Maison : prix d’or pour valeur verte

Selon une étude des Notaires de France, plus une maison est performante sur le plan énergétique, plus son prix augmente à la revente !

C’est une très sérieuse étude des Notaires de France qui le dit. Les maisons anciennes qui arborent un A ou un B sur leur diagnostic de performance énergétique se revendent, toutes choses égales par ailleurs, de 6 à 14% plus cher que celles qui sont classées D. A l’inverse, les villas d’occasion pénalisées par un F ou G (les épaves thermiques) se négocient jusqu’à 17% de moins que celles qui affichent un D.

Passoire thermique. Ces chiffres, qui portent sur les transactions de maisons anciennes enregistrées en 2017, confirment l’émergence de la valeur verte. Logique : les acheteurs d’une maison ancienne tordent le nez à l’idée de dépenser des milliers d’euros en chauffage. Ils savent aussi que remettre une passoire thermique à niveau coûte très cher (le budget est souvent supérieur à celui du neuf).

Les vertus du neuf. L’étude des Notaires de France constitue une bonne nouvelle pour les familles qui font construire. Les maisons neuves sont toujours classées A ou B sur le diagnostic de performance énergétique. La réglementation thermique actuelle, la RT 2012, leur impose un bâti très performant et plafonne leurs consommations. Résultat : elles sont trois à cinq fois plus sobres que les pavillons anciens.

Econome et écologique. Bref, faire construire aujourd’hui, c’est l’assurance de détenir un patrimoine qui se revendra mieux et à meilleur prix. Les propriétaires d’une maison neuve bénéficient d’un grand confort. Et leurs factures d’énergie, très basses, sécurisent leur budget donc les remboursements de leur prêt immobilier. Les maisons classées A ou B consommant peu, elles émettent également moins de gaz à effet de serre. Comme quoi, faite construire, c’est marier intérêt personnel et collectif !

© notaires de france
Publié par
© construiresamaison.com -