Ces travaux qui font désordre

Carrelage, éléments de couverture, ossature poteaux poutres : ce sont les trois postes les plus souvent touchés par les désordres et autres malfaçons selon une étude de l’Agence Qualité Construction. Analyse et conseils pour éviter les problèmes.

L’Agence qualité construction (AQC) publie chaque année son Observatoire de la qualité de la construction et notamment le Flop 10 des désordres. La maison individuelle n’échappe pas aux à l’œil acérés de ses experts. Bonne nouvelle : les problèmes constatés affectent plutôt le second œuvre. Tous les désordres sont en baisse à l’exception notable des poteaux poutres qui enregistrent une croissance significative (+6%).

Le carrelage est encore collé ! Depuis plusieurs années, les revêtements de sol intérieurs, notamment le carrelage, restent la catégorie de sinistre la plus récurrente dans la maison individuelle. Et celle qui coûte le plus cher aux assureurs (18 % du coût total). « La pathologie des carrelages reste endémique dans les revêtements sol intérieur » relève Christian Garcia directeur technique GIE de Socobat. Pour lui « les causes sont nombreuses, mais deux points émergent : le retrait différentiel des chapes ou du mortier de scellement. »  

Quelles garanties ? Le carrelage scellé (pose traditionnelle sur bain de mortier) est couvert par la garantie décennale (10 ans à compter de la réception des travaux). Il est considéré comme indissociable de la maison. En revanche si la pose est collée (au mortier colle) le carrelage est considéré comme un élément « dissociable » car il peut être retiré sans enlever de matière à l’ouvrage principal. Dans ce cas il ne rentre pas a priori dans le cadre de la garantie décennale.

La douche à l’italienne prend l’eau. Tout le monde veut aujourd’hui une douche à l’italienne dans sa maison. Elles sont esthétiques, pratiques, faciles d’accès. Bref elles sont très tendances. Seul problème, leur pose exige un soin particulier. Cela ne souffre pas l’à peu près ! « Ce type d’ouvrage nécessite des compétences de carreleur mais aussi d’étancheur. Or nous constatons beaucoup de malfaçons au niveau de l’étanchéité. » ajoute Christian Garcia.

Les fondations sont solides. Bonne nouvelle l’inadaptation des fondations superficielles est en nette diminution. Ce désordre représente moins de 3,5 % des signalements. « C’est un sinistre rare », indique Catherine Labat, experte construction au cabinet Neoxa. Et  qui devrait diminuer dans les années à venir. Et de préciser «  le nouveau DTU 13.1 de septembre 2019 sur les fondations superficielles impose la fourniture d’un rapport géotechnique. Cela devrait contribuer à faire baisser les sinistres. » rappelons que le DTU (Document technique Unifié) précise les règles de l'art à respecter en matière de construction.

Les soucis d'ossatures poteau-poutre augmentent. Cette catégorie passe subitement de la 5ème à la 3ème place du classement de l'AQC. Christian Garcia note une augmentation significative de 6 % à 7 % au cours des trois dernières années. La part de marché du poteau-poutre,  en nette progression ces dernières année dans la construction, explique en grande partie ce rebond.

Nos conseils. Abordez ces questions techniques avec le constructeur lors de l’élaboration du projet. Parlez avec lui des règles professionnelles et du suivi de chantier. Pendant la construction, vous dialoguerez avec le conducteur de travaux, qui sera votre interlocuteur. Si vous choisissez de réaliser vous-même certains ouvrages (pose de grands carrelages ou de douche à l’italienne par exemple), assurez-vous du respect des règles de l’art. Enfin, notez que vous êtes protégé contre les désordres via les garanties de parfait achèvement, de bon fonctionnement et par la garantie décennale.

Terrains : le risque argileux encadré par la loi
Depuis le 1er janvier 2020, l’étude de sol est obligatoire en cas de vente de terrain pour la construction de maisons en zones à risque argile moyen ou fort. L’arrêté publié le jeudi 6 août (JORF n°192 du 6 août texte n°50) précise la nature des études géotechniques à mener (G1pour les terrains à bâtir, annexé au compromis ou à l’acte et G2 pour un terrain déjà bâti). L’arrêté du publié le 9 août (JORF n°0195 du 9 août 2020 texte n° 2) définit et cartographie les zones exposées au risque de gonflement et retrait des argiles. 

Publié par
© construiresamaison.com -
Cliquez ici pour réaliser votre avant projet de maison sur mesure