Maisons : les constructeurs bois sous tension

Publié par -

Les constructeurs de maisons bois peinent à s’approvisionner en résineux servant à la fabrication de l’ossature, car ces essences sont achetées par les entreprises américaines. Les prix grimpent et le bois manque pour le moment.

 

A l’image des autres acteurs du bâtiment, les constructeurs de maisons bois connaissent des difficultés à s’approvisionner en matériaux. Le prix de certains produits bois comme le lamellé-collé servant à fabriquer des poutres a bondi de 50 %, d’autres ont vu leur prix progresser de 20 à 30 %, des chantiers de maisons ont été aussi retardés. Pourquoi ? La filière bois est tout simplement victime de la mondialisation des échanges.

La forte demande des entreprises américaines. Sous l’effet de l’augmentation des taxes sur les importations de bois canadiennes, décidée par Donald Trump, les entreprises américaines ont acheté dans les pays d’Europe du Nord provoquant une baisse importante de l’offre et une hausse des prix. Conséquence : le marché français manque de bois, une situation qui pourrait n’être que temporaire, espère Dominique Cottineau, délégué général de l’Union des industriels et constructeurs bois (UICB), qui note que les constructeurs bois sont plus impactés sur le second œuvre concernant l’approvisionnement en pompes à chaleur : « Dans quelques mois, la situation se détendra. Le cours du bois aux Etats-Unis tend à baisser actuellement, ce qui impactera les marchés européens ». Les entreprises Outre-Atlantique pourraient en effet privilégier le marché local permettant aux entreprises françaises de s’approvisionner auprès de leurs fournisseurs historiques.

Une hausse de la production française attendue. Les professionnels du bois comptent aussi sur le développement de l’outil industriel pour revenir à une situation plus apaisée. L’appel à projets, lancé par le ministère de l’Ecologie, doté d’un budget de 50 millions d’euros, doit permettre de créer ou développer des usines de transformation du bois sur le territoire français pour augmenter et sécuriser l’approvisionnement des entreprises. Ces investissements industriels permettront d’absorber la hausse de la demande en bois consécutive à l’instauration de la réglementation environnementale, la RE 2020, qui s’appliquera le 1er janvier 2022. Cette dernière a en effet pour objectif de diminuer les émissions carbone du secteur de la construction. Si tous les matériaux comme le béton et la brique pourront remplir les objectifs assignés en 2022, ce sera plus difficile en 2028, la réduction des émissions carbone étant plus conséquente à cette échéance. Le bois absorbant du carbone pendant sa croissance part, pour le moment, avec une longueur d’avance sur les autres matériaux de construction.