conception… Empreinte réinvente nos manières de construire. Gros plan sur ce projet dont la première maison va voir le jour au printemps 2021 à Beaucouzé dans le Maine-et-Loire.

Entre les impératifs liés à la protection de l’environnement et le développement de nouveaux outils numériques, le monde du bâtiment se trouve dans une période cruciale. Afin d’anticiper dès aujourd’hui cette révolution qui se prépare, l’entreprise ERB a décidé de lancer l’initiative Empreinte, en réunissant plus de vingt-et-un acteurs innovants et complémentaires pour repenser notre manière de penser l’habitat. « Notre motivation principale était d’expérimenter dès maintenant la vision que nous avons de l’habitat et de la construction dans cinq ou dix ans », explique Thomas Grenouilleau, président-associé d’ERB, entreprise générale du bâtiment. Pour faire cela Empreinte s’appuie sur plusieurs piliers : les nouvelles technologies, le respect de l’environnement et aussi remettre l’habitant au cœur de la conception.

Nouvelles technologies. Empreinte se veut être un démonstrateur d’une nouvelle manière de construire. Les outils numériques sont au cœur de cette stratégie. La réalité augmentée tout d’abord permet de modéliser de manière réaliste la maison dès sa phase de conception. Cela permet de se rendre compte de l’emprise de la demeure, mais aussi de ses volumes. Ensuite le mode constructif choisi sera l’impression 3D en se basant sur l’expertise de l’entreprise Batiprint3D™ qui a signé Yhnova à Nantes en 2017. Cette méthode présente de nombreux avantages, notamment pour réduire les délais de construction mais aussi la pénibilité sur les chantiers, mais également en matière de respect de l’environnement, puisque c’est simple d’ajuster la quantité de matériaux à mettre en œuvre.

Faible empreinte carbone. Ces nouvelles pratiques de construction doivent être respectueuses de l’environnement. L’économie circulaire fait partie intégrante du projet. Au programme : les terres de chantiers seront réutilisées sur les terrains agricoles environnants, les déchets de chantiers seront transformés en granulats qui serviront à fabriquer du béton bas carbone, la mousse expansive, utilisée pour l’impression, sera fabriquée à base de déchets de bouteilles plastiques ou encore le recours à de la peinture recyclée.

Un habitant proactif. Empreinte entend la construction de manière plus globale. Elle fait partie d’un cadre de vie, mais aussi d’un projet pour les futurs habitants. Ces derniers font partie intégrante du concept. Grâce à la modélisation 3D, ils pourront se projeter plus facilement dans les espaces à vivre. L’impression 3D permet une architecture arrondie plus facile à intégrer dans un environnement naturel. Le projet intègre évidemment un jardin qui recréera un écosystème autonome : récupération des eaux de pluie et cultures vivrières. Enfin, la réalisation de la première maison sera l’occasion de faire venir le public sur le chantier afin de recueillir leurs avis.  

Une maison démonstrateur. En mai 2021, le chantier de la première maison Empreinte sera lancé officiellement. Elle prendra place au cœur de l’écoquartier des Echats III à Beaucouzé dans le Maine-et-Loire (49). D’une surface de 130 m², il s’agira de la première maison imprimée en 3D sur deux niveaux. L’inauguration aura lieu à l’automne 2021.

Combien ça coûte ? Difficile d’évaluer le prix de ce nouveau mode constructif. « Comme toute expérimentation, le projet se veut d’abord technique et exploratif », nous rappelle Thomas Grenouilleau. Si la question du coût est à l’étude, ils souhaitent proposer un système abordable. « Le principe est simple : compenser les fortes plus-values environnementales et énergétiques par une baisse des dépenses du coût de construction grâce au réemploi, au circuit court et à l’économie circulaire », développe-t-il.

Et demain ? Une fois la première maison sortie de terre et le démonstrateur de savoir-faire achevé, quelle sera la prochaine étape ? « A ce jour ce n’est pas formalisé, mais une chose est certaine nous continuerons de mener cette réflexion d’ensemble qui mêle conception et réalisation. Empreinte mise sur l’innovation collective et veut continuer à réunir pour faire émerger des solutions, aussi longtemps qu’il le faudra. Le chantier n’est pas encore lancé et on constate déjà un vrai bouillonnement d’idées pour répondre à ces grands enjeux de l’habitat. Nous verrons où cette expérience nous mène, mais je pense que cela peut aller loin », conclut Thomas Grenouilleau.