Maison : les bonnes affaires du crédit

Des taux immobiliers qui n’ont jamais été aussi bas, des banques moins exigeantes sur les durées d’emprunt et l’apport personnel : les conditions de crédit son exceptionnellement favorables. Nos conseils pour en profiter.

Le financement d’un projet de construction passe le plus souvent par le crédit immobilier. Et justement : en cet automne 2019, les conditions d’emprunt sont particulièrement favorables. Les taux d’intérêt tombent à des niveaux historiquement bas, tandis que les banques, qui cherchent des clients, assouplissent les conditions de durée et d’apport personnel. Pour autant, elles gardent une attitude prudente : elles privilégient les profils d'emprunteurs les plus rassurants pour réduire les risques de crédit. Analyse et conseils pour profiter d’une météo financière très ensoleillée.

Le crédit immobilier coûte de moins en moins cher. Le taux brut (hors assurances) pour les emprunts sur vingt ans s’établit actuellement à 1,15 %, contre 1,35 % en juin dernier, ou encore 1,60 % il y a tout juste un an. « Les taux immobiliers n’ont jamais été aussi bas », constate Philippe Taboret, directeur général adjoint du courtier Cafpi. « C’est une vraie opportunité pour les emprunteurs. Avec cet argent bon marché, ils peuvent acheter plus grand et/ou mieux placé, ou encore compenser le prix élevé des terrains à bâtir. » L’autre bonne nouvelle, c’est que la tendance aux taux bas devrait durer au moins jusqu’à l’été 2020, grâce notamment à la politique accommodante de la banque centrale européenne (BCE).

Les banques sont plus souples sur certains critères. Elles acceptent plus facilement les crédits sur de très longues durées. Les emprunts sur plus de vingt-cinq ans comptent aujourd’hui pour 42,5 % du marché contre 21,2 % en 2016 selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Grâce à ces prêts au long cours, les particuliers empruntent davantage avec une même mensualité. Ils peuvent aussi baisser la mensualité pour respecter plus facilement la règle des 33% (pour obtenir un emprunt, l’échéance ne doit pas dépasser le tiers des revenus). A noter également : les banques sont moins exigeantes sur l’apport personnel : son montant moyen dans les prêts baisse de 6,9 % sur les huit premiers mois de 2019 d’après Crédit Logement/CSA.

Les banques ne prêtent pas les yeux fermés. Elles examinent les dossiers à la loupe et donnent la priorité aux profils les plus sécurisants. Ce qui compte le plus pour obtenir le crédit : une bonne gestion des finances personnelles (pas de découverts ni d’incidents de paiement), au moins un des membres du couple emprunteur en CDI, le respect des critères classiques (règle des 33 %, reste à vivre, saut de charges, etc.). « Les banques préfèrent les projets menés sous le régime du Contrat de construction-loi de 1990 », indique Maël Bernier, directrice de la communication du courtier Meilleurtaux. « Avec sa garantie de livraison à prix et délais convenus, c’est le cadre juridique le plus sûr pour le prêteur comme pour l’emprunteur. »

PTZ : bientôt la date limite pour en profiter. Principale aide à l’accession, le Prêt à taux 0 % (PTZ) s’arrête à la fin de l’année pour les projets de construction situés dans les zones B2 et C du dispositif, soit les villes moyennes et les secteurs ruraux. Mais les banques, pour des raisons de gestion des dossiers, vont bientôt cesser de distribuer ce crédit gratuit. « Il ne reste que quelques semaines pour en profiter », explique Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer. « Les banques nous informent qu’elles traiteront ces dossiers jusqu’à la mi-octobre, voire début novembre maximum, après, il sera trop tard. » D’autres établissements ont d’ores et déjà fermé le robinet du PTZ. Conseil : rapprochez-vous des courtiers et des constructeurs pour savoir si vous pouvez encore en bénéficier.

Publié par
© construiresamaison.com -