Logement : tout ce que la crise sanitaire a changé

Publié par -

Depuis le premier confinement, le rapport des Français avec leur lieu de vie a évolué. Ils souhaitent désormais en priorité des logements plus sûrs, plus sains, plus confortables et surtout dotés d’un espace extérieur. Gros plan sur l’étude Inoha sur l’habitat de demain.

Jamais le logement n’avait semblé aussi important aux yeux des Français. C’est ce qui ressort de la dernière étude* diligentée par l’association Inoha sur l’habitat de demain. Ainsi 69 % des personnes interrogées ont le sentiment de s’être davantage occupé de leur intérieur ou de leur jardin depuis le début de la crise sanitaire. Dans les critères ayant le plus progressé depuis trois ans, la nécessité de disposer d’un espace extérieur arrive en tête. D’une manière générale, ils souhaitent un logement plus sûr (+ 10 points), plus sain (+ 8 points), plus confortable (+ 7 points) et plus écoresponsable (+ 5 points).

Satisfaction. L’étude commence par établir un état des lieux du logement dans l’Hexagone. Premier constat : les Français semblent, dans la grande majorité, bénéficier de conditions de vie agréables. 61 % vivent en maison et 39 % en appartement et profitent pour la plupart d’un grand espace de vie. 61 % d’entre eux sont propriétaires contre 35 % de locataires. La grande nouveauté par rapport à l’étude de 2018 concerne les résidences secondaires : désormais 16 % des personnes interrogées déclarent en posséder une. Ces propriétaires sont jeunes (entre 25 et 24 ans), franciliens, aisés (CSP +) et pour la moitié d’entre eux des télétravailleurs réguliers.

De nouvelles attentes. Comme l’habitat occupe une place plus importante chez les Français, beaucoup ont commencé à le rénover. Ainsi 90 % des personnes interrogées ont effectué au moins un achat de bricolage, de décoration, de mobilier ou de jardinage au cours des deux dernières années. Mieux 72 % ont même réalisé un projet d’aménagement depuis le début du premier confinement. Cela va des simples travaux de peinture à la création d’un espace bureau pour le télétravail. Une tendance qui devrait perdurer puisque 85 % des propriétaires envisagent une rénovation dans les deux ans à venir.  

Fibre verte. Avec la crise sanitaire, la volonté des particuliers de réduire leur empreinte carbone s’est accentuée. Ils ont adopté de nouveaux réflexes comme diminuer leurs consommations d’eau et d’électricité et contrôler mieux l’arrosage du jardin en installant un système de goutte-à-goutte. Leur motivation ? Dépenser moins bien sûr (95 %), mais aussi le bien-être au sein du foyer (93 %) et le respect de l’environnement (92 %). Cependant, neuf Français sur dix se semblent être freinés par le prix élevé et le caractère contraignant de certains travaux.

Maison intelligente. Les Français semblent s’être convertis à la domotique pendant ces trois dernières années. Le marché a progressé de 6 %. Seulement 17 % des foyers déclarent posséder au moins un objet connecté, mais 35 % des personnes interrogées se disent intéressées. Les objets connectés dédiés au jardin ou au balcon ont les faveurs du grand public. Une personne sur deux aimerait en installer un à l’extérieur. Le prix de certains équipements et la peur de se faire pirater restent les principaux blocages du marché.

Des jeunes proactifs. Le secteur de l’habitat peut surtout compter sur une catégorie de la population : les jeunes. Ainsi 92 % des personnes âgées de 25 et 34 ans ont un projet d’aménagement dans les deux ans à venir (contre 85 % pour les autres). Ils sont également les plus nombreux à posséder une résidence secondaire (23 %), à pratiquer le télétravail (52 % contre 38 %) et à avoir acheté un objet connecté (25 %). Les jeunes semblent aussi plus sensibles que les autres tranches d’âge au respect de l’environnement et investissent plus facilement pour un habitat écoresponsable.

*Etude menée par l’Association des Industriels du Nouvel Habitat (Inoha) en partenariat avec la régie du groupe Reworld Media et l’Institut d’Études Harris Interactive.