Maison et crédit : comment ça marche vraiment ?

Publié par -

Côté argent, quels sont les points à aborder avec les professionnels de la maison neuve ? Comment les professionnels de la maison neuve peuvent-ils aider les particuliers à financer leur projet ? Daniel Lair-Lachapelle et Fabien Cuminal, constructeurs et respectivement président et vice-président des villages Domexpo, répondent !

Le crédit, c’est une affaire de taux d’intérêt, de critères des banques (apport personnel et reste à vivre notamment) et de qualité du dossier. Des éléments qui valent pour tous les types de projets immobiliers. Mais le financement d’une maison obéit à des règles spécifiques. Il faut payer le terrain, la maison, les frais annexes, sans oublier de garder de l’argent de côté en plus des remboursements. Dans ce domaine, les constructeurs apportent une aide précieuse. Ils accompagnent leurs clients dans le chiffrage de leur projet et les arbitrages à réaliser pour « tenir le budget ». Pour en savoir plus, nous avons interrogé Daniel Lair-Lachapelle, président des villages-exposition Domexpo mais aussi directeur commercial Ile-de-France Ouest chez Hexaôm et Fabien Cuminal, directeur général de Cofidim et vice-président des Domexpo.

Construiresamaison.com : Les particuliers sont-ils bien informés sur le financement ?
Daniel Lair-Lachapelle : Oui. Mieux : ils sont préparés. Lorsqu’ils viennent dans les villages-exposition pour concrétiser leur projet, ils connaissent les taux et ont intégré les critères de prêt. Ils disposent d’un apport personnel, leurs comptes sont bien gérés, ils ont gardé une épargne résiduelle pour parer aux imprévus. Dans leur très grande majorité, ils ont déjà établi un budget pour la maison et le terrain. Cette faculté d’anticipation facilite le projet et permet aux constructeurs de dialoguer en connaissance de cause avec leurs clients. Ces derniers savent ce qu’ils peuvent s’offrir, ce qui évite bien des déceptions.

Quels points creusez-vous avec vos clients ?
Fabien Cuminal : Nous concevons un projet détaillé et nous le chiffrons avec précision, sans oublier les frais annexes. Nous rappelons à nos clients qu’ils doivent prévoir un budget pour les éléments qui ne figurent pas dans le contrat (travaux réservés). Puis nous vérifions si le budget est suffisant. Si ce n’est pas le cas, il faut procéder à des arbitrages. Par exemple, plus la maison comporte de pièces humides, plus il faut de bouches de VMC, plus il faut isoler, ce qui fait monter les coûts. Dans ce cas, mieux vaut éviter de créer une salle de bains par chambre pour « tenir » le budget.

Les particuliers acceptent-ils facilement les arbitrages ?
Daniel Lair-Lachapelle : Oui. Ils savent que tout n’est pas possible, que financer un projet de construction, c’est faire des choix. Ils acceptent les changements pour peu qu’ils soient expliqués en toute transparence. En revanche, ils tolèrent difficilement les erreurs des constructeurs. Nous devons faire preuve d’une grande rigueur et anticiper les éventuelles difficultés. Nos équipes technico-commerciales sont spécialement formées pour bâtir cette relation de confiance qui facilite la conduite du projet.

Quelques conseils pour les particuliers en matière de financement ?
Fabien Cuminal : Avec un Contrat de construction-loi de 1990, le prix de la maison est indexé sur l’indice BT 01 publié par l’Insee. La hausse des matériaux peut faire monter le prix de la maison. Le client doit provisionner suffisamment d’argent pour faire face. Dans ce domaine comme dans tous les autres, nous l’informons pour qu’il puisse faire aboutir son projet.
Daniel Lair-Lachapelle : Une visite sur un village-exposition permettra de cerner tous les points du projet, notamment en matière de crédit et de financement, sachant que les constructeurs exposants proposent tous une aide à la recherche du financement. Ce sera aussi l’occasion de découvrir des maisons grandeur nature et les services des professionnels de la maison neuve !