Maison : le marché redémarre !

Après un brutal coup d’arrêt dû au confinement, le marché de la maison neuve repart. Les Français apprécient de plus en plus ce type d’habitat et bénéficient de conditions encore favorables pour concrétiser leur projet.

Avec le confinement, le marché de la construction de maisons, comme toute l’activité en France, a stoppé net. Une fois cette période inédite passée, l’activité a fortement repris. Les ventes ont ainsi rebondi de 65 % en mai par rapport à avril 2020 selon l’indicateur de marché Markémétron/Caron Marketing/LCA-FFB. Pour ce même mois de mai, les ventes sont inférieures de 18,4 % à leur niveau de février dernier. Et elles sont 28,6 % plus faibles qu’en mai 2019, mais à l’époque, le marché était en pleine croissance et enregistrait des scores exceptionnels.

Rebond des ventes. Depuis juin, le marché est reparti. Les constructeurs ont redémarré les chantiers et l’activité commerciale fonctionne plutôt bien. « La demande s’est bien ressaisie et rapidement », explique le Markémétron. « L’attachement des Français à la maison individuelle n’a pas été altéré durant la crise sanitaire. Bien au contraire, comme toutes les enquêtes en témoignent, le confinement n’a fait que renforcer le désir d’une maison, en dehors d’espaces métropolitains surdensifiés, afin de disposer de plus d’espace habitable et d’une meilleure qualité de vie. »

Conjoncture favorable. Outre cette cote auprès des Français, la maison neuve bénéficie d’autres facteurs favorables. Elle affiche le meilleur rapport qualité/prix du marché et cadre avec les moyens financiers des familles. Les constructeurs ont accéléré leur transition vers le numérique pour optimiser les projets. Côté financement, les taux restent très proches de leur plus bas niveau historique, les candidats à la construction gardent une bonne capacité d’emprunt. Et le PTZ, un crédit gratuit, permet aux acquéreurs moyens et modestes de boucler leur budget.

Retrouver du crédit. Reste qu’avec la crise, les banques ont resserré leurs critères de crédit. Les acquéreurs doivent injecter de l’apport personnel dans leur projet, ils doivent rester en dessous de 33 % de taux d’effort et la durée des prêts ne peut plus dépasser vingt-cinq ans. Les prêteurs font également attention à la situation professionnelle des emprunteurs. Avec ce tour de vis et les conséquences du confinement et de la crise économique, les constructeurs devraient enregistrer dans les 90 000 à 100 000 ventes cette année, contre 125 000 l’an dernier. Le marché retrouverait ainsi ses niveaux de 2013 et 2014.

Publié par
© construiresamaison.com -
Cliquez ici pour réaliser votre avant projet de maison sur mesure